Inscriptions romaines (1)

Les inscriptions latines sont nombreuses à Rome à être proposées à la lecture de tous. Pour bien les comprendre, un livre peut y aider, même s’il est en anglais (langue latine pour une bonne part, par le biais du français) : The Latine Inscriptions of Rome. A Walking Guide, de Tyler Lansford, (Baltimore, John Hopkins University Press, 2009, on peut se le procurer ici, voir son site).

Ces inscriptions sont souvent d’époque moderne et datent de la Rome pontificale mais sont un mélange d’expressions antiques et modernes. Prenons à titre d’exemple cette dédicace de l’escalier de la Trinité des Monts :

DSCN1790Haut

D.O.M. c’est-à-dire D(eo) O(ptimo) M(aximo), à Dieu, très bon et très grand. La dédicace est faite au dieu de l’Eglise catholique puisqu’elle est datée du pontificat de Benoit XIII (qui va de 1724 à 1730) : SEDENTE BENEDICTO XIII, sedente, c’est-à-dire siégeant,  PONT(ifice) MAX(imo), comme souverain pontife. LUDOVICO XV, c’est-à-dire Louis XV, IN GALLIIS REGNANTE, régnant dans les gaules (manière traditionnelle en néo-latin de désigner la France).

De ces cinq lignes, deux sont inspirées directement de faits religieux romains. L’invocation au dieu très bon, très grand et la mention du souverain pontife.

D(eo) O(ptimo) M(aximo) et le décalque de l’invocation à Jupiter très bon, très grand I(ovi) O(ptimo) M(aximo) que l’on trouve sur de nombreux monuments (par exemple ici, après la reproduction de la colonne trajane). Cette identification entre Jupiter et le dieu chrétien n’est pas anecdotique car ce qui était reconnu à Jupiter, c’est la souveraineté, non pas tant sur le panthéon des dieux antiques, mais bien plus précisément sur Rome. [1]
C’est un phénomène analogue de récupération qu’exprime la qualification du Pape comme souverain pontife : après César et à la suite d’Auguste, les empereurs, rassemblant tous les pouvoirs civils et religieux,  prendront ce titre qui permet d’être à la tête du collège des pontifes. Par ce titre le pape se déclare à la tête de Rome du point de vue religieux.

Examinons la suite de l’inscription :

DSCN1791Bas

EIUSQ(ue) APUD SANCTAM SEDEM
NEGOTIIS PRAEPOSITO
MELCHIORE S(anctae) R(omanae) ECCLESIAE
CARDINALI DE POLIGNAC
ARCHIEPISCOPO AUSCITANO
AD SACRAE AEDIS ALMAEQUE URBIS
ORNAMENTUM
AC CIVIUM COMMODUM
MARMOREA SCALA
DIGNO TANTIS AUSPICIIS OPERE
ABSOLUTA
ANNO DOMINI MDCCXXV

Eiusque se réfère à Louis XV dont Melchior de Polignac, cardinal de la Sainte Eglise romaine, archevêque d’Auch, est le « chargé d’affaire » (negotiis praeposito) auprès du Saint-Siège. La dédicace s’adresse aussi à lui (Melchiore).

Le sujet de la phrase suivante est l’escalier de marbre (marmorea scala) achevé (absoluta) pour l’ornement (ad ornamentum) du temple sacré (sacrae aedis) c’est-à-dire la Trinité des Monts en haut de l’escalier, et de la bonne Ville (almaeque Urbis) et au profit des citoyens (ac civium commodum). Escalier achevé par un ouvrage digne de tant de protecteurs, c’est-à-dire : Dieu, le roi de France, le Pape et l’ambassadeur du roi de France (digno tantis auspiciis opere), ouvrage fait en l’année du Seigneur 1725 (anno domini MDCCCXXV).

***

Du fait de la distance, les inscriptions de l’arc de Septime Sévère sur le forum,
DSCN1812

ou de celui de Constantin près du Colisée sont peu lisibles à l’œil nu.

DSCN1829

Nous préférons citer une inscription plus récente mais tirée d’ Horace :

DSCN1822

DSCN1823NihilZoom

NUNC LICET ESQULIIS HABITARE SALUBRIBUS, Satires I, 8, 14. Sur cet édifice public, situé sur l’Esquilin, on voit cette citation en hommage à Auguste qui rendit salubre un lieu d’inhumation pour les déshérités, ce quartier romain des Esquilies situé sur l’Esquilin : il est possible maintenant d’habiter aux Esquilies salubres. C’est une bonne devise de mairie d’arrondissement.

La via del Viminale affiche aussi un fier slogan : IN REPVBLICA NIHIL TVMVLTVARIVM,

DSCN1823Nihil

Dans une république, rien ne doit être désordonné : il s’agit d’un bâtiment de l’Istat, l’équivalent de l’Insee. S’agit-il de la règle qui doit servir pour tout recensement ou d’une inscription plus ancienne ? Le hasard des modifications d’implantations de bâtiments publics peut conduire à des surprises.

***

De telles inscriptions sont elles  exploitables pédagogiquement ? On en trouve dans beaucoup de villes mais elles supposent beaucoup de connaissances historiques et leur style est très solennel, ce qui ne les rend pas faciles à traduire. Cependant, pour la première citée ici, le rapprochement avec l’histoire de France en facilite la compréhension, au moins des premières lignes. Ce qui est motivant face à de telles inscriptions, c’est que l’on est réduit à ses propres forces : on n’en trouve pas la traduction dans les guides (sauf dans le Walking Guide cité) : si l’on veut comprendre, il faut chercher.


[1] Jean-Maurice de Montremy et John Scheid, Jupiter et la puissance de Rome, Larousse, 2008


2 réflexions au sujet de « Inscriptions romaines (1) »

  1. Bonjour,
    Concernant l’église de la Trinité des monts, à Rome, sur un des 2 clochers (datant de 1495) il y a une inscription :
    ANNO.D.M.D.LXX

    Du coup je ne comprends pas cette date ?

    Merci

    1. La construction de l’Église de la Trinité des Monts a commencé en 1502, mais le sac de Rome de 1527 a interrompu les travaux. La mention ANNO.D.M.D.LXX doit être lue de la manière suivante ANNO D(OMINI) M (1000) D (500) L (50) XX (20) soit 1570 : c’est l’année probable de fin de construction.
      Source : Tyler Lansford, The Latin Inscriptions or Rome. A Walking Guide, p. 321.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *