La question du latin

La question du latin ne se pose plus guère dira-t-on puisque son enseignement ne joue plus le rôle principal qu’il a longtemps joué. Françoise Waquet a fort bien décrit cette longue baisse qui a conduit à la suppression du latin en 6e par Edgar Faure en 1968 et, pour elle, l’enseignement du latin étant réduit à une « teinture », la question du latin ne se pose plus en tant que telle[1].

Elle se pose cependant : un enseignement de latin est toujours donné et on n’a jamais autant initié d’enfants au latin qu’aujourd’hui puisque près d’un quart de la classe d’âge fait du latin la première année où cette option est proposée.

figure1-oct094Sur ce graphique est portée la proportion de ceux qui débutent l’enseignement du latin, en 4e jusqu’en 1995, en 5e depuis la réforme Bayrou de 1996. On voit bien une croissance régulière jusqu’en 1990, puis une diminution depuis cette date malgré le sursaut qu’a été l’introduction du latin en 5e en 1996 et la stabilisation actuelle (Source Ministère de l’Éducation nationale : ensemble public et privé).

C’est une évolution récente et considérable que l’on peut repérer en comparant trois situations : les effectifs de latinistes en 4e en 1920, au beaux jours du lycée classique ; en 1965, où le Collège d’enseignement secondaire de type lycée vit ses dernières années avant l’unification de 1975 (Réforme Haby) et en 2004. On a les effectifs suivants :

1920                                 10.000
1965                               100.000
2004                               160.000

Cette croissance est aisément explicable : en 1920 l’enseignent secondaire ne concerne qu’une faible partie de la population. Si en 1965, la proportion de ceux qui font du latin en 4e est proche de la proportion pour la même population en 2004, l’évolution des effectifs vient simplement du fait qu’aujourd’hui l’enseignement secondaire touche l’ensemble de la classe d’âge.

Cependant, si l’enseignement du latin au collège n’est pas un phénomène marginal, dès la seconde année, le pourcentage baisse, malgré le contrat annoncé pour l’option latin qui est prise en principe jusqu’en 3e :

5e 22,6 %
4e 19,7 %
3e 16,2 %
Rentrée 2008 : public + privé

Au lycée la baisse est beaucoup plus forte avec un redressement depuis  2004 : en 2008 les latinistes ne sont plus que 5,9 % en seconde, 4,7 % en première et 4,1% en terminale. On notera que les sections S (8,1 %) et L (8,0 %) s’opposent à la section ES où ils ne sont que 3,1 %.

figure2-oct092Pourcentage d’élèves prenant l’option latin. Source Ministère de l’Éducation nationale : ensemble public et privé

But de ce blog

Les présents chiffres peuvent être trouvés rassurants, puisque un quart des enfants est initié à la culture classique, ou inquiétants, puisque bien peu finalement arriveront à une maitrise de la langue latine qui ne peut être acquise qu’au niveau du lycée.  L’abandon est fréquent et il est souvent justifié au lycée par la charge de travail hors options. Il faut donc revenir à la question fondamentale qui est de savoir ce qui est recherché par l’apprentissage du latin puisque, de fait,  les élèves ne font du latin qu’un nombre limité d’années. Faut-il ne pas en prendre acte ou faut-il adapter l’enseignement du latin à cette situation car de nombreux élèves font du latin mais le font mal ?

Il faut donc savoir ce que l’on veut faire.  Les motivations qui poussent les parents à faire faire du latin  à leurs enfants sont bien connues :

– En apprenant le latin, on peut mieux comprendre l’orthographe et l’étymologie du français,
– Faire du latin est un bon moyen d’accès à la culture du monde antique,
– En faisant du latin, on acquière de la logique et de la rigueur, le latin est une gymnastique de l’esprit très formatrice,
– En choisissant l’option latin, l’élève se trouve avec les meilleurs.

Si cette dernière motivation est assumée par les parents, elle l’est moins par les enseignants, surtout s’ils veulent renouveler l’enseignement du latin. Quant aux trois premières  réponses, elles  sont classiques mais sont-elles suffisantes et correspondent-elles même à la réalité ? C’est la question que ce blog voudrait aborder d’une manière rigoureuse c’est à dire en utilisant les enquêtes faites, en comparant avec ce qui se fait dans d’autres pays, en faisant l’histoire de ces motivations pour voir leur évolution éventuelle.

Si vous vous sentez concernés par ces questions, vos réactions seront bienvenues.


[1] Françoise Waquet, Le latin ou l’empire d’un signe,XVIe-XXe siècle, Paris, Albin Michel, 1998, p.322


8 réflexions au sujet de « La question du latin »

  1. Le latin, une langue de plus dans le parcours, une langue à lire, à comprendre qui met l’accent sur cette compétence du CECRL, qui loin d’être passive, comme on a voulu longtemps le laisser entendre, requiert toute notre concentration, la compréhension écrite : celle qui laisse le temps d’observer, de vérifier, de comparer, de s’assurer.

    Si l’on suit les recommandations de Claire Blanche- Benveniste, on peut aussi imaginer qu’il est utile, certes, de parler une ou deux langues étrangères, mais aussi d’en comprendre deux ou trois autres. Cette approche peut développer des pratiques d’intercompréhension : je m’exprime dans ma langue et je comprends celle de l’autre. Diversités linguistique et culturelle en constituent l’enjeu fondamental.

    Dans cette optique, l’enseignement du latin me semble une bonne passerelle pour éveiller les esprits à l’intercompréhension et aux relations interculturelles, notamment en langues romanes, dans la mesure où il stimule la compétence de compréhension, et de décentration et où il permet de partager un \héritage\ lointain et diversement actualisé.

    L’ article de Antje-Marianne Kolde, Langues anciennes et multilinguisme, paru en 2009 dans la revue plurilingue Babylonia, explore ces pistes.
    (http://www.babylonia-ti.ch/site/front/intro_it1.php?mod=articolo&nav=nav_ita_riv&id_riv=69&id_ari=327)

    Le site par exemple, http://www.etwinning.net, qui favorise le jumelage des établissements scolaires en Europe, recense environ 150 projets qui permettent du moins de faire travailler ensemble de jeunes latinistes ou hellenistes, et parfois aussi d’éviter que l’anglais soit systématiquement utilisé.

    Que pensez-vous de ces initiatives ?

    1. Il faut d’abord préciser ce qu’est le CECRL qui est le Cadre européen commun de référence pour les langues.
      L’intercompréhension est une pratique excellente qu’il faut développer mais la question du latin est indépendante de cette question. Chercher l’origine commune de langues romanes dans le latin est une bonne chose quand on a déjà une bonne connaissance du latin, mais apprendre le latin pour dégager cette origine commune est une perte d’énergie. Il vaut mieux passer du temps à apprendre des langues vivantes. Il faut signaler aussi le projet Eurom4 d’apprentissage simultané de quatre langues romanes.
      Pour ce qui est de faire dialoguer jeunes latinistes et hellénistes, cela suppose une pratique intense des langues anciennes qui doit devenir rare dans les collèges français. De plus pourquoi éviter l’anglais qui est la langue véhiculaire par excellence, la koinè de notre monde.

  2. \Apprendre le latin pour dégager l’origine commune des langues romanes est une perte d’énergie\ : vous voulez dire qu’on apprend aussi bien les langues romanes directement. Oui c’est bien possible.
    Et le latin peut paraître effectivement exotique dans le développement de l’intercompréhension .

    Pourtant, les compétences qu’il développe – lecture (hypothèses et construction du sens), souplesse (passage d’une langue à l’autre), reconnaissance d’une altérité irréductible et que la traduction ne saurait complètement résoudre – sont certainement utiles pour aborder cette forme de communication.
    Dans la ligne d’Eurom4, certains travaux permettent une approche comparée des langues latines, qui n’exclut pas le latin.
    http://www.crdp-montpellier.fr/languesregionales/catalan/ressources/PLR/Introduction_PLR.pdf
    Pourquoi l’exclure en effet ?

    L’anglais ? Le but n’est pas de l’éviter (il paraît d’ailleurs qu’il est plus proche du latin que le Roumain, fortement influencé par les langues slaves..). Bien sûr, c’est un bon outil de communication également. Mais doit-on se résoudre à n’en utiliser qu’un seul ?
    Vous savez bien que si la question de la diversité des langues se pose, ce n’est pas parce que l’anglais est menacé.

    L’échange entre les jeunes latinistes des projets etwinning a donc lieu parfois en anglais, parfois en plusieurs langues (lues), et de manière rarissime, en latin, à des fins ludiques sans doute.

    Bref, réduire le latin à la seule compréhension du français me semble trop inféodé à l’idéologie monolingue qui marqué notre histoire. Partir du monde actuel pour interroger cette langue et le monde ancien, médiéval et même moderne qu’elle traverse, me paraît en revanche tout à fait fondé. Profiter de cet enseignement pour entrouvrir l’espace à l’Europe et à la méditerranée et aux langues qu’elle abritent, à la mesure de nos moyens, me paraît une opportunité à saisir.
    La koinè existait, oui, mais aussi l’Egyptien, le Hittite, le Celte….. et encore devrait-on décliner tous ces noms au pluriel. etc…

    1. Sur la question des compétences acquises grâce au latin, voyez sur ce site l’analyse du rapport de la commission Wismann
      Le but de ce site n’est pas utilitariste au profit du français, il cherche à montrer que l’étude du latin doit aider à comprendre toute l’histoire de l’Europe, depuis l’antiquité évidemment, mais en passant par l’antiquité tardive, d’Augustin à Alcuin en passant par St-Césaire d’Arles, et la vulgate traduite par Jérôme. Il faut examiner aussi les textes du Moyen Age, ceux de la Renaissance avec Erasme, jusqu’à Descartes (on parle du cogito en latin). La démarche qui consiste à partir des expressions latines du français est pédagogique, elle vise à montrer aux collégiens notre enracinement latin dans le français, en plus de l’étymologie.

      1. Je pense comme vous que l’étude du latin doit aider à comprendre beaucoup de choses, en effet, comme, par exemple, l’histoire même du latin, des langues et de la transmission de la culture dans l’ouest de l’Europe et de la méditerranée, comme vous le suggérez par les noms propres évoqués ci-dessus. (A ce sujet, un intéressant chapitre    d’Ivan Illich et Barry Sanders, dans l’ouvrage ABC, l’alphabétisation de l’esprit populaire, Editions La Découverte, Paris, 1990)
        Cela ne signifie pas que cet enseignement soit immortel, et sa fragilité, sensible aujourd’hui au vu des chiffres que vous avez récoltés, lui donne au moins l’occasion d’une remise en cause.
        L’heureux sort veut que, dans son exercice d’équilibriste pour transmettre des liens avec une langue si ancienne, et un peu fantôme comme l’affirme Pascal Quignard, à l’heure du management des entreprises ou de l’analyse décisionnelle, le professeur de lettres classiques ait au moins un avantage sérieux que ses collègues lui envient : du temps et beaucoup de liberté pédagogique.
        De l’ambition, il en faut aussi, nécessairement.
        Gageons que les générations à venir puissent encore faire ce détour étrange, insolite, et éclairant.

        1. Jürgen Leonhardt, dans ‘La Grande Histoire du latin » a parfaitement démontré que la littérature de l’Antiquité, celle dite classique (de Plaute à Tacite) ne représente que 0,01 % de la littérature latine. Il est donc temps de tordre le cou à ce vilain canard de l’ancienneté vénérable du latin et de sa mort, véhiculé même par ceux qui croient en être les défenseurs.
          Il faut, au plus vite former à nouveau une jeunesse capable de parler et de lire en cursive cette langue toujours vivante et donnant accès à la pensée pesante de nos intellectuels, pour faire contrepoids à ces deux langues mortes, désincarnées et vaines que sont celle (de bois) de nos politiciens et celle (d’argent) de nos économistes.

          En ce qui me concerne, je ne suis pas théoricien: Depuis plus de seize ans, je forme des élèves passionnés qui sont de véritables européens parlant couramment le latin. Ils ne doivent pas être nombreux mais pesants, car l’histoire a toujours démontré que quelques hommes pesaient, sur les événements, bien plus qu’une grande masse. Ceci dit, j’estime que nos Autorités devraient offrir, elles aussi, à toute la masse cette opportunité au lieu de l’abêtir sciemment pour mieux la dominer…

          1. Parler d’un complot des autorités pour abêtir les masses, c’est ne pas vouloir accepter que l’enseignement du latin ne correspond plus aux attentes culturelles de l’éducation d’aujourd’hui. Critiquer les politiques et les économistes est bien, mais il faut le faire avec des arguments que seule l’éducation peut donner : il faut donc apprendre aux élèves ce qu’est l’histoire de notre culture (et le latin cesse progressivement d’y jouer un rôle) et il faut leur donner les connaissances dans le domaine économique et social pour qu’ils puissent faire de bon choix. Il faut apprendre aux élèves, en classe de lettres, ce qu’est le latin qu’ils utilisent dans les expressions latines du français et cela suffit. Après, cela devient une spécialisation qui n’est utile qu’aux historiens et aux spécialistes de la culture (dont les professeurs de lettres évidemment).

  3. Ne pas vouloir accepter que l’enseignement du latin ne corresponde plus aux attentes culturelles de l’éducation d’aujourd’hui (ce qui est bien, je le confirme, ma position très précise) n’est pas automatiquement accuser les Autorités d’un complot pour abêtir les masses. Il y a là deux idées qui ne devraient pas nécessairement être liées. Toutefois, il semble bien que les deux faits soient, hélas,conjoints, avec cette différence que le deuxième fait est d’ordre beaucoup plus grave et général encore s’il s’avère exact.
    Or il me vient des plaintes de toutes part en ce qui concerne la qualité des études techniques, scientifiques etc. Je parlais dernièrement avec la femme d’un menuisier très compétent qui me disait à quel point son fils qui veut devenir un grand menuisier était obligé de se trouver en classe « avec tous des ratés ». Ce sont ses mots, et non les miens. Un professeur de Biologie de l’Université me disait il y a quelques années: « je ne veux plus que des latino-hellénistes! Les élèves d’aujourd’hui travaillent beaucoup et nombreux sont ceux qui connaissent leur cours par coeur; mais ils sont incapables de comprendre, d’aprés mes questions d’examen, à quelle page correspond la réponse.
    Quant au jury d’État, je me souviens d’avoir assisté à des examens où de remarquables examinateurs, face aux réponses, jetaient les bras au ciel en se disant les uns aux autres: « Le français! toujours le français! Ils ne connaissent plus le français! »
    Tout ceci n’est pas de la théorie, hélas, mais du vécu. J’ai, de plus, été professeur à l’État (et non pas de latin, mais d’une branche basée en grande partie sur les mathématiques) pendant 30 ans, et je pourrais m’étendre à l’infini sur cette question de l’abêtissement par les programmes.
    Le seul argument, par contre, qui limiterait la force de ma position serait celui-ci, que je donne moi-même à mes opposants: Les professeurs se sont toujours plaints, et ce, à chaque époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *