Le Musée gallo-romain de Lyon. POST MORTEM Rites funéraires à Lugdunum et Table claudienne

L’exposition consacrée aux rites funéraires à Lugdunum qui est présentée par le Musée gallo-romain de Fourvière est prolongée jusqu’au 26 septembre 2010. A défaut d’une visite qui s’impose aux élèves de langues anciennes de la région, il est possible de trouver en ligne une galerie de photos, le livret de la visite et l’audio-guide. L’exposition, basée sur les découvertes récentes faites dans la région par le biais de l’archéologie préventive, tente de reconstituer (sous forme d’une scénographie) ce qu’aurait pu être une veillée funèbre puis est imaginée sous forme d’une grande fresque ce que pouvait être le cortège funéraire, puis l’incinération par le biais d’un film et de la reconstitution d’un espace funéraire.

L’exposition, outre l’argumentaire scientifique, tente de faire comprendre ce que signifiaient ces rites au plan humain. Elle présente aussi plusieurs inscriptions dont l’épitaphe et le masque mortuaire de Claudia Victoria, morte à 10 ans.


Tentons de transcrire le texte :

D                      M
ETMEMORIAE
CLVICTORIAE
QVAEVIXITANNX
MENSIDIESXI
CLAVDIASEVERI
NAMATERFILIAE
DVLCISSIMAE
ETSIBIVIVAFECI
SUBASCIADEDI
CAVIT

Le vocabulaire est simple et il est possible de couper les mots de la manière suivante :

D                      M
ET  MEMORIAE
CL  VICTORIAE
QVAE  VIXIT  ANN  X
MENS  I  DIES  XI
CLAVDIA  SEVERI
NA  MATER  FILIAE
DVLCISSIMAE
ET  SIBI  VIVA  FECI[T]
SUB  ASCIA  DEDI
CAVIT

Laissons de côté pour le moment l’abréviation DM et la formule (stéréotypée) finale sub ascia dedicavit qui ne peuvent se comprendre que par la mise en parallèle avec d’autres inscriptions. Nous rencontrons donc une mère, Claudia Severina, qui a perdu sa fille Claudia Victoria et qui lui a consacré un monument funéraire.

MEMORIAE CL VICTORIAE
A la mémoire de Claudia Victoria,

QVAE VIXIT ANN X MENS I DIES XI
qui vécut 10 ans, 1 mois, 11 jours,

CLAVDIA SEVERINA MATER FILIAE DVLCISSILMAE
Claudia Severina, [sa] mère à [sa] fille chérie,

ET SIBI VIVA FECI[T]
pour elle-même, de son vivant a fait [ce monument]

SIBI VIVA FECIT : l’expression se retrouve sur de nombreuses inscriptions tombales. Le « pour elle-même » semble mettre en relief que c’est un membre de la famille qui a élevé le monument (et qu’il ne s’agit pas d’un monument public).

D    M est l’abréviation de diis manibus : aux dieux mânes. Les dieux mânes, ou plus simplement « les mânes » sont les esprits du mort vus sous leur forme bienfaisante : l’expression se rencontre encore en français littéraire où l’on invoque les mânes d’un homme célèbre pour parler de ce qui lui tenait à cœur. Le monument est donc dédié « aux mânes et à la mémoire de Claudia Victoria ».

L’expression finale sub ascia dedicavit, qui apparait souvent à Lyon à partir du 2e siècle, est énigmatique : l’ascia sur les monuments funéraires désigne un outil en fer destiné au travail du bois qui apparait d’ailleurs sur le côté droit du monument à Claudia Victoria.

Depuis au moins le 17e siècle, les historiens se demandent à quoi pouvait servir cet instrument. Il jouait probablement un rôle symbolique au cours des cérémonies funéraires, mais aucun texte de l’antiquité ne le mentionne [1].

Utilisation pédagogique

Les textes funéraires ont plusieurs avantages : ils sont fréquents et on en rencontre dans la plupart des musées nationaux ou régionaux ; ils comportent beaucoup d’expressions stéréotypées que l’on peut retrouver facilement et leur vocabulaire est simple. On choisira des textes sans trop de lacunes qui poseraient des problèmes de restitution.

Leur immense qualité est d’être des textes authentiques c’est-à-dire qu’ils ne sont pas insignifiants : ils évoquent une expérience forte et le font en nous mettant en relation avec des personnes précises, dont on peut cerner l’âge, la profession, le milieu social et même dans le cas présenté ici, le visage. De ce fait, ces textes nous parlent, au sens qu’ils s’adressent à nous, même si ce n’est pas au sens propre comme dans les épitaphes sur la voie publique qui interpellent le voyageur et l’incitent à lire le texte pour donner mémoire du défunt, ou qui l’invitent à méditer sur le destin commun [2 : exemples].

L’expérience de la mort est comme on le sait peu accessible aux adolescents qui se pensent comme immortels, mais ils ont eu souvent des expériences de funérailles : ils savent ce qu’est une pierre tombale avec ses abréviations (RIP) et ses phrases stéréotypées au cher défunt et aux regrets immortels.

Pour ceux qui seront allés au Musée gallo-romain et qui auront vu la mise en scène du bucher funéraire, on pourra faire le lien avec la pratique de l’incinération, non pas sous sa forme industrielle telle qu’elle est pratiquée dans nos crématoriums mais telle qu’on peut la voir en Inde où le bucher funéraire est resté sous une forme qui était celle de l’antiquité.

Ce sont des textes authentiques également en ce sens qu’on en voit le support matériel et qu’ils sont tels qu’ils avaient été gravés, c’est-à-dire sans séparation entre les mots et sans distinction entre le U et le V (distinction cependant jugée nécessaire par l’empereur Claude qui avait proposé à cette fin une nouvelle lettre [3]) ni entre le I et le J. Cependant, on constate facilement qu’il est possible de transcrire ces textes (ce qui doit être fait par l’élève sur place) car les capitales des polices d’imprimerie reprennent depuis la Renaissance l’écriture qui servait au romains pour leurs inscriptions sur pierre : il est donc bien normal que nous arrivions à les lire facilement [4].

Table claudienne

Le Musée gallo-romain contient de nombreuses autres épitaphes mais aussi la Table claudienne dont une partie sert de bandeau au présent carnet de recherches . On peut consulter sur la Table  un dossier complet (site Clioweb) avec des textes  et une vidéo réalisée par le Musée sur les hypothèses quant à sa fabrication.

(Table claudienne, cliché Ch. Thioc, Musée gallo-romain de Lyon, Département du Rhône)

Ce texte est significatif de la pratique romaine vis-à-vis des peuples conquis qui progressivement se sont vus associés par leur inscription au sénat à la conduite de la République puis de l’Empire .

La Table claudienne est la retranscription (mutilée) d’un discours prononcé dans la Curie à Rome en 48 en faveur de l’inscription au Sénat de représentants des Gaules (Lyonnaise, Belge, Aquitaine). Tacite qui commente l’évènement (Annales, XI, 23-24) montre que la mesure rencontrait de fortes oppositions mais que Claude passa outre :

Les passions s’affrontaient devant le prince en un débat où certains soutenaient que l’Italie n’était pas malade au point de ne pouvoir fournir un sénat à sa capitale. (…) Ces propos et d’autres semblables n’ébranlèrent pas le prince, qui les réfuta aussitôt et qui, ayant convoqué le sénat commença ainsi… »(traduction CUE).

Suit la transcription du discours de Claude par Tacite, dont on constate qu’elle est une réécriture du discours réellement prononcé. En effet, comme satisfaction avait été donnée aux envoyés Gaulois, le texte du discours fut gravé dans le bronze à Lyon et deux fragments (représentant la moitié du texte) furent découverts au 16e siècle.

Le style en est assez différent car dans la version de Tacite, il y a une ligne directrice bien nette : de tous temps, ce fut la pratique d’intégrer les peuples conquis en leur offrant la citoyenneté et ce fut une cause de la décadence grecque de ne pas avoir eu cette pratique. L’accès aux magistratures a été progressif, les plébéiens après les patriciens, puis les autres nations d’Italie : ce qui parait aujourd’hui une nouveauté sera vu demain comme une pratique normale.

Ce qui nous reste du discours authentique de Claude insiste bien sur le fait qu’il ne s’agit que d’une nouveauté apparente mais il remonte longuement en arrière jusqu’à l’époque royale (avec des précisions historiques un peu hors sujet mais qui manifestent sa culture dans ce domaine) : il pratique aussi, comme tout bon orateur, la personnalisation du propos, montrant du doigt (on verra ce texte plus loin) des sénateurs présents issus de la Gaule narbonnaise qui a déjà des représentants et vantant leurs qualités dont celle d’un de ses proches collaborateurs (mais critiquant un autre issu de cette même ville de Vienne). Il conclut en rappelant que si les Gaulois ont été de rudes adversaires face à César, depuis cent ans, ils sont d’une fidélité immuable et il demande donc qu’ils puissent eux aussi envoyer des sénateurs à Rome. Ce qui fut fait.

Claude, lyonnais d’origine, a dans l’Histoire une assez triste réputation : Sénèque après sa mort plaida non pour son apothéose, son accession à la divinité, mais pour son Apocoloquintose, c’est-à-dire sa transformation en citrouille. Ce texte satirique montre bien l’hostilité à la mémoire de Claude qui est encore tangible dans les auteurs récents. Un spécialiste de la Table claudienne, Philippe Fabia [5], compare les deux formes du discours, vante les mérites du style de Tacite et conclut son texte en parlant de Claude ainsi:

Le jour de la requête gauloise, l’infirmité de son esprit se révèle par la lourdeur, la gaucherie, le manque de gout et de tact, qui gâtent les qualités estimables de son discours, par toutes ces taches dont Tacite a purifié la figure qui se dégage pour nous moins belle, mais plus vraie, de la Table claudienne (p.159).

Une telle partialité est typique du culte rendu à Tacite par les tenants de la culture classique de l’époque (1929) vue comme un idéal impérissable et qui partage les jugements historiques de Senèque, quels que soient leur inadaptation aux faits. Tout à l’opposé et plus récemment (1980), Pierre Sage [6] montre que nous avons affaire dans la Table claudienne a une véritable transcription sténographique du style parlé d’une intervention faite au sénat avec un ordre du jour chargé où la question de la requête des Gaulois n’est pas la seule à devoir être traitée. Ceci explique les quelques erreurs de syntaxe, les digressions : on y trouve la vie d’une session de la curie avec une intervention (du président de séance ?) qui demande à l’orateur d’arriver au fait. La sténographie du discours a été transmise à Lyon en l’état, sans relecture par Claude, qui dit d’ailleurs être très occupé par le recensement en cours. C’est Tacite qui a isolé le passage sur l’admission des nouveaux sénateurs, sans tenir compte de ce qui s’était réellement passé, licence habituelle accordée aux historiens antiques.

Une utilisation pédagogique

Prenons l’extrait évoqué des sénateurs originaires de la ville de Vienne (image en négatif) :

On fera noter encore le fait que les lettres sont facilement lisibles mais que les mots ne sont pas séparés sauf parfois par des points intermédiaires. On fera faire la transcription suivante :

ORNATISSIMA.ECCECOLONIAVALENTISSIMAQUE.VIENNENSIVM.QVAM
LONGO.IAM.TEMPORESENATORESHVIC.CVRIAECONFERT.EX.QVACOLO

On notera le point dans le O de LONGO et dans le C de HVIC, ainsi que la barre horizontale du A souvent absente ou discrète. On ne prend en compte que la phrase qui finit à CONFERT.

ORNATISSIMA  ECCE  COLONIA  VALENTISSIMAQUE  VIENNENSIUM
Voici [geste oratoire] la très honorable et très puissante colonie des Viennois

QUAM LONGO IAM TEMPORE SENATORES HVIC CVRIAE CONFERT
[depuis] combien longtemps déjà elle fournit des sénateurs à cette curie.

Avec longo iam tempore, on est devant un cas d’inexactitude lié au style oral par rapport à la norme habituelle et l’on attendrait LONGO IAM [EX/A] TEMPORE (Sage p.100)

L’intérêt de cette étude de la Table claudienne est de nous permettre d’accéder aux paroles et aux gestes mêmes d’un orateur à la curie s’adressant aux sénateurs, interrompus par eux, le tout noté par un sténographe.

Cette étude nous permet par ailleurs d’expérimenter les difficultés mais aussi les réussites d’une politique d’intégration. Les sénateurs romains étaient hostiles à cette politique mais, avec clairvoyance, l’empereur poursuit une politique millénaire dont nous avons hérité, que nous appelons l’universalisme, dont un avatar malheureux fut la colonisation, et qui est toujours aujourd’hui l’objet des mêmes critiques pour les mêmes raisons d’inconscience politique à courte vue.


[1] Livret de l’exposition, p.38

[2] Danielle Porte, Tombeaux romains. Anthologie d’épitaphes latines, Gallimard 1993

Hoc est factum monumentum Maarco Caicilio.
Hospes, gratum est quom apud meas restitistei seedes :
bene rem geras et ualeas, dormias sine qura.

Ce monument fut fait pour Marcus Caecilius.
Passant, cela me fait plaisir de te voir t’arrêter auprès de ma demeure !
Sois en bonne santé, mène bien tes affaires. Et puis, dors sans souci ! (p.60)

Viator !
Quod tu, et ego ; quod ego, et omnes.

Voyageur !
Ce que tu es, je fus aussi ; ce que je suis, tous le seront. (p.62)

On retrouve dans les Stances à Marquise de Corneille, ce renvoi des générations, lieu commun de l’Antiquité :

On m’a vu ce que vous êtes;
Vous serez ce que je suis.

[3] Françoise Desbordes, Idées romaines sur l’écriture, Presses universitaires de Lille, 1990, p. 189

[4] Il est bien sûr anachronique de dire que les romains écrivaient en Times mais on invitera les élèves à regarder de près comment est nommé le Times sur leur traitement de texte favori. Ils verront qu’il s’agit du Times New Roman. Cette police est issue de celle créée pour le quotidien The Times dans les années 30. Elle se déclare new roman au sens où le style roman s’oppose au style gothique que l’on ne voit plus aujourd’hui en typographie que dans le titre du journal Le Monde (où dans certaines inscriptions qui veulent se donner un jour ancien)

[5] Philippe Fabia, La Table claudienne de Lyon, Lyon, impressions de M. Audin, 1929.

[6] Pierre Sage, La Table claudienne et le style de l’empereur Claude, Essai de réhabilitation, Revue des études latines, 58 (1980), p.274-312.


Une réflexion au sujet de « Le Musée gallo-romain de Lyon. POST MORTEM Rites funéraires à Lugdunum et Table claudienne »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *