Des humanités scolaires à la lecture sous-titrée des langues

CASfev2013Un rapport récent du Centre d’analyse stratégique (institution qui a succédé en 2006 au Commissariat général au Plan) reprend le problème des langues et cultures de l’Antiquité pour montrer qu’il existe peut-être des solutions pour transformer un parcours actuellement marginalisé en parcours d’excellence. Ce rapport, signé par Jean-François Pradeau, professeur de philosophie, spécialiste de Platon, a été récemment mis en ligne. Son titre est le suivant :

Les « humanités » au cœur de l’excellence scolaire et professionnelle

Son point de départ est le constat fait par le rapport Klein-Soler de l’Inspection générale (Catherine Klein fait d’ailleurs partie du groupe de travail qui a produit le présent rapport) : si beaucoup d’élèves s’initient au latin en 5e, à la fin des études secondaires au moment du bac, ils ne sont plus qu’un nombre très faible et leur niveau manifeste plus une bonne volonté qu’une compétence réelle.

Au niveau du supérieur, l’enseignement des langues anciennes ne peut être que proposé car il n’a plus de caractère d’obligation que pour la préparation de l’agrégation de Lettres modernes (hors évidemment la préparation au concours de Lettres classiques). C’est très dommageable car l’enseignement des langues anciennes permet d’inscrire dans sa profondeur historique notre propre langue.

Pourtant le rapport voit dans la demande sociale actuelle d’Antiquité telle qu’on peut la repérer dans les pratiques culturelles actuelles (films consacrés à l’Antiquité, lecture des philosophes de l’Antiquité), un espoir dont on doit tirer des conséquences éducatives mais aussi professionnelles.

Au niveau du secondaire, le rapport évoque l’option prise en Allemagne de considérer le latin comme une seconde langue (option dont j’ai tenté de voir les effets par une simulation dans un précédent billet) ; il évoque aussi la possibilité au niveau du lycée de créer une série L avec une option de langues et cultures de l’Antiquité obligatoire.

C’est au niveau du supérieur que le rapport rend compte d’expériences précises (comme la licence pluridisciplinaire de Nanterre) qui pourraient être développées et qui ont des conséquences professionnelles : en termes d’insertion professionnelle le rapport cite l’expérience Phénix lancée par une entreprise de conseil dont le responsable pense que les littéraires en général ont des capacités à la fois d’analyse et d’expression qui les rendent aptes à une intégration directe dans des entreprises. À cette fin, dans le cadre de cette opération Phénix, chaque année de grandes entreprises embauchent en CDI des diplômés de master 2 recherche du secteur lettres et sciences humaines.

Cependant le rapport rappelle la spécificité du parcours français de recrutement des élites qui passe par les grandes écoles alors que dans les pays anglo-saxons, ces élites peuvent venir d’une formation littéraire.

Que penser de l’expérience Phénix ?

L’expérience datant de plusieurs années (2007-2012) un certain recul permet de constater que sur les 164 postes obtenus en six ans, on a la répartition suivante par université :

Phenix1

Les universités de Paris centre sont majoritaires, Paris 4 domine avec plus d’un tiers des postes obtenus. En termes de matières, on peut distinguer quatre domaines principaux qui regroupent les 2/3 des masters recherches :

Phenix2

On constate par ailleurs qu’un seul poste est obtenu par l’intermédiaire d’un master de Lettres classiques (Paris 4) : la prédominance de l’histoire concerne principalement l’histoire contemporaine et l’histoire de l’art. L’histoire ancienne (Paris 4) n’obtient que deux postes.

On dont donc constater que l’expérience ne concerne que tout à fait à la marge les langues et cultures de l’Antiquité. Elle est centrée sur le monde contemporain et les universités les plus réputées y sont prépondérantes. Même une démarche volontariste comme celle-ci ne peut aller sans une sélection (de recrutement) et un complément de formation en alternance par le biais du master 2 professionnel « Métiers de l’entreprise » de l’université Paris 4 qui joue de ce fait un rôle privilégié avec un tiers des postes obtenus.

***

Pour sortir l’enseignement des langues et cultures de l’Antiquité de leur marginalité, je fais donc l’hypothèse que des connaissances de latin sont indispensables pour faire des études d’Histoire, de Philosophie (latin et grec) ainsi que pour la préparation aux concours de Lettres modernes, car enseigner le français sans connaitre son rapport au latin est aussi difficile qu’enseigner l’économie sans connaitre l’histoire de l’industrialisation. Dans les deux cas la situation présente est directement dépendante de la situation passée. Dans le cas du latin, si l’ancien français est bien perçu comme nécessaire, le latin l’est autant, non pas pour expliquer l’ancien français (car si on remonte au-delà de l’étape précédente on est conduit à une régression à l’infini), mais pour deux raisons :
– en premier lieu parce que la structure orthographique du français actuel est très largement fonction des doublets latins créés postérieurement à l’ancien français (par ex. caput latin produit chef et capital), ainsi que des modifications latinisantes de diverses époques (par ex. nénufar qui devient nénuphar).
– une seconde raison réside dans le fait, souvent développé dans ce carnet, que les littératures latines et néo-latines sont parti prenantes de notre histoire culturelle.

Je pense cependant qu’il faut élargir la perspective et envisager non seulement le rapport au latin mais la question du rapport aux langues en général.

L’Avenir des langues. Repenser les humanités

Il faut reprendre la perspective de Pierre Judet de La Combe et Heinz Wismann [1] dont je n’avais dans ce carnet qu’évoqué le point concernant l’apprentissage des langues anciennes et non la thèse principale.

C’est à celle-ci qu’il faut revenir [2] : la thèse principale des auteurs est qu’étudier les langues (en premier lieu la langue maternelle) permet d’accéder à des objets historiques, les textes, dont chacun est un rapport à la culture qui l’a produit. Il faut étudier les textes pour eux-mêmes et non pour le code lui-même. Quand on connait une « langue de service » comme l’anglais de communication internationale, on n’apprend pas l’allemand, l’italien ou l’espagnol pour pouvoir converser dans la rue à Berlin, Rome ou Madrid, on l’apprend pour avoir accès à des textes importants et aux époques de l’histoire qui les ont produits.

Cette dimension historique que l’on trouve dans les textes des différentes époques, est indispensable à tout personne qui entend réfléchir sur la situation de son époque. Par exemple, dans un article récent du Monde (06/04/13), l’historien Pascal Ory compare la crise économique, sociale et politique actuelle avec la situation des années 1930. Pour ce faire il évoque le fait que « nos institutions se sont établies contre une partie de la société : ce fut le cas de la Révolution, qui s’est faite contre deux des trois « ordres » de l’Ancien Régime, de la IIIe République, qui s’est construite à la fois contre le monde catholique et le monde ouvrier (…). Cela explique la facilité avec laquelle peut d’effondrer le système quand un évènement exceptionnel survient : en 1940, ainsi, la IIIe République s’est écroulée à la faveur de la défaite, mais aussi parce que toute une partie de la société, au fond, ne s’était jamais vraiment reconnue en elle » et il fait la comparaison avec la situation actuelle où la thématique antipoliticienne réapparait car la Ve République s’est construite sur des corps politiques qui sont en train d’être dévalorisés.

Pour tirer profit d’une analyse de ce type, il faut comprendre la prégnance historique du mouvement ouvrier et du monde catholique, et bien voir que ce dernier a noué des liens forts avec la royauté française. Il faut donc avoir des connaissances historiques mais aussi connaitre les textes fondateurs chrétiens ainsi que les points forts de l’alliance avec les rois de France : le baptême de Clovis (Grégoire de Tours) [3], l’histoire de Charlemagne (Éginhard), le jansénisme (Pascal).

Mais, dira-t-on, un tel programme n’est pas réaliste : on ne peut pas chercher à donner à chaque élève une connaissance non seulement de l’anglais, mais aussi du latin, du grec, de l’allemand, de l’italien et de l’espagnol. Effectivement, il n’est pas possible de viser à une connaissance intime de toutes ces langues mais de même qu’une séance de cinéma a un autre relief quand elle vue en version originale sous-titrée plutôt qu’en version française doublée, on peut avoir la même attitude vis-à-vis des textes. Le sous-titrage des textes doit être préféré à la traduction : dans la mesure où les sous-titres ne remplacent pas la traduction mais visent à la compréhension de la phrase dans la langue originale, il ne faut qu’un minimum de connaissances de la langue pour profiter du sous-titrage. En ce qui concerne le latin (où l’ordre de la phrase nécessite d’utiliser en plus des retraits graphiques), la connaissance de la morphologie et d’une partie de la syntaxe est nécessaire. Pour l’italien et l’espagnol, leur proximité avec le français fait que les seules vraies difficultés de compréhension viennent du vocabulaire et cette difficulté est levée par le sous-titrage. Pour l’allemand, on se retrouve proche du cas du latin mais avec davantage de difficultés de vocabulaire que de syntaxe, l’ordre des mots pouvant être compris par un système de retraits si besoin est.

Par le biais du sous-titrage, il devient possible de se donner un programme ambitieux en termes d’apprentissages linguistiques : l’anglais reste la langue de communication internationale et il faut être capable de la parler. Il devient possible pour ceux qui aspirent à travailler dans le domaine des humanités de lire d’une manière sous-titrée le latin et le grec. Il devient possible également pour la deuxième langue vivante, de la sortir ainsi de l’échec actuel (dont personne ne se soucie) et de lui rendre par cet apprentissage limité du texte sous-titré, une efficacité et un intérêt qui permettra d’ajouter de la même façon une troisième langue. Il serait normal que toute personne cultivée en France soit capable d’avoir ainsi une connaissance, certes limitée, mais de toutes les langues vivantes des pays qui l’entourent. Lire en version originale Dante ou Machiavel, Shakespeare ou Locke, Luther ou Goethe, Las Casas ou Cervantès devient simultanément possible, sans oublier les auteurs modernes.

  1. Pierre Judet de La Combe et Heinz Wismann, l’Avenir des langues. Repenser les Humanités, Paris, Ed. du Cerf, 2004 []
  2. ce que j’ai fait dans le numéro d’Esprit de décembre 2012 []
  3. ici le « Vase de Soissons » []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *