Tombeau de Nithard

ExpoTombeau de Nithard, c’est le titre donné par Bernard Cerquiglini à sa contribution au catalogue de l’exposition ci-contre qui s’est tenue récemment à L’abbaye de Saint-Riquier [1]. Ce « tombeau » l’est dans les deux sens du mot : les restes de Nithard ont, à l’occasion de fouilles, été sortis de son tombeau et on peut les voir dans l’exposition et repérer qu’il est mort en combattant en 844, frappé au crâne, lors d’un combat contre les Vikings qui ravageaient la région.

Nithard

Tombeau a aussi le sens d’œuvre littéraire et Bernard Cerquiglini entend bien lui rendre hommage. Il médite d’abord sur ce crâne :

Hamlet dérisoire,
j’ai tenu dans mes mains ton crâne fracassé

J’ai voulu, pieux sacrilège,
panser la plaie abjecte de la hache viking,
consoler le chagrin de tes rêves abattus,
murmurer ma gratitude et mon affection.

Guerrier fidèle,
tu reposes dans cette terre picarde
que tu as protégé au prix de ta vie.

Tu es mort à l’âge d’être mon fils
et je suis ton enfant.

L’auteur se considère son enfant car Nithard, on le sait, nous a laissé le récit des Serments de Strasbourg, aux origines non seulement du français mais, on va le voir, « de la politique en sa faveur » chère à Bernard Cerquiglini, Recteur de l’Agence universitaire de la Francophonie.

Qui est Nithard ?

Sa mère était une des filles de Charlemagne : né hors mariage vers 800, il est élevé dans l’entourage intellectuel et politique de l’empereur. C’est un laïc et il finira sa vie en succédant à son père comme comte de Ponthieu (Nord-Ouest de la Somme) et comme abbé laïc de Saint-Riquier, c’est-à-dire protecteur de l’abbaye.

 Rappelons que l’entourage intellectuel et politique de l’empereur (comme nous l’avions vu dans La Vie de Charlemagne d’Eginhard), est au cœur de ce qu’on appelle la Réforme carolingienne qui, avec de grands intellectuels comme Alcuin [2] restaure une langue latine de qualité, invente une écriture minuscule toujours lisible, introduit de nouveaux rapports politiques entre l’empereur et ses vassaux par le biais d’envoyés de l’empereur.

Eginhard était de la génération des fils de Charlemagne, Nithard lui, est de la  génération suivante et entretien des rapports étroits avec un de ses cousins, petit-fils de l’empereur, le roi d’Aquitaine Charles le Chauve. Les trois petits-fils de Charlemagne vont s’en disputer l’héritage et le récit que Nithard nous en a laissé est appelé aujourd’hui Histoire des fils de Louis le Pieux  [3], celui-ci étant le fils de Charlemagne. Cette histoire des petits-fils de Charlemagne est l’histoire de la gestion difficile de son héritage : si le titre d’empereur est laissé sans difficulté à l’ainé, Lothaire, les luttes pour la division du territoire selon le mode de partage égalitaire hérité des francs va être compliqué. De plus,  si un des frères, le duc de Bavière Louis II dit le Germanique, est bien le frère de Lothaire, l’autre, Charles le Chauve n’est qu’un demi-frère, tardif qui plus est.

C’est à ce dernier, Charles le Chauve, que Nithard est associé par des liens forts et c’est son point de vue qu’il défendra contre Lothaire.

Comment diviser un empire ?

Le titre d’empereur est donc donné à Lothaire, mais comment faire un partage territorial qui soit acceptable par tous ? Nitard nous explique comment. Cela se passe à Worms en 839 : après plusieurs conflits, un partage est tenté et l’empereur régnant (Louis, le fils de Charlemagne) propose la méthode suivante :

Ecce, fili, ut promiseram, regnum omne coram te est
Voici, mon fils, comme je te l’avais promis, tout l’empire est devant toi
diuide illud, prout libuerit.
divise-le comme il te plaira
Quod si tu diuiseris, partium electio Karoli erit;
Mais si c’est toi qui le divise, le choix des parts sera fait par Charles
si autem nos illud diuiserimus,
si par contre c’est nous qui le divisons
similiter partium electio tua erit.
de la même manière le choix des parts t’appartiendra.

Cette manière de faire existe toujours dans les situations de partage, que ce soit des parts de gâteau ou des parts d’héritage (en faisant choisir les parts par l’autre, celui qui partage a tout intérêt à ce qu’elles soient bien égales). Lothaire essaye donc de proposer une division mais au bout de trois jours il y renonce du fait de son manque de connaissance des régions. C’est donc l’empereur qui fait la division et Lothaire choisit.

L’accord obtenu alors dure peu : on a dans un camp Lothaire, roi d’Italie et dans l’autre les deux autres petits-fils de Charlemagne : Louis II le Germanique, duc de Bavière et Charles le Chauve, Roi d’Aquitaine. Les armées s’affrontent (en 841 à Fontenoy en Puisaye près d’Auxerre) dans ce qui sera considéré alors comme un jugement de Dieu. Lothaire est vaincu mais contrairement à la pratique habituelle de poursuite des fuyards, on abandonna la recherche d’un butin et, frappé par l’ampleur du carnage, on demanda aux évêques ce qu’il convenait de faire. Ceux-ci se réunissent et mettent au point une façon de sortir de la guerre civile : comme ils considèrent qu’il s’est agi d’un jugement de Dieu, chacun dans son camp a pensé représenter la volonté divine. Ceux qui ont perdu ont perdu de bonne foi et ne sont pas coupables : on doit donc tous, puissants et peuple, faire pénitence, ce qui fut fait, et vraisemblablement annoncé dans les langues du peuple puisque 30 ans auparavant à Tours, un concile avait demandé  :

ut easdem homilias quisque aperte transferre studeat
que chacun s’emploie à traduire clairement ces homélies
in rusticam Romanam linguam aut Theodiscam,
dans la langue romane rustique ou la langue tudesque
quo facilius cuncti possint intellegere quae dicuntur
afin que tous puissent plus facilement comprendre ce qui est dit

Pour Renée Balibar qui fait cette hypothèse [4] ; le fait que les évêques soient à l’origine de cette sorte de « paix de Dieu » modifie la manière de faire ordinaire (les rois décident tous seuls) et la transforme en l’action d’une classe politique faite d’évêques et de conseillers laïcs (comme Nithard) qui inventent une nouvelle manière de gérer le pouvoir.

Le jugement de Dieu fait qu’il n’y a plus d’empereur véritable, il faut donc se partager l’empire mais sur quels critères ? La méthode des parts de gâteaux à se partager ayant été un échec, il faut trouver autre chose. Et c’est à ce moment qu’apparait l’idée de faire un partage linguistique centré sur les possessions de Bavière pour Louis le germanique et d’Aquitaine pour Charles le Chauve. D’un côté on use de la langue romane rustique (rusticam Romanam linguam), c’est-à-dire « campagnarde », (voire même une « langue de péquenaud ») et de l’autre  une langue germanophone. Cette frontière linguistique axée sur le Rhin et les Alpes et qui est encore à peu près la même qu’aujourd’hui permet de se donner un critère simple d’application.

Charles et Louis se rencontrent donc à Strasbourg pour préparer ce partage qui se fera peu après à Verdun en 843 et qui verra naitre cette célèbre séparation de l’Europe en trois parties, qui demande quelques explications [5] :

Verdun843

En effet, à voir la carte, on a l’impression que Lothaire (en vert) n’est pas mal servi et que le partage est équitable. Il n’en est rien car ce que l’on va appeler dans le futur la Lotharingie est à cheval sur la frontière linguistique et va être pris en tenailles entre ce qui va devenir à long terme la France et ce qui va devenir à encore plus long terme l’Allemagne. Certes, comme le souligne Bernard Cerquiglini [6], on a donné à Lothaire des symboles, comme Aix-la-Chapelle où repose Charlemagne ainsi que les possessions italiennes, mais son territoire n’est pas structuré par une unité géographique. « La Lotharingie fut pendant le IIe millénaire le champ clos des batailles, des convoitises et des tensions, le tiers exclu des ambitions politiques francophones et germanophones » [7]. Une succession de partages va, avant la fin de ce même siècle réduire le royaume des successeurs de Lothaire à ses possessions du nord de l’Italie.

Ce choix linguistique nous est explicitement connu par les Serments de Strasbourg qui ont été prononcés l’année précédente par les deux opposants de Lothaire, Louis le germanique et Charles le Chauve dont Nithard est le conseiller, légat, penseur politique. Laissons-lui la parole.

Les Serments de Strasbourg (Livre 3, chapitre 5)

Ergo XVI. Kalend. Marcii
Donc, le 16 des calendes de mars,
Lodhuwicus et Karolus
Louis [le Germanique] et Charles [le Chauve]
_____in ciuitate quae olim Argentaria uocabatur
_____dans la ville qui jadis s’appelait Argentaria
_____nunc autem Strazburg uulgo dicitur,
_____mais qui aujourd’hui est appelée communément Strasbourg
conuenerunt.
se réunirent

et
et
_____sacramenta quae subter notata sunt
_____les serments notés ci-dessous
_____Lodhuwicus romana, Karolus uero teudisca lingua
_____Louis en [langue] romane, Charles en langue tudesque
iurauerunt
prononcèrent

Attention, il faut bien voir que Louis le Germanique « germanophone » prononce son serment en langue romane, alors que Charles le Chauve « francophone », le fait en langue tudesque. Ce croisement des langues est destiné à montrer théâtralement le lien d’alliance puisqu’on s’exprime dans la langue de l’autre.

Mais avant de prêter serment, les deux rois haranguent leur troupe pour expliquer leur politique, chacun dans sa langue (mais c’est en latin que Nithard nous en donne le contenu). Il s’agit d’un rappel des évènements : la turpitude de Lothaire, son échec lors du « jugement de Dieu », les efforts des deux rois pour ne pas accabler Lothaire et ses gens, la persistance de la volonté de Lothaire de malgré tout reconquérir les territoires perdus, la nécessité pour les deux rois de faire une alliance contre lui.

À ce point du discours apparait un élément nouveau : les deux rois manifestent la profondeur de leur alliance de la façon suivante :

si autem, quod absit,
si toutefois, qu’il n’en soit pas ainsi !
_____sacramentum, quod fratri meo iurauero,
_____le serment que j’aurai juré à mon frère
uiolare praesumpsero,
j’en venais à violer

_____a subditione mea, necnon et a iuramento quod mihi iurastis,
_____de mon obéissance, et aussi du serment que vous m’avez prêté.
unumquemque uestrum absoluo».
je délie chacun de vous

Le lien entre les deux rois est tellement fort qu’il autorise les vassaux de l’un à se sentir délié de leur allégeance s’il ne respecte pas son engagement envers l’autre.

Viennent ensuite les serments qui sont exprimés dans les deux langues romanes et tudesques, d’abord par les princes. Voici la version romane (prononcé par le germanophone Louis le Germanique) [8] :

 Pro Deo amur et pro Christian poblo et nostro commun salvament,
Pour l’amour de Dieu et pour le salut commun du peuple chrétien et le nôtre
dist di in avant, in quant Deus savir et podir me dunat,
à partir de ce jour, pour autant que Dieu m’en donne le savoir et le pouvoir
si salvaraeio cist meon fradre Karlo,
je soutiendrai mon frère Charles ici présent
et in adiudha et in cadhuna cosa,
de mon aide matérielle et en tout chose
si cum om per dreit son fradra salvar dist,
comme on doit justement soutenir son frère
in o quid il mi altresi fazet;
à condition qu’il m’en fasse autant
et ab Ludher nul plaid numquam prindrai,
et je ne prendrai aucun arrangement avec Lothaire
qui meon vol cist meon fradre Karle in damno sit.
qui, à mon escient, soit au détriment de mon frère Charles.

 Quod cum Lodhuwicus explesset,
Lorsque Louis eut terminé,
Karolus teudisca lingua
Charles, en langue tudesque,
sic hec eadem uerba testatus est:
répéta le même serment

Est-ce tout à fait le même serment ? Sous-titrons la version tudesque par la version romane et mettons en rouge ce qui n’est pas dans la version tudesque

 In Godes minna ind in thes christianes folches ind unser bedhero gealtnissi,
Pro Deo amur et pro Christian poblo et nostro commun salvament,
fon thesemo dage frammordes, so fram so mir Got geuuizci indi mahd furgibit,
dist di in avant, in quant Deus savir et podir me dunat,
so haldih tesan minan bruodher,
si salvaraeio cist meon fradre Karlo, et in adiudha et in cadhuna cosa,
soso man mit rehtu sinan bruher scal,
si cum om per dreit son fradra salvar dist,
in thiu, thaz er mig so soma duo;
in o quid il mi altresi fazet;
indi mit Ludheren in nohheiniu thing ne geganga,
et ab Ludher nul plaid numquam prindrai,
the, minan uuillon, imo ce scadhen uuerhen»
qui meon vol cist meon fradre Karle in damno sit.

Selon Cerquiglini, la première omission est purement stylistique, la deuxième par contre est beaucoup plus politique. Ce numquam, « jamais » semble avoir été imposé par Charles le Chauve pour que Louis le Germanique, qui pourrait avoir eu auparavant des velléités de négocier séparément avec Lothaire, s’en abstienne désormais.

Chaque peuple jure ensuite dans sa langue que si son prince s’écarte de ce qui a été juré, ils ne l’aideront pas.

La lettre du texte

On pourra trouver le texte du manuscrit d’origine disponible dans Gallica : voici une reproduction du texte en langue romane [9] avec sa version actuelle  [10].

TexteRoman2Le manuscrit fut recopié vers l’an mille, avec des erreurs corrigées par l’auteur comme on peut le voir à la deuxième ligne où il avait d’abord écrit « en », avant de corriger en « in ». Les autres corrections sont celles que l’on propose actuellement.

Retour au « tombeau »

Dans son Tombeau de Nithard, Bernard Cerquiglini, termine ainsi :

C’est dans l’écriture que Nithard maitrise la dualité qui le traverse, qu’il conçoit un projet politique et le prodige de son énonciation. Les Serments de Strasbourg ne sont pas seulement cités par l’Histoire [des fils de Louis le Pieux] ; ils en sont pris dans la trame, forgés au creuset de sa rédaction. Nithard fourbu, meurtri par la décevante action quotidienne, ébauche en écrivant une audacieuse politique post-impériale, programme de paix universelle par le partage linguistique des terres et la fraternité exemplaire des princes. C’est en prenant la plume, en se confrontant à la langue, que notre guerrier perçoit la fausse assurance de l’unicité, qu’il mesure les vertus de la disparité, qu’il comprend, enfin consolé, que la politique a pour fin de pacifier la dualité. « Diversité dans l’unité », aurait-il pu écrire ; c’est aujourd’hui la devise de l’Europe, laquelle est au plus vrai un bouquet de langues.

Tu as souhaité dormir sous le parvis de Saint-Riquier. Des fouilles t’ont exhumé, qui ont permis que nous te saluions ; c’est là que nous te donnerons la sépulture solennelle que tu mérites : tu dormiras dans la quiétude de notre admiration.

Repose en paix : ce que tu as tenté : écrire du français, des millions d’humains grâce au numérique, le font chaque jour. Cette langue n’a jamais été autant écrite ; tu fus le premier à le faire.

Repose en paix. Tu nous as montré l’inanité de l’imperium linguistique, qu’il s’agisse de latin ou de globish ; tu nous a offert le plurilinguisme.

Respect, Nithard !

Soyons plurilingues jusqu’au bout et suivons la brochure trilingue de l’exposition qui nous rappelle les trois langues utilisées par Nithard, la romane, la tudesque et le latin, lingua franca dont l’anglais est le substitut aujourd’hui  :

Ruhe in Frieden. Du hast uns gezeigt, wie nichtig das Imperium der Sprachen ist. Ob Lateinisch
oder Globish – du hast uns die Mehrsprachigkeit geschenkt.

Respekt, Nithard !

Rest in peace. You showed us the futility of a linguistic imperium, whether it be latin or Globish. You gave us multilingualism.
_

My respects, Nithard !


Voir en page Actualité la mention du livre d’Emmanuel Carrère, Le Royaume.


  1. Edité par L’abbaye royale de Saint-Riquier, Saint-Riquier, 2014 []
  2. que nous avons vu à l’œuvre quand il a traduit la vie de Saint-Riquier dans le billet Du latin parlé tardif au protofrançais []
  3. Nithard, Histoire des fils de Louis le Pieux, édition et traduction de Philippe Lauer, revues par Sophie Glansdorff, Les Belles Lettres, 2012 []
  4. Renée Balibar, l’institution du français, Puf, 1985, p. 41 []
  5. Source de l’image []
  6. Bernard Cerquiglini, La naissance du français, Puf, 1991 []
  7. p.78 []
  8. traduction Cerquiglini, p.91, pour la langue romane, ed. les Belles Lettres pour le reste []
  9. d’après Bernard Cerquiglini 1991, p.95 []
  10. de l’édition des Belles Lettres []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *