Éléments culturels et linguistiques de langues anciennes intégrés dans le nouveau programme du Collège

Même s’ils ne sont pas définitifs, les nouveaux programmes du Collège sont maintenant disponibles (ils ont été publiés par le Café pédagogique) : le présent billet a pour but d’y repérer les éléments culturels et linguistiques de langues anciennes qui étaient annoncés. Ces éléments se trouvent dans le programme de français mais aussi à d’autres endroits. Deux documents sont utilisés : les projets de programme pour le cycle 3 (CM1-6e) et le cycle 4 (5e-3e).

Éléments linguistiques

Lutter contre l’inflation terminologique

Un principe général est donné : « Dans l’étude de la langue, l’inflation terminologique doit être évitée » (cycle 4, p. 10). On ne doit pas se soucier de connaitre la fonction grammaticale de tous les mots d’une phrase mais on doit comprendre le principe général du fonctionnement de la langue.

Une terminologie est proposée en cycle 3 (p.15) :
Nom / verbe / déterminant / adjectif / pronom (distinction entre les pronoms personnels et les pronoms de reprise) / Groupe nominal
Verbe de la phrase / sujet du verbe / complément du verbe (complète le verbe et appartient au groupe verbal) / complément de phrase (complète la phrase) / complément du nom (complète le nom) / Sujet de la phrase – prédicat de la phrase
Verbe : radical – marque du temps – marque du sujet

Comme l’ont montré les recherches de Jacques Witwer sur les fonctions grammaticales chez l’enfant [1], ce n’est pas avant 12-13 ans que les enfants acquièrent une distance à la langue qui leur permet de comprendre correctement l’analyse grammaticale et il est donc normal que jusqu’à la 6e la terminologie soit restreinte. Il semble qu’au Collège, au vu des difficultés de l’apprentissage du système casuel du latin, la conscience linguistique de l’élève soit encore hésitante.

Étude de la langue

Cycle 3. L’étymologie et l’emprunt aux langues : découverte des bases latines et grecques, dérivation et composition à partir d’éléments latins ou grecs (p.14).

Au cycle 4 le latin est signalé deux fois :
– Étymologie et emprunt aux langues : bases latines et grecques, dérivation et composition à partir d’éléments latins ou grecs (p.15)
– dans les « Croisements disciplinaires » (p.16)

• Comparaison avec les langues vivantes étudiées en classe ; comparaison et observation d’autres langues que les langues enseignées.
• Comparaison avec des états antérieurs de la langue (textes en ancien français).
• Appui de l’étude de la langue sur les langues anciennes, particulièrement le latin : étude du lexique (étymologie, composition), fonctions syntaxiques ; comparaison du français et du latin.

Éléments culturels

Cycle 3

Histoire des arts
– des objectifs de connaissance destinés à donner à l’élève les repères qui construiront son autonomie d’amateur éclairé : connaître de grandes œuvres du patrimoine mondial, de l’Antiquité à nos jours (p.29)

Histoire 6e
Croyances et récits fondateurs dans la Méditerranée antique au Ier millénaire avant J.‐C.

• Le monde des cités grecques : divisions politiques, unité culturelle
• Rome du mythe à l’histoire
• Les débuts du judaïsme

L’Empire romain dans le monde antique

• Conquêtes, paix romaine et romanisation
• Les débuts du christianisme
• Les relations de l’Empire romain avec les autres mondes anciens : l’ancienne route de la soie et la Chine des Han (p.41)

Cycle 4 : Français lecture

Comprendre le monde et ses représentations par la lecture d’œuvres littéraires et la fréquentation d’œuvres d’art
Les œuvres majeures depuis l’Antiquité, leur contexte et le dialogue entre les arts (p.14)

Histoire 5e

Thème 1 La Méditerranée, un monde d’échanges : VII-XIII e siècles
L’Islam : débuts, expansion, sociétés et cultures
Les empires byzantin et carolingien entre Orient et Occident (p.40)

Comment mettre en œuvre ce programme ? Un premier exemple.

Si étudier l’étymologie était une pratique avérée en français, lier l’étymologie, l’étude du latin et celle de l’Antiquité en cours de français constitue une nouveauté qui peut laisser des enseignants de français sans ressources. Environ les 3/4 des titulaires du Capes de Lettres modernes n’ont pas été examinés sur un texte latin quand cette possibilité existait [2]. Il faut donc mettre au point des documents qui permettent de mettre en œuvre ce programme. Ce sera l’objet de futurs billets de ce carnet de recherche.

En ce qui concerne l’introduction de thèmes culturels, ils existaient déjà dans les programmes précédents et la nouveauté ne se situe pas là : leur lien avec l’enseignement du latin et du grec pourra se faire au sein d’enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) pour lesquels il faudra également faire des propositions concrètes.

A titre de premier exemple tentons de montrer comment peut être étudiée une expression latine du français comme ex aequo.

L’expression vient de l’usage du Sénat romain où chacun parlait de sa place : on parlait donc ex aequo loco, d’un endroit plat, de plain-pied, par opposition au fait de haranguer une foule, ce qui se fait d’une tribune au-dessus des auditeurs. Cette égalité de situation a donné le sens de « à égalité » à l’expression ex aequo.

Si le sens est connu, il faudra faire comprendre deux points relatifs à l’étymologie (ou évidemment, ce n’est pas le latin qui explique le français mais inversement, des mots français déjà connus qui permettent de repérer le latin d’origine). Pour la préposition ex, il semble bien difficile de parler d’une expression beaucoup moins connue comme ex cathedra [3]. Cependant il serait dommage qu’en fin de collège, les principales expressions latines du français n’aient pas été expliquées convenablement dans le cadre du cours de français.

Dans le sens de « à partir de », ex est rarement visible en français, si ce n’est peut-être dans (s’)expatrier où la commutation avec rapatrier permet de repérer la différence locale.

On ne devra pas oublier que beaucoup d’élèves ont déjà peut-être une idée sur un deuxième sens de ex par le biais d’expression comme ex-ministre, mais surtout par ex-mari, devenu en parlant de lui « son ex ».

Ex aequo : la notion d’égalité pourra être retrouvée dans divers mot comme équilibre, équivalent (peut-être aussi équinoxe ?) qui manifestent cette idée.

Arriver ex aequo, c’est arriver à égalité. Il reste à comprendre le o final et l’on passe alors de l’étymologie au système de la langue latine. L’initiation au latin pourrait partir de la forme complète ex aequo loco, le mot loco pouvant être relié à local. C’est à ce moment que peut être introduite la notion de « forme normale » d’un mot latin qui ici serait aequus locus, lieu plat. Sans parler d’ablatif, on pourra évoquer le fait que pour marquer un complément de circonstances, le latin s’exprime par une modification de la finale du mot.

D’autres exemples peuvent être fournis comme de facto, a contrario, in extenso qui sont construits sur le même mécanisme de la préposition qui indique des circonstances s’appliquant à des mots qui ont le même o à la finale.

  1. Cf. Jacques Wittwer, Les fonctions grammaticales chez l’enfant, Delachaux et Niestlé, 1959, présentation []
  2. Statistique établie à partir des rapports des jurys de Capes de Lettres Modernes pour les années récentes 2004-2010 où existait la possibilité d’une version latine. Merci à Julie Gallego de m’avoir signalé cette source []
  3. ni d’ex voto ou d’ex-libris ni a fortiori d’exeat, exit, ex nihilo, ex abrupto []

3 réflexions au sujet de « Éléments culturels et linguistiques de langues anciennes intégrés dans le nouveau programme du Collège »

  1. Il me semble que les « résultats » que vous pensez voir dans les analyses de Wittwer sont à nuancer. Demandez aux instituteurs du Grip si les élèves qu’ils instruisent sont des mutants. Demandez-leur ensuite s’ils parviennent à leur faire reconnaître un sujet, un objet. Il me semble en tout cas qu’à l’exemple que vous rapportez dans un autre billet (sur l’attribut qui n’est pas reconnu comme concept, mais uniquement par analogie) que la pédagogie du latin a apporté une réponse assez satisfaisante: celle des exemples-types. C’est sous l’exemple-type «amō patrem» qu’on apprend que l’accusatif marque l’objet du verbe. C’est sous l’exemple-type «ferīre gladiō» qu’on apprend que l’ablatif peut marquer le complément de moyen. En revanche, effectivement, apprendre des notions grammaticales définies de façon purement abstraite est assez inefficace.

    1. La démarche inductive, soutenue par le Grip, se retrouve dans les exemples latins que vous donnez. Les analyses de Wittwer, qui sont maintenant un peu anciennes (mais en existe-t-il de plus récentes ?) ont le mérite de mettre l’accent sur la progressivité nécessaire en fonction de l’âge.

      1. Le problème de Wittwer, me semble-t-il, est à peu près le même que celui de Piaget. Quoi qu’il en soit, je ne suis pas convaincu par l’expression «progressivité nécessaire en fonction de l’âge». Bien sûr, l’âge entre en ligne de compte, comme une donnée biologique. Mais l’âge est aussi une donnée culturelle. On ne peut pas poser comme un absolu «l’enfant de 10 ans», «l’adolescent de 13 ans». Ce qu’il peut apprendre dépend de ce qu’il a appris auparavant, et de comment il l’a appris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *