Du latin de Linné à celui du Code de Melbourne (2011)

GeneraPlantarumLa Bastille vient d’être prise : dans les premiers jours d’Aout 1789, Antoine Laurent de Jussieu fait paraitre en latin son livre fondamental Genera Plantarum ou, plus précisément :

Genera Plantarum secundum ordines naturales disposita,
Les genres des plantes présentés selon l’ordre naturel
Juxta methodum
en suivant la méthode
_____in horto regio pariensi
_____au jardin royal de Paris
exaratam,
qui avait été tracée

anno M. DCC. LXXIV
depuis l’année 1774

Dans le précédent billet consacré à Linné, nous avions vu que son système de nomenclature ne reposait que sur le système sexuel. Bien qu’il soit très efficace pour retrouver une plante déjà étudiée, il s’agit d’un système vite qualifié d’artificiel et il fut critiqué par Buffon [1]. Dans le Genera Plantarum, un système naturel cette fois est exposé. Antoine Laurent de Jussieu reconnait les mérites de la classification de Linné qui a d’ailleurs été introduite au Jardin du Roi (le futur Muséum) en 1774. Dans ses mémoires précédents à l’Académie des sciences, Jussieu s’était exprimé en français. Pour son œuvre maitresse, il le fait en latin, langue internationale de la science, comme aujourd’hui un chercheur qui veut se faire reconnaitre au plan international publie en anglais.

Condorcet est chargé par l’Académie des sciences de faire un rapport qui sera publié (en français cette fois) en tête du livre. En voici le début et la fin :

AcadémieCondorcet2

Le rapport a été fait le 1er juillet 1789 et signé par Condorcet le 3 en compagnie de deux botanistes : Fougeroux de Bondaroy ainsi que Delamarck, que nous connaissons plutôt sous le nom sans particule de Lamarck qui, botaniste, fut ensuite le père du transformisme. Le début de ce texte signale le fait que la méthode de Jussieu lui est spécifique.

Le principe de Jussieu est de faire intervenir non pas un seul critère comme Linné avec le système sexuel, mais plusieurs : la graine d’abord (à un seul, deux ou plusieurs cotylédons), puis pour les groupes ainsi définis, d’autres critères provenant du système de reproduction (étamines). Ce système, dont la botanique actuelle utilise encore certains traits, est qualifié de naturel en ce sens qu’il respecte mieux les ressemblances observées puisqu’il tient compte de plusieurs critères à la fois. Il s’imposera rapidement mais les publications entièrement en latin vont bientôt diminuer en nombre.

Les langues de publication en science botanique

Pour se faire une idée de l’évolution des langues de publication, j’ai pris comme base de données, les publications en ligne (mais non les nombreuses correspondances entre auteurs) de la Botanicus Digital Library du Missouri Botanical Garden qui sont classées par date de publication de 1480 à 1950. Il y a là 1600 publications environ dont les titres sont en latin, en anglais, en allemand, en français ou dans d’autres langues. Voici en pourcentages l’évolution observée :

BotanicusLa substitution de l’anglais au latin commence dès le 17e siècle malgré un rebond du français au début du 19e siècle, probablement dû à l’impact des botanistes français et de l’allemand à la fin de ce même siècle du fait de la montée en puissance du pays. Ces deux langues verront leur développement comme langues scientifiques cassées par la guerre de 1914-1918, l’Allemagne étant vaincue, la France exsangue et l’Anglais étant utilisé comme langue des institutions internationales comme j’ai pu le montrer dans un billet précédent consacré aux débats sur la création d’une langue internationale. La prépondérance de l’anglais peut difficilement être attribuée à un éventuel biais d’une collection américaine car il concerne tous les domaines de la science.

Il faut cependant noter que les publications en anglais proposent cependant des descriptions d’espèces en latin comme par exemple pour cet ouvrage de 1858 : Enumeratio plantarum Zeylaniae = An enumeration of Ceylon plants, with descriptions of the new and little known genera and species, observations on their habitats, uses, native names, etc, où on trouve bien la description en latin et le commentaire en anglais.

CeylanP2BCette pratique va s’uniformiser quand la discipline va s’organiser par des congrès internationaux.

Le rôle du latin défini par les congrès internationaux

Candolle2En 1867, le botaniste Adolphe de Candolle, lors d’un congrès organisé par la Société botanique de France, réussit à faire adopter des normes pour mettre de l’ordre dans l’usage des dénominations des plantes. Le système « binominal » de désignation des espèces  de Linné  (on emploie aujourd’hui plutôt le terme de système « binomial »), s’il est unanimement utilisé avec la mention du premier qui a décrit l’espèce, rencontre un certain nombre de difficultés. Il estime que celles-ci doivent être débattues et tranchées non par un recours à l’autorité (de Linné en particulier) mais par la communauté rassemblée des botanistes.
Les difficultés sont nombreuses : les botanistes reprochent aux horticulteurs de créer des variétés cultivées en leur donnant des noms latins d’espèces ; beaucoup d’espèces ou de genres pensés comme nouveaux ne sont en fait que les synonymes de noms déjà découverts ; on utilise pour faire des noms latins des noms de personnes étrangères à la botanique ou des noms locaux totalement inconnus.

La nomenclature propose en 67 articles de mettre de l’ordre dans tout cela ainsi que dans l’usage des terminaisons latines. Le latin doit être utilisé pour les noms de la nomenclature (espèces, genres, mais aussi les catégories supérieures de la classification comme familles ou ordres, classes, etc.) mais aussi dans la description elle-même de l’espèce. La priorité du premier descripteur doit être reconnue mais il faut mettre de l’ordre dans les noms des auteurs. Si une seule lettre comme L. sert à désigner Linné, c’est insuffisant pour les auteurs postérieurs et l’on donne des règles pour abréger les noms pour qu’on puisse s’y retrouver.

On trouve à la fin des commentaires un reproche fait à un auteur anglais qui n’utilise que des termes anglais et non latins : il semble qu’il y ait là une tendance qui, spécialement aux États-Unis, va à l’encontre de l’usage du latin, en particulier pour la description des plantes. Il y aura d’ailleurs au début du 20e siècle un schisme des botanistes américains sur ce sujet qui ne sera résolu qu’en 1930.

L’actuel Code de Melbourne

Le dernier Congrès international de botanique s’est tenu à Melbourne en 2011 : il nous permet de voir quelle est la pratique actuelle des botanistes vis-à-vis du latin.

Il est d’abord rappelé dans les principes que les noms scientifiques des groupes utilisés dans les classifications (espèces, genres, familles, etc.) sont réputés latins, quelle que soit leur origine. Ces groupes de classifications sont d’ailleurs désignés en latin dans l’ordre descendant suivant : regnum, divisio (ou phylum), classis, ordo, familia, genus et species.

– Cela entraine des règles strictes pour leur désignation : pour les noms de familles (toujours au pluriel), on ajoute au radical du nom d’un genre de la famille le suffixe -aceae (article 19). Par exemple la famille des roses est désignée par le terme des Rosaceae. Même si le nom n’est pas d’origine classique on applique la même règle et on a la famille des Ginkgoaceae à partir du mot Ginkgo.

– Pour le genre, il est bien précisé (article 20) qu’il doit être au nominatif singulier (ou considéré comme tel s’il n’est pas d’origine latine). Il doit commencer par une lettre en capitale, ce qui ne sera pas le cas pour l’espèce. De préférence on donnera au nom de genre une terminaison latine et on souhaite qu’il soit facile à prononcer en latin.

– Le nom d’espèce (article 23) doit être binomial, c’est à dire composé du nom du genre suivi d’un adjectif épithète (ex.  Valeriana montana) ou d’un nom au génitif  (Embelia sarasiniorum) ou d’un mot en apposition (Impatiens noli-tangere), mais pas d’adjectifs à l’ablatif. On voit là l’importance de la connaissance des déclinaisons latines pour les botanistes puisque par ce biais ils fabriquent un nom latin convenablement décliné avec des mots de toute origine.

– L’orthographe doit être latinisée mais avec les extensions modernes : les lettres w (inconnues du latin) et k (rares) sont acceptées et les distinctions entre i et j d’une part et u et v sont faites. On élimine tous les diacritiques des langues modernes qui doivent être transcrits : ä, ö, ü deviennent respectivement, ae, oe, ueé, è, ê deviennent e ; les ligatures comme -æ- sont remplacées par des lettres séparées -ae-, etc. Les mots grecs seront transcrits de manière classique et l’esprit rude et noté par un h.

On notera que ces considérations orthographiques ont le grand avantage aujourd’hui de  rendre les termes du code botanique très simples à coder d’un point de vue informatique puisqu’un code ASCII a 8 bits (le plus ancien) suffit.

La latin vient cependant de connaitre un recul : la description d’une nouvelle espèce qui jusqu’à présent devait être faite en latin, peut  être faite soit en latin soit en anglais à partir du 1er janvier 2012 (article 39.2).

Que reste-t-il de Linné aujourd’hui ?

Linné a connu une immense gloire de son vivant et dès la fin du 18e siècle des « sociétés linnéennes » se créent en Europe destinées à continuer son œuvre. Son système de classification binomial s’est imposé et le latin de Linné est devenu le latin de la science botanique (et zoologique comme nous l’avions vu précédemment).

Pour conclure notons que Fabre d’Églantine qui a donné les noms des mois du calendrier révolutionnaire était un fervent linnéen et qu’il s’est inspiré d’un travail fait sous la direction de Linné en 1756 et intitulé Calendarium florae.

En voici la page récapitulative des différents mois :

Menses
Germinationis a donné Germinal ; Messis Messidor et Brumalis Brumaire. La citation finale est d’Ovide (Métamorphoses X, 320) :

_____labitur occulte
_____s’enfuit en secret
_____fallitque
_____et passe insensiblement.
volatilis aetas,
Le temps fugitif

  1. Sur l’ensemble du dossier cf. Pascal Duris, numéro spécial consacré à Linné dans la collection « Les génies de la science »  Pour la science 26, février-mai 2006 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *