Le rapport de l’Inspection générale sur l’enseignement du latin et du grec

17 juin 2012
Par

L’enseignement des langues et cultures de l’antiquité dans le second degré est le titre du rapport de l’Inspection générale de l’éducation nationale (IGEN) présenté au ministre en aout 2011 par Catherine Klein et Patrice Soler. Ce rapport vient d’être rendu public par le nouveau ministre Vincent Peillon ainsi d’ailleurs que beaucoup d’autres. Le but du présent billet sera de présenter les points forts de ce rapport d’une centaine de pages afin d’inciter à le lire et à en tirer les conséquences.
Ce rapport se divise en deux grands ensembles : description de la crise actuelle des Langues et cultures de l’Antiquité (LCA) ; propositions pour lui trouver une issue favorable.

La crise de l’enseignement des langues anciennes

Après avoir rappelé l’historique de la décroissance de 1902 aux années soixante et la stabilité des arguments pour ou contre l’enseignement du latin, le rapport affirme que l’enseignement des langues anciennes arrive à un moment de grande crise, “crise” devant être « pris dans son acception étymologique et médicale de “moment décisif dans l’évolution d’une maladie”. La situation d’ensemble des langues anciennes au collège et au lycée apparaît très dégradée. » (p. 19). Les symptômes en sont nombreux :

- Du point de vue de l’administration de l’Éducation nationale, les circulaires qui régissent l’enseignement des LCA sont rares et peu connues, le Socle commun des connaissances les ignore, cet enseignement sert de « variables d’ajustements » dans de nombreux cas (on ne le propose que si on a des heures disponibles).

- Les élèves qui font du latin sont soumis à des horaires dissuasifs. Au collège la concurrence s’installe entre le latin et les classes bilangues ou les sections européennes. Au lycée, la section L est devenue exsangue et il n’est plus possible d’y suivre un parcours d’excellence (monopolisé par la section S). La continuité entre le collège et le lycée n’est plus assurée partout.

- Du point de vue de l’opinion, l’enseignement au collège est jugé ennuyeux par les élèves, qui refusent d’investir un fort travail personnel dans une option. Au lycée le “plaisir du texte” semble inaccessible, les exigences pédagogiques se relâchent, le déchiffrage du texte devient une épreuve insurmontable.

- La politique de textes authentiques a des effets pervers : ils sont inaccessibles aux débutants alors que des expériences étrangères montrent que des textes fabriqués peuvent être efficaces. Cependant on montrera dans la deuxième partie que la notion de textes authentiques peut être étendue à des textes simples et formateurs.

- En termes d’effectifs, « sur 100 élèves qui choisissent de s’initier au latin en classe de cinquième, on n’en retrouve plus que 87 en quatrième, et 72 en troisième : en trois ans, un quart des effectifs s’est évaporé. En seconde, la petite cohorte se voit réduite à 17. Parvenue en première, elle ne compte plus que 13 élèves. Onze seulement poursuivent le latin en terminale, dont un à peine passe les épreuves écrites dites “spécifiques”. »(p. 32)

Le passage entre le collège et le lycée est très mal assuré pour des raisons liées à l’organisation des études au lycée : flou entre option ou enseignement d’exploration ; isolement des enseignants de lettres classiques par rapport aux enseignants de lettres modernes, voire opposition des uns vis-à-vis des autres ; pénurie d’enseignants de lettres classiques. Le lien avec les disciplines du supérieur n’est pas assuré : « On demande en effet désormais au professeur de langues et cultures de l’Antiquité au collège et au lycée de maîtriser un éventail de ce qui est autant de disciplines séparées à l’université (archéologie, épigraphie, littérature, linguistique, histoire, numismatique, céramologie). » (p.38).

Pour résumer ce bilan, le rapport signale les points suivants :

- l’enseignement n’atteint pas les finalités affichées : « Si les élèves qui se présentent à l’oral du baccalauréat ont, dans leur très grande majorité, bien travaillé les textes du programme, la question reste posée de savoir ce que l’on y évalue : leurs connaissances linguistiques sont très fragiles, de plus en plus, des traductions sont apprises par cœur, sans réelle maîtrise grammaticale. Les élèves ne parviennent pas à lire un texte bref en latin à la fin du collège. Au lycée, il faut reprendre pratiquement tout ; et le même constat est fait quant à la difficulté des élèves de traduire quelques lignes sans aide. Le constater n’est évidemment pas incriminer les professeurs dans leur ensemble.

Dans ce registre, on peut renvoyer à la protestation amère du linguiste italien Tullio De Mauro, qui rappelle la vision assez pessimiste d’un spécialiste : “Je fais référence à un mémorable article sur l’enseignement italien du latin écrit par un de nos plus illustres antiquisant et historien de la philosophie antique, Guido Calogero : après des années et des années de latin, la plus grande partie de la population italienne ayant une maturità classique ou scientifique, disait Calogero, mise devant un texte latin écrit sur le fronton d’une église, ou pire, devant une inscription latine antique, ou pire encore, devant un passage non déjà traduit et mémorisé de n’importe quel auteur latin, même facile, bafouillait et était incapable de s’en sortir.” » (p.38-39)

- des disparités entre établissements, une déperdition « fulgurante » entre collège et lycée, un statut d’option facultative difficile à assumer, un manque d’enseignants.

Pourtant les LCA disposent d’un fort potentiel :

- la démarche de retour à l’Antiquité pour mieux comprendre le présent, ce réflexe des « humanistes » reste actif dans notre monde actuel même si depuis le 19e siècle, le retour aux anciens a pris une nouvelle forme, plus distanciée, plus scientifique par le biais de la philologie. Cependant le latin comme langue dispose toujours d’une présence active aujourd’hui comme par exemple les sentences latines et grecques répertoriées dans le dictionnaire de Renzo Tosi (Jérôme Million, 2010).

- on ne doit plus confondre élitisme et excellence : la sélection des « élites » ne passe plus par le latin, mais le souci « d’excellence » est toujours voulu légitimement tant par des familles que par des élèves. Le suivi de ceux qui ont été en classe avec latin en 5e, même si ils ont abandonné ensuite, montre qu’ils ont eu une scolarité sans redoublement et qu’ils sont devenus majoritaires dans toutes les terminales et même davantage en S que dans les autres sections.
Plusieurs expériences en ZEP manifestent que ce souci d’excellence permet de motiver puissamment des élèves et que les LCA ont un effet intégrateur reconnu. C’est souvent le fait d’enseignants motivés, militants même mais le résultat est indéniable.

- les LCA sont un faisceau de disciplines et il faut en prendre acte : « il est temps de distinguer entre “savoir” du latin ou du grec pour lire un jour des auteurs dans le texte, et “savoir” du latin ou du grec pour mieux connaître la langue française, faciliter les apprentissages des langues étrangères, romanes en particulier mais pas exclusivement, savoir identifier des personnages sur des tableaux et dans des œuvres littéraires en langues française et étrangères, mettre en perspective les démarches scientifiques, etc., et aussi savoir lire une inscription antique ou médiévale ou postérieure en latin ou grec. »(p.49)

Cette transversalité des LCA peut se repérer à travers les compétences suivantes :

- la pratique de la lingua Romana au service du français dont elle est la langue mère. Le latin comme lexique est proche du français mais comme système linguistique, il en est éloigné : cette proximité et cette distance permettent une réflexion sur le français et sur les langues en général ;
- les langues romanes par leur proximité réciproque avec le latin forment un ensemble dont la découverte est facilité par l’acquisition du latin ;
- « La pratique du latin et du grec permet le développement d’attitudes et de capacités intellectuelles indispensables à la formation de l’esprit et à la réussite dans toutes les disciplines, y compris et d’abord scientifiques. » (p.50) ;
- l’utilisation des TICE est un atout pour les LCA ;
- l’accès aux œuvres artistiques et littéraires en est facilité ;
- on peut par les LCA acquérir plus d’autonomie et d’ouverture au monde.

La pédagogie des LCA est innovante :

- on y pratique souvent une pédagogie de projet pour motiver les élèves (création de journaux, d’émissions, de sites) ;
- les enseignants ont pris conscience que la traduction traditionnelle sous forme de version n’est pas le but en soi, qu’en faire un système d’évaluation a des effets pervers ; que d’autres formes étaient possibles comme la traduction collective sous forme d’atelier par exemple ;
- une forme originale d’enseignement est l’apprentissage simultané du latin et du grec ;
- une pratique diversifiée du « texte authentique » se met en place. Son éventail s’élargit : Adages d’Erasme ; productions néolatines souvent plus simples à comprendre ; aphorismes anciens ou repris comme citations par les Classiques français ; textes scientifiques ; documents épigraphiques comme des inscriptions sur monuments, des objets, des monnaies ;
- rapprochements avec le vocabulaire des autres langues romanes (ou la partie d’origine latine de l’anglais) ;
- le rapprochement possible avec la culture des pourtours de la Méditerranée ;
- usage fréquents des TICE : par l’enseignement (projections, TNI, blog) ou par l’élève (logiciels divers) ;
- l’analyse de productions cinématographiques ;
- l’approche par l’oral (cf. l’expérience initiée par Claude Fiévet à Pau) ;
- le voyage scolaire ;
- un enseignement bien valorisé aux examens ;
- des enseignants qualifiés.

Que faire aujourd’hui ? Préconisations

De l’analyse tirée des situations comparables de l’Allemagne et de l’Italie, il ressort qu’en Allemagne l’enseignement du latin est fait comme option obligatoire de « langue étrangère ». En Italie, son obligation au lycée fait qu’il est l’objet de vive critique de la manière dont il est enseigné. Dans les deux cas, en plus des motivations que l’on retrouve en France (formation de l’esprit, importance pour l’étymologie), la motivation profonde de l’enseignement est la nécessité de la connaissance de l’encyclopédie culturelle artistique et littéraire commune à toute l’Europe et la nécessité de favoriser l’envois d’étudiants à l’Université, condition nécessaire du renouvellement des enseignants des disciplines concernées, tant dans le secondaire que dans le supérieur.

En plus de l’affirmation par le Ministre d’un engagement ferme en faveur des LCA [Cf. le colloque de 2012], les enseignements doivent être réorganisés et faire l’objet d’une réorientation pédagogique.

Précisions sur les objectifs en mettant l’accent sur les compétences concernant les aspects linguistiques (grammaire, étymologie, lexique) ; culturels par l’accès direct à des textes fondateurs ; méthodologiques liés à la compréhension d’un texte (observation, analyse, algorithmes à mettre en œuvre) avant sa traduction éventuelle ; civiques en ce qui concerne la résonance des textes anciens face aux questions contemporaines.

Nouvelle répartition horaire

« Par rapport à l’existant : volume horaire global (cumulé sur les 4 classes) allégé d’une heure pour le latin et d’une heure pour le grec. Avec effet démultiplicateur, vu le nombre de classes de collège. Pour une part, ce gain horaire :
- rend possible le développement de projets d’une heure chacun, de la sixième à la troisième ;
- est transféré sur le lycée où il permet de bâtir un parcours diversifié de langues et cultures de l’Antiquité, notamment pour la série L, tel qu’il est présenté ci-dessous ;
- on attend de cette nouvelle organisation un arrêt de l’érosion, et une hausse des effectifs de latinistes au collège. » (p. 81)

Nouveaux programmes

6e : 1h de latin.  « Observation des systèmes linguistiques, verbaux, morphologiques, lexicaux des deux langues, latine et française ; mise en perspective des traits essentiels des langues de l’Antiquité avec le français (grammaire, syntaxe, lexique); observation réfléchie des deux langues, démarches comparatives ; » (p.80)

5e : 2h de latin. « Début de l’apprentissage structuré de la langue latine à partir de la connaissance du latin du français (curriculum vitae, lavabo, agenda, urbi et orbi etc.); l’apprentissage des déclinaisons et des temps simples se fera à partir de ces termes ou expressions. On maintient le recours au texte authentique, mais en rompant avec le sacro-saint principe du texte littéraire comme point de départ de l’apprentissage du latin, alors qu’il se révèle parfois moins accessible aux élèves débutants ; on travaille sur d’autres supports : “latin du français”, épigraphie, numismatique ; de petits textes courts, des sentences, des textes scientifiques ; on élargit le champ de la latinité jusqu’aux textes du XVIe ou du XVIIe, voire du XVIIIe siècle. » (p. 80)

« Le programme de cinquième permettra de commencer l’étude du latin en partant du “latin du français”. Considérant
- que le latin est présent dans le français : non seulement par l’étymologie, mais aussi par la structure même de la langue, et que, si peu de traces du système des cas subsistent (mais le système des pronoms comme je, me, moi, permet de faire le lien avec le nominatif et l’accusatif), le système des conjugaisons, assez bien conservé, permet de comprendre comment, par l’ancien français on passe du latin au français actuel ;
- que des textes latins sont encore connus aujourd’hui dans la mesure où la tradition chrétienne a imprégné les modes de vie, la culture et les arts, et que, puisque le Nouveau Testament fait partie des textes fondateurs à étudier au collège, il est possible de l’étudier en latin puisque c’est en cette langue qu’il a été connu dans la civilisation médiévale et utilisé dans le culte catholique jusqu’à une époque récente (Il est aujourd’hui possible d’expliquer les textes de la tradition chrétienne d’une manière qui soit exacte et respectueuse des croyants et des incroyants) ;
- qu’enfin le latin est présent dans le français par des centaines d’expressions latines utilisées encore aujourd’hui ; que certaines sont très fréquentes (a contrario, ad hoc, ad hominem, alea jacta est, alter ego, a posteriori, a priori, ave Caesar morituri te salutant) pour ne parler que de la lettre A ; qu’il existe une soixantaine d’expressions latines connues des adultes francophones cultivés soit du fait qu’elles sont entrées complètement dans la langue française (a priori), soit pour des raisons historiques (fluctuat nec mergitur), religieuses (pater noster), de droit (de facto/de jure), devenues proverbiales (vox populi/vox dei) et qu’on peut y ajouter un corpus d’expressions moins fréquentes mais attestées à l’écrit : ab urbe condita, ad vitam aeternam, carpe diem, intra muros etc. ; que par ailleurs, des formes verbales ont été intégrées sans modification dans le français : agenda, lavabo… » (p.82)

4e : 2h de latin et, pour les latinistes volontaires : 1h de grec pour des pratiques d’Enseignement conjoint des langues et cultures de l’antiquité (ECLA).  « Mise en perspective des traits essentiels du latin avec d’autres langues européennes, au moment où les élèves de quatrième commencent une seconde langue vivante. Les méthodes d’intercompréhension des langues sont mises en œuvre : démarches de comparaison du latin (et éventuellement du grec) avec les langues vivantes étrangères étudiées dans l’établissement. L’apprentissage du latin se poursuit : il est centré sur le lexique et les structures grammaticales, par démarches comparatives. Le grec peut être introduit comme langue à observer. On montre aussi aux élèves l’évolution du grec ancien au grec moderne. » (p. 80)

3e : 2h de latin et, pour les latinistes volontaires comme en 4e: 1h de grec pour des pratiques d’Enseignement conjoint des langues et cultures de l’antiquité (ECLA). « En troisième, trois dominantes. La classe de troisième est conçue comme une propédeutique à la classe de seconde, d’une façon plus générale, à l’enseignement des lettres, modernes ou classiques :
- dominante linguistique ; pratiquer la traduction dans tous ses états (la traduction est un exercice de français autant que de latin) ;
- dominante de citoyenneté et de culture ; mobiliser sa connaissance des textes latins et grecs pour éclairer des questions posées par le monde contemporain ;
- dominante d’initiation à la rhétorique, à l’esthétique des textes et à la critique stylistique ; pour poursuivre ces trois objectifs, la traduction est mise au coeur de l’enseignement et est pratiquée de façon très diversifiée. (p.80)

Visée globale de cette réforme :

« En donnant une coloration à chaque étape du cursus par une dominante, on évite l’effet de répétitivité que déplorent les élèves rencontrés, même les bons élèves. Et on assure une bonne lisibilité du parcours.
On évite aussi, avec la dominante et la nouvelle distribution du volume horaire global du latin, l’effet de lassitude : déperdition des effectifs en quatrième, quand les élèves doivent choisir une seconde langue vivante, et en troisième, abandon du latin, dont un certain nombre qui vont rechercher dans le choix du grec un regain d’intérêt.
Dans les quatre classes, les élèves découvrent aussi la civilisation, en lien avec l’étude des textes : modes de vie et idées politiques, morales et religieuses ; mais aussi à travers les sites, le cinéma (les péplums), la lecture cursive d’œuvres en français (originales ou traductions). » (p.80-81)

Refondation au lycée

Ce qui est attendu comme compétences « d’un élève de terminale latiniste ou helléniste :
- maîtriser lexique et grammaire pour comprendre et commenter un texte authentique simple ;
- donner une traduction personnelle à partir de la comparaison de traductions ;
- mettre en perspective des traits essentiels des langues de l’Antiquité avec le français et d’autres langues européennes ;
- mobiliser sa connaissance des textes de l’Antiquité pour éclairer des questions posées par le monde contemporain, dans la distance et la proximité : c’est cette double démarche qui est très formatrice. » (p.83)

Le but de la réforme est de différencier les parcours (distinguer en particulier option et approfondissement), redynamiser la section L, assurer la cohérence avec la CPGE littéraire rénovée. On trouvera dans le rapport le détail des mesures envisagées p. 83 à 90 pour les programmes, p. 91 à 93 du point de vue de l’administration des LCA.

En conclusion le rapport note que  « la capacité de rayonnement des langues et cultures de l’Antiquité est entravée par l’addition croissante d’obstacles : si ces obstacles sont, pour une part, d’ordre sociétal, le fonctionnement même de l’institution scolaire gêne le développement de ces enseignements pour lesquels une forte demande des familles et des élèves, aux multiples motivations, existe. » (p. 94).

Suivent des annexes (p. 96 à 126) faites de témoignages d’élèves, d’étudiants de classes préparatoires, d’inspecteurs, d’analyse d’expériences, de données statistiques.

***

Je conclurai personnellement en incitant à lire ce rapport dont il faut remercier le changement de ministre de l’avoir rendu public. Comme il y est dit, la situation actuelle doit être modifiée : que ce soit l’inspection générale qui le dise et qu’elle propose les moyens pour y parvenir est très positif. Il faut maintenant mettre en œuvre ces préconisations dont certaines peuvent l’être facilement : je pense particulièrement à la classe de 5e où l’enseignement du latin du français, auquel j’ai consacré de nombreux billets, peut faire l’objet d’un enseignement de textes authentiques simples,  qui permet l’apprentissage des déclinaisons et des temps simples.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Finalités, Introduction, Motivations, Pédagogie

2 commentaires pour “ Le rapport de l’Inspection générale sur l’enseignement du latin et du grec ”

  1. pehache le 5 octobre 2012 à 18:09

    “Les élèves qui font du latin sont soumis à des horaires dissuasifs.”

    –> c’est très vrai. Du moins pour ceux qui font du latin en plus d’une “section européenne” (un bien grand mot pour ce qui n’est qu’une option de LV1 renforcée dans la pratique).

    Ma fille en 3ème est exactement dans ce cas là : européenne allemand + latin = beaucoup de travail, + perfectionniste = surchargée de travail. Et impossible d’arrêter le latin. Administration et enseignants de lettres sont dans le déni que certains élèves peuvent être trop chargés : tant qu’ils n’ont pas de mauvaises notes c’est que tout roule. Un élève qui veut arrêter le latin c’est forcément un tire-au-flanc qu’il faut ramener malgré lui dans le droit chemin du travail et de la vraie culture. Peu importe qu’il soit en réalité parfaitement studieux, que par ailleurs il se soit pris de passion pour l’allemand en 4ème, qu’il s’y investisse à fond, et que les journées ne fassent que 24h. Le latiniste est une prise de guerre qu’il convient de ne lâcher sous aucun prétexte.

    Le résultat totalement contre-productif c’est que dans ces conditions frères et soeurs ne feront pas de latin, même s’ils le demandent: on fait une erreur une fois, pas deux.

    Désolé d’être cinglant, mais ces temps je suis un peu à cran sur ce sujet: avec le recul je regrette amèrement d’avoir laissé ma fille choisir l’option latin en 5ème.

    • Philippe Cibois le 5 octobre 2012 à 20:06

      En parlant d’horaires dissuasifs, je pensais plutôt au fait que dans certains établissements, le latin est mis en fin de journée ou à d’autres horaires aussi décourageants, mais le phénomène que vous évoquez correspond tout à fait à ce que ressentent beaucoup d’élèves et donc aussi leurs parents. Regardez sur ce carnet le billet consacré au débat fait par la revue Okapi : http://enseignement-latin.hypotheses.org/103
      Une solution envisagée et de faire comme en Allemagne où le latin est considéré non comme une option, mais comme une deuxième langue “étrangère”. Cf. la description de la situation en Allemagne http://enseignement-latin.hypotheses.org/2325 et l’analyse de l’option comme deuxième langue http://enseignement-latin.hypotheses.org/2372

Laisser un commentaire

septembre 2014
L Ma Me J V S D
« août    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Carnets de recherche