Du latin aux langues romanes

LatinLanguesRomanes

Étudier le passage du latin aux langues romanes pourrait faire partie du programme d’un Capes unique car pour enseigner le français il faut savoir d’où il est issu d’un point de vue linguistique. C’est l’objet du livre ci-contre de Michel Banniard [1].

Je voudrais expliciter dans ce billet le début du livre concernant les changements vocaliques qui accompagnent au IIIe siècle ce qui est appelé le passage du latin parlé classique au latin parlé tardif qui engendrera au VIIe et VIIIe siècle les langues romanes. Cette évolution s’est faite sans rupture, ni entre catégories sociales et styles correspondants (du style oratoire au style relâché), ni entre l’écrit et l’oral (du discours au graffiti).

Certaines évolutions ont commencé dès le latin classique. Michel Banniard (p. 22) prend l’exemple du renforcement de l’ablatif instrumental par la préposition de qui est présent à l’âge classique tant chez Virgile :

et
et
__________nostro
__________notre
_____sequitur
_____est sorti
_____de
_____de
__________vulnere
__________blessure
sanguis
le sang

Énéide, 12, 51.

que chez Cicéron :

Date hoc et concedite pudori meo ut
Accordez-moi ceci et concédez à ma pudeur que
_____aliquam partem de
_____quelques élément de
__________istius
__________de celui-ci
_____impudientia
_____l’impudeur
reticere possim
je puisse passer sous silence

Verrines, 2, 1, 32.

De est suivi d’un substantif à l’ablatif qui devient ainsi redondant et qui prépare son abandon : les prépositions comme ab, ex, de, cum utilisées avant l’ablatif pour des raisons d’originalité du discours ont conduit progressivement à leur prépondérance puis à leur obligation et à l’abandon de l’ablatif.

C’est le latin dans son ensemble qui a évolué du fait de ses tendances internes (comme le recours aux prépositions), non du fait qu’il se serait écroulé comme peut le faire un bâtiment non utilisé. Il ne faut pas qualifier négativement les différents usages comme en parlant de latin vulgaire par exemple : le français d’aujourd’hui est-il un « bas-français » par rapport à celui de Montaigne ?

Le point de départ du changement est la latinité des IIIe-Ve siècles où l’arrivée du christianisme modifie une latinité centrée sur l’idéal classique. Jérôme par exemple, élevé dans le culte de Cicéron, découvre en étudiant la Bible le contraste entre le langage inculte des prophètes de l’Ancien Testament et la pureté du style classique. Cela le met tellement mal à l’aise qu’il en fait des cauchemars qu’il nous révèle dans une de ses lettres :

Interrogatus condicionem,
interrogé sur ma condition
Christianum me esse respondi.
j’ai répondu être chrétien
Et ille qui residebat : mentiris, ait,
et Celui qui siégeait dit : tu mens
Ciceronianus es, non Christianus,
tu es cicéronien, et non chrétien
ubi thesaurus tuus, ibi et cor tuum
où est ton trésor, là est ton cœur.

Lettre 22 à Eustochium

À la suite des coups qu’il reçoit (dans son cauchemar), Jérôme se convertit à une latinité différente qui admet de s’exprimer aussi pour les humbles dans un style simple et dénué d’apparat.

Ce sera aussi le cas d’Augustin qui, se rendant compte que les deux mots os, l’un de  ōs, ōris la bouche et l’autre de ŏs, ossis, l’os ne sont plus distingués (la voyelle o de ōs, ōris est longue, tandis que celle de ŏs, ossis est brève), déclare dans son commentaire sur le psaume 138,15 qu’il vaut mieux employer le terme populaire ossum car :

melius est reprehendant nos grammatici,
il vaut mieux que les grammairiens nous critiquent
quam non intellegant populi
plutôt que le peuple ne comprenne pas [2].

On rencontre la même attitude dans le choix du sermo humilis de Césaire d’Arles au début du VIe siècle.

Évolutions phonologiques

Michel Banniard (p. 44) fait l’hypothèse que pour faciliter l’intercompréhension entre locuteurs venant de régions différentes, l’accent qui structure les mots est mis en relief dans les échanges oraux.

On retrouve cette situation de nos jours où, pour parler anglais d’un bout à l’autre du monde, les non-anglophones de naissance ont tendance à parler lentement, mettant en relief l’accent des mots, ce qui fait qu’ils peuvent se comprendre assez facilement même s’ils ne prononcent pas de la même façon les voyelles ou les consonnes, (sauf quand ils discutent avec un américain qui mange la moitié des mots).

La mise en relief de l’accent fait que par exemple, comme le remarquait Augustin, la longueur des voyelles n’est plus perçue comme significative : même si le locuteur les exprime correctement au sens du latin classique, l’auditeur les entend bien, mais ne s’en sert plus comme élément discriminant du point de vue phonologique. La perte de distinction de longueur qui discrimine Romă (ă bref, nominatif) et Romā (ā long, ablatif) est-elle la cause ou la conséquence d’une modification interne de la langue comme l’usage des prépositions ? [3]. En tout état de cause, un système de discrimination phonologique doit s’appuyer sur une réalité matérielle : comme ce n’est plus la longueur, d’autres aspects prennent le relai. Un de ces phénomènes est la diphtonguaison plus ou moins présente selon les langues romanes comme on peut le voir sur le tableau suivant (Banniard p. 48)

Banniard1

On suivra dans les pages suivantes du livre les diverses évolutions : réductions syllabiques qui conduisent du latin parlé classique viride au latin parlé tardif [verde] et au français vert ; restructurations portant sur les consonnes (palatisation), etc.

Le passage entre le latin parlé tardif mérovingien de la Gaule du Nord et l’ancien français peut être observé dans les « vies de saints » qui, à l’oral, devaient être compréhensibles par les fidèles : on trouvera dans un précédent billet un passage d’un tel écrit et sa réécriture carolingienne qui vient rétablir un latin classique qui ne sera plus compris des foules. La coupure se fait pour la France d’oïl entre 750 et 800 : il ne s’agit pas d’une dégénérescence du latin mais d’une évolution collective.

_Tours813_________

La prise de conscience de la différenciation est attestée par exemple lors du Concile de Tours de 813 canon 17 où il est demandé :

ut easdem homilias quisque aperte transferre studeat
que chacun s’emploie à traduire clairement ces homélies
in rusticam Romanam linguam aut Theodiscam,
dans la langue romane rustique ou la langue tudesque
quo facilius cuncti possint intellegere quae dicuntur
afin que tous puissent plus facilement comprendre ce qui est dit

L’anniversaire cette année de ce concile donne d’ailleurs lieu à un colloque lundi 3 juin dont on voit l’annonce ci-contre.

__________

Étudier les langues romanes

Si la linguistique historique est hors de portée des élèves, ils peuvent par contre découvrir que la parenté des langues romanes issues du latin a des conséquences concrètes qu’ils peuvent rechercher.

SignalAlarme2

Les inscriptions multilingues de sécurité sont nombreuses : celle-ci rencontrée dans le métro parisien peut faire l’objet d’une analyse comparative avec recherche des formes latines d’origine.

Ne tirer la poignée qu’en cas de danger : tout abus sera puni
No accionar salvo en caso de peligro : todo abuso será castigado
Tirare la maniglia solo in caso di pericolo : ogni abuso sarà punito

Formes communes aux trois langues :

– en (fr, esp), in (it) : latin in
cas (fr), caso (esp, it) : latin casus, part. pas. de cadere
de (fr, esp), di (it) : latin de
abus (fr), abuso (esp, it) : latin abusus
sera (fr, esp), sara (it) : latin (es)sere + habeo conjugué

Formes communes à deux langues :

– ne (fr), no (esp) : latin non
tirer (fr), tirare (it) : bien que commune aussi à l’espagnol (tirar), cette forme ne vient pas du latin et son origine est discutée : c’est peut-être une racine indo-européenne que l’on retrouve dans le grec dérein (écorcher), l’anglais tear (déchirer), l’allemand zerren (tirer avec violence)
la (fr, esp, existe aussi en it) : latin illa
peligro (esp), pericolo (it) : latin periculum
tout (fr), todo (esp) : latin totus
puni (fr), punito (it) : latin punire (ou poenire)

Formes propres à une langue :

poignée (pugnus), accionar (actio), maniglia (manicula), danger (dominus / dominarium ?), ogni (omnis ?), castigado (castigare)

***

Ces similitudes sont à l’origine de projets d’apprentissage simultané des langues romanes. Un tel projet est né du fait que l’intercompréhension entre langues nordiques, le danois, le norvégien et le suédois était possible si chacun, parlant sa propre langue, évitait certains termes, s’exprimait avec netteté et d’une manière suffisamment lente. À partir de cet exemple, un projet d’apprentissage simultané des langues romanes est né : il est fait sans utilisation du latin mais il pourrait être facilité par des bases latines. Le créateur de l’expérience, un danois professeur de langue romane à Aarhus (Danemark), Jorgen Schmitt Jensenn  pense qu’un étudiant formé dans l’une des cinq langues romanes (français, espagnol, portugais, italien, roumain), peut, « moyennant un apprentissage approprié, arriver à comprendre assez vite l’une des quatre autres. Un trimestre suffit en général pour arriver à lire des énoncés écrits assez simples. Et l’on peut, en poursuivant l’apprentissage, avoir ensuite accès à la presse, à des textes littéraires et à la langue parlée » »[4].

Le projet Eurom5, qui prend la suite d’un programme LINGUA de la Commission européenne, a mis au point un manuel qui se base sur des textes écrits dont le contenu repose sur un « savoir partagé » des lecteurs européens, en l’occurrence des articles de journaux portant sur des sujets de politique internationale, sur des sujets de « société », sur des questions d’écologie et de santé publique. Ces questions sont généralement traitées dans les différents quotidiens de la même façon, dans des traditions linguistiques proches.

L’expérience s’adresse à des adultes et Claire Blanche-Benvéniste qui est une des personnes à l’origine de ce programme déclare dans une présentation en ligne de son projet que « Pour déchiffrer ce vocabulaire [des langues romanes], on peut penser que les bons latinistes ont ici un avantage. Mais les bons latinistes se font rares et on peut souhaiter que la connaissance des langues romanes vienne prendre le relais. »

Aujourd’hui en effet, la situation est plutôt inversée : le latin n’aide plus à l’étymologie, mais c’est la connaissance du français (et des langues romanes si des élèves en pratiquent une) qui peut aider à identifier des mots latins. L’étude d’inscriptions multilingues comme celle faite plus haut à l’avantage de faire toucher du doigt aux élèves la réalité de l’origine commune latine des langues romanes, de les motiver à avoir une attitude transversale entre disciplines de langues, de les inciter à la recherche personnelle.

***

Suivons une bonne tradition paléographique : à partir des différentes versions romanes, reconstruisons la « version » latine du texte tel qu’on aurait pu le trouver à Rome : Nolite … (je vous laisse inventer la suite et j’attends les propositions).

  1. Michel Banniard, Du latin aux langues romanes, Nathan, 1997 []
  2. même exemple os repris dans De doctrina christiana, IV, 10, 24 []
  3. József Herman, Du latin aux langues romanes, Tübingen, M.Niemeyer, 1990, p. 230 []
  4. Paul Teyssier, Comprendre les langues romanes, Chandeigne, 2004, p. 10 []

Une réflexion au sujet de « Du latin aux langues romanes »

  1. Merci pour les citations de Saint-Jérôme et de Saint Augustin qui témoignent de l’évolution des langues, et de la nécessité d’être compris !
    Une idée dans votre conclusion me paraît un peu réductrice : il semble que vous vouliez déterminer quelle langue (du latin ou du français) sert de repère dans l’approche des autres langues romanes… ? Il va de soi que, même si on étudie le latin, la langue française est mille fois plus familière!
    Mais je pense que vous faites fausse route : la question n’est pas de savoir si une langue aide plus qu’une autre. La question est de savoir si on veut enseigner le va-et-vient entre les langues, quelles qu’elles soient.
    Ce qu’apporte l’étude du latin à nos bons latinistes, qui sont aujourd’hui beaucoup moins confrontés à la traduction et au thème, c’est sans doute la capacité à naviguer d’une langue à l’autre (et dans les deux sens), à convoquer son lexique plurilingue, à jouer avec les rapports de similitudes, à chercher dans l’espace sémantique des mots, à prendre en compte le contexte… pour comprendre et reformuler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *