Rome : histoire brisée ou décadence ? (2) De Gibbon à aujourd’hui

24 juin 2012
Par

En bon adepte des Lumières, Edward Gibbon (1737-1794) ne manque pas dans son Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain [1] de conclure son tome premier sur Rome (le second étant consacré à Byzance) par ces mots :

« Comme le principal objet de la religion est le bonheur d’une vie future, on peut remarquer sans surprise et sans scandale que l’introduction, ou au moins l’abus, du christianisme eut quelque influence sur le déclin et sur la chute de l’empire des Romains. Le clergé prêchait avec succès la doctrine de la patience et de la pusillanimité. Les vertus actives qui soutiennent la société étaient découragées, et les derniers débris de l’esprit militaire s’ensevelissaient dans les cloitres. On consacrait sans scrupule aux usages de la charité ou de la dévotion une grande partie des richesses du public et des particuliers ; et la paye des soldats était prodiguée à une multitude oisive des deux sexes, qui n’avait d’autres vertus que celles de l’abstinence et de la chasteté. » (p.1157)

Cette charge antireligieuse n’est pas la pointe du raisonnement de Gibbon qui reprend l’explication de Montesquieu : la fin de l’expansionnisme ne peut que conduire au déclin. Cependant pour Gibbon, plus moraliste et moins « sociologue » que Montesquieu, les causes de l’abandon de l’énergie de puissance romaine sont à chercher dans les « légions victorieuses qui contractèrent dans des guerres éloignées les vices des étrangers et des mercenaires » et dans le fait que « les empereurs, occupés de leur sureté personnelle et de la tranquillité publique, eurent recours malgré eux au funeste expédient de corrompre la discipline, qui rendait les armées aussi redoutables à leur souverain qu’aux ennemis ; le gouvernement militaire perdit de sa vigueur, les institution partiales de Constantin l’anéantirent et le monde romain devint la proie d’une multitude de Barbares » (p.1156)


Max Weber

Un siècle après Gibbon, dans une conférence prononcée par Max Weber (1864-1920) en 1896 sur « Les causes sociales du déclin de la civilisation antique » [2], la perspective antérieure est remise en cause :

« L’empire romain ne fut pas détruit de l’extérieur, en raison d’une supériorité numérique de ses adversaires ou de l’incapacité de ses chefs politiques. Au cours de son dernier siècle, Rome eut ses chanceliers de fer : pour la diriger, on trouve des figures de héros comme Stilicon, en qui s’allient la force germanique et le raffinement de la diplomatie. D’où vient qu’ils échouèrent, là où d’hirsutes analphabètes mérovingiens, carolingiens et saxons réussirent et tinrent bon contre les Sarrasins et les Huns ? Depuis longtemps l’Empire n’était plus lui-même ; au moment de sa chute, il ne s’effondra pas soudainement sous un choc brutal : les grandes migrations ne firent, en fait, que conclure une évolution en cours depuis longtemps » (p. 63)

L’évolution fondamentale que signale Weber est que l’arrêt de l’expansion militaire a interrompu l’apport constant d’esclaves qui étaient utilisés dans les grandes exploitations et dans les mines. Il faut bien voir en effet que la description que font Caton, Varron ou Columelle du mode de travail des esclaves n’a rien à voir avec l’esclave lié à la famille en milieu urbain :

« Voyons le schéma idéal que nous livrent les agronomes. L’habitat du « cheptel parlant » (instrumentum vocale), autrement dit l’écurie pour esclaves, nous le trouvons à côté de celle du bétail (instrumentum semivocale). Il comprend les dortoirs, une infirmerie (valetudinarium), une prison (carcer), un atelier (ergastulum). Quiconque a porté l’uniforme songera aussitôt à une image familière : la caserne. Et de fait, la vie de l’esclave est normalement une vie de caserne. On dort et on mange ensemble, sous la surveillance du villicus, (…) chaque mois a lieu un appel pour la revue de détail. Le travail est soumis à une discipline militaire sévère : le matin, on s’aligne en sections (decuriae) et on part au pas cadencé sous la surveillance des moniteurs (monitores). Il est vrai que c’était inévitable : on n’a encore jamais réussi à faire produire avec du travail non libre pour le marché sans faire usage du fouet. » (p.71)

Le point fondamental pour Weber est que, sauf exception encouragée pour les femmes esclaves qui élèvent des enfants, l’entreprise esclavagiste  était incapable de se reproduire elle-même et il fallait continuellement se fournir en esclaves nouveaux sur le marché. Avec l’arrêt des conquêtes, la fourniture d’esclaves se restreint et les entreprises qui en sont tributaires se rétrécissent. Max Weber en voit pour preuve qu’à l’époque carolingienne, le servus est certes lié à un lieu, mais il vit sous le mode de la famille conjugale qui peut ainsi reproduire la force de travail. Comme l’a souligné Didier Bondue [3], le changement de situation a été si profond que le même mot servus a dû être doublé du mot esclave pour rendre compte de la modification.

Rostovtzeff

Cette explication semble insuffisante à Mihail Ivanovič Rostovtzeff (1870-1952) dans sa célèbre Histoire économique et sociale de l’Empire romain [4] qu’il conclut ainsi :

« Tout lecteur d’un volume consacré à l’Empire romain attendra de l’auteur qu’il exprime son opinion sur ce qu’il est convenu d’appeler, depuis Gibbon, le déclin et la chute de l’Empire romain, ou plus exactement de la civilisation antique en général. J’exprimerai donc brièvement mon point de vue sur ce problème, après en avoir donné ma définition personnelle. Le déclin et la chute de l’Empire romain, c’est-à-dire de la civilisation antique dans son ensemble, présentent deux aspects : l’aspect politique, social et économique d’une part, et l’aspect intellectuel et spirituel de l’autre. Dans le domaine politique, nous assistons à une barbarisation progressive de l’Empire, de l’intérieur, particulièrement en Occident. Les éléments étrangers, germaniques, jouent le rôle majeur tant dans le gouvernement que dans l’armée, et une colonisation massive déplace la population romaine, qui disparait de la scène. Un phénomène connexe, conséquence inéluctable de cette barbarisation interne, fut la désintégration progressive de l’Empire romain d’Occident ; les classes dirigeantes des anciennes provinces romaines, cédèrent d’abord la place à des Germains et des Sarmates, puis à des Germains seuls, soit par pénétration pacifique, soit par conquête. (…) Du point de vue économique et social, nous désignons par déclin le retour progressif du monde antique à des formes de vie économique extrêmement primitives, à une « économie domestique » presque pure. Les villes, qui avaient engendré et préservé les formes supérieures de la vie économique, déclinèrent progressivement, et la majorité d’entre elles disparurent de fait de la surface du globe.(…)

Voici donc le problème majeur qu’il nous faut résoudre. Pourquoi la civilisation urbaine de Grèce et d’Italie fut-elle incapable d’assimiler les masses, pourquoi resta-t-elle une civilisation élitiste, impuissante à créer des conditions pouvant assurer au monde antique une progression continue, ininterrompue, sur la même voie de civilisation urbaine ? En d’autres termes : pourquoi fallut-il édifier laborieusement la civilisation moderne comme une chose nouvelle sur les ruines de l’ancienne, au lieu qu’elle en soit la continuation directe ? » (p. 393-395)

Rostovtzeff se situe donc dans une perspective qui consiste à situer le monde actuel dans la continuité du monde antique en se posant la question de cette rupture qui interrompit un développement économique pour de nombreux siècles. Il examine alors successivement les explications de cette rupture : politiques ; économiques (dont celle de Weber qu’il critique car le dépérissement économique lui parait à expliquer plus qu’explicatif) ; biologiques ; religieuses (même critiques que pour l’économique : le développement du christianisme est un symptôme, non une cause). Il conclut :

« Aucune des théories existantes n’explique parfaitement le problème du déclin de la civilisation antique, si tant est que nous puissions appliquer le terme de « déclin » au phénomène complexe que j’ai tenté de décrire. Chacune cependant a largement contribué à déblayer le terrain et nous a aidés à comprendre que le phénomène majeur qui sous-tend ce processus de déclin est l’absorption progressive des classes cultivées par les masses, et la simplification consécutive de toutes les fonctions de la vie politique, sociale, économique et intellectuelle, phénomène que nous appelons barbarisation du monde antique. » (p.400)

La situation actuelle

Pour apprécier la situation présente, j’utiliserai l’essai paru en 1996 d’Aldo Schiavone, traduit en 2003 : L’histoire brisée [5] où, ne voulant pas écrire que pour des spécialistes, il reprend la question de Gibbon. Il situe comme Rostovtzeff le développement du monde actuel dans la  perspective d’une continuité avec le monde antique mais en se centrant sur l’aspect économique d’un développement qui s’est interrompu et sur les raisons de cette interruption.

En effet le courant historiographique dominant, en parlant d’antiquité tardive, s’oppose principalement à l’idée de catastrophe, d’effondrement total envisagé par Montesquieu ou Gibbon. Par exemple Peter Brown dans sa Genèse de l’Antiquité tardive [6] critique d’une manière argumentée ceux qui admettent qu’il faille être particulièrement abattu par la situation pour devenir chrétien (ou néo-platonicien) et « que seule la banqueroute pouvait faire perdre tout intérêt pour les splendeurs des temples de l’âge classique » (p.2). Schiavone note à propos de cette interprétation que :

« Ce changement de perspective a produit des résultats de grande valeur – surtout pour l’histoire des cultures et des mentalités – dont il ne faut pas sous-estimer les mérites dans le renouvellement des études sur l’Antiquité, mais qui sont en train de masquer un point essentiel. En insistant sur les processus de formation du monde de l’Antiquité tardive, et sur l’inextricable enchevêtrement de vieux et de neuf que ces transformations comportaient (surtout dans les régions orientales) ; une partie de ces recherches a fini par suggérer plus ou moins explicitement l’idée d’une transition douce et quasi imperceptible entre l’empire du deuxième siècle et l’Europe du haut Moyen Âge, occultant ainsi, fût-ce involontairement, l’aspect explosif et catastrophique que ce passage avait pris, au moins en Occident. » (p. 36)

Schiavone étudie donc les raisons qui font que le système romain, qui avait les moyens de maintenir un développement constant, aurait pu aboutir à une situation plus proche de ce que nous connaissons aujourd’hui. Nos villes actuelles, particulièrement en Italie ou en France sont en continuité directe, par le bâti par exemple, avec ce qu’elles furent au Moyen Âge, tandis que le rapport à la ville romaine ne peut se faire que par le biais de l’archéologie. « Quelle blessure de l’histoire avait bien pu se produire au zénith du monde antique, pour que dix siècles ne suffisent pas à la cicatriser complètement » (p. 43).

La thèse de Schiavone développe la prise de conscience de Weber de l’importance du travail servile et de la situation jugée normale d’une exploitation dégradante, considérée comme telle non pas en vertu d’un jugement moral anachronique, mais par les contemporains eux-mêmes qui y trouvèrent la cause des importantes révoltes d’esclaves (comme celle de Spartacus). Ces esclaves, comme Weber l’avait noté, ne reproduisent pas leur force de travail et les guerres sont devenues la façon habituelle de jeter sur le marché des masses d’esclaves qui étaient achetées nous dit Diodore de Sicile par écuries entières (ὅλα σωματοτροφεῖα, étymologiquement il s’agit « d’élevages de corps », traduit en latin par ergastulum, atelier d’esclaves [7] ).

Pline dans son Histoire naturelle (XVIII, 4, 19-21) est lui aussi critique vis-à-vis de ce mode de production qu’il oppose au mode de vie ancien du soldat-laboureur dont l’archétype est Cincinnatus :

__________aranti quattuor sua iugera in Vaticano,
__________labourant ses quatres jugères au Vatican
__________quae prata Quintia appellantur,
__________qui sont appelés prés Quinctiens
_____Cincinnato
_____à Cincinnatus
uiator attulit dictaturam
Un messager apporta la dictature

et quidem, ut traditur,
et même, à ce que l’on dit
_____nudo, plenoque
_____à [celui qui était] nu et plein
nuntius
le messager
_____morarum
_____d’empêchements
_____Vela corpus,
_____habille-toi
inquit,
dit
_____ut perferam senatus populique Romani mandata
_____pour que je te transmette les ordres du sénat et du peuple romain

(…)

at nunc eadem illa
et maintenant cette même [terre]
vincti pedes
des pieds enchainés,
damnatae manus
des mains condamnées
inscriptique vultus
des visages marqués [au fer]
exercent,
[la] travaillent sans relâche
non tam surda tellure
cette terre qui pourtant ne reste pas sourde

quae
qui
_____parens appellatur
_____est appellée mère
colique dicitur
d’être cultivée à ce que l’on dit

et ipso honore his absumpto,
et quand elle est privée de cet honneur par ceux-ci
ut
de sorte que
_____non inuita ea et indignante
_____qu’elle ne soit ni offensée ni indignée
credatur
l’on puisse croire
id fieri.
qu’il arrive

et nos miramur
et nous ne devons pas nous étonner
ergastulorum non eadem emolumenta esse,
que les profits ne soient pas les mêmes pour des ateliers d’esclaves
quae fuerint imperatorum
que pour des empereurs.

Le système esclavagiste fonctionnait bien, était très productif et décourageait toute recherche d’amélioration technique par le biais de machines, ce qui fait que la continuité entre monde antique et monde actuel doit être remise en cause. La modernité économique de l’Occident s’est construite sur des traits qui étaient étrangers aux hommes de l’antiquité : reconnaissance du travail libre indépendant, recherche de la productivité par l’utilisation de la technique. Le blocage antique qui dévaluait le travail manuel était tel qu’il est inconcevable que le système antique ait pu évoluer progressivement (bien que Schiavone estimât qu’une évolution aurait pu se faire à la fin de la guerre sociale, cf. p. 204 et suivantes). Le système d’exploitation esclavagiste était une voie sans issue : quand cessa la production d’esclaves par l’arrêt des guerres extérieures, l’histoire s’est alors brisée.

  1. Edward Gibbon, Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain, Robert Laffont, 1983, coll. Bouquins, 2 tomes []
  2. Max Weber, économie et société dans l’antiquité, La découverte, 2001 []
  3. Didier Bondue, De servus à sclavus : la fin de l’esclavage antique (371-918), Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2011 []
  4. Social and Economic History of the Roman Empire, Oxford, the Clarendon press, 1926 ; 2e ed. revue, 1957 ; traduction française : Michel Ivanovič Rostovtseff, Histoire économique et sociale de l’Empire romain, Laffont, 1988, coll. Bouquins []
  5. Aldo Schiavone, L’histoire brisée. La Rome antique et l’Occident moderne, Belin, 2003 []
  6. Peter Brown, Genèse de l’Antiquité tardive, Gallimard, 1983 []
  7. Diodore de Sicile, XXXIV-XXXV, 2. 27 []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Histoire

2 commentaires pour “ Rome : histoire brisée ou décadence ? (2) De Gibbon à aujourd’hui ”

  1. [...] [Veille] #hypotheses Rome : histoire brisée ou décadence ?  [...]

Laisser un commentaire

août 2014
L Ma Me J V S D
« juil    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Carnets de recherche