L’accent latin est-il musical ou d’intensité ? Une hypothèse

Une coupure nette existe entre spécialistes sur la nature de l’accent en latin. Pour certains l’accent est d’intensité, pour d’autres il est musical.

Voici par exemple quelle est la position de Louis Nougaret en 1948 dans son Traité de métrique latine classique [1] :

Du début de la tradition jusque vers la fin du IIe siècle après J.-C., l’accent du mot en latin est un accent musical, comportant une élévation de la voix sur la syllabe accentuée, mais ne comportant aucune nuance d’intensité. (…) Ce n’est que vers la fin du IIe siècle après J.-C. que l’accent perd peu à peu son caractère musical pour se muer en accent d’intensité (…).  (p. 3-4)

Pour Nougaret donc, l’accent latin à la période classique est fondamentalement mélodique et cette position est perçue par les chercheurs anglo-saxons comme le reflet d’une école française sur cette question : en 1989 Allen W. Sidney dans Vox latina [2] parle d’une position basée sur le musical pitch (c’est-à-dire la hauteur mélodique, comme en grec classique) comme étant le fait de French scholars (p.83).

Déjà, dans un article de 1962, G.C. Lepscky [3] parlait d’une scuola francese qui croit à la nature musicale de l’accent latin contre une scuola tedesca qui voit l’accent comme étant d’une nature intensive (p. 215).

Cependant Lepscky avait déjà tendance à renvoyer dos à dos les deux écoles :

Nous avons la nette impression que beaucoup des incertitudes auxquelles nous nous sommes heurtés dans les présentations précédentes sont dues à un manque d’approfondissement de la notion de base dont on se sert et à un manque de clarté terminologique. Qu’est qu’on entend exactement par « accent musical », « intensif », « musical et intensif en même temps » ? Mais surtout qu’est qu’on entend exactement par « accent » ? Quel est le statut linguistique de cette notion ? (p.231)

Lepscky se livre alors à une analyse approfondie des différentes notions qu’il rencontre et essaie de leur donner un statut précis : la hauteur  (pitch), l’intensité et la durée doivent être définies en termes de phonétique acoustique, ce qui n’est pas assez fait, ce qui explique les difficultés actuelles de compréhension du phénomène de l’accent.

Pour essayer d’y voir plus clair, au moins dans le cas du français, il est possible de se tourner vers les linguistes contemporains (qui pratiquent précisément la phonétique acoustique) et je vais tenter d’exposer leur manière de voir l’accent en utilisant les ressources graphiques d’un logiciel spécialisé.

En 1998, Albert Di Cristo, dans son texte « Intonation in French » [4] commence par rappeler ce que l’on dit traditionnellement de l’accent en français : l’accent porte sur la dernière syllabe du dernier mot (qui ne se termine pas par un e muet) appartenant à un groupe de mots. Il donne les exemples suivants (la syllabe accentuée est mise en majuscules) :

[Crois TU | que c’est BIEN]  –  [Dis LE | à ton jeune FILS]

Il peut y avoir un ou plusieurs accents secondaires comme dans :  [la MA- | jeure parTIE]

Di Cristo étudie ensuite la question de savoir comment se réalise l’accent et là, nous entrons dans une perspective nouvelle :

Tant l’accent primaire que l’accent secondaire lié au rythme, se manifestent généralement en français par une proéminence mélodique (pitch prominence). L’accent primaire cependant, contrairement à l’accent secondaire, se manifeste aussi sur le mode temporel. Ceci veut dire en premier lieu que la syllabe portant l’accent final est allongée et que deuxièmement, la syllabe suivante non accentuée est notablement plus brève que la précédente (p.199).

L’accent français se manifeste donc de deux façons, par une élévation mélodique et par un allongement de durée. L’auteur ne parle pas d’intensité de l’émission de voix mais de hauteur mélodique et de durée.

La question de la durée ne pose pas de problème dès que l’on observe le débit d’une phrase. On voit qu’elle sert à mettre en relief un mot ou un groupe de mot de manière tout à fait consciente comme par exemple dans la phrase : [c’était des amis A – DO – RABLES] où l’on entend bien que l’allongement fait partie de l’accent du mot final.

Reste l’aspect mélodique qui semble étranger à notre perception sauf dans le cas des phrases interrogatives comme [tu VIENS] où l’on entend bien que l’accent est différent en terme de mélodie si la phrase est interrogative (où la mélodie monte), ou si la phrase est un ordre (où la mélodie baisse).

En-dehors de ces cas, on n’a pas la perception habituelle des variations mélodiques de la phrase en français et pour les observer nous allons les visualiser en nous servant du logiciel de traitement de la parole SFS/Wasp [5] développé au département de Speech, Hearing & Phonetic Sciences de l’UCL, University College London .

Pour débuter, prenons une phrase simple, celle qui commence tout conte : « il était une fois ». Écoutons d’abord la phrase :

Il était une fois (2 sec.)

Examinons maintenant les résultats de l’analyse :

IlEtaitUneFois

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Le logiciel Sfs/Wasp propose deux courbes (j’ai superposé sur la deuxième les mots de la phrase en ajoutant les liaisons). La première, en haut, que l’on trouve  dans beaucoup de logiciels, est la représentation du fichier de format wav qui est une décomposition du son en un spectre sonore, somme de fréquences sinusoïdales (ce qui explique la quasi-symétrie par rapport à l’axe horizontal). Cette première visualisation du son permet de repérer facilement les poses de la voix. La deuxième analyse représente la fréquence fondamentale du son, celle, exprimée en Hertz (le la du diapason est à 440 Hz), qui donne la hauteur du son d’un instrument, indépendamment de son timbre qui est donné par les fréquences harmoniques de la fréquence fondamentale.

On peut résumer l’accentuation de la manière suivante : [Il éTAIT une FOIS]. Il y a deux accents mais l’accent principal (la fréquence la plus élevée) ne se trouve pas à la fin de la phrase comme habituellement, mais sur la finale de était. C’est cet accent intermédiaire plus fort qui est la marque de cette prononciation traditionnelle d’ouverture d’un conte et il suffit d’ailleurs de prononcer cette phrase pour que les enfants en bas-âge accourent auprès du locuteur.

Mais, dira-t-on, il s’agit précisément d’une intonation tout à fait spécifique, liée à un contexte tout à fait particulier, l’action de raconter une histoire à des enfants et elle n’est certainement pas générale. Prenons donc d’autres exemples.

Voici en huit secondes, l’annonce d’un bulletin de météo locale de Météo France.

Météo.mp3

Météo France (8 sec.)

Météo3

On repère (en écoutant éventuellement plusieurs fois la phrase) quatre accents principaux : l’heure [dix-sept heures TRENTE ENregistré..], la date [HUIT], puis la date de fin de validité [févriER] et l’annonce du lieu [départeMENT]. L’énoncé contient deux phrases, la première se terminant par un accent secondaire sur [TREIZE] annonçant une suite, la deuxième période étant terminée par une baisse de ton notable sur [de la Seine-et-Marne].

Mettre en relief les éléments spécifiques de l’annonce parait bien normal mais le but de l’opération n’est pas de faire l’analyse stylistique de l’annonce, mais de prendre conscience que l’accent français, la mise en relief, se manifeste essentiellement par des variations mélodiques de ton.

Mais dira-t-on encore, il ne s’agit pas d’une phrase « normale » : elle est trop liée au contexte d’énonciation d’un bulletin enregistré. Voyons donc un autre exemple d’un locuteur qui s’exprime sur une radio d’actualité et la commente.

France Info (8 sec.)

FranceInfo270113-2133

[jean-MARC-AYrault réafFIRME CE SOIR TOUTE la déterminaTION du gouvernement à FAIRE voTER le projet de loi SUR le mariage pour TOUS (respiration) les français dit-IL peuvent CONter…]

On note un accent principal à la fin de la première phrase (repérée par la pause de reprise de respiration, très audible) [mariage pour TOUS] qui exprime le cœur de l’information. Il y a un premier accent sur le nom du premier ministre [jean-MARC AYrault] (avec une liaison entre le deuxième prénom et le début du nom de famille) et des accents secondaires sur des fins de mots [réafFIRME …déterminaTION… voTER] ; des monosyllabes [CE SOIR TOUTE …FAIRE…SUR…IL] et enfin sur le début d’un mot pour le mettre en valeur [CONter]

On voit que même sur le discours d’un professionnel qui « parle normalement », les accents attendus s’expriment sous forme mélodique comme on le repère sur le graphique où l’accent principal de [TOUS] où le dernier [CONter] montent à 180 Hz. : l’accent français d’intensité est musical. Ce n’est pas un paradoxe mais l’expression d’une réalité physique : la fréquence fondamentale est celle qui a le plus d’intensité et ce que nous percevons comme intensité, quand on dit que l’accent français est d’intensité est exact, mais cette intensité s’exprime physiquement par la hauteur.

Cette hauteur est également un élément discriminant entre voix masculines et voix féminines : voici une deuxième voix féminine bien connue des usagers de la SNCF :

SNCF (8 sec.)

SNCF

Alors que les deux voix masculines ont des fréquences comprises entre 80 et 180 Hz, les deux voix féminines se situent entre 125 et 350 Hz. On notera ici que la procédure d’annonce de sécurité fait que des accents sont mis en dehors des cas normaux de fin de mot. Pour le groupe « Voie 2 B », l’accent normal qui devrait être sur la lettre B est mis sur le chiffre deux. Pour « Attention », on voit que le début du mot est mis en relief mais que la fin remonte cependant. La plus forte intensité de la phrase est portée sur le danger le [pasSAGE d’un train] et sur la chose à faire, s’éloigner [de la borDURE du quai].

Comparons avec d’autres langues pour voir si les perceptions subjectives (et objectives) sont les mêmes : soit une annonce faite en français, anglais et espagnol dans le métro parisien :

Métro (9 sec.)

Métro

Ces annonces sont faites par trois voix féminines différentes : on notera que l’accent du français est beaucoup moins marqué que celui de l’anglais (ce que tous les débutants en anglais auront remarqué, puisqu’ils découvrent la notion même d’accent lors de l’apprentissage de cette langue) et que l’espagnol, langue « chantante » à nos yeux, est également bien marquée par son accent.

Voici maintenant du français « chantant » : celui de la Suisse romande. Pourquoi cette impression par rapport au français standard ? Écoutons un entretien où l’interviewé parle de la préparation du carnaval.

Radio Suisse Romande(4 sec.)

RadioSuisseRomande

L’effet d’accent « chantant » se repère surtout sur les mots « sujets » et « doit » qui atteignent des fréquences de 240 Hz rares chez un locuteur masculin de français standard et qui surtout  sortent de la ligne mélodique habituelle de ce locuteur suisse.

Conclusion

Reprenons une partie de la citation de Nougaret sur l’accent latin: « Ce n’est que vers la fin du IIe siècle après J.-C. que l’accent perd peu à peu son caractère musical pour se muer en accent d’intensité». Comme nous venons de voir que pour le français, l’intensité s’exprime par l’élévation mélodique de la voix, il est peut-être nécessaire de remettre en cause cette manière de voir.

La distinction entre accent d’intensité et accent mélodique ne tient pas en français : il s’agit d’une seule et même réalité dont il est simplement difficile de se rendre compte sans instruments spéciaux (sauf dans quelques cas comme l’interrogation ou l’accent de Suisse romande). Ce résultat, acquis par la linguistique contemporaine, permet de proposer l’hypothèse qu’il en était de même en latin où le double aspect a bien été noté mais où il a été situé en termes d’oppositions alors qu’il s’agissait peut-être de la même réalité, l’intensité étant mélodique. Comme les spécialistes français voyaient leur langue « à accent d’intensité » héritière du latin tardif, ils reportaient sur le latin cette caractéristique. Les italiens ou les espagnols n’avaient pas ce sentiment car ils percevaient leur propre accent comme mélodique. D’où cette hypothèse : si l’accent français est d’intensité mélodique, l’accent mélodique et l’accent d’intensité du  latin n’étaient peut-être également qu’une seule et même chose et le français en a hérité à sa manière.

***

Logiciels utilisés :
– enregistrement en ligne ________ MP3 Audio Recorder
– passage du format Mp3 à Wav____ Free Mp3 Wma Converter
– découpage d’un enregistrement___ Direct WAV MP3 Splitter
– analyse de la parole____________SFS/Wasp

Merci à Albert Di Cristo qui m’a mis sur la piste de SFS/Wasp.

Le prochain billet sera mise en ligne le 12 mai 2013

  1. Louis Nougaret, Traité de métrique latine classique, Klincksieck, 1986, 1ère édition 1948 []
  2. Allen W. Sidney, Vox latina : a guide to the prononciation of classical latin, Cambridge, CUP, 1989 []
  3. G.C. Lepscky, Il problema dell’accento latino. Rassegna critica di studi sull’accento latino e sullo studio dell’accento, Annali della scuola normale superiore di Pisa, 31, 1962, p. 199-246 []
  4. in Daniel Hirst, Albert Di Cristo, Intonation Systems, Cambridge, CUP, 1998, p.195-218 []
  5. Speech Filing System / Windows Tool for Speech Analysis, Version 1.53 []

3 réflexions au sujet de « L’accent latin est-il musical ou d’intensité ? Une hypothèse »

  1. Un très grand merci pour ce billet tout à fait passionnant.
    Je ne suis pas du tout spécialiste de ces problématiques, mais votre billet m’amène à me poser toutes sortes de questions, notamment sur ce qui amène une distinction de perception entre ce qu’on appellera « accent d’intensité » et « accent musical » (et sur le moment où cette distinction pourrait être, d’un point de vue linguistique, fonctionnelle). Si je pense par exemple à ma propre perception de romanophone des langues scandinaves, j’ai bien l’impression qu’il y a à la fois un accent d’intensité et un accent musical ou d’élévation (et par dessus le marché une distinction de quantité, que les graphies du suédois notent d’ailleurs), mais un locuteur natif aurait-il la même perception ?
    (Un mot au hasard http://en.wiktionary.org/wiki/svenska, à titre d’exemple)

  2. Une avis – admiratif – d’une non spécialiste, qui vous remercie de votre contribution à la résurrection du latin. J’avais entendu enfant une rengaine qui disait que « l’allemand se crache, l’anglais se vomit, l’italien se chante et le français se parle ». Mélodie ou intensité ? Et dans le même ordre d’idées, vous connaissez la réplique de Charles Quint : « Je parle espagnol à Dieu, italien aux femmes, français aux hommes et allemand à mon cheval »…

    1. Vous allez peut-être être déçue mais je ne souhaite pas la résurrection du latin : je souhaite que les enfants de 5e soient capables de comprendre le latin du français et que les futurs enseignants de français connaissent la morphologie de la langue latine (pour mieux comprendre et enseigner le français) ; que beaucoup puissent lire, en version sous-titrée, tout le latin qui a contribué à la culture de la Renaissance à nos jours (c’est à dire de Plaute à Spinoza). La raisons fondamentale de cet apprentissage (et de celui des autres langues européennes dans les mêmes conditions) est que pour comprendre l’histoire présente, il faut savoir ce qui s’est écrit auparavant et l’avoir étudié sérieusement. Comment comprendre ce qu’est un Pape jésuite sans avoir lu Ignace de Loyola (qui écrivait en espagnol) ? Comment comprendre Pascal et l’augustinisme sans avoir lu saint Augustin ? Comment comprendre le moindre tableau à thème religieux du Louvre sans connaissances de l’ancien ou du nouveau Testament dans la langue utilisée à l’époque, c’est à dire en latin ?
      Si on fait du latin à titre d’exercice intellectuel sur un texte qui n’est utilisé que pour montrer qu’on sait pratiquer cette gymnastique de l’esprit, pratique d’ailleurs qui consiste bien souvent pour les élèves à jouer à la devinette en utilisant leur dictionnaire, il vaudrait mieux ne pas en faire.

      Juste un mot à propos des exemples que vous avez cités et que je trouve méprisants pour les autres langues que le français. Pour ce qui est de Charles Quint, une rapide recherche sur internet dont celle-ci montre que par cette boutade, il manifestait à la fois l’étendue de son empire et le jugement qu’il portait sur les peuples le composant. Il semblerait qu’il ne parlait que français et castillan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *