Lorem ipsum : nouvel état de la question

Un texte latin qui est très souvent utilisé aujourd’hui, précisément parce qu’il est incompréhensible, c’est le fameux Lorem ipsum des imprimeurs. J’avais déjà évoqué cette question dans un précédent billet mais des éléments nouveaux sont apparus qui permettent de dresser un nouvel état de la question.

Ce que l’on dit sur le Lorem ipsum

Il s’agit d’un faux texte, c’est-à-dire qu’il permet à des concepteurs de maquettes, de documents, de remplir un espace avec un texte pour se rendre compte du résultat final, étant entendu qu’il faudra que ce faux texte soit remplacé par un texte à venir.

Il en existe de nombreuses versions qui commencent à peu près toutes par Lorem ipsum. Les logiciels de Publication Assistée par Ordinateur proposent une option pour mettre du faux texte et même Word le fait, il suffit d’écrire « =lorem() » et de faire « entrée » et on obtient le résultat suivant :

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Maecenas porttitor congue massa. Fusce posuere, magna sed pulvinar ultricies, purus lectus malesuada libero, sit amet commodo magna eros quis urna.
Nunc viverra imperdiet enim. Fusce est. Vivamus a tellus.
Pellentesque habitant morbi tristique senectus et netus et malesuada fames ac turpis egestas. Proin pharetra nonummy pede. Mauris et orci.

La parenthèse peut contenir des paramètres : (p,l) où p le nombre de paragraphe et l est les nombre total de lignes désirées.

Prenons par exemple un site genevois assez détaillé qui nous donne l’état de la question : il nous y est dit que le Lorem ipsum « date des années 1500, période à laquelle un imprimeur anonyme (l’histoire n’a malheureusement pas retenu son nom) a eu l’idée de prendre un pavé de texte latin et de le brouiller pour en faire un texte modèle de typographie pour les livres. L’idée était de mettre en évidence la qualité de son travail d’impression sans que le « lecteur » ait l’attention attirée par le texte. »

On a cru longtemps que ce latin ne voulait rien dire mais un latiniste du Hampden-Sydney College (Virginie), Richard McClintock, actuellement directeur des publications de cette institution, a lancé une recherche en ligne sur un mot peu fréquent du lorem ipsum « consectetur » et a ainsi découvert un environnement de texte correspondant au De finibus de Cicéron (1.10.32). Cette découverte fut signalée en 1993 par une lettre au responsable de la revue de graphisme Before & After en réponse à un article (Vol. 3, n°6) où il était dit que ce latin ne voulait rien dire. Cette réfutation est parue dans le numéro 1 du volume 4 de 1994.

Ces informations m’ont été communiquées par Richard McClintock lui-même qui ajoutait que « récemment, j’ai découvert que dans l’édition de la Loeb Classical Library [qui est l’équivalent en langue anglaise des éditions Guillaume Budé] du De Finibus, publiée en 1914, le texte est réparti sur la page de telle sorte qu’une page finit par Neque porro quisquam est qui do– et que la page suivant commence avec exactement notre texte lorem ipsum quia dolor sit..On peut se demander si c’est l’épreuve de cette page qui a été brouillée »

Si un tel faux texte est utilisé depuis longtemps par les imprimeurs, j’ai pensé qu’on devrait en trouver trace dans ce haut lieu de l’imprimerie en France qu’est l’École Estienne à Paris fondée à la fin du 19e siècle pour enseigner l’art de la typographie. J’ai donc contacté, Anouk Seng, la bibliothécaire de l’École Estienne, qui a mobilisé ses réseaux et plusieurs réponses sont arrivées rapidement :
– pour Jean Mauvais (éditeur, ancien professeur à l’École Estienne), le lorem ipsum n’est pas employé en France (à partir du 18e siècle) pour les ouvrages de présentation de polices de caractères mais c’est la langue française qui est en général utilisée. Quand c’est le latin, ce n’est pas le lorem ipsum mais il est souvent question de Catilina. Il fait l’hypothèse que c’est avec les planches de Letraset (entreprise créée en 1959 au Royaume-Uni) que le Lorem ipsum est apparu.
– selon Jacques André (retraité de l’Inria, Rennes) qui a mis au point un site spécialisé sur la typographie, l’origine du Lorem ipsum est à situer au 20e siècle car on n’en trouve pas mention dans les ouvrages de composition ou les manuels de typographie. L’idée que le Lorem Ipsum date des débuts de l’imprimerie lui semble une légende.

J’ai immédiatement mis en rapport l’information de Richard McClintock, qui évoquait l’édition classique de Cicéron du début du 20e siècle où Lorem ipsum est un haut de page, avec l’absence de ce terme auparavant et son attestation dans les planches Letraset, en faisant l’hypothèse que la création du Lorem ipsum serait une conséquence de cette édition. Il restait à le vérifier.


Les résultats de l’enquête

Voici une édition de la Loeb classical library du texte de Cicéron du De finibus avec une traduction de H. Rackham. C’est une réédition de 1983 de l’édition de 1914. Le texte y est bien coupé de la façon indiquée par Richard McClintock avec  en fin de page 34 le mot dolorem coupé après do– et la suite (do)lorem ipsum qui débute en page 36.

Nous sommes donc en possession de la bonne édition, mais à quelle version du Lorem ipsum la comparer puisqu’on en trouve de nombreuses variantes ? Pour avoir une attestation écrite, stable, la plus lointaine possible, il faut remonter avant l’ère de l’informatique et donc aux planches Letraset des années 70. La bibliothèque de l’École Estienne en possède une brochure de présentation, non datée, mais qui, du fait des caractères employés, doit dater de ces années 70. On y trouve une présentation de plusieurs planches de « texte muet ». En voici la page où l’on trouve, en haut à gauche, l’image réduite d’une planche complète.

Il s’agit bien du Lorem ipsum. Faisons un agrandissement de la planche complète :

On constate, en agrandissant l’image, que la colonne de droite est identique à la colonne de gauche et que celle-ci reproduit en quatre exemplaires un bloc qui commence par Lorem ipsum. Ces blocs ont 18 lignes, sauf le 3e qui possède une ligne supplémentaire après la 6e. C’est donc ce 3e bloc, plus complet, qui nous servira de texte de référence. En voici le texte où la ligne supplémentaire par rapport aux autres blocs est notée en italiques :

Letraset Body Type

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipscing elit, sed diam nonnumy eiusmod tempor incidunt ut labore et dolore magna aliquam erat volupat. Ut enim ad minimim veniami quis nostrud exercitation ullamcorpor suscipit laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis autem vel eum irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse molestaie son fier ad augendas cum conscient to factor tum poen legum odioque civiuda Et tamen in busda ne que pecun modut est neque nonor imper ned libiding gen epular religuard on cupiditat. quas nulla praid om umdant. Improb pary minuiti potius inflammad ut coercend magist and et dodecendense videantur. Invitat igitur vera ratio bene santos ad iustitiami aequitated fidem. Neque hominy infant aut iniuste fact est cond que neg facile efficerd possit duo conteud notiner si effecerit, et opes vel fortunag veling en liberalitat magis em conveniunt, dabut tutung benevolent sib conciliant et, al is aptissim est ad quiet. Endium caritat praesert cum omning null sit caus peccand quaeret en imigent cupidat a natura proficis facile explent sine julla inura autend unanc sunt isti.

Pour faire la comparaison avec l’édition Loeb, nous allons prendre comme référence chaque ligne de l’édition Loeb et mettre en dessous les mots correspondants du Lorem ipsum. Voici cette page :

Soit la première ligne :
1
lorem ipsum, quia dolor sit, amet, consectetur, adipisci
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipscing

On met en gras dans la ligne de Loeb ce qui est pris par le Lorem ipsum : on voit que pour cette première ligne, seul « quia » a été omis. Dans la ligne de Lorem ipsum, on met en gras les ajouts du texte, ici une final anglaise en ing. On constate dès à présent que par rapport au texte  du Lorem ipsum  de Word cité plus haut,

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing

il n’y a pas de modification dans Letraset pour consectetur : comme le texte du Lorem ipsum n’est pas guidé par le sens, puisqu’il brille par son absence, on peut faire l’hypothèse que tout éloignement du texte d’origine correspond à une déformation introduite par un usage ultérieur.

Continuons la comparaison jusqu’à la ligne 8 de l’édition Loeb :
2
velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt,
elit , sed diam nonnumy eiusmod tempor incidunt
3
ut labore et dolore magnam aliquam quaerat volupta-
ut labore et dolore magna aliquam erat volupat

les inversions volupta volupat sont notées par des italiques

4
tem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum
Ut enim ad minimim veniami quis nostrud
5
exercitation
em ullam corporis suscipit laboriosam,
exercitation ullamcorpor suscipit laboris
6
nisi ut
aliquid ex ea commodi consequatur? Quis
nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis
7
autem vel eum iure reprehenderit, qui in ea voluptate
autem vel eum irure dolor in reprehenderit in voluptate
8
velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum,
velit esse. molestaie son fier ad augendas cum conscient

S’il y a quelques ajouts de lettres, d’un mot (dolor), à partir du milieu de la ligne 8, il n’y a plus de correspondance (texte mis en rouge). D’où vient la suite ? Pour m’en faire une idée, j’ai repris la technique de Richard McClintock en utilisant la fonction recherche du site Itinera electronica  sur le même chapitre 1 du De Finibus. Je me suis aperçu ainsi que le dernier mot utilisé de la page 36 était le premier mot de la page 56.

On peut faire coïncider à nouveau la suite du Lorem ipsum avec les lignes 1 à 18 de la page 56 de la manière suivante  (paragraphes 51 et 52 du De Finibus):
1
(51) molestias accessio potest fieri, quanta ad augendas,
molestaie son fier ad augendas
2
cum
conscientia factorum, tum poena legum odioque
cum conscient to factor tum poen legum odioque
3
civium? Et tamen in quibusdam neque pecuniae
civiuda.  Et tamen in busda ne que pecun
4
modus est neque honoris neque imperii nec libidinum
modut est neque nonor imper ned libiding
5
nec epularum nec reliquarum cupiditatum, quas nulla
gen epular religuard on cupiditat. quas nulla
6
praeda umquam improbe parta minuit, potiusque in-
praid om umdant. Improb pary minuiti potius in
7
flammat, ut coercendi magis quam dedocendi esse
flammad ut coercend magist and et dodecendense
8
(52) videantur. Invitat igitur vera ratio bene sanos ad
videantur.Invitat igitur vera ratio bene santos ad
9
iustitiam, aequitatem,fidem. Neque homini infanti
iustitiami aequitated fidem. Neque hominy infant
10
aut
inpotenti iniuste facta conducunt,qui nec facile
aut iniuste fact est cond que neg facile
11
efficer
e possit, quod conetur, nec obtinere, si effecerit,
efficerd possit duo conteud notiner si effecerit,
12
et opes vel fortunae vel ingenii liberalitati magis con-
et opes vel fortunag veling en liberalitat magis em con
13
veniunt, qua qui utuntur, benevolentiam sibi con-
veniunt, dabut tutung benevolent sib con
14
ciliant et, quod aptissimum est ad quiete vivendum,
ciliant et, al is aptissim est ad quiet. Endium
15
caritat
em ; praesertim cum omnino nulla sit causa
caritat praesert cum omning null sit caus
16
peccand
i : (53) quae enim cupiditates a natura profici-
peccand quaeret en imigent cupidat a natura proficis
17
s
cuntur, facile explentur sine ulla iniuria ; quae autem
facile explent sine julla inura autend
18
inanes sunt, iis parendum non est
unanc sunt isti.

S’il y a des omissions, il y a peu d’ajouts du Lorem ipsum : quelques lettres de finales, quelques mots : son (ligne 1), to (2), on (5), and et (7), est (10) duo (11), dabut (13) soit essentiellement un mélange de latin et d’anglais, voire même la traduction de l’un dans l’autre (and et).

Ce redémarrage du Lorem ipsum sur une nouvelle page de Loeb qui s’appuie sur un mot pivot molestiae / molestias présent à 10 pages d’intervalle ne peut s’expliquer que par l’utilisation de cette édition du De Finibus pour la création du Lorem ipsum de Letraset.

Il existe d’autres versions du Lorem ipsum qui utilisent aussi le paragraphe 33 du De Finibus. C’est par exemple celle donnée dans le site genevois cité plus haut.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.

Pour comparer les versions, je laisse en première ligne le texte Loeb du De Finibus et en 2e le Lorem ipsum de Letraset comme précédemment mais j’ajoute en 3e ligne le Lorem ipsum standard.

1
lorem ipsum, quia dolor sit, amet, consectetur, adipisci
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipscing
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing
2
velit, sed quia non numquam eius modi tempora incidunt,
elit , sed diam nonnumy eiusmod tempor incidunt
elit, sed do eiusmod tempor incididunt
3
ut labore et dolore magnam aliquam quaerat volupta-
ut labore et dolore magna aliquam erat volupat
ut labore et dolore magna aliqua.
4
tem. Ut enim ad minima veniam, quis nostrum
Ut enim ad minimim veniami quis nostrud
Ut enim ad minim veniam, quis nostrud
5
exercitation
em ullam corporis suscipit laboriosam,
exercitation ullamcorpor suscipit laboris
exercitation ullamco laboris
6
nisi ut
aliquid ex ea commodi consequatur? Quis
nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis
nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis
7
autem vel eum iure reprehenderit, qui in ea voluptate
autem vel eum irure dolor in reprehenderit in voluptate
aute irure dolor in reprehenderit in voluptate

La comparaison des lignes 2 et 3 montre que le Lorem ipsum standard suit à la lettre celui de Letraset mais en faisant des omissions dans 6 lignes sur 8. On peut donc en déduire que la version d’origine est le Lorem ipsum de Letraset.

8
velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum,
velit esse. molestaie son fier ad augendas cum conscient
velit esse dolore eu fugiat nulla pariatur

A partir de la ligne 8 il y a à nouveau divergence : la coupure se fait au même endroit, mais la reprise se fait à la ligne suivante de Loeb :
9
qui dolorem eum fugiat quo voluptas nulla pariatur ?
dolore eu fugiat nulla pariatur

Les trois lignes suivantes de Loeb sont sautées :
10
[33] At vero eos et accusamus et iusto odio dignissimos
11
ducimus qui blanditiis praesentium voluptatum dele-
12
niti atque corrupti quos dolores et quas molestias

Le dernier mot de cette ligne 12 est molestias : on remarque que la coupure s’est faite entre deux attestations du mot molestiae / molestias qui ici a pu servir de pivot sur quelques lignes, comme dans la version Letraset cela s’est fait sur quelques pages. La reprise se fait exactement avec le début de la ligne 13, ce qui montre bien une nouvelle fois  la dépendance de cette édition avec Loeb.
13
excepturi sint occaecati cupiditate non provident,
Excepteur sint occaecat cupidatat non proident
14
similique sunt in culpa qui officia deserunt mollitia
sunt in culpa qui officia deserunt mollit
15
animi, id est laborum et dolorum fuga. Et harum
anim id est laborum.

Un autre élément va dans le sens de l’antériorité de la version Letraset. En effet, dans la brochure, la planche étudiée n’est pas la seule et l’on constate ailleurs la présence de mots issus de la page 36, paragraphe 33 qui vient d’être cité mais qui n’était pas pris en compte dans la planche étudiée en premier.

Par exemple dans le BT 2 – corps 10 (BT pour Body Type). La progression, qui saute des lignes de la page 36 de Loeb, est la suivante :

Lorem ipsum dolor si am : ligne 1
voluptat. Ut enim ad mini : lignes 3 et 4
vel eum irure reprehenderit : ligne 7

Paragraphe 33
iusto odio difinssim ducim : ligne 10
sunt in culpa qui officia : ligne 14
cum soluta nobis est eligen : ligne 17
repellend. Temporibud aute : ligne 20
earud rerum hic tenetury sa : ligne 23
eam non possing accommod : ligne 28

mais avec : ad augendas cum conscient, on abandonne la page 36 en cours et on passe directement à la ligne 1 de la page 56, deuxième page du texte de la planche entière. On constate donc que Letraset utilise l’ensemble de la page 36 (paragraphes 32 et 33 du De Finibus, comme le texte standard) ainsi que la page 56 (paragraphes 51, 52 et 53). Cette version plus ample, dont la version standard n’est qu’une sous-partie, peut donc être considérée comme la version d’origine.

Comme cette planche Letraset a été diffusée au plus tôt à partir des années 60 (création de la société en 1959), examinons si cette diffusion peut être repérée.

La statistique textuelle

Google, ayant déjà numérisé des milliers de livres, propose avec le programme Books Ngram Viewer de voir l’évolution d’un terme à travers les décennies. Utilisons ce procédé pour Lorem ipsum et les mots qui viennent immédiatement ensuite dolor sit amet :

Les deux expressions Lorem ipsum et dolor sit amet débutent leur progression dans les années 70 seulement : les cas avant 1900 correspondent à des pics particuliers sans lendemain qui semblent plutôt dus à des erreurs de datation.

Prenons donc comme point de départ 1960 pour mieux voir l’évolution et comparons la distribution de Lorem ipsum avec celle du mot Letraset :

On voit que Lorem ipsum vient après le développement de Letraset, puis, que Letraset diminue tandis que Lorem ipsum continue sa progression. Si nous comparons avec le mot informatique en France,

on voit que le procédé Letraset a subi l’impact de l’arrivée de l’informatique qui s’est substituée à lui.

La pratique de la mise en page

Au 19e siècle, comme on l’a vu, les professionnels de la typographie ne pratiquent pas le faux texte car composer est laborieux et donc couteux. Quand, pour des raisons de publicité, les fabricants de polices de caractères présentent un texte, c’est un vrai, par exemple la première catilinaire pour le texte latin ou un poème pour le texte anglais  (An abridged specimen of Printing Types made at Bruce’s New-York Type-Foundry, New-York, George Bruce’s Son & Co., 1869, cité par le site typographique de Jacques André qui renvoie au site google books).

Comme je l’ai montré précédemment,  au 19e siècle, le latin reste une langue internationale à ce point tel que certains voudraient la faire revivre à l’oral pour servir dans les rencontres internationales. On a vu comment, après la guerre de 14-18, l’Allemagne défaite et la France exsangue ne peuvent plus entrer en compétition avec l’anglais qui va s’imposer alors seulement comme langue d’échange à vocation mondiale.

Pour un faux texte, le latin a le mérite d’être universel, mais c’est désormais dans l’incompréhension, ce qui n’est pas un problème mais un atout, alors qu’au 19e siècle, le latin est encore compris par les élites.

Ce n’est donc pas dans le milieu professionnel des imprimeurs qu’il faut chercher l’origine du Lorem ipsum mais plutôt dans le milieu professionnel des maquettistes qui trouvent avec le système Letraset un dispositif efficace. En effet, il faut rappeler que les planches Letraset permettaient à des non-spécialistes de l’édition de mettre au point (par le procédé de décalcomanie en transfert à sec) des maquettes qu’il était possible ensuite d’imprimer par reproduction directe. L’usage de l’informatique avec toutes ses capacités de composition graphique va ensuite prendre le relai et entrainer le déclin des planches Letraset.

On peut donc dire pour conclure que le Lorem ipsum n’est pas né dans le monde de l’imprimerie au 16e siècle : au plus tôt, il apparait après 1914, date de la première édition du De Finibus de Cicéron dans la collection Loeb ; au plus tard, il a été créé pour Letraset dans les années 60. Y a-t-il eu un intermédiaire entre ces deux dates ? C’est une question que l’enquête, en particulier auprès de la société Letraset, devra résoudre.

***

Comme on l’a vu, ce nouvel état de la question est le fruit d’une collaboration : Richard McClintock a été le pionnier et sa remarque récente sur l’édition Loeb a été fondamentale. Des professionnels des techniques d’imprimerie liés à l’École Estienne, Jacques André et Jean Mauvais ont montré l’inexistence du procédé du faux texte au 19e siècle et ont envisagé l’hypothèse Letraset ; Anouk Seng à la bibliothèque de l’Ecole a été une source d’information efficace. Merci à toutes ces personnes de leur collaboration.

***

Post scriptum de novembre 2012 : réponse de la société Letraset.

Le directeur commercial de Letraset m’a répondu que Letraset avait effectivement créé des planches qui commençaient par Lorem Ipsum et chez Letraset on dit (mais il n’est pas certain lui-même que ce soit authentique) que les planches originelles avaient été mises au point par Jerry Walters qui à ce moment-là était directeur commercial de la filiale canadienne avant de devenir un membre du directoire de Letraset International. Il est retraité depuis.


5 réflexions au sujet de « Lorem ipsum : nouvel état de la question »

  1. Merci pour cette enquête passionnante et éclairante.
    Il y a un autre point sur lequel une enquête pourrait être intéressante : pourquoi et comment est née la légende de sa création par des imprimeurs au XVIe siècle. Est-ce simplement parce qu’on n’en connaissait aucune existence avant la seconde moitié du XXe siècle et qu’on en reculait donc au maximum la création jusqu’au début de l’imprimerie occidentale ?

    1. La légende de la création du Lorem ipsum par des imprimeurs du XVIe siècle est tout à fait identifiée : c’était une hypothèse faite par Richard McClintock (que je présente dans mon billet) qui a été le premier à s’apercevoir que ce texte était une déformation d’un texte de Cicéron. C’est lui qui a fait cette hypothèse fautive, mais c’est aussi lui qui a vu que l’absence de la syllabe Do dans Dolorem ipsum était peut-être liée au changement de page dans une transcription du texte de Cicéron. Comme ce changement était présent dans l’édition Loeb du début du XXe siècle, dans la logique de sa théorie, il se demandait comment le changement de page pouvait être au même endroit pendant plusieurs siècles.
      La suite est dans mon billet : il y avait une explication plus simple, c’est que cette édition Loeb avait directement servi pour faire un faux texte. Jean Mauvais pensait que c’était peut-être Letraset qui avait fait cela, ce que j’ai vérifié.
      Richard McClintock regrette aujourd’hui son hypothèse fautive (origine au XVIe siècle), mais c’est avec des hypothèses, vérifiées ou non, que l’on fait avancer la connaissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *