Érasme : Éloge de la folie

6 juillet 2013
Par

ErasmusAliaVox

« C’est surtout grâce aux beaux portraits peints par Holbein, Dürer et Quintin Metsys et à une œuvre de jeunesse, son Éloge de la folie que le souvenir d’Érasme de Rotterdam est resté présent dans la mémoire culturelle. » C’est ainsi que Jordi Savall introduit le livre/CD ci-joint qui réunit 6 CD avec, outre un programme musical d’époque proposé par ce même Jordi Savall, des extraits de l’Éloge de la folie et d’autres œuvres, des textes de présentation, le tout en français, anglais, castillan, hollandais, catalan, allemand et italien ce qui permet de mettre en valeur la dimension européenne d’Érasme (qui ne s’exprimait qu’en latin).

Si l’Éloge de la folie reste présent dans la « mémoire culturelle », qu’en reste-t-il dans cette mémoire qu’est l’enseignement aujourd’hui ? L’Humanisme comme courant d’idée est certes bien présent et l’Éloge de la folie figurait il y a peu dans les programmes sous le thème « Littérature et débat d’idées » [1]. Mais est-ce une œuvre compréhensible aujourd’hui ? [2].

Pour les circonstances de la rédaction, écoutons Érasme lui-même qui les décrit dans sa préface adressée à son ami Thomas More : [3]

Superioribus diebus cum me ex Italia in Angliam recepissem
Comme ces jours derniers, je revenais d’Italie en Angleterre

plutôt que de perdre son temps en discussions vaines, il évoque le souvenir de ses amis chers.

Inter hos tu, mi More, vel in primis occurrebas
Parmi eux toi, mon cher More, tu apparus bien en premier
(…)
Ergo quoniam omnino aliquid agendum duxi,
Donc puisque j’avais estimé que je devais absolument m’occuper
et id tempus ad seriam commentationem parum videbatur accommodatum,
et comme les circonstances ne semblaient peu appropriées à une méditation sérieuse
visum est Moriae Encomium ludere.
j’eu l’idée de m’amuser à un éloge de le folie

Moriae Encomium est la translittération latine de Μωρία la folie et de ἐγκώμιον l’éloge

Que Pallas istuc tibi misit in mentem? inquies.
Quelle Pallas te l’a mis là dans l’esprit, me demandes-tu
Primum admonuit me Mori cognomen tibi gentile,
D’abord m’y engagea ton nom de famille de More
quod tam ad Moriae vocabulum accedit
autant le mot s’approche de Moria
quam es ipse a re alienus
autant tu es étranger à la chose.

À l’exemple d’illustres auteurs comme Lucien dont on connait l’esprit satirique ou de saint Jérôme qui savait tremper sa plume dans l’acide, Érasme veut faire rire tout en critiquant les vices qu’il voit en ce monde.

Le texte porte en exergue : Stultitia loquitur, c’est la folie qui parle. Le nom grec avait été suggéré par le nom de famille de More, le mot latin Stultitia est maintenant le plus utilisé dans le texte.

Holbein

« C’est la folie qui parle » Hans Holbein quand il illustre le livre  [4], nous montre la folie avec le chapeau des fous et la robe des docteurs parlant en chaire à un public d’étudiants visiblement séduits. Le docte exposé est ainsi perverti car Érasme, en faisant parler la folie peut attaquer beaucoup de monde par le biais d’une ironie inattaquable : en effet si la folie dit vrai, comme elle est folle, on ne peut la croire et son discours ne peut être vrai. Le paradoxe du menteur qui dit vrai trouve ici une nouvelle forme qui va, par le biais de l’ironie, être particulièrement destructrice : Érasme par ce biais rappelle ses préférences, attaque ses adversaires et finalement révèle sa philosophie.

- Ses préférences, ce sont d’abord les usages légitimes de la vie comme par exemple la saine convivialité d’un banquet. Au chapitre 18 il est précisé que pour être réussi, un banquet se doit de comporter, outre les nourritures matérielles, ce qui nourrit l’esprit :

Quorsum enim attinebat
A quoi bon en effet correspondrait
_____tot bellariis, tot lautitiis, tot cupediis
_____de tant de friandises, de tant de luxe, de tant de morceaux friands
onerare ventrem,
de charger le ventre

nisi et oculi pariter et aures, nisi totus animus,
si pareillement les yeux et les oreilles, si l’âme entière
_____risu, iocis, leporibus
_____par le rire, la plaisanterie, l’agrément
pasceretur?
n’était nourrie

At istiusmodi tragematum ego sum architectrix unica
Et des desserts de cette sorte, j’en suis l’unique “architectrice”

En féminisant l’architector, en en faisant l’âme des banquets, Érasme veut montrer le rôle indispensable de la joie libre, expansive, « folle », qui doit régner dans un banquet et d’une manière plus générale dans les relations humaines.

si tristis sit ne vita quidem appellanda videatur
[la vie] si elle est triste, on ne peut l’appeler vraiment la vie

- Ses adversaires sont nombreux : les vieillards grincheux, les superstitions de la religion, les amours-propres nationaux, les marchands trompeurs, les enseignants qui terrorisent leurs élèves, les auteurs-plagieurs, les juristes qui emmêlent à plaisir les textes, les philosophes bouffis d’orgueil, les théologiens qui dénaturent le message du Christ, les grands de ce monde qui ne sont que des courtisans, les papes et les évêques enfin qui ont oublié la pauvreté évangélique.

- Après avoir réglé ses comptes avec ses adversaires, Érasme termine son éloge par une profession de foi en la philosophie du Christ en glosant à partir du chapitre 65 sur la folie de la foi telle que l’a entrevue l’apôtre Paul. La folie est bien placée pour parler du message chrétien puisque la sagesse est condamnée et que le message est destiné à ceux qui ne savent pas.

La folie devient très sérieuse puisqu’elle épouse la folie du Christ : quant à la nouvelle vie qui attend le croyant auprès de Dieu, il peut arriver qu’il en goutte dès ici-bas les arrhes sous forme mystique qui semble être une folie en ce sens qu’elle dépasse l’entendement. Il pourrait bien s’agir là d’une extase mystique comme le suggère Michaël Screech [5].

Loin donc d’être un pur amusement, l’Éloge de la folie, par son érudition qui fait écho aux Adages, par son engagement en faveur d’une humanité qui jouit à bon droit des plaisirs de la vie en société, par sa critique des dérives des puissants, par son acte de foi en un christianisme inspiré par la philosophie du Christ, l’Éloge de la folie est un texte qui exprime parfaitement Érasme et par son succès, les valeurs de la Renaissance. Comment faire partager tout cela aux élèves d’aujourd’hui ?

Actualité de l’Éloge de la folie

Très concrètement se pose le problème d’un extrait à faire lire qui soit compréhensible et informatif. Pour les jeux de sonorité [6], on pourra utiliser cette description du règne du dieu de l’argent du chapitre 7:

Cuius arbitrio
Par son pouvoir
_____bella, paces, imperia, consilia, iudicia, comitia,
_____les guerres, la paix, les empires, les conseils, les tribunaux, les comices
_____connubia, pacta, foedera, leges, artes, ludicra, seria,
_____les mariages, les traités, les alliances, les loirs, les arts, les jeux, les choses sérieuses
_____iam spiritus me deficit, breviter,
_____(déjà le soufle me manque), en bref :
_____publica privataque omnia mortalium negotia
_____toutes les affaires publiques et privées des mortels
administrantur
sont administrés

On pourra utiliser aussi cette charge contre les princes de l’Église du chapitre 59 dont la folie décrit alternativement les tâches et, par un adjectif, les sentiments qui sont les leurs :

Priscum et obsoletum, nec horum omnino temporum, miracula edere:
Faire des miracles est suranné désuet, plus de notre époque
docere populum, laboriosum:
instruire le peuple : c’est fatigant
sacras interpretari litteras, scholasticum:
expliquer les Saintes Écritures : c’est affaire d’école
orare, otiosum:
prier : c’est être oisif
lacrymas fundere, miserum ac muliebre:
verser des larmes : c’est lamentable et bon pour les femmes,
egere, sordidum:
être démuni : c’est sordide
vinci, turpe, parumque dignum eo, qui vix reges etiam summos, ad pedum beatorum admittit oscula:
être vaincu : c’est honteux et indigne de celui qui accepte à peine que les plus grands rois baisent ses pieds bienheureux
denique mori, inamabile:
enfin mourir : c’est déplaisant
tolli in crucem, infame.
être mis en croix : c’est infamant.

L’Imitation de Jésus-Christ, ce texte célèbre des nouvelles formes de dévotion de la fin du Moyen-Age et dans lesquelles Érasme a été éduqué est sous-jacente. L’homme d’Église doit convertir en imitant le Christ jusqu’à la croix et la pointe des derniers mots qui pousse au paroxysme la négation les disciples du crucifié a dû en faire grincer beaucoup.

Érasme avec ce texte a eu un immense succès et une influence bien attestée. Par exemple sur Rabelais : dans une lettre adressée à Érasme, il reconnait sa dette envers lui à l’occasion d’un renseignement qu’il lui donne en fin de lettre [7] :

Lubens itaque ansam hanc arripui
j’ai donc saisi avec empressement cette occasion
et occasionem
et ce moment favorable
tibi, pater mi humanissime
à toi, mon père le plus courtois
grato aliquo officio indicandi
en t’indiquant par quelque bon office,
quo te animo, qua te pietate
de quel cœur, de quelle piété
colerem
je t’honore

L’esprit qui règne à l’abbaye de Thélème est inspiré d’Érasme :

En leur règle n’estoit que ceste clause : Fais ce que voudras. Parce que gens libères, bien nés, bien instruits, conversans en compagnies honnêtes, ont par nature un instinct et aiguillon qui toujours les pousse à faits vertueux et retire de vice : lequel ils nommaient honneur.

La comparaison avec ce texte d’Érasme [8] fait apparaitre les mêmes idées qui utilisent souvent les mêmes mots :

Fateor in quibusdam ingeniis bene natis ac bene educatis
Je déclare que chez les gens libres bien nés et bien instruits
minimum esse pravitatis.
il y a très peu de vices
Maxima proclivitatis pars est non ex natura,
La part la plus importante du penchant naturel ne vient pas de la nature
sed ex corrupta institutione,
mais des institutions corrompues
ex improbo convictu,
de fréquentations malhonnêtes
ex assuetudine peccandi, malitiaque voluntatis.
d’une habitude à pêcher, et d’une méchanceté de la volonté.

L’échec d’Érasme

L’Éloge de la folie est publié en 1511. Dès 1530, la confession d’Augsbourg donne un fondement au luthéranisme ; en 1534 l’Affaire des Placards en France entraine une radicalisation de François 1er et Calvin juge prudent de s’exiler. En 1535, un an avant la mort d’Érasme, son ami Thomas More est exécuté. La philosophie du Christ, faite de retour aux sources scripturaires et d’intelligence des anciens est ignorée tant de la Réforme que de la Contre-Réforme catholique. La Concorde cicéronienne n’est plus guère évoquée et les guerres de religion se répandent. Une nouvelle théorisation politique se met en place dont Machiavel est la figure éminente.

Que reste-t-il d’Érasme ? Il voulait diffuser une éthique, un juste comportement des hommes entre eux en s’appuyant à la fois sur la morale chrétienne et sur la sagesse des Anciens. Deux siècles plus tard, les Lumières couperont la morale de ses racines chrétiennes et revendiqueront l’autonomie de la Raison. Érasme a publié toute son œuvre en latin mais ce sont les langues nationales dès Machiavel, dès Rabelais et Montaigne, dès Cervantès, dès Shakespeare qui vont être utilisées, ne laissant au latin que son aspect de langue de diffusion de la pensée (religieuse ou non). Certes le retour aux sources lancé par les Humanistes a modifié le regard des savants, jetant les bases sur lesquelles  la science moderne repose désormais. Un mode d’enseignement nouveau s’impose maintenant pour l’éducation des élites et notre enseignement secondaire en est issu directement.

Jacques Chomarat à la fin de son analyse de l’Éloge de la folie conclut ainsi sur le genre littéraire de la déclamation auquel il rapporte l’Éloge [9] : « Ce sont les humanistes, au premier chef Érasme, qui ont rétabli la déclamation comme exercice scolaire. Sa vie nouvelle a duré jusqu’au début du XXe siècle puisque sous le nom de discours latin c’est le même exercice qu’au temps de Quintilien qui continuait. La réforme de 1902, en France, a signé son acte de décès. On se permettra une seule observation : cet exercice qui, avec la lecture des classiques, était l’âme de l’enseignement a formé les élites au temps de l’Empire romain et aux siècles où l’Europe était dans sa grandeur ; ce n’est peut-être pas une coïncidence ».

Bien que Jacques Chomarat (1925-1998) ait été un latiniste et un spécialiste de renom de la littérature latine du Moyen Âge et de la Renaissance, on peut ne pas être convaincu par la relation de cause à effet qu’il dit voir entre la technique du discours latin et les siècles d’or européens. Il était sensible, comme enseignant de latin, à la nécessaire stabilité pédagogique qui est justement demandée par tout enseignant mais il oubliait les évolutions nécessaires : Quintilien ne peut plus être notre référence.

Le latin qui reste aujourd’hui dans l’enseignement est certes relié historiquement à Érasme et aux Humanistes mais la science est née, son langage n’est plus le latin : qu’est-ce aujourd’hui que d’être fidèle à Érasme ? Être un bon philologue ? Être un homme de consensus ? Être un chrétien authentique ? L’érudition scientifique, la politique et la religion sont maintenant des registres autonomes qu’il ne faut plus mêler.

***

Notons pour terminer que Jordi Savall dans le livre/CD qui nous a servi de point de départ a dans ses trois premiers CD intercalé des récitations de textes d’Érasme (ou concernant son temps) et des pièces musicales. Il a cependant, dans les trois derniers CD, éprouvé le besoin de ne mettre que la musique pour en faciliter l’écoute. Ce comportement est révélateur du fait que nous écoutons plus spontanément la musique du 16e siècle à nos jours que nous ne lisons les textes de ces mêmes époques. Notre époque écoute volontiers Bach et Mozart mais les textes correspondants du 18e siècle ne sont plus qu’objet d’études même s’ils sont jugés fondamentaux.


Le prochain billet sera mis en ligne le 1er septembre

  1. MEN, Programmes et Accompagnements, édition 2008, p. 173 []
  2. Pour nous guider j’utiliserai une intervention de Marc Fumaroli intitulée « L’éloquence de la Folie » faite lors d’un colloque en 1986 : Dix conférences sur Érasme, études réunies par Claude Blum, Paris ; Genève : Champion-Slatkine, 1988, p. 10-21 []
  3. Texte latin de la Bibliotheca Augustana, traduction française (modifiée) de Claude Blum des textes d’Érasme dans l’édition de la collection Bouquins, Robert Laffont, 1992 []
  4. Source []
  5. Érasme. L’extase et l’Éloge de la folie, Paris Desclées, 1991 []
  6. comme suggéré par Jacques Chomarat, Grammaire et rhétorique dans Érasme, Les Belles Lettres, 1981, p.997 []
  7. Voir le texte latin et le fac simile de la lettre []
  8. second Hyperaspistes cité par Lucien Febvre, Le Problème de l’incroyance au 16e siècle, Albin Michel, 1968 [1942], p.289 []
  9. Jacques Chomarat, Grammaire et rhétorique dans Érasme, Les Belles Lettres, 1981, p. 1001 []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Finalités, Histoire, Motivations

Laisser un commentaire

September 2014
M D M D F S S
« Aug    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Carnets de recherche