La réponse de Alain Boissinot

Dans mon esprit, signaler que les langues anciennes n’occupent plus, au sein du système éducatif, la place qui a été la leur relève simplement du constat, assez banal au demeurant. Ce n’est en rien un avis sur l’opportunité de cette évolution…

J’y vois un exemple, parmi d’autres possibles, du fait que le système des disciplines se modifie dans le temps : les hiérarchies bougent, de nouvelles disciplines apparaissent. Bref, les disciplines ne sont pas des essences, mais des constructions scientifiques et didactiques, sur lesquelles il est légitime –et souhaitable !- de s’interroger.

S’agissant des langues anciennes, et notamment du latin qui a toujours été beaucoup plus enseigné que le grec, je connais bien les efforts qui ont été faits par beaucoup d’enseignants et par des associations particulièrement dynamiques pour renouveler leur enseignement, en tenant compte à la fois de nombreux travaux scientifiques et des transformations du public scolaire. Les démarches proposées sont souvent exemplaires, et ont d’ailleurs été largement accompagnées par l’évolution des instructions officielles.

Il me semble que, pour produire tous les effets souhaités, ces efforts doivent tenir compte de deux données.

La première est un paradoxe : la démocratisation des collèges et la naissance du collège unique ont fait que, en valeur absolue, jamais autant d’élèves n’ont rencontré le latin (débuté en cinquième depuis l’époque où je travaillais auprès de François Bayrou). Mais l’érosion des effectifs de latinistes à l’entrée en seconde et jusqu’au baccalauréat est si considérable qu’il apparaît bien que le latin, contrairement à ce qui se passait autrefois, ne spécifie plus une voie de formation. Il apparaît aussi que cet enseignement ne peut plus viser une réelle maîtrise de la langue, que de fait la très grande majorité des élèves n’atteindra jamais…Cela explique aussi l’effondrement des effectifs dans l’enseignement supérieur.

Deuxième donnée : la situation des langues anciennes a partie liée avec l’affaiblissement constant, depuis la deuxième partie du XXème siècle, de la série littéraire des lycées. Cette évolution, qui va jusqu’à menacer la série littéraire d’extinction dans certains établissements, tient à la fois au recul des baccalauréats généraux (aujourd’hui la majorité des bacheliers passe par les voies technologique et professionnelle), et à l’affaiblissement de la série L au sein des baccalauréats généraux.

Face à cette situation, il ne sert à rien de cultiver la nostalgie, ou de voir dans ce qui est un constat le résultat de je ne sais quel complot politico-administratif… Ce qui est en jeu, c’est notre capacité à repenser une place pour les formations littéraires, et à redéfinir le rôle des langues et cultures de l’antiquité au sein de celles-ci.

Des perspectives existent. L’idée tend aujourd’hui à s’imposer que, complémentairement au rapprochement du premier degré et du collège au sein du socle commun, il convient d’imaginer un continuum cohérent de bac – 3 à bac + 3. Or l’enseignement supérieur nous montre la voie. Là où le secondaire cultive encore souvent une tradition d’émiettement disciplinaire, le supérieur recherche depuis quelques années des décloisonnements. Là où les lycées distinguent une filière littéraire et une filière économique et sociale (sans parler du technologique tertiaire), le supérieur identifie un vaste champ de « lettres et sciences humaines ». Et l’Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, par exemple, fait un travail remarquable pour construire une formation à spectre large aux Humanités [1] (où la rhétorique inspirée des études grecques et latines dialogue à l’occasion avec la communication et le management…). Dans cet esprit, les études littéraires retrouvent l’élan qui fut celui des « belles lettres » au XVIIIème siècle… et attirent à nouveau des étudiants ! Aux antipodes du « français restreint » et de la littérature « pure » revendiqués par certains ces dernières années, il s’agissait bien en effet au temps des Lumières de s’ouvrir à tout ce qui fait appel aux langages, y compris ceux de la philosophie, des sciences et des techniques (voir l’Encyclopédie).

C’est dans cet esprit qu’il faudrait, en lien avec l’enseignement supérieur, repenser pour les lycées, à côté d’une série consacrée aux sciences et technologies, une grande voie de formation centrée sur les humanités. A noter que l’excellent rapport sur les lycées rédigé au début des années 2000 par la rectrice Nicole Belloubet-Frier [2] proposait déjà cette piste de réflexion…

Dans ce cadre, il devient possible de redéfinir la place des langues et cultures de l’antiquité, sans doute en acceptant de distinguer d’une part ce qui relève de leur apport aux études littéraires en général, et qui peut être abordé en traduction, dès le socle commun, et selon des progressions à préciser, et d’autre part ce qui relève de l’apprentissage plus systématique de la langue (latin et/ou grec), et qui pourrait être une composante d’une voie littéraire renouvelée dans les lycées et dans l’enseignement supérieur.

Alain Boissinot

  1. Licence Humanités []
  2. Rapport du 20 mars 2002 : « 30 propositions pour l’avenir du lycée » []

2 réflexions au sujet de « La réponse de Alain Boissinot »

  1. Article très intéressant, avec des pistes certaines.
    A propos du paragraphe : « il ne sert à rien de cultiver la nostalgie » : ça;c’est tout à fait vrai ; « ou de voir dans ce qui est un constat le résultat de je ne sais quel complot politico-administratif… », là, c’est un peu moins vrai, que d’idéologie et surtout … de pré carré. « Ce qui est en jeu, c’est notre capacité à repenser une place pour les formations littéraires, et à redéfinir le rôle des langues et cultures de l’antiquité au sein de celles-ci. » C’est à vrai dire du bon sens. Quand se met-on vraiment autour d’une table, mêlant professeurs du public et du privé,des très petite classes (cf. expérience Nausicaa à Marseille) aux profs d’université, en conviant les amateurs éclairés, parents,industriels (dans le sens de l’opération Phénix)pour redéfinir l’interaction des disciplines dans le cursus scolaire, et rappeler le bon vieil adage rabelaisien « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». L’âme est-elle encore de saison ?

  2. Je suis prof de latin/grec en collège ; mars arrive, c’est la course aux effectifs, il faut empiéter sur le cours des collègues (pas toujours très aidants) pour faire la pub’ du latin, en concurrence avec la section euro espagnol qui offre un voyage en espagne… C’est la dure loi du prof de lettres de classiques. Et pourtant, quel bonheur de voir s’épanouir un petit groupe d’élèves (23 latinistes en 5° cette année), se laisser séduire par cette langue fondatrice, éclairante du français, par les légendes, les parallèles avec le contemporain. M. Boissinot parle peu des collégiens : c’est pourtant là, au plus tôt de la citoyenneté des adultes de demain, qu’il faut proposer (imposer ?) ces humanités ! Les élèves de collège peuvent ajouter des heures de latin, de grec, de culture générale à leur emploi du temps, pas si surchargé qu’on veut bien parfois nous le faire croire. Quand j’y pense, je me demande même pourquoi on se pose la question !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *