Ars topiaria : étude étymologique

Le quatrième centenaire de la naissance de Le Nôtre est l’occasion d’une exposition au Château de Versailles consacrée au créateur des jardins du château [1], exposition qui remet à l’honneur l’art topiaire : ars topiaria ou art des jardins.

Topiaires1

Aujourd’hui des topiaires, c’est du buis, du cyprès ou de l’if taillé en formes géométriques [2] ou représentant une scène quelconque ou des animaux [3].

Topiaires2

Nous allons dans ce billet essayer de comprendre d’où vient ce mot de topiaria, en suivant ce qui fut la thèse de Pierre Grimal [4] et à la lumière d’un auteur plus récent : Paolo Cottini [5].

Cicéron félicite le topiarius

Cicéron, dans une de ses lettres à Quintus (3,1,5), nous  parle de l’univers des jardins :

Topiarium laudavi:
Je fis des compliments au jardinier :
ita omnia convestivit hedera,
il a tout revêtu de lierre
qua basim villae,
tant le soubassement de la villa
qua intercolumnia ambulationis,
que les espaces entre colonnes de la promenade
ut denique illi palliati
si bien que finalement ces [statues] à palium
topiariam facere videantur et hederam vendere.
semblent faire le jardinier et vendre du lierre.

Ce texte appelle plusieurs commentaires :

topiarius, adjectif substantivé qui désigne un individu chargé d’une fonction, est formé à partir d’un radical grec et d’un suffixe latin. Il s’agit du jardinier spécialisé dans le jardin d’agrément et non affecté au jardin ordinaire hortus.

– Cicéron est ironique, il se moque un peu de cette nouvelle mode dont il est témoin où il voit des statues vêtues à la grecque qui pouvaient entrer dans le registre de la représentation de comédie.

Vitruve admire les topia

Quelques années après Cicéron, Vitruve emploie cette même racine de topia mais dans un sens différent  (De Architectura, VII, 5, 2)

Postea ingressi sunt, ut
Ensuite ils [les anciens] en sont venu à
_____etiam aedificiorum figuras,
_____les formes mêmes des édifices
_____columnarum et fastigiorum eminentes proiecturas
_____les aspérités en relief des colonnes et des frontons
imitarentur
imiter

patentibus autem locis, uti exedris,
dans des lieux ouverts comme les salles de réunion
propter amplitudines parietum
du fait de l’amplitude des parois
_____scenarum frontes
_____des [décors en] façade de scènes
_____tragico more, aut comico, seu satyrico
_____de genre soit tragique, soit comique, soit satyrique
designarent
Ils peignirent

_______________ambulationes uero
_______________par contre les passages [couverts]
_______________propter spatia longitudinis
_______________du fait de leur extension en longueur
_______________varietatibus topiorum
_______________d’une diversité de « représentations de paysages »
__________ornarent
__________ornèrent
_____ab certis locorum proprietatibus
_____des traits caractéristiques des lieux
imagines exprimentes
Des images représentatives

pinguntur enim portus, promuntoria, litora,
Furent donc peints ports, promontoires, rivages,
flumina, fontes, euripi, fana,
fleuves, sources, détroits, temples
luci, montes, pecora, pastores
bois sacrés, montagnes, troupeaux, pasteurs :

nonnullis locis item
de même dans un certain nombre d’endroits
signarent megalographiam habentem deorum
ils dessinèrent une « mégalographie » [6] représentation  ayant trait aux dieux
simulacra,
des représentations
seu fabularum dispositas explicationes,
soit des expositions en règle de la mythologie
non minus troianas pugnas,
rien de moins que la guerre de Troie
seu Ulixis errationes, per topia,
soit les pérégrinations d’Ulysse en images
ceteraque quae sunt eorum similibus rationibus
et toutes choses  qui sont de même nature que cela
ab rerum natura procreata
comme les choses créées par la nature

Le mot topia est utilisé deux fois mais nous sommes dans le contexte de la représentation imagée et le but est de peindre ab certis locorum proprietatibus, c’est-à-dire les « traits caractéristiques des lieux ». Les topia sont des représentations idéales : Il ne s’agit pas de peindre un lieu précis mais une image typique d’un rivage, d’une falaise ou d’une scène mythologique. Les emplacements de ces représentations sont la villa avec ses exèdres, ses passages couverts, ses promenades mais nous ne sommes pas dans un jardin. Un siècle plus tard Pline l’Ancien (Histoire naturelle, XXXV, 37) reprend les mots mêmes de Vitruve pour parler de topiaria opera dans un contexte de représentation analogue.

Voici un exemple de ce type de peinture qui illustre bien la représentation en relief des édifices dont parle Vitruve au début de son texte [7]. Ce peut être à Herculanum mais ce peut être n’importe où : c’est un édifice type (ce peut même être un décor de théâtre comme le suggère le haut de l’image).

Palestre

Étymologie

En ce qui concerne l’étymologie du mot topia, elle devrait être reliée ici à τόπος comme on parle aujourd’hui en français des lieux de mémoire. Ce qui veut dire que le nom du jardinier cicéronien, topiarius, peut difficilement être relié à la même racine que les topia de Vitruve.

Grimal rassemble cependant le mot topiarius, jardinier et topia, représentation en supposant qu’il s’agit d’un même monde esthétique importé de Grèce, celui du paysage « idyllique ».

L’hypothèse de Cottini est qu’il y a à l’origine deux mots différents, l’un issu du grec τόπος ou topia désigne un paysage et l’autre issu du grec τοπεῖον qui signifie « cordage ». Il justifie cette étymologie en notant que l’ars topiaria consiste à guider les plantes dont les branches sont flexibles et qui se laissent diriger par une corde lors de leur croissance comme le lierre (qui est une plante grimpante) cité par Cicéron. Les deux mots grecs ayant conduit au même nom latin topia et a ses dérivés, les sens se sont unifiés et seul le sens ayant rapport à l’art du jardin a survécu.

C’est manifestement le cas dans ce texte de Pline le Jeune (Lettres V,6), un siècle plus tard,  qui nous donne (dans le style précieux des lettres destinées à la publication), une description d’un jardin qui correspond  à ce que l’on classe aujourd’hui sans aucun doute sous la rubrique des topiaires.

Les buis taillés de Pline le Jeune

Ante porticum xystus
Devant le portique, [il y a] une promenade avec arbres
in plurimas species distinctus concisusque buxo
divisée et compartimentée en formes variées par du buis.
demissus inde pronusque pulvinus
Partant de là et en pente, une plate-bande
cui
sur laquelle
_____bestiarum effigies invicem adversas
_____des figures de bêtes se faisant face les unes les autres.
buxus inscripsit;
le buis traça
(…)

Alibi pratulum,
Là une petite prairie
alibi ipsa buxus intervenit in formas mille descripta,
là, le même buis se trouve présenté sous mille formes
litteras interdum, quae
parfois en lettres qui
modo nomen domini dicunt
soit disent le nom du maitre
modo artificis
soit celui du maitre d’œuvre

Origine et évolution de l’art des jardins

Quelle que soit l’étymologie choisie, l’art des jardins vient d’un mot et d’une réalité grecque. Les Grecs eux-mêmes avaient été séduits par les jardins d’Orient (le Paradis de la Bible est le Jardin d’Éden). La mode des jardins s’introduit à Rome à l’époque de Cicéron puisque celui-ci à la fois la décrit et s’en moque aimablement, comme nous-mêmes nous moquons d’un terme qui exprime une nouveauté à la mode.

Un siècle après, à l’époque de Pline le Jeune, le concept d’art des jardins a acquis ses lettres de noblesse puisque une de ses réalisations peut être signée aussi bien par le propriétaire (en langage moderne le maitre d’ouvrage) que par l’architecte-paysagiste (l’artifex, c’est à dire le maitre d’œuvre) alors qu’il est impensable que cela puisse être un simple jardinier qui signe son œuvre d’une manière monumentale.

Cette mode s’est implantée sans difficultés à Rome dans la mesure où la divinisation de la nature, source, bois sacrés, qui avaient leurs divinités, est devenue pour les élites culturelles une affaire purement intellectuelle. Tityre d’ailleurs, semble davantage nous décrire un jardin d’agrément qu’une entreprise agricole.

Retour à Versailles

Notons pour terminer que si l’on veut voir à Versailles des éléments qui correspondent à des jardins romains, ce n’est pas dans la perspective du Grand Canal qu’il faut les chercher, mais dans les « bosquets » qui se trouvent près du château. En effet, les grandes perspectives sont possibles en France alors qu’elles l’étaient beaucoup moins en Toscane, intermédiaire de la Renaissance entre Rome et Versailles.

Ces « bosquets » se trouvent entre le château et le Grand Canal comme on peut les voir sur le plan-ci-dessous :

PlanBosquets

On y trouvera, comme dans les jardins romains, des représentations de la mythologie, des colonnes, des fontaines et jeux d’eau, des fausses grottes, des rocailles, des espaces entourés de colonnades [8].

Bosquets_

Post-scriptum (27/12/13) : Ermanno Malaspina [9] fait pour topia l’hypothèse, en s’appuyant sur des formes dialectales italiennes toujours existantes, que celles-ci reflètent le sens ancien du latin qui serait alors « tonnelle » ou « pergola ».

Ce sens est particulièrement bien adapté à ce texte de Pline (Hist. Nat. 12, 22) où il examine les conséquences du fait que les branches de la famille du figuier, si elles touchent terre, peuvent y prendre racine (technique du « marcottage ») : le travail du jardinier pourrait bien consister à créer des tonnelles.

Ficus ibi eximia pomo,
Là, le ficus à fruit [=Figuier] sort de l’ordinaire
se ipsa semper serens
toujours engendré de lui-même.

vastis diffunditur ramis,
Il se répand par ses rameaux prodigieusement grands
quorum imi in terram adeo curvantur,
dont les plus bas sont si recourbés au sol
ut annuo spatio infigantur
qu’en l’espace d’une année ils [y] sont enfoncés
novamque sibi progeniem faciant
et qu’ils se font une nouvelle descendance
circa parentem in orbem quodam opere topiario.
autour du parent, en courbe, comme un travail de jardinier

intra saepem eam
À l’intérieur de cette enceinte,
_____aestivant pastores,
_____les bergers passent l’été
opacam pariter et munitam vallo arboris,
à la fois ombragée et protégée par le rempart de l’arbre

decora specie
[Elle est] d’un agréable aspect
_____subter intuenti proculve
_____
pour celui qui contemple en dessous ou au loin.
fornicato ambitu.
par son pourtour cintré

Le prochain billet sera mis en ligne le 12 janvier 2014


Actualité : « Pourquoi écrire en latin au XXIe siècle ? » : conférence de Jean-Noël ROBERT, Professeur au Collège de France, Chaire de Philologie de la civilisation japonaise, qui aura lieu le mardi 14 janvier 2014, à 18h30, dans la Salle de Conférences du lycée Henri-IV. Cette conférence est organisée par l’ALLE.

  1. on peut lire aussi ce qu’en dit Philippe Sollers []
  2. Orangerie de Versailles []
  3. Parc des topiaires à Durbuy, Belgique []
  4. Pierre Grimal, Les Jardins romains, Fayard, 3e ed., 1984 []
  5. Paolo Cottini, « Le origine. Rilettura delle fonti e ipotesi interpretative », in Margherita Azzi Visentini, Topiaria : architetture e sculture vegetali nel giardino occidentale dall’antichita a oggi, Trévise, Canova, 2004 []
  6. soit représentation grandeur nature soit représentation de « grands » sujets []
  7. Source : La peinture murale domestique dans la Rome antique in Art, Archéologie et Antiquité. Blog et ressources photos & vidéos []
  8. Source : site du Château de Versailles []
  9. Topia = « Pergolato » ? Dai dialetti romanzi al latino (Nota a Vitr. 5,6,9 ; Copa 7 ; Plin. Nat. 12,22 ; Spart. Hadr. 10, 4)  in Gianluigi Baldo e Elena Cazzuffi (dir.), REGIONIS FORMA PVLCHERRIMA. Percezioni, lessico, categorie del paessaggio nella letteratura latina, Leo S. Olschki Editore, Firenze, 2013 []

Une réflexion sur « Ars topiaria : étude étymologique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *