Inscriptions romaines (2). Res gestae : le « rapport moral et financier » d’Auguste

Repartons dans Rome avec l’inscription sur le fronton du Panthéon qui est une restauration du 19e siècle reproduisant l’inscription originale due à Hadrien.

M(arcus) AGRIPPA L(uci) F(ilius) CO(n)S(ul) TERTIVM FECIT

Aggripa, général d’Octave pendant le second triumvirat, fit construire durant son troisième consulat un premier temple en l’honneur de tous les dieux, bâtiment qui fut reconstruit dans sa forme actuelle par Hadrien.

(Cliquer sur les photos pour des vues agrandies)

Sautons quelques années : Octave est devenu Auguste et a instauré le principat. La paix augustéenne est célébrée par la construction d’un autel de la paix l’Ara Pacis qui a été restauré et installé dans un bâtiment dû à l’architecte Richard Meier.

Présentation du projet architectural dans son ensemble

Su l’un des côtés du bâtiment, on peut voir l’inscription suivante :

Res gestae divi Augusti quibus orbem terrarum imperio populi Romani jubjecit, et impensae, quas in rem publicam populumque Romanun fecit.

Hauts fait du divin Auguste par lesquels il a soumis le monde entier à l’empire du peuple romain ainsi que les dépenses qu’il a faites pour la République et pour le peuple romain.

A la mort d’Auguste (14 ap. JC) est lu au sénat le texte des Res gestae et le texte en est gravé sur des stèles placées devant le mausolée d’Auguste. Des copies de ce texte sont publiées dans des villes de l’Empire et des versions grecques et latines de ces inscriptions ont été retrouvées à Ankara (voir épigraphie) et à Antioche.

On trouvera dans l’édition aux Belles Lettres de ce texte par John Scheid les explications nécessaires, les textes grecs et latins ainsi qu’une unique traduction car il y a peu de variantes entres les inscriptions. [1]
L’expression de rapport moral et financier convient assez bien pour ce texte. Examinons en le premier paragraphe :

Annos undeviginti natus, âgé de 19 ans, comparavi exercitum, j’ai recruté une armée, privato consilio et privata impensa, de ma propre inititative et à mes propres frais, per quem in libertatem vindicavi  rem publicam, par laquelle j’ai rendu la liberté à la république, a dominatione factionis oppressam, opprimée par la domination d’une faction.

Lisons la suite dans la traduction de Scheid :

Pour cette raison, le Sénat, par des décrets honorifiques, me coopta dans son ordre sous les consuls Gaius Pansa et Aulus Hirtius [43 av. JC], en me conférant le droit de donner mon avis parmi les consulaires ; en outre, il m’accorda l’imperium. Il me confia le soin de veiller en qualité de propréteur, conjointement avec les consuls, à ce que la République ne connût pas de dommage. Le Peuple quant à lui m’élut la même année consul, après que les deux consuls étaient tombés à la guerre, et triumvir chargé de la restauration de la République. Ceux qui ont assassiné mon père, je les envoyai en exil, et je vengeai leur crime en vertu d’actions judiciaires conformes à la loi. Et quand après cela, ils firent la guerre à la République, je les ai vaincus deux fois en bataille rangée.

On a là le rapport moral qu’Auguste fait à l’issue de son principat : il met l’accent sur la légalité de son action. S’il a recruté une armée de son propre chef, cette action a été validée a posteriori par le Sénat qui l’intègre dans ses rangs et lui donne l’imperium, c’est-à-dire le commandement qui allait devenir ce que nous connaissons sous le nom de l’empire. En effet, comme il le dit plus loin  : »J’ai été salué vingt et une fois du titre d’imperator » : par cette répétition, une charge temporaire de commandement est devenu un titre de gouvernement impérial. Cette répétition marque bien le souci de légalité d’Auguste. Il a été très tôt nommé consul mais il dit l’avoir été treize fois et être, quand il écrit ce texte, « dans la 37e année de la puissance tribunicienne ». Il reçoit des charges civiles mais aussi religieuses :  » grand pontife [pontifex maximus], augure, membre des quindécemvirs des rites sacrés, membre des septemvirs épulons, frère arvale, sodalis Titius, fétial ». Il cumule donc toutes les charges mais dit avoir refusé la dictature et le consulat perpétuel.

Le rapport financier est enchâssé dans le rapport moral (chapitre 15) :

« A la plèbe romaine j’ai payé trois cents sesterces par tête en exécution du testament de mon père, et en mon nom, je lui donnais dans mon cinquième consulat quatre cents sesterces provenant du butin de guerre  » .

Viennent ensuite les dons aux soldats et au Trésor public lui-même. Un appendice note : « total de la somme qu’il a versée au Trésor, à la plèbe romaine ou bien aux soldats libérés de leurs obligations : six cent millions de deniers ».


Pourquoi lire ce texte

Il ne faut pas lire les Res gestae d’un point de vue d’historien distancié qui note comment Auguste réécrit l’histoire en mettant son action sous le signe de la légalité et qui réussit encore aujourd’hui sa politique de communication post mortem. Il faut lire ce texte, et la vie d’Auguste, comme un modèle exemplaire (un paradigme) de la sortie de la guerre civile par l’absolutisme.

Depuis les Gracques (2e siècle av. JC) la violence envahit la politique romaine : après les épisodes de Marius et Sylla, nous entrons dans la guerre civile. L’assassinat de César est le fait d’une conjuration à l’intérieur du sénat : c’est la classe politique elle-même qui est divisée d’une manière irrémédiable, le triomphe d’une faction ne peut passer que par l’élimination de l’autre.

Si la Pax Augusta à laquelle est dédié l’autel de l’Ara Pacis, a été possible, c’est parce qu’Auguste (après s’être débarassé de ses adversaires) n’a pas voulu prendre les risques qui avaient été à l’origine de la mort de César, c’est-à-dire une ambition royale plus ou moins déguisée. Il a par une révolution conservatrice construit un rôle de princeps s’appuyant sur la légalité, mais si cette politique a réussi, c’est parce que la classe politique romaine l’a laissé faire par peur du retour de la guerre civile.

La guerre civile est l’exacte antithèse de la Concorde cicéronienne, cette posture où chacun s’emploie dans son action à faire en sorte que le groupe auquel il appartient fonctionne. Cicéron est mort de la guerre civile, assassiné par un sbire d’Antoine, un des triumvirs mais sa mort est aussi celle de l’attitude ancienne où la vertu romaine faisait que chacun concourrait au salut de la République.

Comme nous l’avons vu précédemment, la Révolution française s’est faite au nom de la vertu romaine mais elle a conduit à forme de guerre civile, la Terreur, et à une sortie de crise à la manière augustéenne par Napoléon. Celui-ci est parti de l’idée que les institutions républicaines s’étaient faites sur le mode romain, et qu’il convenait d’en sortir en les respectant et non en accomplissant une restauration de la royauté. Passer du consulat à l’empire, c’est suivre le chemin d’Auguste en reprenant les termes mêmes qui avaient été utilisées : sénat, consulat, empire

Le bonapartisme a été une voie souvent utilisée et même le Général de Gaulle, qui a rénové la République pour la cinquième fois et qui a produit une constitution que nous utilisons encore a utilisé le même mode opératoire. Comme le rappelle  Guy Carcassonne en commentant le préambule de la constitution de la 5e République qui rappelle solennellement l’attachement du peuple français aux principes de la souveraineté nationale, « le général de Gaulle a parcouru, dans une légalité de circonstances, le chemin de Colombey-les-Deux-Églises à Paris. Or ce chemin lui avait été ouvert par les officiers factieux qui, à Alger le 13 mai 1958, s’étaient insurgés contre le pouvoir de la République. Il n’était donc pas superflu, pour dissiper les dernières craintes, de réaffirmer les principes bafoués quelques semaines auparavant ». [2]

Carcassonne reprend pour qualifier les généraux insurgés le terme souvent utilisé à l’époque de factieux, c’est-à-dire le même que celui de la première phrase des Res gestae : a dominatione factionis oppressam. La lutte contre les factions a été le mot d’ordre de tous les camps, de tous les penseurs politiques (y compris Machiavel) jusqu’à ce qu’une invention récente donne le moyen, qui reste fragile, d’empêcher le déclenchement de la guerre civile due à la lutte des factions.

En effet, on considérait dans la théorie politique classique, que le politique n’était que le reflet du social : la plèbe avait fait sécession sur l’Aventin et les patriciens avaient accordé à la classe sociale des plébiens des tribuns du peuple qui défendaient leur cause. Cette idée du politique reflet du social s’était théorisé avec les trois types de constitution : démocratique (gouvernement du peuple), aristocratique (gouvernement des puissants, c’est-à-dire des riches), monarchique (gouvernement d’un seul, roi, tyran, despote, chef de guerre). Depuis l’antiquité la solution théorique était de mélanger les genres comme à Rome (c’est la théorie de Polybe), où le sénat est le trait aristocratique, les tribuns le trait démocratique et les consuls le trait monarchique.

Au 18e siècle, la pensée politique reste persuadée que la démocratie à l’antique, athénienne ou spartiate, est une utopie qui ne peut fonctionner que sur de petits territoires (comme les cantons suisses) car elle suppose la vertu du peuple, son souci du bien commun, ce qui n’arrive jamais comme le pensait déjà Rousseau. Robespierre, lui, veut substituer « la morale à l’égoïsme, la probité à l’honneur, les principes aux usages, les devoirs aux bienséances, l’empire de la raison à la tyrannie de la mode, le mépris du vice au mépris du malheur, la fierté à l’insolence, la grandeur d’âme à la vanité, l’amour de la gloire à l’amour de l’argent, les bonnes gens à la bonne compagnie, le mérite à l’intrigue (…), c’est à dire toutes les vertus et tous les miracles de la république à tous les vices et à tous les ridicules de la monarchie. » (discours fait pendant la Terreur, le 7 février 1794). Mais la vertu ne se promulgue pas et conduira à l’échec de la Révolution française, la Terreur et à sa conséquence, Napoléon.

Le paradoxe est que la Révolution française a été précédée par la Révolution américaine qui a inventé une forme non pure de démocratie, la démocratie représentative.

La démocratie représentative

L’expression nous semble anodine car nous vivons avec depuis plus d’un siècle mais elle était radicalement nouvelle pour les fondateurs de la démocratie américaine. Dans la période qui va de 1776, l’indépendance à 1787, où s’élabore une constitution fédérale, les hommes politiques américains prirent conscience que les intérêts individuels étaient une donnée incontournable et que la vie politique ne pouvait en faire abstraction. Ces intérêts, s’ils s’agrègent conduisent à des factions et au risque de guerre civile : espérer en une vertu individuelle qui va les estomper est une utopie dangereuse. La solution est de faire en sorte que l’élection de représentants conduise à regrouper des individus qui représentent des intérêts divergents mais qui, en se rassemblant physiquement, crée un effet de groupe qui distancie les élus de leurs électeurs. Cette nouvelle classe, devenus ce que nous appelons maintenant des politiciens, réfléchissent désormais en prenant de la distance, regardent les réalités d’un point de vue différent, celui de l’intérêt général.

Les représentants n’ont pas renoncé par vertu aux intérêts individuels : ce qui est efficace, c’est l’éloignement, l’effet de groupe, le fait que pour être élu il faut en quelque sorte vouloir se singulariser des autres, prendre un point de vue extérieur à son camp. Par la représentation collective, les factions au sens ancien ne sont pas supprimées, elles sont reproduites en modèle réduit au sein des assemblées, mais ce modèle réduit, du fait de la distance due à l’élection est gérable, la lutte des factions devient une lutte de partis politiques au sens moderne, c’est-à-dire que la victoire n’est plus l’élimination de la faction adverse mais la prise du pouvoir politique, c’est-à-dire le soin de gouverner le pays, jusqu’à la prochaine élection. L’inconvénient du système est qu’il crée une classe politique qui en s’autonomisant permet certes de réduire les conflits, mais qui en s’autonomisant trop, risque de devenir une caste complétement déconnectée du peuple qu’elle doit représenter.

En France, on dit souvent de l’opposition gauche/droite que c’est une guerre civile larvée : l’expression est judicieuse car elle nous rappelle le temps de l’après Révolution marquée par l’opposition d’une droite légitimiste et d’une gauche républicaine qui jusqu’à la troisième république utilisait encore la technique de la prise du pouvoir par la force. En 1875 le choix institutionnel se fait au parlement en faveur de la République, choix qui sera ratifié par les électeurs en 1876 : la démocratie représentative a pour la première fois fonctionné en France car les partis politiques ont tranché un choix fondamental par un vote et non par la force, et que ce choix a été entériné également par un vote populaire, la majorité des français ne voulant plus revenir à la guerre civile.

Les fondateurs de la démocratie représentative américaine ont eu le sentiment d’innover par rapport à la situation depuis l’antiquité et les spécialistes d’aujourd’hui sont d’accord avec eux : on a pu dire c’était là la fin de la politique classique. [3]

Et la pédagogie ?

Si l’étude des Res Gestae a du sens pour le citoyen d’aujourd’hui qui y voit un éclairage sur une des voies de la sortie de la guerre civile, qu’y peuvent trouver des adolescents du collège ? Il serait erroné de penser que les collégiens ne savent pas ce qu’est une guerre civile entre factions car ils peuvent être amenés à en pratiquer des formes sous d’autres noms. De même qu’une cour de récréation d’école primaire est loin d’être un havre de paix mais s’apparente plus à une lutte de clans maintenue dans des limites tolérables par l’autorité, de même les relations entre adolescents peuvent être marquées par des luttes sourdes entre groupes où les menaces, les coups, les SMS vengeurs font que la description de Hobbes de l’état de nature et de la nécessité d’une autorité source de pacification s’impose. Si la pratique des sports collectifs est d’une si grande efficacité éducative c’est précisément qu’elle respecte la dynamique de l’affrontement (qui reste dans des limites symboliques) et qu’elle encourage la coopération entre partenaires, même s’ils ne sont pas des amis. Pour les mêmes raisons la pratique d’actions collectives en faveur d’une tâche commune qu’elle soit simplement festive, scientifique ou humanitaire doit faire partie de l’action éducative.

Comprendre ce qu’est une guerre civile, les collégiens peuvent le faire : il est d’ailleurs un livre qui fait partie des lectures du programme de français de 3e qui peut les y aider : le livre de William Golding, Sa Majesté des mouches, qui manifeste en partant de situations accessibles aux adolescents ce qu’est l’état de nature au sens de Hobbes. Il est donc tout à fait possible de leur faire prendre conscience que la sortie d’une guerre civile par lassitude, en s’en remettant à la première autorité raisonnable (comme Auguste ou Napoléon) est une option à prendre en compte. Ils peuvent comprendre aussi que la lutte symbolique qu’est le champ politique et la délibération qui y règne peut constituer une issue meilleure, qu’ils peuvent d’ailleurs adopter pour régler leurs propres conflits.

Terminons en regardant la procession des proches d’Auguste reproduite sur un des côtés de l’Ara pacis : le calme, la noblesse, l’allégresse d’une vie familiale y domine.

J’ai rendu la liberté à la République, in libertatem vindicavi  rem publicam dit Auguste, mais n’oublions pas que c’est Octave, le chef d’une faction, qui a triomphé et non la liberté ni la République. Il n’est pas étonnant qu’à quelques mètres, précisément près du Mausolée d’Auguste, Mussolini lui ait rendu l’hommage qui suit :

HVNC LOCUM VBI AVGVSTI MANES VOLITANT PER AVRAS
POSTQVAM IMPERATORIS MAVSOLEVM EX SAECVLORUM TENEBRIS
EST EXTRACTVM ARAEQVE PACIS DISIECTA MEMBRA REFECTA
MVSSOLINI DVX VETERIBVS ANGVSTIIS DELETIS SPLENDIDIORIBVS
VIIS AEDIFICIIS AEDIBVS AD HVMANITATIS MORES APTIS
ORNANDVM CENSVIT ANNO MDCCCCXL A F. R. XVIII

Cet endroit, où les manes d’Auguste passent ça et là au gré du vent, après que le mausolée impérial ait été tiré de siècles de ténèbres et que les membres disjoints de l’autel de la paix aient été rassemblés, le guide Mussolini décida qu’il serait embelli, les anciens passages étroits étant remplacés par de plus resplendissantes voies, constructions, demeures, dignes des usages de l’humanité.

La date finale MDCCCCXL A F(ascibus) R(enovatis) XVIII, c’est-à-dire en 1940, 18e année depuis la rénovation des faisceaux nous invite à ne pas adhérer à cette hommage à un ancien factieux [4] venant du créateur d’un mouvement totalitaire qui a prétendu restaurer la république romaine dans Rome et qui l’a discréditée,  cf. le billet consacré à l’Italie.


[1] John Scheid, RES GESTAE DIVI AVGVSTI; Hauts faits du divin auguste, Les belles lettres, 2007. Si le texte est connu sous le nom de Res gestae, les inscriptions portent la mention de Rerum gestarum … exemplar, copie des hauts faits…

[2] La constitution. Introduite et commentée par Guy Carcassonne, Seuil 1999, p.37

[3] Gordon S. Wood, La création de la république américaine, Belin, 1991 (version originale 1969)

[4] Il peut sembler étonnant qu’Auguste puisse aujourd’hui être l’objet d’un jugement de valeur, d’une damnatio memoriae. L’histoire antique n’est pas une histoire exotique où nous n’avons rien à voir : c’est l’histoire de notre civilisation et jusqu’au début du 19e siècle elle en a été le modèle politique. La prise de distance, qui s’est faite depuis, fait que nous pouvons la regarder de l’extérieur, et c’est ce qui explique peut-être que l’histoire scientifique, distanciée, est née à cette époque. Il faut en conserver les apports mais le problème que la vie politique romaine n’a pas résolu, la guerre civile, reste toujours un problème aujourd’hui, même si la démocratie représentative l’a apprivoisée.

Les italiens ne pratiquent pas la damnatio memoriae et restaurent même le Palazzo della Civiltà del Lavoro, construction mussolinienne pour l’EUR, l’exposition universelle de Rome prévue pour 1942 et qui évidemment n’eut jamais lieu.

Il y a aussi une dédicace :

VN POPOLO DI POETI DI ARTISTI DI EROI
DI SANTI DI PENSATORI DI SCIENZIATI
DI NAVIGATORI DI TRASMIGRATORI

Un peuple de poètes, d’artistes, de héros, de saints, de penseurs, de scientifiques, de navigateurs, de migrants

Il s’agit d’une citation d’un discours de Mussolini de 1935  à propos des sanctions contre l’Italie après sa conquête de l’Ethiopie.

Les italiens ont réglé la question de Mussolini en l’éliminant physiquement mais surtout en constituant un pacte national d’après guerre basé sur la commune résistance des chrétiens et des communistes au fascisme. Mais la guerre civile n’était pas loin, ce que retrace avec assez d’exactitude le Petit monde de Don Camillo.


Une réflexion au sujet de « Inscriptions romaines (2). Res gestae : le « rapport moral et financier » d’Auguste »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *