Jovis erepto fulmine per inferna vehitur Promethei genus

joviserepto21

Apprendre le latin, c’est se rendre capable de comprendre le latin que l’on a sous les yeux, dans les expressions passées en français, mais aussi dans les expressions que l’on rencontre dans la rue, sur les monuments, sur les édifices publics.

Voici donc, à titre d’exemple, une expression latine dont le contexte d’utilisation viendra ensuite. Traduisons-la comme les latins faisaient, c’est-à-dire en comprenant au fur et à mesure[1] .

Jovis, génitif de Jupiter, donc détermine ce qui vient après. Ce ne peut être erepto, qui joue un rôle d’adjectif comme participe de eripio (arracher) au datif ou à l’ablatif. Le nom neutre fulmine, ablatif de fulmen manifeste que erepto est aussi à l’ablatif et que les deux mots indiquent un moyen : par la foudre (ou le tonnerre) arraché à quelqu’un se traduit par le génitif, donc « par la foudre arrachée à Jupiter ».

La phrase est en suspens : la tournure ne fait pas partie du français courant, mais se trouve dans la langue littéraire. Citons Brassens (L’orage) qui parle aussi de la même chose, la foudre et en commençant également par les circonstances avant le sujet et le verbe :

Par un soir de novembre, à cheval sur les toits,
Un vrai tonnerre de Brest, avec des cris de putois,
Allumait ses feux d’artifice.

Une enclave est introduite par per (avec l’accusatif) qui introduit l’idée de moyen qui est ici inferna, orum neutre pluriel ici à l’accusatif, les enfers, donc par le moyen des enfers, de ce qui est sous terre : « par les enfers ».

Le verbe apparait, pas encore le sujet, vehitur : 3e personne du passif présent de veho porter, transporter, donc « est transporté ». Qui ? Promethei genus. Promethei est le génétif de Prometheus, Prométhée, celui qui précisément a ravi le feu du ciel. Ce génétif se rapporte au sujet, genus, la race, l’espèce, le genre : « la race de Prométhée » pouvant désigner les humains en général. Il s’agit donc d’une entreprise « prométhéenne » puisqu’il s’agit de l’utilisation de la foudre ravie à Jupiter par Prométhée et dont les humains ont hérité.

Récapitulons :

« Par la foudre ravie à Jupiter, la race de Prométhée est transportée par les enfers ».

Le sens devient moins énigmatique quand on sait que cette expression se trouve dans une station de métro, précisément à Montparnasse-Bienvenüe[2] et qu’elle est due à Fulgence Bienvenüe, créateur du métropolitain, latiniste à ses heures. L’entreprise est bien prométhéenne, la foudre ravie à Jupiter est l’électricité et les enfers, c’est ce qui est souterrain : le transport est électrique et se fait par les souterrains.


[1] Cf. sur cette question, http://www.locutio.net/modules.php?name=News&file=article&sid=73 où l’auteur (dissimulé sous le pseudonyme de salinator), nous rappelle que les utilisateurs du latin comprenaient ce qui leur était dit immédiatement, au fur et à mesure de la prononciation ou de la lecture de la phrase, « en temps réel » dirions-nous aujourd’hui.

[2] Dans la salle de vente des billets proche de la ligne 4. Depuis juin 2012, cette inscription a été remplacée par une nouvelle présentation de l’œuvre de Fulgence Bienvenüe.


2 réflexions au sujet de « Jovis erepto fulmine per inferna vehitur Promethei genus »

  1. Bonjour,

    Etes-vous sûr de votre \ablatif absolu indiquant un moyen\ ? J’ai toujours vu ces deux notions clairement séparés dans les grammaires.

    Ablatif absolu=valeur circonstancielle (temps, cause, concession, condition) : \Une fois la foudre de Jupiter arrachée, …\
    Ablatif instrumental : \Par la foudre de Jupiter arrachée, …\

    De plus, la virgule qui apparaît sur la photo me ferait pencher pour un ablatif absolu.
    Qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *