Situation du latin : statistiques 2013

DSCN2939b

La parution récente des Repères et références statistiques du Ministère pour l’année 2013 (situation à la rentrée 2012)  [1] permet de faire le point sur la situation du latin dans l’enseignement secondaire. Plusieurs points de vue seront distingués : la situation initiale, les évolutions en cours de scolarité, les enseignements concurrents. La situation actuelle sera comparée avec les années précédentes.

La première année de latin : évolution de 1972 à 2012

Larin5e1972-2012b

Sur ce graphique est portée la proportion de ceux qui débutent l’enseignement du latin, en 4e jusqu’en 1995, en 5e depuis la réforme Bayrou de 1996. On voit bien une croissance régulière jusqu’en 1990, puis une diminution depuis cette date malgré le sursaut qu’a été l’introduction du latin en 5e en 1996 suivie d’une stabilisation de 2000 à 2008. La baisse des quatre dernières années est-elle significative ? Distinguons le public et le privé pour la période de 2008 et 2012 :

année

public

privé

dif. pr – pu

ensemble

baisse ens.

2008

21,3%

27,4%

6,1%

22,6%

2009

20,6%

27,5%

6,9%

22,1%

0,5%

2010

20,2%

27,7%

7,5%

21,8%

0,3%

2011

20,0%

26,6%

6,6%

21,4%

0,4%

2012

19,4%

25,5%

6,1%

20,7%

0,7%

Le privé recrute toujours de 6 à 7 points de pourcentage de plus que le public, mais cette différence n’a pratiquement pas évolué et donc l’ensemble a subi une baisse sur la période de 1,9% (22,6 – 20,7). La colonne « baisse ens. » note l’évolution d’une année sur l’autre (2009 : 22,6 – 22,1 = 0,5),  il s’agit d’une érosion dont la dernière est la plus forte (baisse de 0,7% de 2011 à 2012) mais dont on ne peut rien dire encore de sûr.

De la seconde à la terminale

LatinSecondCyle1984-2012

On ne note pas d’évolutions notables ces dernières années.

De la « survie » dans l’enseignement du latin.

Des deux graphiques précédents, on voit que l’on passe (pour l’ensemble public + privé) de 20,7% de latinistes en 5e actuellement à 4,1% en terminale : pour voir où se font les déperditions il faut distinguer le public et le privé qui ont sur ce point une divergence notable.

Pour ce faire examinons ce que devient une cohorte de latiniste qui entre en 5e en 2007 et ils sont 172730 : l’année suivante en 4e ils ne sont que 146938 soit 85% des partants, ce que l’on peut dire autrement en disant que sur 100 latinistes de 5e, il n’en reste plus que 85 en 4e [2].

Public et privé diffèrent à peine au collège : 85% des latinistes de 5e passent en 4e et pratiquement le même pourcentage passe en 3e (public 82%, privé 85%). C’est pour le passage de 3e en seconde que se fait la différence entre le public (taux de passage 18%) et le privé (taux de passage 32%). Cette différence est à l’origine des évolutions ultérieures car entre seconde et première (79%) et première et terminale (91%,) les pourcentages de maintien sont les mêmes dans le public et le privé. Par ailleurs ces taux de passage sont stables depuis 2001.

On peut faire l’hypothèse que le passage entre le collège et le lycée est plus intégré dans le privé que dans le public mais une enquête spécifique nous permettrait seule d’arriver à expliquer cette différence très nette de comportement (voir cependant le Post-scriptum de ce billet).

Examinons le résultat en appliquant les proportions de maintien d’année en année pour des cohortes de 100 élèves en 5e :

Cohortes

5e

4e

3e

2nde

1ère

Terminale

Public

100

85

70

13

10

9

Privé

100

85

72

23

18

17

Ensemble

100

85

71

15

12

11

Le meilleur maintien du latin entre le collège et le lycée associé au meilleur recrutement en 5e fait que la part des latinistes de l’enseignement privé représente 28% du total des latinistes alors que le privé ne représente que 22% de la population du second degré.

Les enseignements concurrents

– classes bilangues

J’avais déjà étudié dans un précédent billet, le cas des classes bilangues avec allemand première langue. Voici le graphique comparé de l’évolution du latin et de l’allemand première langue avec les projections recalculées pour tenir compte des données actuelles :

LatinAllemand2013

Attention, la baisse du latin en 5e montrée ici depuis 2001 est le reflet des évolutions démographiques plus que de l’évolution du pourcentage de débutants du latin en 5e dont on a vu qu’il était stable de 2000 à 2008.  L’allemand première langue, grâce aux classes bilangues a permis à de nombreux collèges de banlieue de proposer une filière « noble » aux parents de 6e et continue à remporter un certain succès (actuellement en 6e, 15% des élèves sont en classes bilangues).

 – sections européennes ou internationales

 Elles concernent plutôt les élèves de 4e et de 3e où elles représentent 10% des élèves : la langue spécifique de la section est l’anglais (68%), l’espagnol (14%), l’allemand (13%), l’italien (4%) et d’autres langues (1%).

 – chinois

ChinoisRusse

L’enseignement du chinois (première, deuxième ou troisième langue dans le second degré) a plus que doublé en 6 ans passant de 12000 à 27000 élèves avec une croissance annuelle moyenne de 14%, alors que le russe, à une époque choix stratégique de certaines familles, décroit. Le chinois fait certainement concurrence au latin au moins dans l’esprit de certains parents.

 ***

Le grec reste stable : en 3e il représente 2,4% des effectifs de cette classe (2,5% en 2006 ; public + privé). Dans le second cycle, il représente 1,1% des effectifs  tant en 2006 qu’en 2012.

***

Concluons en soulignant qu’il n’y a pas en ce moment d’évolutions statistiques vraiment notables : il faudra voir si la baisse des latinistes en 5e se poursuit ou non mais seule une enquête auprès de parents pourrait déterminer si l’enseignement du latin cède à la concurrence d’autres options linguistiques où s’il s’agit d’un abandon culturel de la part de parents qui eux-mêmes ont privilégié les mathématiques quand ils étaient dans le secondaire.

La seule nouveauté de ce billet est la mise en avant de la différence de comportement entre le public et le privé à propos du maintien des latinistes entre le collège et le lycée.

Post-scriptum du 20/09/13 : il m’a été suggéré que la différence entre le taux de maintien du public et celui du privé lors du passage de collège à lycée était certes bien dû pour une part à la continuité (voir même à la contigüité) qui existe dans le privé entre collège et lycée, mais qu’il y avait aussi souvent une volonté explicite de la part des responsables de lycée privé de pousser les élèves ayant fait du latin au collège à continuer au lycée.


L’article signalé en rubrique actualité : Esprit, juillet 2013, Philippe Cibois, Ressusciter les « langues mortes », est disponible ici


  1. disponible également en ligne []
  2. ce n’est pas une cohorte au sens strict, dispositif qui demande un suivi individuel, mais cette pseudo-cohorte est une estimation raisonnable de la vraie cohorte []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *