Sur les épaules des géants

25 novembre 2012
Par

L’expression est aujourd’hui très fréquemment utilisée. Le livre de Stephen Hawking paru en 2003 [1] en manifeste bien le contexte d’utilisation : il s’agit de montrer comment la science contemporaine s’appuie sur les auteurs précédents d’une manière cumulative. Einstein s’appuie sur Newton qui utilise Kepler et l’on remonte ainsi jusqu’à Galilée et Copernic.

Comme indiqué dans la préface, Newton est cité car il a présenté son travail comme s’appuyant sur les épaules de ses prédécesseurs. Dans une lettre à Robert Hooke en 1676 il écrit que « si j’ai pu voir aussi loin, c’est parce que j’étais juché sur les épaules de géants» et Hawking ajoute que « ces mots illustrent parfaitement le processus d’évolution de la science, et même de la civilisation : une suite d’avancées, chacune construite sur les précédentes ».

La manière de voir de Newton est aujourd’hui largement partagée :
- une émission très suivie de France-Inter s’appelle précisément « Sur les épaules de Darwin » [2]. Le Père de l’Évolution était un géant de la science et aujourd’hui chaque avancée de la biologie nous permet de voir plus loin que lui.
- Le Google universitaire utilise l’expression comme devise permanente du site (cf. la version anglaise car la version française dit « Sur les épaules d’un géant », ce qui est une interprétation différente).

Ces interprétations sont-elles cohérentes avec ce qu’avait dit Bernard de Chartres à qui on attribue la mention des « nains sur les épaules des géants » ? Examinons ce que dit Jean de Salisbury qui la rapporte (en suivant l’interprétation Édouard Jeauneau qui est la référence majeure sur cette question) [3].

L’École de Chartres

Situons nous par la pensée au 12e siècle : c’est le siècle des démêlés d’Abélard (que nous avons déjà rencontré ici) et de Saint-Bernard. À Chartres, dans une brillante École Cathédrale, une de ces écoles créées pour la formation des clercs à la suite de l’impulsion de la réforme carolingienne, Bernard de Chartres, qui en est le chancelier dispense un enseignement sur les matières profanes (trivium et quadrivium) et non sur les matières religieuses. C’est dans ce contexte que se situe Jean de Salisbury (1115 ?-1180 ?) : il a fait ses études à Paris, c’est un ami de Thomas Becket et il est en poste à Canterbury, y compris après l’assassinat de ce dernier. Il finit sa carrière comme évêque de Chartres, ce qui l’amène à évoquer la figure de Bernard de Chartres (bien qu’il n’ait jamais été son élève direct) dans son Metalogicon [4]. Voici en quels termes il le fait :

Dicebat Bernardus Carnotensis nos esse
Bernard de Chartres disait que nous sommes
quasi nanos gigantium humeris insidentes,
comme des nains assis sur les épaules de géants
ut possimus plura eis et remotiora videre,
de sorte que nous pouvoir voir davantage [de choses] qu’eux et plus loin
non utique proprii visus acumine
non certes à cause de l’acuité de notre propre vue,
 aut eminentia corporis,
ou de la hauteur de notre corps
sed quia in altum subvehimur
mais parce que nous sommes soulevés en hauteur
et extollimur magnitudine gigantea.
et élevés à une hauteur gigantesque (III, 4) [5]

Que voulait dire Bernard de Chartres ? Que les modernes voient plus loin que les anciens ou que, quoi qu’ils fassent, les modernes ne sont que des nains ? Y a-t-il là une anticipation du progrès historique ou n’est-ce qu’un acte d’humilité ? Pour répondre à cette question, il faut examiner la situation intellectuelle de l’époque et le rôle de l’École de Chartres.

L’enseignement donné à Chartres (trivium et quadrivium) s’appuie sur les auteurs anciens : Quintilien, mais aussi Cicéron, Macrobe, Sénèque et Boèce par lesquels ils avaient accès à Platon (dont seul le Timée était directement accessible à cette époque). Il s’agit de former correctement des étudiants, de faire en sorte qu’ils soient des gens imprégnés des valeurs de l’antiquité et qui soient capables de bien s’exprimer en prenant modèle sur les écrivains anciens. Jean de Salisbury condamne un enseignement à visée utilitariste qu’il met sous l’égide d’un mythique Cornificius qui ne fait que de l’enseignement des lettres au rabais, basé sur des recettes à apprendre par cœur.

Le propos sur les nains et les géants se situe dans le commentaire du Peri Hermeneias (De l’interprétation) d’Aristote dont voici la suite qui précise sa pensée :

Quis enim contentus est his quae
En effet, qui se satisfait de ce que
vel Aristotiles in Periermeniis docet ?
même Aristote enseigne dans ses Peiermenia ?
Quis aliunde conquisita non adjicit ?
Qui n’ajoute [ce qu’il a trouvé de] précieux ailleurs
(…)
Vestiunt enim sensus auctorum
De fait ils habillent la façon de penser des auteurs
quasi cultu cotidiano,
pour ainsi dire à la manière du parler de tous les jours
qui quodammodo festivior est cum
laquelle est en quelque sorte plus plaisante quand
_____ antiquitatis gravitate
_____par l’autorité de l’antiquité
clarius insignitur.
elle est mise en valeur d’une façon plus illustre (III,4)

Pour Jean de Salisbury, la notion de progrès existe, mais c’est dans la présentation, non sur le fond. Tout bon enseignant s’appuie sur le savoir reçu et le présente en tenant compte des attentes et du vocabulaire de ses élèves.

D’ailleurs, cette idée que les modernes puissent être préférés aux anciens n’est pas neuve et se trouve déjà chez les anciens eux-mêmes : Guillaume de Conches, qui fut l’élève de Bernard de Chartres mais qui fut aussi le maitre de Jean de Salisbury est intéressant puisqu’il assure le relai entre les deux. Dans ses Gloses sur Priscien, écrite au moment où Bernard de Chartres enseignait, il cite la remarque de Priscien (grammairien du 6e siècle de notre ère) qui dit que les grammairiens récents sont plus perspicaces que les anciens : quanto juniores, tanto perspicaciores. Cependant,  si Guillaume cite ce mot, sa position est ambigüe car il déclare aussi qu’il faut restaurer le bon usage des anciens qui valent bien mieux que les modernes (antiqui multo meliores fuerunt modernis).

Finalement, le propos des nains sur les épaules des géants est bien modeste : il s’agit de s’appuyer sur les anciens pour écrire correctement, ce qui est le but de la formation donnée dans le trivium.

Nous en avons une autre attestation quand Jean de Salisbury décrit l’attitude de Bernard de Chartres face à un problème d’enseignant : il s’agit des travaux donnés à des enfants où on leur demandait de faire des exercices d’imitation de poètes ou de prosateurs.

Si quis autem ad splendorem sui operis
Et si quelqu’un afin de rendre plus brillant son propre travail
alienum pannum assuerat,
[y] avait cousu un morceau d’un autre
deprehensum redarguebat furtum ;
il réprouvait le vol pris en flagrant délit
sed poenam saepissime non infligebat.
le plus souvent il n’infligeait cependant pas de punition.
Sic vero redargutum,
Mais quant au réprouvé
si
si
_____hoc tamen meruerat
_____méritait bien cette [réprobation]
inepta positio ad exprimendam auctorum imaginem,
une [telle] attitude maladroite faite en présentant la copie des auteurs

modesta indulgentia conscendere jubebat,
il invitait, avec une indulgence mesurée, à viser plus haut
faciebatque ut qui majores imitabatur,
et il faisait en sorte que celui qui imitait les ancêtres
fieret posteris imitandus
soit [lui-même] à imiter par ceux qui viendraient ensuite.(I, 24)

On notera en passant que le plagiat est un problème qui ne nous est pas spécifique mais qui s’est présenté à toutes les générations d’enseignants. Bernard de Chartres n’avait pas besoin d’un logiciel anti-plagiat pour repérer les emprunts aux anciens. Il est probable que les symptômes de mauvaise couture des textes, ses propres connaissances et sa bibliothèque devait lui suffire pour confondre les plagieurs [6].

La dernière phrase est une bonne illustration de l’attitude où l’on se juge des nains sur les épaules des géants. Dans l’expression littéraire, celui qui imite les anciens, grâce à eux, devient lui-même à imiter. Chaque époque a ses exigences de forme et le bon lettré est celui qui s’est tellement bien approprié les anciens, qu’il devient lui-même source d’inspiration pour ses successeurs. Progressivement on se dirigera vers l’attitude qui sera acquise plus tard en France au moment de la Querelle des Anciens et des Modernes. La littérature française est devenue alors aussi digne d’imitation que la littérature antique. Mais ce qui est modifié, c’est le fait que les modernes ne se considèrent plus comme des nains. A preuve ce début du poème de Charles Perrault, Le siècle de Louis le Grand daté de1687 :

La belle Antiquité fut toujours vénérable,
Mais je ne crus jamais qu’elle fût adorable.
Je vois les Anciens sans ployer les genoux,
Ils sont grands, il est vrai, mais hommes comme nous ; [7]

Le progrès assumé

Avant d’arriver à cette époque, nous avons une attestation postérieure d’un siècle de l’écho de la formule dans des vitraux de la cathédrale de Chartres précisément, où au 13e siècle on représente les évangélistes dans une posture qui a des rapports avec le thème des nains sur les épaules des géants.

La reproduction n’est pas parfaite, mais on distingue bien dans ces « lancettes » sous la Rosace du transept sud, les quatre évangélistes autour d’une Vierge à l’enfant : ils sont sur les épaules des prophètes de l’Ancien testament (Isaïe, Jérémie, Ézéchiel, Daniel). Le symbolisme est clair : le Nouveau testament s’appuie sur l’Ancien, est sur ses épaules : on retrouve bien l’idée précédente que l’on voit plus loin, mais la différence capitale est qu’ici, les tailles sont comparables, les évangélistes ne sont pas des nains et les prophètes ne sont pas des géants. Dans le domaine de la religion, il ne fait de doute alors pour personne que la venue du Christ sur terre a entrainé un progrès pour l’humanité.

En 1625, le philosophe et homme de sciences (mais à l’époque les deux termes étaient synonymes) Pierre Gassendi, contemporain de Descartes, écrit :

Si existimemus naturam non jam homines gignere,
Si nous pensons que la nature n’enfante plus des hommes
sed absurdos tantum simias :
mais seulement des singes choquants :
si nos ut nanos despiciamus,
si nous nous méprisons comme des nains
suscipiamusque veteres quasi aliquos gigantes ;
et si nous tenons les Anciens pour des géants,
ita quidem esse continget ;
cela peut bien arriver,
at iniqua potius damnatione nostri.
mais plus par une injuste condamnation de notre part
quam ullo naturae vitio
que par un quelconque vice de la nature.
Illa quippe non minus in nos quam in illos liberalis fuit,
Car elle n’a pas été moins généreuse envers nous qu’envers eux
(…)
Revera enim, si ut antiqui animum applicaremus,
Car en effet, si nous appliquons notre esprit autant que les anciens
eveheremur longe altius :
nous avancerons plus loin [et] plus haut qu’eux
illorumque adjuti subsidiis
aidés de leur soutien
in giganteam quandam molem excresceremus tandem aliquando.
nous atteindrons une taille colossale un jour enfin. [8]

La science antique est maintenant remise en cause par la science naissante du 17e siècle. La conclusion est : si nous nous appuyons sur les épaules de nos prédécesseurs, nous ne sommes plus des nains, nous sommes leurs égaux. C’est ce jugement qui est pris en compte par les hommes de science et l’on revient ainsi à notre point de départ Newton. Ceci explique pourquoi la mention des nains est maintenant laissée de côté, mais que seul subsiste « sur les épaules des géants ».

Comme le dit finement Édouard Jeauneau dans sa conclusion : de telles perspectives « eussent probablement bien étonné Bernard et ses disciples. Même montés sur les épaules des géants, les maitres de Chartres ne pouvaient voir aussi loin ».

***

Un sociologue américain, (aux origines de la sociologie des sciences), Robert K. Merton (1910-2003) a écrit en 1965 un On the shoulders of giants [9]. C’est un livre qui s’apparente par certains côtés à un roman à la manière d’Umberto Eco et il n’est pas étonnant que celui-ci ait préfacé l’édition italienne, d’ailleurs reprise dans les nouvelles éditions en anglais. L’auteur, qui écrit son livre sous la forme d’une longue lettre envoyée à un collègue historien, s’est principalement intéressé à l’utilisation anglo-saxonne de l’expression. Merton s’est visiblement beaucoup amusé en rédigeant son livre mais son humour est davantage accessible au lecteur de langue anglaise : on comprend ainsi qu’il n’ait pas été traduit en français.

On remarquera aussi que si l’expression « sur les épaules des géants » est très couramment utilisée, elle l’est souvent aujourd’hui à des fins de vulgarisation. Dans une discipline donnée, on emploie plutôt le terme de « pères fondateurs », à l’imitation des founding fathers des États-Unis (plutôt que des Pères de l’Église).

Jacques Le Goff enfin, dans Les intellectuels au Moyen Âge paru au Seuil en 1957  prend l’option suivante assez différente : « Le sens du progrès de la culture, voilà ce qu’exprime l’image célèbre. Dans le Haut Moyen Age l’histoire s’était arrêtée, l’Église devenue triomphante en Occident l’avait réalisée. (…) Les intellectuels du XIIe siècle, dans ce décor urbain qui s’édifie, où tout circule et change, remettent en marche la machine de l’histoire et définissent d’abord leur mission dans le temps : Veritas, filia temporis, dit encore Bernard de Chartres » (p. 19). Édouard Jeauneau, dans un texte beaucoup moins universitaire que le précédent puisque paru à Chartres chez un éditeur local [10] n’hésite pas à dire que cette interprétation de Jacques Le Goff est assez liée à son moment de parution, les intellectuels urbains représentant alors dans une vision marxiste du Moyen Age le groupe social porteur de l’histoire.

Pour citer ce billet : Philippe Cibois, « Sur les épaules des géants », La question du latin, 25 novembre 2012 [En ligne] http://enseignement-latin.hypotheses.org/6359

  1. Stephen Hawking, Sur les épaules des géants, Dunod, 2003, traduction de On the shoulders of giants, Philadelphia, Running Press Book, 2002 []
  2. émission de Jean Claude Ameisen, dont il a tiré un livre du même nom, édité par Les Liens qui Libèrent en 2012 []
  3. Édouard Jeauneau, « Nani gigantum humeris insidentes ». Essai d’interprétation de Bernard de Chartres, Vivarium V, 1967, p. 79-99 []
  4. Jean de Salisbury, Le Metalogicon ; présentation et traduction par François Lejeune, Laval, Presses de l’université de Laval ; Paris, Vrin, 2009. []
  5. Traduction de François Lejeune 2009 avec quelques modifications []
  6. Sur la question du plagiat aujourd’hui cf. le site de Michèle Bergadaà []
  7. in La Querelle des Anciens et des Modernes, précédé d’une essai de Marc Fumaroli, Gallimard, Folio classique, 2001, p. 257. []
  8. Texte latin et ref. dans Jeauneau (1967), traduction (modifiée) : Jean-Robert Armogathe, La Querelle (2001), postface, p. 831 []
  9. Univ. of Chicago press, 1993 []
  10. L’âge d’or des Écoles de Chartres, Chartres, Houvet, 1995 []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , ,

Posté dans : Histoire

3 commentaires pour “ Sur les épaules des géants ”

  1. A. Saint-Martin le 12 mai 2013 à 9:15

    Passionnante variation sur cet aphorisme plastique qui, décidément, continue de stimuler des usages contrastés et révèle un rapport contrarié à ce que Merton appelait l’accumulation sélective et (pas toujours) critique des savoirs dans l’histoire. Sans doute une éventuelle traduction française d’OTSOG (1965) contribuerait-elle à la vitalité culturelle du thème et, peut-être, à la création de nouvelles variations. Légère contrainte néanmoins : il faudrait enrôler un traducteur omnicompétent, polyglotte et d’une rare érudition pour mener à bien un tel travail !

  2. [...] L’expression est aujourd’hui très fréquemment utilisée. Le livre de Stephen Hawking paru en 2003 [1] en manifeste bien le contexte d’utilisation : il s’agit de montrer comment la science contemporaine s’appuie sur les auteurs précédents d’une manière cumulative. Einstein s’appuie sur Newton qui utilise Kepler et l’on remonte ainsi jusqu’à Galilée et Copernic. Comme indiqué dans la préface, Newton est cité car il a présenté son travail comme s’appuyant sur les épaules de ses prédécesseurs. Dans une lettre à Robert Hooke en 1676 il écrit que « si j’ai pu voir aussi loin, c’est parce que j’étais juché sur les épaules de géants» et Hawking ajoute que « ces mots illustrent parfaitement le processus d’évolution de la science, et même de la civilisation : une suite d’avancées, chacune construite sur les précédentes ».  [...]

  3. [...] L’expression est aujourd’hui très fréquemment utilisée. Le livre de Stephen Hawking paru en 2003 [1] en manifeste bien le contexte d’utilisation : il s’agit de montrer comment la science contemporaine s’appuie sur les auteurs précédents d’une manière cumulative. Einstein s’appuie sur Newton qui utilise Kepler et l’on remonte ainsi jusqu’à Galilée et Copernic. Comme indiqué dans la préface, Newton est cité car il a présenté son travail comme s’appuyant sur les épaules de ses prédécesseurs. Dans une lettre à Robert Hooke en 1676 il écrit que « si j’ai pu voir aussi loin, c’est parce que j’étais juché sur les épaules de géants» et Hawking ajoute que « ces mots illustrent parfaitement le processus d’évolution de la science, et même de la civilisation : une suite d’avancées, chacune construite sur les précédentes ».  [...]

Laisser un commentaire

novembre 2014
L Ma Me J V S D
« oct    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Carnets de recherche