Galilée : Sidereus nuncius, Le messager des étoiles

L’astronomie est à l’honneur : la conjonction du soleil et de la lune attendue vendredi 20 mars 2015 dans la matinée provoquera une éclipse totale de soleil, visible partiellement en France ainsi qu’un très fort coefficient de marée. Pour accompagner l’évènement, tournons-nous vers celui qui le premier fit des observations astronomiques avec une lunette : Galilée. Examinons et traduisons divers extraits de son rapport d’observation, le célèbre Sidereus nuncius connu en français sous le titre « Le messager des étoiles » dont voici la page de titre [1] :

SidereusNunciusP1C

Sidereus nuncius
Le messager céleste

_____Magna, longeque admirabilia spectacula
_____des spectacles extraordinaires et très admirables
pandens,
déployant

suspiciendaque proponens unicuique
et proposant des choses à contempler à chacun,
praesertim vero philosphis, atque astronomis
mais surtout aux philosophes et aux astronomes
quae
qui
_____a Galileo Galileo patritio florentino
_____par Galileo Galilei noble florentin
_____patavini gymnasii publico mathematico
_____mathématicien public du collège de Padoue
__________perspicillli nuper a se reperti
__________d’une lunette récemment découverte par lui
_____beneficio
_____par le biais
sunt observata
ont été observés

Perspicillium, i, lunette, est un néologisme composé à partir de perspicio, examiner, pris au sens étymologique de voir au loin.

in lunae facie, fixis innumeris,
sur la face de la lune, les innombrables [étoiles] fixes,
lacteo circulo, stellis nebulosis
la Voie lactée, les étoiles nébuleuses

apprime vero in quatuor planetis
Mais avant tout sur quatre planètes
_____circa Jovis stellam
_____autour de Jupiter
_____disparibus intervallis, atque Periodis,
_____avec des intervalles et des périodes différents
_____celeritate mirabili
_____à une vitesse remarquable
circumvolutis
qui tournent

quos , nemini in hanc usque diem cognitos,
lesquelles, connues de personne jusqu’à ce jour
novissime author depraehendit primus,
l’auteur les découvrit le premier récemment
atque
et
_____Medicea Sidera
_____astres médicéens
nuncupandos decrevit.
décréta de les nommer

Venetiis, apud Thomam Baglionum, M D C X
A Venise, chez Thomas Baglioni, 1610
Superiorum permissu, et privilegio
Avec permission des supérieurs et privilège

Galilée explique qu’il y a quelques mois, il entendit parler d’une lunette qui permettait de voir les objets éloignés comme s’ils étaient proches. Il décide de fabriquer lui-même une telle lunette, puis, la perfectionnant, il la tourne vers la lune, les étoiles et les planètes.
Il découvre le relief de la lune, montre que les hauteurs de ce relief sont éclairées d’abord par le soleil, montre que la voie lactée n’est qu’un amas d’étoile et enfin tourne sa lunette vers Jupiter. Nous allons assister au récit d’une découverte :

7 janvier 1610

cum celestia sidera per perspicillum spectarem
comme j’examinai les étoiles du ciel avec la lunette
Iupiter se se obviam fecit,
Jupiter se rendit visible
(…)
_____tres illi adstare steliulas,
_____se tenant près de lui trois petites étoiles
_____exiguas quidem,
_____il est vrai minuscules
_____veruntamen clarissimas,
_____mais très brillantes
cognovi
j’aperçu
(…)
_____eratque
_____était
__________illarum inter se et ad Iovem
__________entre elles et par rapport à Jupiter
talis
telle
_____constitutio
_____la disposition [encadré du texte]

SidereusNunciusP17b

Le 8 il trouve une disposition très différente

SidereusNunciusPos8

le 9 l’observation est impossible car il y a des nuages et le 10, l’observation est la suivante

SidereusNunciusPos10

Après trois autres dispositions observées, la conclusion est qu’il s’agit de satellites de Jupiter

_____qui circa illum suas conficiant conversiones
_____qu’autour de lui [jupiter] elles exécutent leurs révolutions
(…)
nemini dubiu esse potest
il n’y a aucun doute possible

Ces quatre nouvelles planètes, sont dédiées à son protecteur, Cosmes II de Médicis.

La réception du Sidereus nuncius

Pour bien comprendre la portée de cette découverte, il faut voir quelles oppositions elle rencontra : Martin Horky, un élève de Kepler, lui envoie le compte-rendu d’une démonstration faite par Galilée [2] :

Ego 24 et 25 Aprilis die et nocte nunquam dormivi sed
Je n’ai pas dormis un instant, ni le jour ni la nuit les 24 et 25 avril, mais
_____instrumentum hoc Galilei millies mille modis
_____cet instrument de Galillée de milliers de milliers de façons
_____tam in his inferioribus, quam in superioribus.
_____tant sur ces choses ici-bas que sur celles d’en haut
probavi,
j’ai essayé

In inferioribus facit mirabilia ;
ici-bas il fait des merveilles
in caelo, fallit,
dans le ciel, il trompe
quia aliae stellae fixae diuplicatae videntur
car quelques étoiles fixes sont vues dédoublées

Il faut se souvenir qu’à cette époque, le monde est divisé selon Aristote en deux parties : le monde parfait et incorruptible des astres et le monde sublunaire, sous la lune donc, imparfait et soumis à la corruption. Pour les objets de la terre, la lunette de Galilée est parfaite puisqu’on reconnait des objets communs mais pour le monde des astres elle trompe puisqu’une étoile est vue dédoublée (ce qui devait s’expliquer par un défaut des lentilles). Montrer que la lune n’est pas un astre parfaitement sphérique dont les taches sont comparables à une pierre bien polie qui possède des marbrures, c’est remettre en cause cette conception. Cependant, les progrès de l’optique aidant, de nombreux astronomes arrivèrent aux mêmes conclusions que Galilée, y compris les jésuites de l’observatoire pontifical, c’est-à-dire qu’il n’y a qu’un monde où les mêmes lois opèrent.

Refaire les expériences de Galilée

Les progrès de l’optique et la baisse de ses couts permettent aujourd’hui de refaire soi-même les expérimentations de Galilée de 1610. Pour voir le relief de la lune, il suffit d’une bonne paire de jumelles. Pour voir les satellites de Jupiter, il y faut une lunette fixée sur un pied. On en trouve pour quelques centaines d’euros munies d’un mouvement équatorial pour suivre plus facilement la rotation du ciel.

Voici les résultats d’une observation personnelle faite le 11 mars dernier : la situation était très favorable puisque le soleil se couche encore assez tôt ce qui permet de faire des observations sur plusieurs heures sans trop de peine. Jupiter se trouve presque au zénith et est donc facilement observable. Ce 11 mars, le ciel était bien dégagé (et il ne faisait pas froid). Voici le résultat de trois observations faite avec une lunette de 91 cm de focale et un objectif de 9 cm d’ouverture.

Obs11mars

On constate une évolution rapide d’heure en heure des satellites intérieurs qui sont d’abord confondus puis se séparent.


On trouvera en page actualité des indications sur l’éclipse de soleil du 20 mars 2015
  1. source http://docnum.u-strasbg.fr/cdm/ref/collection/coll11/id/793 et Alain Brémond, Sur les traces de Galilée, Brignais ; Éd. des Traboules, 2009 []
  2. texte original : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k94909c/f346.image, signalé par Paul Feyerabend, Contre la méthode, Seuil, 1979, p. 132 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *