Le livre de Raoul Frary de 1885

Le livre de Raoul Frary, La question du latin, paru en 1885[1] a été l’occasion de discussion nombreuses : si Maupassant lui donne le titre d’une de ses nouvelles, ce même titre se retrouve dans de nombreuses autres contributions. Clément Falcucci, dans sa thèse de 1939 en donne de nombreux exemples[2] : sous le même titre il cite des articles de F.Brunetière dans la Revue des Deux Mondes, de F. Dreyfus-Brisac dans la Revue Internationale et il cite, concernant le débat, 13 articles ou livres espacés de 1886 à 1904.

Dans une nouvelle de 1886 ayant pour titre La question du latin, Guy de Maupassant raconte une histoire de sa jeunesse où il est question d’un répétiteur de latin qui est poussé par plaisanterie à épouser une ouvrière : ils achètent une épicerie plus rentable finalement que les cours de latin. Le titre est lié à l’actualité car la nouvelle commence ainsi : « Cette question du latin, dont on nous abrutit depuis quelques temps, me rappelle une histoire, une histoire de ma jeunesse ».[3].

Ce qui frappe dans le livre de Frary, et les contemporains y ont été sensibles, c’est sa radicalité : pour la première fois, un auteur prend en compte systématiquement tous les arguments en faveur du latin et montre leur inanité. Il s’attaque en effet aux quatre arguments qui étaient avancés pour le maintien du latin (et qui le sont toujours, ce qui montre bien qu’ils avaient acquis leur forme canonique dès cette époque). Ces quatre arguments sont résumés par lui de la façon suivante :
« Que l’étude d’une langue ancienne est une excellente gymnastique pour l’esprit des enfants ;
« Que la connaissance du latin est indispensable à qui veut bien savoir le français ;
« Que la fréquentation des grands hommes et des grands écrivains de l’Antiquité forme l’esprit et le cœur ;
« Que la civilisation moderne étant fille de la civilisation gréco-romaine, la meilleure culture qu’on puisse donner aux générations nouvelles est celle que nous empruntons à nos maitres. » (Frary, p. 112)

Contre le latin, gymnastique de l’esprit, Frary pose la question de savoir si la gymnastique au sens propre, celle du corps, « donne le dégout des exercices athlétiques » (p. 116). Ce n’est évidemment pas le cas et cela manifeste que la latin ne « muscle » pas le cerveau mais au contraire inhibe tout l’intérêt que les enfants ont devant tout savoir vivant : l’histoire, la géographie, les langues vivantes qui sont bien acceptés parce que facilement motivants. Il n’est que de considérer l’échec patent de l’enseignement du latin qui ne permet qu’à un tout petit nombre d’arriver au stade où le latin devient un instrument de découverte réellement enrichissant. Pour lui, c’est d’ailleurs cet échec, qui fait qu’il ne reste quasiment rien de l’enseignement du latin, qui a produit le thème de la gymnastique comme une espèce de lot de consolation : « c’est parce que le couronnement des études latines manque aux dix-neuf vingtièmes des élèves, qu’on a imaginé, assez tardivement d’ailleurs, cette théorie de la gymnastique intellectuelle, à peu près comme si l’on disait que dix ans de gammes forcées ont leur prix, abstraction faite de la musique. Nos aïeux, pour qui le latin était une langue presque vivante, riraient de la modestie avec laquelle nous avouons qu’il est fort utile pour nous d’apprendre péniblement ce que nous consentons à ne jamais bien savoir, et que nous avons besoin du rudiment pour assouplir nos intelligences rebelles » (p. 117-118). L’apprentissage du latin n’a pas formé des esprits, il a annihilé tout désir d’apprendre : comme l’on veut, pour d’autres raisons, maintenir cet enseignement, on essaye de trouver une utilité à cet apprentissage raté, c’est la théorie du latin gymnastique de l’esprit.

À l’appui de la thèse de Frary sur l’invention récente de la théorie, il faut noter que la gymnastique est une conquête récente de la pédagogie. Depuis le xviiie siècle, les bienfaits de l’exercice physique semblent une évidence que Rousseau exprimera : les grands noms européens de la gymnastique : Basedow, Pestalozzi, Amoros, Clias, Jahn, Ling vont avoir une influence en France où le mouvement a une coloration militaire avec la création, dans le cadre scolaire, de Sociétés de tir et de gymnastique puis, à la fin du siècle de Bataillons scolaires et au début du xxe siècle de l’hébertisme. C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre l’action de Coubertin pour la renaissance des Jeux Olympiques[4].

L’argument du latin utile à la connaissance du français est pour lui « un de ces arguments modernes qui trahissent la désuétudes des bonnes et vieilles raisons. Ce sont des branches où l’on se cramponne quand on perd pied […] ».

« Croyez-vous qu’Homère sût le sanscrit, l’aryen primitif, et que Cicéron fût versé dans la science des origines du latin, lui qui propose sans sourciller des étymologies si baroques ? » (Frary, p. 123). Ici, l’ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de lettres tient compte des acquis de la méthode historique, il sait que le cœur de la langue française, le noyau le plus ancien est issu du latin par l’intermédiaire du bas latin et de l’ancien français, et que la compréhension du français ne se fait directement par l’étymologie latine que pour les termes récemment importés du latin classique. Il s’agit là d’un programme de recherche actuel que l’université commence à diffuser : « ce n’est que de nos jours qu’on s’est avisé d’enseigner aux écoliers comment s’est accomplie la transition, comment la persistance de l’accent tonique explique le raccourcissement des mots et des formes grammaticales, comment on peut distinguer un vocable de dérivation populaire et un vocable de dérivation savante » (p. 123-124 ).

L’étude des langues anciennes serait un puissant moyen d’éducation morale : cet argument qui était au cœur de l’enseignement humanistes des collèges jésuites fait l’objet de nombreuses critiques au xixe siècle : Dupanloup avait noté que depuis la Révolution, il n’est plus guère défendable, Frary reprend aussi à son compte cet argument en s’en démarquant cependant. Pour lui, l’aspect romain de la Révolution n’est qu’une défroque dont se sont parés ceux qui avaient besoin « de quelques grands noms et d’une grande époque : la raison, l’intérêt, la passion ne suffiraient pas sans le prestige de l’autorité » (Frary, p. 132-133). Il regrette que « les pères de notre liberté et les prophètes de notre religion politique aient attaché tant d’importance aux bribes d’érudition classique qu’ils tenaient des Jésuites et de leurs imitateurs. »(p. 133). La Révolution n’est pas critiquable parce que romaine, mais les Romains sont critiquables parce qu’ils sont « de détestables professeurs de politique. Leur notion de liberté était passablement étroite, et ils ne soupçonnaient pas le régime représentatif, seul possible chez un peuple qui ne tient pas dans l’enceinte d’une ville. Ils sacrifient l’individu à l’État, tiennent peu de compte des droits de la famille, ignorent la liberté de pensée, et même la liberté de vivre à sa guise. » (p. 133). On n’a plus ici la critique des Romains pillards des économistes, mais la démarche est analogue : on n’a aucune raison de trouver chez les Romains des exemples de vertus. « On découvre chez Caton l’Ancien une avarice grossière et inhumaine, chez Brutus un scepticisme élégant qui n’exclut pas plus la cupidité que la douceur. Démosthène n’était pas incorruptible ; Cicéron était vain et souvent faible » (p. 141)

Le thème du « costume romain » est courant à l’époque chez les admirateurs de la Révolution : un bon témoignage en est Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte de Marx paru pour la première fois en 1852 et traduit en français en 1891. Il insiste sur le thème du « costume » des Anciens dont se revêtent ceux qui veulent transformer la société : « c’est ainsi que Luther prit le masque de l’apôtre Paul, que la Révolution de 1789 à 1814 se drapa successivement dans le costume de la République romaine, puis dans celui de l’Empire romain […] Les héros, de même que les partis et la masse de la première Révolution française accomplirent dans le costume romain, en se servant d’une phraséologie romaine, la tâche de leur époque »[5].

Il est intéressant de constater que Frary, comme Marx avant lui, compare cette utilisation du langage romain à la Révolution avec l’utilisation du langage biblique par Cromwell (Marx p. 17, Frary p. 132) : soit l’association des thèmes est commune à l’époque, soit Frary connait les thèses de Marx.

Enfin, le dernier thème est celui de la filiation : notre civilisation étant d’origine gréco-latine, toute formation à notre culture doit passer par l’apprentissage de ces civilisations mères. C’est le point ou Frary apporte quelques nuances à ces condamnations, en particulier comme souvent chez les universitaires, en ce qui concerne les Grecs :

« Si j’ai contesté la perfection morale des héros antiques, je ne contesterai point la beauté littéraire des antiques chefs-d’œuvre. L’art échappe à la loi du progrès, et il a des merveilles qu’on ne dépassera sans doute point. J’irai plus loin s’il s’agissait des Grecs. Comme ils vivaient dans la jeunesse du monde, on trouve dans les œuvres de leurs plus grands homme une fraicheur, une naïveté, une originalité, qui leur assurent à jamais la palme sur les génies égaux que les âges suivants peuvent voir surgir de loin en loin. » (Frary, p. 146). Les vrais créateurs sont les Grecs, les Romains ne sont que des imitateurs. Par contre les Modernes ont su faire preuve de véritable originalité littéraire. Les seuls remords de Frary concernent la poésie de Virgile et l’histoire de Tacite « les seuls que je ne me consolerais point de perdre » (p. 150).

Si au point de vue littéraire les Romains n’ont pas de privilèges, mais ne sont qu’une étape dans la création littéraire, du point de vue de la filiation des idées et des mœurs, les arguments donnés traditionnellement peuvent être mis en doute :

« Depuis le jour où Clovis parut sur les bords de la Seine, nous n’avons guère cessé de nous dépouiller de la tradition que les Latins, nos vainqueurs, nous avaient imposée. Nous vivons surtout des idées qu’ils n’ont pas connues. Leur société reposait sur l’esclavage ; la nôtre le proscrit. La religion était chez eux affaire d’État ; nous en faisons de plus en plus un sentiment d’ordre privé. Ils concentraient la vie publique dans la cité, et ne voyaient point de milieu entre le gouvernement direct et la domination d’un seul ; toutes nos institutions politiques sont fondées sur la représentation. Ils confondaient les pouvoirs ; nous les séparons. Ils ignoraient le progrès ; nous en faisons presque un dieu. Les sciences et les arts, qui tiennent une si grande place dans notre civilisation, étaient ou ignorés ou dédaignés à Rome. » (p. 159-160).

« S’il est un peuple moderne qui ressemble aux Romains, ce n’est assurément pas nous, ce sont les Anglais. L’amour des conquêtes, la passion du gain, le mépris du juste et de l’injuste en matière de relations internationales, l’art de gouverner les peuples soumis, et de fonder des colonies florissantes, une rare ténacité dans la guerre, le génie de la politique, un respect de la tradition qui n’exclut pas les innovations justifiées, un certain esprit formaliste et amoureux de la légalité, une certaine infériorité dans la culture et les arts, sauf en ce qui touche l’art d’écrire, ce sont là des traits communs aux concitoyens de Caton et à ceux de Palmerston. »

« Nous ne sommes plus des Latins : nous sommes Français et rien de plus. Celtes, Italiens, Germains, ces éléments dont se compose notre unité se sont si bien alliés et fondus qu’on perdrait sa peine à les analyser. Les siècles nous ont transportés si loin de Rome que notre civilisation est devenue absolument différente de celle qu’on nous fait étudier au collège. » (p. 161).

La rupture avec Rome est consommée : leur civilisation n’est plus la nôtre, même si en matière littéraire il leur reste une place (Virgile et Tacite). Revenant en arrière, Frary montre que si les collèges, depuis les humanistes, ont tenté de former les jeunes par l’intermédiaire du latin, c’est parce que le retour aux auteurs païens a permis une libération du joug scolastique :

« L’enthousiasme qu’excitèrent les Anciens quand on commença de les connaitre, après le moyen âge, venait en partie de ce qu’ils étaient païens. Le christianisme ne leur avait pas fait violence, ne les avait pas pliés à une discipline rigoureuse et mortifiante. Leur apparition subite eut l’air d’une renaissance de la nature ; on secouait en les admirant le joug d’une langue contrainte, de l’ascétisme, du mysticisme, de la scolastique. C’est alors que le triomphe des humanités fut le triomphe de l’humanité libre et vraie sur la théologie, qui avait imposé à l’esprit un joug si pesant. Sachons gré aux Anciens d’avoir procuré aux peuples chrétiens cette joie de sentir, après une si longue oppression, que la vie est bonne, que la passion n’est pas toujours coupable et que la terre n’est pas maudite. Mais cette dette de reconnaissance serait trop chèrement payée, s’il fallait lui sacrifier les intérêts de la jeunesse et le développement d’une longue suite de générations. D’ailleurs il ne faut pas exagérer l’importance de ce service. La Réforme contribua plus encore que la Renaissance à l’émancipation de l’Occident, parce que les humanistes consentaient trop aisément à livrer l’âme au pontife romain, pourvu qu’on leur laissât l’empire de l’art. Le catholicisme païen et naturaliste, qui fut la religion de l’Italie au XVIe siècle, n’était pas un véritable affranchissement ; ce n’était qu’une transaction entre l’Olympe et le Vatican. » (p. 154-155).

Ce qui est sous-entendu, parce qu’implicite pour un universitaire de l’époque et ne devant pas être mis en avant pour ne pas compromettre, par des paroles dangereuses, le projet républicain laïque (celui des « opportunistes »), c’est que l’émancipation de l’Occident a pris un nouveau départ avec la Révolution et que la Troisième République accomplit cette émancipation en luttant contre l’emprise de l’Église sur les esprits par le biais d’une politique scolaire dont la neutralité est déjà une libération. Le latin est trop la langue de la Tradition, de « Rome », avec l’ambiguïté associée à ce mot, Rome antique païenne ou Rome moderne du catholicisme romain, pour que la question du latin ne joue pas, à fleuret moucheté, la question de l’emprise de l’Église en France. Pour lui, l’usage intempestif du « costume » romain de la Révolution a été l’occasion de constater que notre coupure d’avec la civilisation romaine est irrémédiable et qu’il s’est accompli au même moment que la rupture avec l’Église. Tous les arguments donnés depuis ne sont que des faux semblants qui masquent que sous couvert de Tradition, on essaye de faire passer le recours à une vision traditionnelle de la société que la Révolution a mis en cause et que les républicains devront critiquer, éventuellement en s’appuyant sur l’étude du grec.

Mais Frary se heurte aussi à un état de fait dont il lui faut rendre compte : à son époque, qu’ils soient républicains ou non, les membres de la bourgeoisie font faire du latin à leurs enfants car le latin est le symbole de la « haute éducation », de la bonne éducation :

« La vérité est qu’on apprend le latin pour être homme du monde, pour entrer dans la société polie et cultivée. La société polie a des exigences. De même qu’il faut porter des vêtements noirs, même en été, et un chapeau incommode en toute saison, il faut savoir le latin, ou plutôt avoir passé un certain nombre d’années dans les maisons où on l’enseigne. Il n’est pas élégant de citer Horace, ni même de le traduire, à moins qu’on ne soit général en retraite, mais il est presque indispensable de l’avoir fréquenté à l’âge où le duvet commence à ombrager les lèvres. C’est l’usage, et cela suffit.

« Il est interdit de violer les usages, mais non de les discuter. En y regardant de près, on voit que ce que le bon ton exige, c’est une éducation sérieuse et prolongée, et rien de plus. Si le latin est requis, c’est qu’en dehors du latin il n’y a point d’études, point d’enseignement secondaire. Avez-vous passé votre jeunesse avec les fils de la bonne bourgeoisie ? Avez-vous subi les mêmes exercices, les mêmes épreuves que la masse des gens dont vous prétendez être l’égal ? La porte vous est ouverte. Le diplôme n’est qu’une présentation : une fois présenté, on vous jugera par vous-même. Aussi vous est-il permis d’oublier toutes ces belles connaissances dont vous avez fait la preuve. Si c’est le latin qu’on recherche, et non le collège, il serait moins nécessaire d’être bachelier, et plus nécessaire de se rappeler ce qu’on a feint de savoir pour devenir bachelier.

« Gardons l’enseignement secondaire ; gardons le collège, avec des études assez fortes, s’il se peut, assez longues dans tous les cas. Mais nous y mettrons ce qu’il nous plaira, ce que nous jugerons utile. La société veut des esprits cultivés, et elle a raison ; mais elle aura moins de préjugés sur le choix de la semence qu’on y jette, le jour où tout le monde saura qu’on peut labourer dix ans la cervelle d’un jeune homme pour y récolter autre chose que des thèmes latins. C’est une expérience à faire, car elle n’a pas encore été tentée. » (p. 162-163)

Ainsi conclut Frary et cette citation est une reprise sous une forme spécifique dont il faut rendre compte de ce qu’on pourrait appeler l’argument sociologique, cette dénonciation du fait qu’on fait du latin pour de « mauvaises raisons » liées à des exigences sociales. Dans la Question du latin, Frary ne semble pas critiquer l’exigence sélective de l’enseignement, Cependant, dans un autre ouvrage paru antérieurement, le Manuel du démagogue[6], il expose se propres vues politiques, sous couvert de la fiction de conseils à un jeune ambitieux. Il se révèle républicain mais se méfiant des conséquences d’une démocratie qui peut conduire à des excès, en particulier en matière d’éducation :

« l’enseignement secondaire et supérieur deviendra gratuit, et sera largement offert aux enfants pauvres qui gagneront des bourses aux concours. Il peut arriver que l’on nuise ainsi au commerce, à l’industrie, à l’agriculture, en poussant aux carrières libérales des jeunes gens intelligents qu’une éducation plus modeste aurait rendus utiles dans une autre voie. Au bout de peu d’années, la France regorgerait d’avocats et de politiciens ambitieux, manquerait de commis laborieux et capables ; elle aurait trop d’artistes et trop peu d’artisans habiles ; elle posséderait plus de bons ingénieurs que de bons contremaitres, plus de bon contremaitres que de bons ouvriers […] Le principal résultat de la gratuité de l’enseignement secondaire et supérieur, sera de multiplier outre mesure les candidats aux fonctions publiques. » (Frary 1884, p. 232).


[1] Raoul Frary, La question du latin, Paris, Léopold Cerf, 1885.

[2] Clément Falcucci, L’humanisme dans l’enseignement secondaire en France au XIXe siècle, Thèse Lettres Paris, Toulouse, Privat, 1939.

[3] Guy de Maupassant, Contes et nouvelles, Paris, Albin Michel, (édition A.-M. Schmidt), 1962, p. 565-574. Je remercie Alain Guillemin de m’avoir signalé ce titre.

[4] Dominique Laty, Histoire de la gymnastique en Europe, Paris, Presses universitaires de France, 1996.

[5] Karl Marx, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, Paris, Éditions sociales, 1969, p. 15-16.

[6] Raoul Frary, Manuel du démagogue, Paris, Léopold Cerf, 1884.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *