Entre le latin des sciences d’autrefois et l’anglais scientifique d’aujourd’hui : le « Latino sine flexione » de Giuseppe Peano

Le latin cesse d’être la langue de la science d’une manière progressive : Newton publie encore les Principia en latin (Philosophiae Naturalis Principia Mathematica) en 1687 mais au 18e siècle, c’est le français qui est la langue de la diplomatie et du savoir comme en témoigne le concours de la Classe des Belles lettres de l’Académie de Berlin pour son prix de 1784 « Qu’est-ce qui a rendu la langue française la Langue universelle de l’Europe ? À quelle cause doit-elle cette préférence ? » Ce concours est remporté l’année suivante par Rivarol avec son Discours sur l’universalité de la langue française.

Au 19e siècle, la science se développe, le nombre des « savants » va croissant et chaque pays publie dans sa langue, ce qui rend la situation inextricable.[1] Quelle solution envisager ? C’est l’époque où l’on invente des langues artificielles comme le volapük ou l’espéranto et les discussions sont nombreuses pour choisir un système.

 Voici comment la situation est décrite en 1903 par Louis Couturat (1868-1914), universitaire reconnu pour ses travaux sur Leibniz et la logique mathématique, auteur précisément d’une Histoire de la langue universelle :

« La nécessité d’une langue internationale auxiliaire n’est plus contestée par personne : elle s’impose avec une évidence et une urgence croissantes, à mesure que se développent les relations de toute sorte entre les nations civilisée. C’est un lieu commun que de constater les progrès inouïs des moyens de communications : on pourra bientôt faire le tour du monde en quarante jours ; on télégraphie (même sans fil) d’un côté à l’autre de l’Atlantique ; on téléphone de Paris à Londres, à Berlin, à Turin. »

Dans le domaine des sciences, la tendance est aussi à l’unification non des langues mais des références scientifiques : Couturat cite le Bureau international des poids et mesures (1875), l’Association géodésique internationale (1886). Ces organismes internationaux, rendus indispensables par le développement des sciences et des techniques, nécessitent la collaboration entre les scientifiques de tous les pays, et il faut qu’ils s’arrivent à se comprendre. Mais en employant quelle langue ?

« Le mouvement scientifique qui, au commencement du 19e siècle, se limitait à un petit nombre de nations, s’étend aujourd’hui au monde entier (…) Qui ne voit que, sous peine de revenir à la tour de Babel, une si énorme production scientifique doit être unifiée et coordonnée ? »

La babélisation est la crainte de l’époque : comment s’en sortir ? Pour Couturat, le diagnostic est le suivant :

« Si les nations civilisées voulaient et pouvaient s’entendre pour adopter dans les relations internationales la langue de l’une d’entre elles, on aurait une langue internationale possible et praticable, qui offrirait à tout le moins cet avantage, d’être la seule langue étrangère indispensable, et de dispenser d’apprendre les autres ? »

Comme c’est précisément ce qui arrivé aujourd’hui, nous somme curieux de savoir pourquoi ce n’est pas la solution qu’il va proposer.

« A défaut de cette solution simpliste, mais non équitable, que la rivalité d’intérêt et d’amour-propre des diverses nations rend chimérique et exclut a priori, elles pourraient adopter d’un commun accord une langue morte pour servir d’idiome auxiliaire neutre. Les savants regrettent souvent le temps où le latin était la langue scientifique unique et ils sont ainsi amenés à rêver la résurrection du latin comme langue internationale. C’est encore là une solution possible, sinon peut-être la plus pratique. Enfin on conçoit qu’on puisse construire pour cet usage une langue artificielle »[2]

Si Couturat parle de cette « résurrection du latin comme langue internationale » qu’il estime possible, c’est précisément parce qu’il a une correspondance suivie sur ce sujet avec Giuseppe Peano (1858-1932), grand mathématicien qui met au point à cette époque une telle tentative sous le nom de Latino sine flexione.

Avant d’étudier en détail cette tentative, on remarquera qu’en 1903, rien n’est réglé et que le fait de choisir une langue vivante comme langue universelle apparait alors comme simpliste et chimérique du fait des rivalités d’amour-propre. Il faudra étudier ultérieurement comment l’anglais a pu s’imposer dans ces conditions.

Le Latino sine flexione

Voici comment Peano décrit cette adaptation du latin (qu’il appelle aussi Interlingua) : elle est décrite dans la langue qu’il veut promouvoir, c’est-à-dire en Latino sine flexione :

Interlingua, que nos adopta in explicationes ad praesente libro, es definito per regulas sequente :
1. – Omni vocabulo de Interlingua es latino.
Ergo Interlingua es intelligibile sine studio ab lectore que cognosce latino. Nos intellige latino in sensu lato, incluso vocabulos moderno.
2. – Interlingua non habe grammatica.
Ergo omni vocabulo es thema latino. Omni homo pote lege et scribe Interlingua cum auxilio de solo vocabulario.
3.- Inter synonymos latino, nos elige vocabulos internationale.
Omni vocabulo latino que nos adopta, es scripto in vocabulario etymologico italo, et franco, et anglo, etc., excepto circa 20 vocabulo de internationalitate minore. Ergo, Interlingua resulta intelligibile, quasi sine studio, ab omni homo que cognosce uno lingua de Europa, et si illo ignora latino.

Ce texte, malgré l’absence de sous-titre semble intelligible aujourd’hui (tout du moins pour des latinistes)

Peano utilise ce latin dans sa correspondance avec Couturat en 1907 (l’auteur de l’Histoire de la langue universelle)

Couturat Honorato domino,
Me age gratias pro libro Les nouvelles langues internationales pro expositione de latino sine flexione favorabile ultra meo merito. Me admira in toto libro aequanimitate de judicio.
Hieri me termina examen in Pinerolo, nunc me es libero usque ad die 16, quando initia secundo periodo de examen in Universitate. Itinerer ad Paris es ad me multo grato, in generale, et in ce circumstantia in modo speciale. etc.[3]

Quand Peano dit que son latin est sans flexions, on comprend d’abord qu’il supprime les déclinaisons et que la place des mots va y suppléer si on y ajoute des prépositions comme de pour le complément du nom, ad pour le complément d’attribution, comme dans les langues romanes issues du latin. [4]. Mais Peano supprime aussi les conjugaisons : pour les marques des personnes, il recourt aux pronoms personnels (comme dans la lettre à Couturat :

me age gratias, me termina, me es libero
je [vous] remercie, je termine, je suis libre

ou dans le texte de présentation cité plus haut :

Nos intellige latino in sensu lato
nous entendons le latin au sens large

Pour la marque des temps, il utilise les mots heri, jam, in futuro et pour le mode si, ut, quod.

Ces simplifications ne sont pas arbitraires mais s’appuient sur les travaux de Leibniz, en ce qui concerne la logique, et de Meillet ou de Bréal pour la linguistique. Il remet en cause les parties du discours comme le verbe ou le substantif pour plusieurs raisons. En effet, les langues sémitiques ne les distinguent pas et dans les langues romanes, la distinction n’est pas toujours présente comme en français la note, la forme, la figure et il note, il forme, il figure. En anglais, cette coïncidence est fréquente et commune : I ink a pen, I pen a word, I word a thing. [5]

Pour avoir une vue d’ensemble sur le résultat des travaux de Peano, examinons l’historique qu’il met au début du vocabulaire systématique qui est le seul instrument de travail nécessaire à tous les utilisateurs de son latino sine flexione ou Interlingua.

Historia de Interlingua

Plure philosopho stude lingua rationale. Descartes (1596-1650) describe uno systema.
Leibniz (1646-1716), in numeroso scripto, expone ideas profundo et de vivo interesse super isto problema.
In illo tempore, latino es de usu internationale, Philosophos non tracta de lingua pro intercommunicatione, sed de lingua regulare respondente ad philosophia. Es scientia simile ad logica-mathematica, que hodie habe numeroso cultore.
In ultimo secula, usu de linguas nationale in loco de latino et incremento de relationes internationale, redde problema de interlingua plus urgente, et objecto de studio numeroso.
Plure propone, ut lingua auxiliare, aut latino, aut français, aut english, aut etiam italiano. Sed rationes de politica, et in modo speciale, complicationes toto inutile de linguas naturale, impedi adoptione de illos.
Tunc plure construe linguas plus aut minus artificiale.  [6]

Ces constructions plus ou moins artificielles sont nombreuses : une basée sur l’espéranto modifié a été mise au point pour l’usage scientifique.

 « La conception de cette langue auxiliaire internationale mobilisera les énergies de toute une élite. Un appel est lancé qui obtient un grand succès : 116 systèmes linguistiques sont présentés entre 1880 et 1914, dont l’espéranto de Louis Zamenhof. Antoine Meillet. Otto Jespersen et Michel Bréal participent aux travaux linguistiques. L’année 1901 voit la création d’une Délégation pour l’adoption d’une langue auxiliaire internationale, laquelle adopte une charte. Il y est déclaré qu’une langue auxiliaire internationale est indispensable, que cette langue ne doit pas être une langue nationale, qu’elle doit être adaptée aux échanges philosophiques et scientifiques, et qu’elle doit être facile à apprendre pour un Européen d’un niveau d’éducation moyen. (…) La langue obtenue sera l’IDO – I pour International, D pour Delegation et O pour la terminaison. La première guerre mondiale mettra fin aux travaux et aux espoirs d’imposer une langue auxiliaire internationale. L’IDO sera presque totalement oubliée. Son histoire peut paraître anecdotique un siècle plus tard, mais elle me semble condenser toutes les questions et les difficultés liées à la langue des sciences et à la possibilité d’une langue commune à l’Europe. L’IDO est la seule langue artificielle créée, collectivement, par des scientifiques et des linguistes dans le but de répondre aux besoins des échanges internationaux dans les domaines scientifiques, philosophiques et commerciaux et pour « faire régner la concorde entre les peuples ». C’est une langue construite scientifiquement pour être souple et fonctionnelle, conçue pour une internationalisation et une intelligibilité maximales au sein de l’Europe, aire géographique qui réunissait les puissances mondiales incontestées jusqu’au désastre de 1914-1918. » [7]

Une position en faveur de l’espéranto se trouve également dans l’article consacré à la langue universelle du dictionnaire pédagogique de Ferdinand Buisson.

Pourquoi l’anglais s’est-il imposé ?

On invoque souvent pour expliquer la suprématie de l’anglais comme lingua franca des raisons économiques mais elles existaient déjà au début du 20e siècle alors que les acteurs de l’époque ne la jugeaient pas possible. En 1894, Le Comité olympique international définit le français et l’anglais comme langues officielles des JO, mais ce n’est pas un cas unique dû à Pierre de Coubertin : l’Association géodésique internationale citée par Couturat, fondée en 1886 a encore aujourd’hui comme langues officielles le français et l’anglais[8].

Un graphique [9] permet une analyse sur un siècle en recensant le pourcentage d’écrits scientifiques selon la langue de 1880 à 1980.

Avant la Guerre de 1914-1918, trois langues dominent la scène internationale : l’anglais du fait de l’impact du développement industriel anglais et de son empire colonial, le français langue de la diplomatie, l’allemand langue scientifique importante dans plusieurs domaines. Après la guerre, l’Allemagne défaite et la France exsangue ne peuvent plus entrer en compétition avec l’anglais. La création de la Société des Nations, même si les USA la délaissent rapidement, fait que les organisations internationales donnent de plus en plus de place à l’anglais qui devient la lingua franca des échanges internationaux et donc également de la science.

***

Post scriptum du 10 novembre 2013 : dans un article de la Revue germanique internationale n°12, 2010 consacré à « la fabrique internationale de la science », Roswitha Reinbothe étudie « L’exclusion des scientifiques allemands et de la langue allemande des congrès scientifiques internationaux après la Première Guerre mondiale », article qui manifeste que la baisse de l’allemand a été le fruit d’un boycott. En voici le résumé :

« Après la Première Guerre mondiale les académies des sciences des pays alliés décidèrent de boycotter les scientifiques allemands et la langue allemande et fondèrent en même temps de nouvelles organisations scientifiques internationales : le Conseil international de recherches pour les sciences, qui chapeautait des unions internationales dans les disciplines les plus importantes, et l’Union académique internationale pour les sciences de l’homme. Les langues principales de ces organisations étaient le français et l’anglais. Dans le domaine des sciences, l’accent fut mis sur les unions internationales d’astronomie, de géophysique et géodésie, de chimie, de mathématiques et de médecine. Celles-ci organisaient périodiquement des réunions et des congrès dont étaient exclus les scientifiques allemands et la langue allemande. Le boycott était justifié par le fait que les scientifiques allemands avaient nié la responsabilité allemande dans la guerre et les crimes de guerre commis par l’Allemagne et qu’ils avaient glorifié le militarisme allemand. La guerre et le boycott entraînèrent un important affaiblissement de la position internationale des scientifiques allemands et le recul de la langue allemande comme langue internationale de la science ».

On notera dans le même numéro de la revue que les langues officielles du Sixième congrès international des orientalistes, tenu en 1883 à Leyde, les langues officielles du congrès sont le Hollandais, le Français et le Latin mais il est ajouté que « toutefois on pourra se servir aussi pour les communications de l’Allemand, de l’Anglais et de l’Italien ».

  1. Josiane Hay, « Interculturel et langues véhiculaires et auxiliaires : réflexion sur l’anglais lingua franca », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVIII N° 1 | 2009, disponible en ligne []
  2. Louis Couturat, Léopold Leau, Histoire de la langue universelle, Paris, 1903, préface,  disponible en ligne []
  3. Louis Couturat, Carteggio : 1896-1914 / Giuseppe Peano, Louis Couturat. A cura di Erika Luciano e Clara Silvia Roero, Firenze, 2005, p.139 []
  4. Federica Vercillo, Le latino sine flexione de Giuseppe Peano, Cahiers Ferdinand de Saussure, n° 57 (2004), p. 73-85 []
  5. Giuseppe Peano, Opere scelte, Roma, ed. cremonese, 1957-1959, vol. 2, p. 458-460 []
  6. Giuseppe Peano, Vocabulario commune ad latino-italiano-français-english-deutsch pro usu de interlinguistas, Cavoretto-Torino, 1915, p. VII []
  7. Josiane Hay 2009,  § 47 []
  8. aujourd’hui L’Union Géodésique et Géophysique Internationale (UGGI) []
  9. adapté de : William F. Mackey, Geolinguistics : Its Scope and Principles, in Colin h. Williams, (ed. ) Language in geographic context, Clevedon, GB,  Multilingual Matters, 1988, p.31, disponible en ligne []

2 réflexions sur « Entre le latin des sciences d’autrefois et l’anglais scientifique d’aujourd’hui : le « Latino sine flexione » de Giuseppe Peano »

  1. Quelques points de détail :
    a) Giuseppe plutôt que Guiseppe ?
    b) Leibniz présente la numération binaire en français, mais Gauss publie ses Disquitiones en latin (plus concis que l’anglais)
    c) Couturat lit l’Interlingua mais bâtit l’ido à partir de l’espéranto (ido appuyé par l’Académie des Sciences de Saint-Marin)
    d) récemment, un jeune collègue a été accueilli en Finlande… en latin, que la Finlande a d’ailleurs employé sur son site officiel lors de sa présidence de l’UE.

    Pourquoi ne pas demander à l’UE d’adopter une interlangue ?

    Bien à vous.

    1. Vous avez raison, Joseph en italien c’est Giuseppe (ce qui rapproche la prononciation italienne de la prononciation française) : je corrige.
      Sur la question de l’interlangue européenne, je pense avoir montré dans mon graphique que l’échec d’une langue neutre est dû à la guerre de 1914-18 qui a permis le développement de l’anglais, les deux opposants potentiels, France et Allemagne étant trop affaiblis.
      Merci de votre vigilance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *