Une classe de patrimoine à Ravenne

Pendant la période scolaire, la ville de Ravenne est sillonnée  par de nombreuses classes italiennes : cette multitude d’élèves de tous âges est impressionnante du fait de ces dizaines d’enseignants-conférenciers suivis par leurs élèves, plus ou moins attentifs, qui arpentent les monuments célèbres, du mausolée de Gallia Placidia à Sant’Appolinare in Classe. En ce qui concerne les élèves français, un échange entre la région des Pays de Loire et la ville de Ravenne a permis dans les années 1990 à des jeunes italiens de venir étudier le patrimoine français et à de jeunes collégiens français de passer une semaine à Ravenne dans le cadre d’une classe de patrimoine.

Cette expérience, dont je voudrais rendre compte ici, a laissé des traces écrites, tant en français [1] qu’en italien [2]. Elle a duré une semaine sur place et s’il est difficile d’envisager sa généralisation, ses principes valent pour toute étude du patrimoine : je voudrais montrer ici, en n’examinant que l’Église San Vitale, comment on peut en comprendre pleinement les mosaïques. En voici une vue générale [3] qui servira à situer les cinq mosaïques étudiées.

SanVitaleAbside2

En bas à gauche de l’abside se trouve la mosaïque peut-être la plus célèbre de toutes, celle qui représente l’empereur Justinien et sa suite.

SanVitaleJustinien

Quand on lit des commentaires sur cette représentation, on y trouve en général des détails sur la garde de Justinien dont le bouclier porte la représentation du Chrisme (Khi Rho entremêlés de Constantin) ; sur le fait que l’évêque Maximien (dont le nom apparait) et sa suite portant le livre liturgique et l’encens, sont situés (si l’on regarde leurs pieds) devant l’empereur, ce qui indique leur importance politique.

Située en face dans l’abside se trouve Théodora et sa suite :

SanVitaleTheodora

Pourquoi Justinien et Théodora sont-ils représentés ici ? On ne peut comprendre leur présence que si l’on regarde ce qu’ils font : Justinien tient dans ses mains une corbeille et Théodora une coupe. On ne peut comprendre ces deux gestes que si on les met en rapport avec le lieu (une église) dans laquelle le rite essentiel est la célébration eucharistique (la messe, dans le langage courant). La corbeille contenant du pain et la coupe (ou calice) contenant du vin vont jouer un rôle important dans la liturgie.

Continuons l’exploration des murs de San Vitale : dans la partie gauche de la nef se trouve la scène suivante :

SanVitaleSacrificeAbraham

On aura reconnu le sacrifice d’Abraham (Genèse 22) au moment où il s’apprête à immoler Isaac et où l’ange de Dieu lui dit de ne pas le faire. Il voit alors un bélier retenu par ses cornes dans un buisson, bélier qui lui servira pour le sacrifice rituel.

On a donc ici un rappel iconographique d’une scène de sacrifice  qui sert de modèle à plusieurs sens du mot :
– c’est un modèle car il rend compte de l’obligation pour tout fidèle juif de devoir « racheter » tout premier-né par un sacrifice animal,
– modèle au sens de perfection car, mise à l’épreuve, l’obéissance d’Abraham a été totale. Mais pourquoi ce sacrifice est-t-il représenté ici ? Nous n’avons pas encore la solution.

Deux autres sacrifices sont représentés sur le mur opposé :

SanVitaleAbelMelchisedech

Comme il est indiqué en toutes lettres, il s’agit des sacrifices d’Abel et de Melchisédech.

L’histoire de Caïn et Abel, dont Caïn, par le meurtre de son frère est plus dans nos mémoires qu’Abel la victime, se trouve dans Genèse 4 qui explique qu’Abel était berger et Caïn cultivateur, et qu’Abel offrait les premiers-nés de son troupeau à Dieu et que ce sacrifice était accepté alors que fruits de la nature proposés par Caïn ne l’étaient pas, ce qui a entrainé la jalouse de Caïn et le meurtre d’Abel. Abel est représenté ici en tenue de « sauvage », digne des premiers hommes.

Melchisédech est identifié d’après Genèse 14 à un roi-prêtre de Jérusalem (mais situé dans le temps avant la conquête de la terre sainte) qui apporte à Abraham du pain et du vin en signe d’offrande. Ce texte veut justifier les liens entre Jérusalem et la descendance d’Abraham et la reconnaissance de la prépondérance du sacerdoce de Jérusalem. Il est représenté sur la mosaïque d’une manière tout à fait anachronique dans une posture de prêtre catholique qui offre le pain et le vin sur l’autel. Melchisédech est donc vu comme un prédécesseur, dans l’Ancien Testament, du rôle du prêtre dans le Nouveau.

La clé des représentations

Nous arrivons maintenant au texte explicatif de toutes ces représentations qui est le texte de la messe elle-même. J’utiliserai le texte latin d’avant la liturgie en langue commune qui n’est certainement pas le texte utilisé à Ravenne mais qui en a la même structure comme l’attestent les liturgies byzantines actuelles.

Dans le déroulement de la messe, nous nous situons après l’écoute des textes de l’Écriture (Ancien et Nouveau Testament) et leur commentaire (sermon). C’est la partie nommée jadis « Offertoire » :

 Te igitur, Clementissime Pater,
A toi donc, Père très bon
per Jesum Christum Filium tuum, Dominum nostrum
par Jésus-Christ ton fils, notre Seigneur
supplices rogamus ac petimus,
suppliants, nous demandons et prions
uti accepta habeas, et benedicas,
que tu acceptes, et bénisses
haec dona, haec munera,
ces dons, ces offrandes
haec sancta sacrificia illibata.
ces [offrandes] sacrificielles saintes et entières.

C’est ici que l’on peut comprendre le geste de Justinien et de Théodora représenté dans l’abside : ce sont eux, comme représentants de tout l’Empire, qui apportent les offrandes de toute la communauté pour qu’elles soient acceptées par Dieu. Il s’agit de la corbeille de pain et du calice de vin dont le rôle va être vu maintenant.

Quam oblationem tu, Deus,
Cette offrande, toi, [notre] Dieu
in omnibus, quaesumus,
que pleinement, nous t’en prions
_____benedictam adscriptam, ratam,
_____imputée comme bénédiction, ratifiée
_____rationabilem acceptabilemque
_____raisonnable et acceptable
facere digneris,
tu daignes la rendre

ut nobis corpus et sanguis fiat
pour qu’elle devienne le corps et le sang
dilectissimi Filii tui Domini nostri Jesu Christi
de ton très cher Fils, notre Seigneur Jésus-Christ

Nous touchons ici au cœur du mystère chrétien puisque l’offrande humaine du pain et du vin va devenir le signe efficace de la mort du Christ où son corps et son sang se sont séparés.

Vient ensuite le rappel de la dernière Cène du Christ au cours de laquelle il déclare que le pain est son corps et le vin son sang : j’ai déjà étudié ce passage dans un précédent billet sur sacrifice romain et sacrifice chrétien auquel je renvoie mais qui rappelle que l’alliance avec Dieu, en hébreu berît, en grec  diathèkè, en latin testamentum, rompue par les hommes infidèles, est renouée par le sacrifice du Christ (d’où l’expression Ancien et Nouveau Testament). La dernière Cène se situe dans le cadre de la liturgie juive de la Paque et la liturgie de la messe va se placer dans le même cadre :

Supra quae
Sur ces [offrandes]
propitio ac sereno vultu respicere digneris :
daigne [les] regarder d’un visage favorable et heureux
et accepta habere,
et les tenir pour acceptables
sicuti accepta habere dignatus es
comme tu as jugé digne d’accepter
munera pueri tui justi Abel,
les présents de ton serviteur Abel le juste
et sacrificium Patriaerchae nostri Abrahae,
et le sacrifice d’Abraham, le père de notre race
et quod tibi obtulit summus sacerdos tuus Melchisedech,
et celui que t’offrit ton grand prêtre Melchisédech
sanctum sacrificium, immaculatam hostiam.
un sacrifice saint, une victime immaculée.

C’est ce rappel des sacrifices de l’Ancien Testament qui est représenté à San Vitale par les représentations dans la nef du sacrifice d’Abraham d’un côté et de ceux d’Abel et Melchisédech de l’autre : les sacrifices de l’Ancien Testament sont des images du vrai sacrifice à venir (celui du Christ).

Le texte qui suit va aussi être illustré par une mosaique :

Supplices te rogamus, omnipotens Deus :
Suppliants, nous t’en prions, Dieu tout-puissant
jube haec perferri per manus sancti angeli tui
que ces choses soient portées par les mains de ton saint ange
in sublime altare tuum,
sur ton autel élevé
in conspectu divinae majestatis tuae.
en présence de ta majesté divine.

En effet tout en haut de la nef, on peut voir l’image suivante :

SanVitaleAgneauMystique

On voit quatre anges qui élèvent les mains en signe d’offrande car ils offrent à Dieu la victime immaculée « immaculatam hostiam », au sens où pour les sacrifices de l’Ancien Testament, l’animal offert devait être parfait dans son apparence. Reprenant la liturgie de l’Ancien Testament, l’agneau offert lors de la Paque juive devient la représentation du Christ offert (et l’agneau pascal a une auréole car il représente le Christ).

Comme les anges dans toute la littérature biblique ne sont que l’émanation de Dieu, il faut bien comprendre que dans la nouvelle alliance chrétienne, le Christ est à la fois celui qui est offert mais aussi celui qui offre, la victime et le grand prêtre [4].

Étudier le patrimoine

Pour la classe de patrimoine qui a cherché à comprendre San Vitale, il a fallu passer par une découverte de la structure de la messe, ce qui a nécessité d’en voir des enregistrements vidéo et d’en étudier les textes. Il est évident qu’aller à fond dans l’explication des mosaïques de San Vitale revient à énoncer le cœur de la doctrine chrétienne mais cette exposition peut être faite d’une manière neutre, comme la présentation de ce à quoi croyaient ceux qui ont réalisé le programme iconographique de l’Église.

Pour terminer, notons que cette notion de programme iconographique est tout à fait centrale : si l’on ne perçoit pas la volonté des créateurs d’intégrer les mosaïques dans le déroulement de la liturgie, on ne voit que des représentations du pouvoir (Justinien et Théodora) ou de belles représentations de thèmes bibliques pour les autres.

La semaine passée par une classe à Ravenne est tout à fait exceptionnelle par sa durée et son encadrement et elle aura aussi permis une initiation à la fabrique de mosaïque dont l’atelier et le résultat collectif sont ci-dessous [5].

SanVitaleAtelier

Le principe à retirer de cette expérience est que comprendre une œuvre d’art doit passer par la compréhension des motivations de ses créateurs : dans le cas d’une œuvre religieuse, il est nécessaire de prendre en compte le discours religieux lui-même dans toute son amplitude, discours religieux qui est souvent méconnu des croyants eux-mêmes comme les élèves, qui ont fait en fin de parcours une enquête auprès des touristes, ont pu s’en rendre compte.

***

Alain Riffaud (un des acteurs de cette classe de patrimoine) me signale que « si la formule de la semaine de stage n’a plus cours (car trop coûteuse), en revanche les élèves italiens de Ravenne peuvent toujours bénéficier d’un enseignement sur une journée dans le cadre du centre que nous avions créé, Tesselae. De nombreuses expériences ont été menées, du matériel pédagogique a été conçu, et le champ d’investigation a été élargi à l’environnement et aux pratiques artistiques. »

Voilà une idée intéressante pour un voyage de classe en Italie.

  1. Alain Riffaud, Lecture de Ravenne, Le Mans, Création & recherche, 1994 ; Pédagogie du patrimoine en Europe, 3, Ravenne, Alain Riffaud (coord.), Le Mans, Création & recherche, 2000 []
  2. VISIBILIA ; Immagine e messaggio nei mosaici ravennati, a cura di Vittorio Pranzine e Donatella Mazza, testi di Alain Riffaud – Wladimiro Bensazzi []
  3. toutes les illustrations sont issues du site wikipedia sur San Vitale à Ravenne []
  4. pour une présentation d’ensemble on pourra voir « Le sacrifice du Christ et des chrétiens », Cahiers Évangile, n°118, 2002 []
  5. Source VISIBILIA, p.87 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *