Traduire (4) : L’Énéide “de” Paul Veyne

10 février 2013
Par

Poursuivons nos comparaisons de traduction [1] en examinant la nouvelle traduction de L’Énéide par Paul Veyne [2].

Pourquoi faut-il une nouvelle traduction ? Paul Veyne s’en est expliqué en public [3] : il pense qu’une traduction a besoin d’être refaite tous les 30 ou 40 ans parce que la langue évolue et le public récepteur également ; il ajoute plus personnellement que, « Avec la perspective de la mort, on ressent comme une nécessité mentale de travailler. Et puis, j’avais une réserve d’idées sur L’Énéide que même les latinistes d’Oxford n’avaient pas forcément (…) Au départ, l’idée était de faire une édition bilingue très annotée, qui sortira d’ailleurs en mai-juin dans la collection Budé. Et puis, mon éditrice s’est dit qu’elle allait en profiter pour faire un livre de Noël. Mais oui, il s’agissait d’en faire profiter le plus grand nombre. » [4]

Comme Paul Veyne s’est expliqué sur sa traduction soit dans ses notes, soit en public, il est possible de montrer ses choix en faisant une traduction sous-titrée avec retraits des premiers et des derniers vers, ce qui  permet de faire cohabiter graphiquement l’ordre latin des vers (dont l’alternance est rendue par la différence de couleur) et la traduction.

Voici d’abord les premiers vers de L’Énéide :

1 Arma virumque cano, Troiae qui primus ab oris
2 Italiam, fato profugus, Laviniaque venit
3 litora, multum ille et terris iactatus et alto
4 vi superum saevae memorem Iunonis ob iram;
5 multa quoque et bello passus, dum conderet urbem,
6 inferretque deos Latio, genus unde Latinum,
7 Albanique patres, atque altae moenia Romae.

Je rappelle que pour une séquence donnée (la première finit a litora), pour suivre l’ordre du français, il faut lire tout d’abord tous les mots sans retraits “Je vais chanter la guerre et celui qui, exilé prédestiné“, puis tous les mots décalés d’un retrait “(tout à commencé par lui), vint“, puis de deux retraits “des parages“, puis de trois : “de Troie en Italie à Lavinium sur le rivage“. L’ordre des mots latins est donné par la suite verticale des mots, sans tenir compte des retraits :  “Arma virumque cano, Troiae qui primus ab oris…”. Plus les retraits sont nombreux, plus le traducteur s’est éloigné de l’ordre du latin. On remarquera que c’est moins le cas dans la deuxième séquence, et que ce n’est pas le cas du tout dans la dernière.

Il est convenu que dans une ligne donnée, l’ordre des mots n’est pas suivi : on ne fait de retraits que si la limite de la ligne est franchie. On trouvera dans la colonne de droite les commentaires de Paul Veyne (venant de ses notes ou de ses commentaires oraux).

1 Arma virumque cano,
Je vais chanter la guerre et celui
_______________Troiae
_______________de Troie
qui
qui,
_____primus
_____(tout a commencé par lui)
__________ab oris
__________des parages
_______________2 Italiam,
_______________en Italie,
fato profugus,
exilé prédestiné
_______________Laviniaque
_______________à Lavinium
_____venit
_____vint
_______________3 litora
_______________sur le rivage.

____________________________________________

_____multum
_____fut longtemps
ille
Lui qui,
et terris
sur terre
_____iactatus
_____le jouet
et alto
et sur mer
_____4 vi superum
_____des puissances célestes,
_____saevae memorem Iunonis ob iram;
_____à cause de la rancune tenace de la cruelle Junon ;

____________________________________________

5 multa quoque et bello passus,
qui eut tant à souffrir de la guerre
dum conderet urbem,
pour fonder à ce prix une ville
6 inferretque deos Latio,
et installer ses Pénates dans le Latium.
genus unde Latinum,
D’où la nation latine
7 Albanique patres,
Albe et ses Anciens,
atque altae moenia Romae.
et les murailles de la noble Rome

- Cano futur immédiat, ce n’est pas je chante les armes, Virgile n’étant pas armurier. Le mot arma est employé pour désigner solennellement une guerre.

- Vir remplace le pronom is, ea, id (arma virorum = leurs armes).

- primus ne veut pas dire qu’il est le Christophe Colomb de la traversée de la Turquie en Italie, cela veut dire qu’il a eu un rôle primordial, c’est l’homme qui opère le commencement d’une chose.

- Après sur le rivage, il y a une césure forte (après le premier dactyle du vers), Énée n’arrive pas au port, il arrive sur le rivage, il n’est accueilli par personne, il est dans une situation désespérée.

_____

_____

_____

_____

_____

_____

_____

_____

_____

_____

_____

_____


_____

_____

_____

- alta Roma : il faut donner à alta un sens métaphorique : « élevé, noble », qui qualifie donc une grandeur, (…) une différence de rang, une noblesse.

Examinons de même les derniers vers  de L’Énéide (XII, 950-952) : Turnus, l’adversaire final d’Énée est vaincu, il demande grâce mais Énée découvre que c’est lui qui a tué un de ses compagnons et Énée se venge en procédant à sa mise à mort.

 950 hoc dicens
Sur ces mots
_____ferrum adverso sub pectore condit
_____il lui enfonce son épée droit dans la poitrine
951 fervidus.
brûlant de rage

Ast illi solvuntur frigore membra
Une froideur dénoue la force de son corps,
952 vitaque cum gemitu fugit indignata sub umbras.
et sa vie, avec un cri de révolte, s’enfuit au fond de l’Ombre

Commentaires (oraux)  et note de Paul Veyne :

- cum gemitu : gemitus ne veut pas dire gémissement. Un lion qui gronde, c’est un gemitus. C’est toute expression inarticulée, hâtive et à voix basse.

- indignata : toutes les langues européennes modernes ont une expression disant :  « un cri de.. ,  un cri de joie, un cri de colère ». Le latin ni d’ailleurs le grec n’ont pas cette possibilité. Donc indignata, c’est révolté avec un cri , traduisons  avec un cri de révolte puisqu’il faut remplacer la façon normale de parler en latin ou un cri de.. n’existe pas, par la façon normale de parler en français.

- sub umbras : chacun sait qu’il y a partout, chez Virgile des pluriels poétiques (dulcia vina, non de doux vins mais du bon vin). Quand Didon invite Énée à entrer sous nos toits, elle veut dire  sous mon toit.

« Quant à la préposition sub, elle veut dire, tantôt sous, tantôt au fond de (sub valle, au fond du vallon).  (…) Donc le seul sens possible de ces derniers mots reste au fond de l’Ombre, au fond de l’Enfer. Racine, Thébaïde, V, 3 : Et son âme en courroux s’enfuit dans les Enfers. »  (p. 418)

Comment et pourquoi traduire ?

La traduction est en prose car « Hélas, à moins d’avoir du génie, le traducteur en est réduit, comme je l’ai fait, à traduire en prose » (p. 15). Paul Veyne fait probablement allusion ici à la traduction des Bucoliques par Paul Valéry, faite en alexandrins non rimés. Le principe de la traduction est « qu’il faut bien distinguer entre la langue et le style, entre ce qui s’impose à tout locuteur ou écrivain et ce qui relève de son libre choix. Ce qui est dans une langue une façon banale de s’exprimer doit être traduit par ce qui est banal dans l’autre langue » (p. 16)

Pour reprendre l’opposition classique, cette traduction est-elle orientée vers le texte source ou vers le public cible ? Paul Veyne (entretien au Temps) note que « De temps en temps, je sème un mot peu usité, comme pour faire signe: «la dextre», etc. Mais pour le reste, il s’agissait d’écrire en français réel. ».

Mis à part de tels signes de vieillissement linguistique, d’ailleurs rares, on peut dire que du fait de l’abandon du vers et du désir de parler un français actuel (« réel »), cette traduction est plutôt tournée vers le lecteur contemporain qui effectivement s’y sent à l’aise.

Exemple de ce qui est banal en latin et devant être traduit comme tel : quand Vénus dissimulée sous les traits d’une chasseresse interpelle Énée :

Heus inquit iuvenes, monstrate mearum
vidistis si quam hic errantem forte sororum,
succinctam pharetra et maculosae tegmine lyncis,
aut spumantis apri cursum clamore prementem.
(Chant I, 321-324)

« Holà, Messieurs, renseignez-moi : auriez-vous vu par ici, sous sa peau de lynx tacheté, l’une ou l’autre de mes sœurs, battant la forêt, son carquois en bandoulière, ou bien poursuivant à grands cris un sanglier écumant ? » (p. 37)

Paul Veyne justifie en note sa traduction : « Juvenes est le mot usuel, lorsqu’on s’adresse à des personnes dans la force de l’âge (cf. VIII, 112 et 273). « Mesdames » se dit Matres (V, 646). Juvenes désigne la classe des citoyens d’âge militaire et se traduit par « les hommes d’âge mûr », par opposition aux adolescents et aux vieillards »

Si le traducteur à ce souci de rendre accessible le texte, c’est parce qu’il pense que l’Énéide peut être lue non seulement avec profit, mais avec plaisir. Il faut franchir l’obstacle de l’étrangeté du genre qui désoriente le lecteur actuel lors de son premier contact : « au bout de quelques pages, survient le grand moment, celui où le charme virgilien agit, où nous percevons, ligne après ligne, que l’écriture de L’Énéide est une des plus limpide et raffinées qui soit, semée de vers dont la pureté, l’opalescence et l’émotion donne le frisson ; où la lecture de ce chef-d’œuvre délectable devient un plaisir et ne cesse de l’être, et où il apparait que ce chef-d’œuvre sui generis est un phénomène littéraire sans exemple. » (p.16)

***

Suivons donc Paul Veyne et profitons d’un dimanche  pluvieux pour lire l’intégralité de L’Énéide.

Le texte débute au cœur de l’action, comme dans un bon film, pour nous saisir, nous rendre solidaire de ces naufragés. Prenons un équivalent plus récent :

« Remontons-nous ?
- Non ! Au contraire ! Nous descendons !
- Pis que cela, monsieur Cyrus ! Nous tombons !
- Pour Dieu ! Jetez du lest !
- Voilà le dernier sac vidé !
- Le ballon se relève-t-il ?
- Non !
- J’entends comme un clapotement de vagues !
- La mer est sous la nacelle !
- Elle ne doit pas être à cinq cents pieds de nous ! »
Alors une voix puissante déchira l’air, et ces mots retentirent :
« Dehors tout ce qui pèse !… tout ! et à la grâce de Dieu ! »
Telles sont les paroles qui éclataient en l’air, au-dessus de ce vaste désert d’eau du Pacifique, vers quatre heures du soir, dans la journée du 23 mars 1865.

On aura reconnu la première page de l’Ile mystérieuse de Jules Verne qui, homme du 19e siècle, connaissait ses classiques et nommait un de ses héros Nemo, à la manière d’Ulysse.

Le chant I conduit donc Énée, après son naufrage, à Carthage auprès de la reine Didon. Le récit de la chute de Troie par Énée est fait au chant II : nous sommes devant le cheval de Troie et Laocoon émet ses doutes célèbres :

timeo Danaos et dona ferentis
je redoute les Grecs, même lorsqu’ils font des offrandes (II,49)

Laocoon paiera son acte de sa vie, étouffé par des dragons envoyés par Minerve, scène qu’une sculpture célèbre immortalisera.

L’Énéide se poursuit : les amours de Didon et d’Énée s’achèvent par la fuite de ce dernier … et l’intérêt diminue, du fait du genre littéraire qualifié par Paul Veyne d’histoire légendaire, mais qui fait que l’ouvrage, malgré une traduction exemplaire, nous tombe des mains.

Pourquoi ce genre littéraire de l’histoire légendaire n’est-il plus lisible ? Paul Veyne met en cause l’arrivée au 19e siècle du roman réaliste : « nous sommes habitués depuis Balzac et Flaubert au récit réaliste : le réalisme, c’est sérieux, c’est laïc. Le résultat, c’est que nous avons perdu l’habitude des récits romanesque fantaisistes, des épopées. Nous avons bien chez nous des récits fantastiques, c’est la science-fiction ou c’est Tolkien, ou ce sont les sorciers de Harry Potter, mais c’est pour nous une littérature qui ne compte pas » [5].

Évidemment, ni Virgile ni ses lecteurs ne croyaient que Junon et Vénus se devaient d’intervenir à chaque instant auprès de Jupiter pour infléchir le cours des évènements, ils croyaient cependant (sauf les Épicuriens, mais cela faisait scandale) que la divinité (pour les stoïciens) ou les dieux (pour la plupart) avaient une influence sur le déroulement des évènements humains. Or cette croyance n’est plus portée aujourd’hui que par des groupes religieux et n’est plus partagée par les éventuels lecteurs actuels de L’Énéide. Par exemple Junon au chant I promet à Éole une de ses plus belle nymphes en échange d’un ouragan sur la flotte d’Énée, ce qui fut fait : ce qui était une illustration pleine d’imagination des croyances populaires devient illisible pour nous dans la mesure où nous ne partageons plus la croyance savante (de l’influence de la divinité) dont L’Énéide était une illustration pleine d’élégance.

Prenons un équivalent contemporain : un héros romanesque peut aujourd’hui avoir des aventures aussi variées qu’autrefois mais ce qui vient perturber ses projets, ou les faciliter, n’est plus la divinité mais des évènements divers liés à des guerres, des conflits ou des situations sociales. Quand le récit est populaire, les causes de ces évènements peuvent être dotées d’un nom : ce peuvent être « les puissances du mal », une organisation secrète ou une puissance galactique. Quand le niveau monte, on accusera « la stupidité du monde » (comme dans le récent Goncourt : Le sermon sur la chute de Rome), ou « la financiarisation de l’économie » : ce qui se passe dans le monde a toujours des raisons, mais elles changent. Un roman d’une époque ne peut s’affranchir de la croyance commune.

Ceci fait que L’Énéide n’est plus lisible, sauf pour ceux qui sont sensibles à la notoriété du traducteur : il s’agit donc bien de L’Énéide « de » Paul Veyne.


13 février 2013 : dans la rubrique “Actualité” on lira le commentaire de Benoît Jeanjean à propos du discours en latin où le Pape a annoncé sa renonciation et où , semble-t-il,  “il perd son latin”. A vous de juger.

  1. 1 : Comment traduire ?, 2 : Paul Valéry traduit les Bucoliques, 3 : Luther traduit la Bible []
  2. Virgile, L’Énéide, Présentation et nouvelle traduction de Paul Veyne, Albin Michel / Les Belles Lettres, 2012 []
  3. Présentation à la Librairie Guillaume Budé du 22 novembre 2012), []
  4. Le Temps de Genève, 2 février 2013 []
  5. entretien à France Culture du 21 décembre 2012 []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Faits de langue

7 commentaires pour “ Traduire (4) : L’Énéide “de” Paul Veyne ”

  1. Valentin le 17 janvier 2014 à 0:51

    Bonsoir,

    de fait, quelle traduction conseilleriez-vous?

    Cordialement,

    Valentin.

    • Philippe Cibois le 17 janvier 2014 à 9:56

      La traduction la plus récente est souvent, non la meilleure, mais la plus accessible, puisque c’est celle qui tient le mieux compte des attentes, des gouts, des suppositions implicites du lecteur d’aujourd’hui.
      Lisez donc Veyne, soit dans l’édition dont je me suis servi, soit maintenant aussi dans l’édition bilingue qu’il a faite aux Belles Lettres.

  2. Pr Stéphane Feye le 17 mars 2013 à 18:13

    Je suis d’accord avec ce que vient d’écrire Monsieur Cibois et je vais beaucoup plus loin: Je pense que nos tout jeunes enfants doivent pouvoir réciter cet extraordinaire Virgile dans leur original latin avec rythme, quantités et accents. Mes élèves et professeurs de Schola Nova ont d’ailleurs réalisé un disque proposant les 100 premiers vers de l’Éneïde sur un fond musical tiré de la symphonie avec orgue de Saint-Saëns.
    Les Gaulois retenaient par coeur des milliers de vers. Les Grecs aussi, les Latins aussi. Le Coran se chante, et la Bible aussi.

    Tout ce chant de Virgile à la gloire de ce NUMEN lésé en nous et jalousé par ce pur ESPRIT qu’est Héra, est un héritage d’une profondeur inouïe. Ce beau corps remonté à la lumière après avoir dégringolé dans le monde enténébré, tout cela est NOTRE HISTOIRE, et en priver nos enfants poètes tient du crime organisé.
    Puisqu’on empêche bien la disparition des éléphants du zimbabwé, pourquoi personne ne réagit-il pas lorsque l’on fait disparaître cette merveilleuse race des latino-hellénistes sous nos yeux? Serait-ce par “discrimination positive”?

    • Philippe Cibois le 17 mars 2013 à 21:21

      Je n’est pas été assez explicite et j’ai l’impression que vous vous faites illusion à mon propos : j’ai dit que je ne partageais pas “tout à fait” l’opinion de Paul Veyne, ce qui veut dire que je la partage en grande partie. Il pense que l’étude du latin est inutile au lycée et je pense qu’il a raison, sauf pour les futurs professeurs de français. Au collège, une initiation au latin du français suffirait.
      Si le latin disparait au fur et à mesure que l’âge croit, en France tout du moins, cela vient du fait que les objectifs visés dès la 5e sont restés ceux de l’enseignement du temps du lycée classique des années 50 où l’on faisait 5 heures de latin en 6e et en 5e et 3 heures encore en seconde et en première.
      PS : merci de laisser apparent le fil de la discussion en utilisant l’option “répondre” et non en mettant un nouveau commentaire qui vient se superposer au premier au lieu de le suivre.

      • Pr Stéphane Feye le 17 mars 2013 à 21:50

        Pardon, Monsieur Cibois, d’avoir mal compris votre pensée qui était, à relire vos propos, assez claire. c’est moi qui ai bien lu trop vite, en effet.
        Nos vues sont effectivement assez éloignées, d’autant plus que j’ai reçu, moi, 9 heures de latin dès la première secondaire, et que Schola Nova en impose 10, sans compter l’apprentissage du latin dès les primaires.
        Je signale aussi qu’en Allemagne, l’intérêt des élèves pour le latin a énormément augmenté ces dernières années.
        Je reconnais toutefois que nos différences de positions se comprennent, me semble-t-il, assez aisément selon le point de vue.
        Merci aussi pour la remarque technique: là aussi j’ai été distrait…

  3. Pr Stéphane Feye le 17 mars 2013 à 15:06

    Je suis heureux de voir progresser l’idée du latin, non seulement étudié mais parlé comme langue de communication européenne. c’est ce principe qui m’a fait fonder en 1995 en Belgique: SCHOLA NOVA. Les élèves y parlent latin dès le degré primaire. Cela leur paraît très normal. De plus, le fait de pouvoir accéder à 85% de la littérature des bibliothèques d’Occident est une garantie contre la pensée unique et les dérives brutales des slogans actuels. Quel plaisir de pouvoir retrouver une littérature vivante, joyeuse, scientifique, poétique etc. dégagée des préjugés inculqués jadis en grande partie pour empêcher l’accès à notre héritage païen. On était presque parvenu à nous faire croire que les Anciens avaient parlé de manière ennuyeuse pour ne rien dire. On n’a pas totalement réussi ce lavage de cerveau, tant mieux!
    Valete omnes quam optime!

    • Philippe Cibois le 17 mars 2013 à 17:40

      Les anciens ne nous ont pas parlé de manière ennuyeuse, mais l’Énéide, même traduite par Paul Veyne, ne nous accroche plus et nous risquons de sombrer dans l’ennui. Si Veyne a fait cet effort de traduction, c’est d’ailleurs parce qu’il pense que c’est de traduction dont nous avons besoin, non d’apprendre le latin dont il dit que, hormis les spécialistes, cela ne sert à rien. Il pense d’ailleurs que beaucoup des textes enseignés (dont Virgile précisément) sont hors d’atteinte des élèves : « qu’on enseigne le latin dans les lycées n’a aucune intérêt pour une bonne raison : pour lire couramment Virgile dans le texte, il vous faut dix ans d’enseignement en faculté. De même, vous ne lirez Platon dans le texte que si vous êtes un professionnel. Donc il est inutile d’enseigner le latin dans les lycées en espérant que les gens liront Virgile et Horace, ils n’y arriveront pas. Il suffit qu’à chaque génération, il y ait cinquante personnes capables de traduire et d’expliquer Sénèque. On n’a pas besoin de plus. Vous trouverez ces cinquante personnes dans l’enseignement supérieur ». (Paul Veyne, « Veyne l’iconoclaste », Magazine littéraire, n°285, fev. 1991).
      Je ne partage pas tout à fait ce point de vue car je pense que, dans l’enseignement du français, on doit donner à tous les élèves des rudiments de latin qui leur permettent de comprendre le “latin du français” (curriculum vitae, et cetera). En fin d’études secondaires, les futurs professeurs de français doivent aussi apprendre le latin pour accéder d’une manière consciente à l’histoire de la langue française écrite.

Laisser un commentaire

octobre 2014
L Ma Me J V S D
« sept    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Carnets de recherche