Pour un compromis qui règle (définitivement) la question du latin

Au fil des semaines qui ont suivi la présentation des propositions concernant le latin au Collège, plusieurs constatations ont pu être faites :
– les enseignants de latin vivent très mal la situation qui leur est faite : ils se sentent méprisés dans leur identité professionnelle par la ministre, mais aussi par certains de leurs collègues enseignants de français ou d’autres disciplines qui se réjouissent ou tout du moins n’ont pas de regrets que le latin semble disparaitre. Ils pensent que dans les répartitions d’heures concernant les EPI, ils seront en position de faiblesse face aux autres disciplines et que les chefs d’établissement ne vont pas les soutenir.
– toutes les personnalités appelées pour soutenir la continuation de l’enseignement du latin le font en rappelant l’importance de l’enracinement de notre civilisation dans le monde antique, ce qui est tout à fait vrai mais ne donne pas de solution à la question actuelle, si ce n’est le retour au statu quo ante.

Propositions de sortie de crise

Le principe qui sert de base aux propositions qui vont suivre est, comme en témoigne l’ensemble du présent carnet de recherche (ainsi que l’ouvrage que je viens de publier concernant Linné et le latin), est que le latin est au cœur de la langue française, qu’il l’a façonnée, qu’il y est présent de mille façons par des mots, des expressions, des étymologies (ainsi que le grec sur ce dernier point). Qu’il a été la langue des clercs puis la langue de la science, que des thèmes littéraires dont il a été le support ont marqué les écrivains jusqu’à nos jours. Que l’histoire européenne a été façonnée par la prégnance de Rome dont les différentes renaissances (Carolingienne, Médiévale, Humaniste) se sont fait l’écho ; que son droit est le nôtre ; que certaines de ses postures politiques nous sont toujours chères (son universalisme, la concorde cicéronienne) et donc que son étude est indispensable à tous.

À tous ? Nous sommes au cœur du problème du collège qui, issu de l’unification voulue par le Général de Gaulle est devenu le socle commun des enseignements que tous doivent recevoir.

Entrons dans le détail : serait-il normal qu’un élève sorte du collège sans savoir que le français est perlé de mots et d’expressions latines dont il faut comprendre la logique ? Peut-il ignorer le monde gréco-latin, sa civilisation et son histoire qui sont utilisées non seulement dans les textes littéraires et les œuvres d’art mais dans la publicité, la BD et le cinéma ?

tEMPUSfUGOTTout élève doit sortir du collège en comprenant le sens de tempus fugit, en sachant qu’un nihiliste n’est pas un partisan d’un certain nihil (comme les gaullistes le sont du Général), que Spartacus n’est pas une invention hollywoodienne, que le Colisée ou Pompéi peuvent être visités, que le forum de leur ville en évoque un autre à Rome, que l’habeas corpus n’est pas une formule magique du droit anglo-saxon, etc. (à connaitre précisément comme et cetera).

 Inversement est-il obligatoire qu’un collégien sache traduire
Ad rivum eundem lupus et agnus venerant, siti compulsi.
Superior stabat lupus, longeque inferior agnus.
non, il peut trouver la même fable chez La Fontaine.

Est-il indispensable qu’il sache que tempus fugit est tiré des Géorgiques ? Est-il indispensable qu’un collégien soit empreint d’archéologie romaine, de numismatique ; qu’il sache déchiffrer les inscriptions latines des pierres tombales romaines qu’il peut voir dans les musées ; toutes choses qui probablement le fascineront, mais qui ne sont pas indispensables à tous. Tout ceci constitue un domaine historique, littéraire, culturel qui est du ressort d’une étude spécifique, d’une spécialisation qui doit se faire au niveau du lycée de la même manière qu’on peut y approfondir la statistique ou la biologie.

Enseignement pour tous au collège

En histoire, le programme est le suivant en 6e et semble répondre à la nécessaire connaissance par tous du monde antique :

« En sixième, après un premier contact avec une civilisation de l’Orient, les élèves découvrent la Grèce et Rome : l’étude porte sur la culture et les croyances, sur l’organisation politique et sociale.
« La quatrième partie est dédiée à l’émergence du judaïsme et du christianisme, situés dans leur contexte historique : les principaux éléments de croyance et les textes fondateurs sont mis en perspective avec le cadre politique et culturel qui fut celui de leur élaboration.
« La cinquième partie fait le lien entre l’Antiquité tardive et le Moyen Age en présentant les empires chrétiens de l’Orient byzantin et de l’Occident carolingien. (…)
« La place de l’histoire des arts est importante dans chacune des parties du programme, dans la mesure même où ce programme est orienté essentiellement vers l’étude de grandes civilisations entre le IIIe millénaire av. J.-C. et le VIIIe siècle.
« Au cours de cette première année de collège, les élèves découvrent des sources historiques simples (archéologiques, iconographiques, extraits de textes…) qu’ils apprennent à interroger et à mettre en relation avec un contexte. » (programme de 208)

C’est en français et en histoire de l’art que de la 6e à la 3e, les élèves devront découvrir les « éléments culturels et linguistiques de langues anciennes » esquissés plus haut et qui doivent être proposés à tous.

On ne peut arriver à cet objectif dans l’état actuel des choses : les professeurs de lettres modernes n’ont pour les ¾ d’entre eux non seulement jamais été formés en latin mais souvent entretiennent vis-à-vis du latin les mêmes rapports que les littéraires ont vis-à-vis des mathématiques, c’est-à-dire un sentiment d’infériorité qui peut se manifester comme on l’a vu plus haut par une certaine agressivité et par un refus de faire un tel enseignement.

Il faut donc résoudre enfin « la question du latin » qui perturbe depuis plus d’un siècle l’enseignement secondaire (le livre de ce nom de Frary date de 1885). Ceci peut se faire en donnant à tous les futurs professeurs de lettres un enseignement adapté du même niveau que l’enseignement d’ancien français qui existe déjà. Il ne s’agit pas de les former en priorité à la traduction mais à une compréhension suffisante du système casuel du latin pour les rendre apte à comprendre un texte latin sous-titré [1].

Pour suppléer à l’absence d’enseignants de lettre modernes formés au latin, les professeurs de lettres classiques pourraient être chargés de cet enseignement spécifique avec la difficulté évidente que s’il est facile à un professeur de LCA de former l’ensemble de ses propres élèves de français aux éléments culturels et linguistiques des langues anciennes, cela l’est beaucoup moins quand on passe de classe en classe pour un horaire limité. Un tel usage ne pourrait être que transitoire et il vaut mieux prévoir une formation spécifique pour l’ensemble des professeurs de français, ce qui nécessite la mise au point d’un programme.

 Spécialité littéraire au lycée

C’est au lycée qu’à terme devraient enseigner les possesseurs d’une Capes de lettres classiques : ils ont les capacités et la formation pour conduire des élèves vers les classes préparatoires littéraires. C’est d’une certaine façon ce que proposait Alain Boissinot dans sa réponse sur ce carnet où, si on le relit attentivement, on s’aperçoit qu’il décrivait à l’avance ce qui allait être proposé par la Ministre quelques jours plus tard.

Pour le lycée il indiquait que « l’idée tend aujourd’hui à s’imposer que, complémentairement au rapprochement du premier degré et du collège au sein du socle commun, il convient d’imaginer un continuum cohérent de bac – 3 à bac + 3 (…) Il faudrait, en lien avec l’enseignement supérieur, repenser pour les lycées, à côté d’une série consacrée aux sciences et technologies, une grande voie de formation centrée sur les humanités. ».

Dans cet esprit, faut-il envisager, comme beaucoup le suggèrent, de s’appuyer sur la série L ? Je ne le pense pas : il suffit d’examiner la situation de cette filière pour s’apercevoir que ce n’est pas la bonne solution.

BacS-L-ES1902-2013Sans reprendre les analyses déjà faites dans ce carnet [2] notons qu’après la dernière guerre les deux bacs de lettres et de sciences sont à égalité. Le décrochage se fait après 1968 avec la montée de la filière du champ économique et social. Actuellement la série L représente moins de 20% des bacheliers généraux (et moins de 10% de l’ensemble des bacs).

Actuellement la sélection au lycée se fait toujours par les mathématiques. En seconde sont orientés vers L ceux qui ont des mauvais résultats en math, sont orientés vers ES ceux qui auraient voulus être en S mais dont les résultats en math sont insuffisants, les autres allant en S. On peut regretter cette situation, on ne peut pas l’ignorer : vouloir étayer une filière d’excellence sur une option qui sert de filet de rattrapage est une illusion. De ce fait une « grande voie de formation centrée sur les humanités » devrait être en relation avec les classes préparatoires littéraires de la même façon que les mathématiques du parcours d’excellence S spécialité mathématiques sont en relation avec les classes préparatoires scientifiques.

Depuis la création de la Banque d’Épreuves Littéraires (BEL), concours mis au point par les ENS mais qui est accepté par beaucoup d’IEP et d’autres écoles, les prépas littéraires ont reçu un renfort qu’il faut encourager par la création d’une filière antérieure. Dès la seconde par une option spécifique, mais surtout en 1ère et terminale où de même qu’il existe de nombreuses spécialités associées au bac S (mathématiques, physique-chimie, SVT, informatique et sciences du numérique, écologie, agronomie et territoires), il est possible d’envisager une spécialité « littéraire » pour le bac S. Utopie ? Contradiction dans les termes ? Pas plus que la série A’ d’autrefois qui était une filière d’excellence.

Pour un compromis

Le grand mérite de la réforme de 1902, qui a tenu plus d’un siècle, est d’avoir été un compromis entre une gauche qui souhaitait une démocratisation de l’enseignement et une droite qui voulait conserver un enseignement d’excellence. À cette fin la commission Ribot, du nom de son président, a entendu un large spectre de personnalités, des élites intellectuelles (Gaston Paris, Victor Bérard, Ferdinand Brunot) mais aussi des industriels, des ecclésiastiques, des hommes politiques, en tout une cinquantaine de personnalités. La réforme n’a pas pris le parti d’un camp mais a été un compromis qui pouvait satisfaire (ou ne pas trop mécontenter) le plus grand nombre.

Le moment est donc venu de résoudre « la question du latin » en forgeant un compromis articulé sur des « éléments linguistiques et culturels des langues anciennes » pour tous au collège, et une spécialité littéraire de haut niveau au lycée. Cette base semble commune à beaucoup d’enseignants que j’ai pu rencontrer et elle serait respectueuse de leur identité professionnelle : elle demanderait la mise au point d’un programme spécifique d’enseignant en français et donc la mise au point d’un capes de lettres modernes à inventer.

Cela vaut la peine d’y prendre un peu de temps : la rentrée 2016 est visée actuellement mais un moratoire serait peut-être le signe qu’un compromis est possible qui permettrait :
– que des modifications permettent la création d’une spécialité littéraire au lycée,
– qu’un programme consensuel soit mis au point au collège,
– qu’une première génération d’enseignants (risquons l’acronyme) d’ÉLECLA (Éléments Linguistiques et Culturels des Langues Anciennes) soit formée, soit par un Capes option lettres modernes réformé, soit par une formation continue.

Un tel compromis pourrait être pérenne en ce sens qu’il ne conduirait pas un camp à souhaiter une alternance politique pour revenir en arrière. Il prendrait acte de l’égalisation des conditions au collège, clé d’une démocratie en acte mais aussi de la pérennisation d’une filière d’excellence, clé d’une spécialisation de haut niveau.

***

Post scriptum du 13 mai 2015

Au cours de l’émission de France Culture « Du grain à moudre » du 12 mai 2015, Pascal Engel a donné en exemple le cas du lycée classique italien. Je n’ai pas répondu faute de temps mais voici ce qu’il faut savoir sur la question de l’enseignement actuel du latin en Italie.

Pendant l’équivalent du Collège (qui dure trois ans), appelé communément scuola media, aucun élève ne fait du latin depuis 1979, latin qui avait été en option autrefois (4h en 3e année de 1962 à 1978).

Au lycée (qui touche la moitié de la population scolarisée), le latin et le grec sont obligatoires au lycée classique qui concerne 7% des élèves. À l’équivalent du bac (la maturità), une version latine ou grecque fait partie de l’examen, c’est le seul lycée qui soit dans ce cas.

Au lycée scientifique (20% des élèves) et au lycée de sciences humaines (7%) existe un programme de « langue et culture latine » pendant les cinq années. Au lycée linguistique (7% des élèves) on fait du latin la première et la deuxième année (sur 5). Les autres types de lycées ne proposent pas de latin.

Pour voir comment les italiens jugent leur enseignement du latin on regardera ce billet.

  1. technique qui consiste à proposer une traduction qui respecte l’ordre des mots latins par un certain nombre de décalages. Par exemple Ovide, Métamorphoses X, 320 : labitur occulte fallitque volatilis aetas sous-titré de la manière suivante :
    _____labitur occulte
    _____s’enfuit en secret
    _____fallitque
    _____
    et passe insensiblement.
    volatilis aetas
    Le temps fugitif

    La technique consiste à lire en premier le bloc de gauche, puis le bloc de droite, voir par exemple un texte latin de Galilée sous-titré de cette façon qui permet de comprendre la structure de la phrase latine []

  2. La réforme de 1902, L’évolution de la filière L []

10 réflexions au sujet de « Pour un compromis qui règle (définitivement) la question du latin »

  1. Le problème est qu’au Collège, les enfants ne savent pas encore s’ils feront S,L ou ES. Le système actuel permet aux enfants qui ont des capacités égales dans toutes les matières, d’avancer en conservant leurs cartes. 20% des enfants font du latin au Collège, ce n’est pas négligeable…

  2. Bonjour.
    Merci pour ce texte réfléchi et fécond à plus d’un titre.
    Je suis perturbée cependant par l’idée me semble-t-il exprimée que l’accès aux textes anciens serait réservé au lycée … Vous entreriez donc dans ce cas dans la chasse aux déclinaisons ‘arides’ ouverte par notre ministre et je serais au regret de devoir vous combattre comme je la combats. Sans concession.
    L’idée du moratoire, compromis élégant pour sauver la face de la ministre me paraît une idée plus politique qu’autre chose, mais peut-être à ce stade ne s’agit-il que de politique. Bref, vos idées pour le lycée me plaisent. J’ai de fortes réserves sur le collège. Et je me forcerais à vous suivre dans le compromis malhonnête au fond intellectuellement, si je ne voyais d’autre issue. Je me permets de citer votre texte sur COMPRENDRE LA REFORME DU COLLEGE SUR FACEBOOK, cordialement.

    1. Beaucoup de choses intéressantes sont réservées au seul lycée dans beaucoup de matières et c’est normal car on entre dans une spécialisation inévitable à ce niveau.
      Par ailleurs, pourquoi refuser a priori l’idée de compromis ? Toute vie en commun en suppose.

  3. Votre compromis est intéressant. On pourrait peut-être se satisfaire d’une migration massive des profs de LC du collège au lycée. Mais il n’est pas sûr que la filière S-Lettres soit suffisante pour éponger le total. Même en termes de postes, pas sûr que cela suffise.
    Je pense qu’il faudrait aussi faire une Lettres-Maths sérieuses avec latin obligatoire, et moins de contenu scientifique.

    Sinon, je suis d’accord avec tout, sauf avec le moment où vous proposez l’option.

    A mon sens, on peut déjà entamer en quatrième deux années de « latin élémentaire », surtout si un peu de boulot a été fait en amont.

    On peut traduire et lire au collège, mais des textes simplifiés. Encore faut-il accepter ce type de support. Selon moi, il n’a rien de choquant, au contraire.

  4. Je trouve très intéressante cette analyse et la proposition de compromis qui s’en dégage.

    Je pense également que « l’étude du latin est indispensable à tous » au collège, et aussi que des bases de grec ne seraient pas superflues non plus. Je vous renvoie vers mon article: Le latin et le grec, extrêmement autres, incroyablement nôtres.
    http://chemins-de-philosophie.over-blog.com/2015/05/le-latin-et-le-grec-extremement-autres-incroyablement-notres.html

    1. Dans l’article auquel vous renvoyez, vous rappelez l’importance de la Grèce et de Rome dans la constitution de l’Europe. Pour ce qui est de la science, de la philo et de l’art : c’est dans leur version actuelle et non antique qu’elles sont enseignées et en ce sens nous sommes fidèles à leurs créateurs qui attendaient certainement de nous que nous soyons leurs disciples, pas leurs répétiteurs. Pour ce qui est de la langue française (et des langues romanes) issues du latin, c’est en tant que langues d’aujourd’hui qu’elles doivent être enseignées. Il ne faut pas confondre la civilisation gréco-latine dont nous sommes issus et que nous enseignons avec les langues dans laquelle elle a été produite. L’apprentissage de la traduction de textes latins au collège n’est pas utile car c’est la civilisation qui l’est (sciences, philo, art, politique) et cela est enseigné ailleurs. Quant aux éléments de civilisation actuellement enseignées au collège, c’est de l’histoire ou de l’archéologie, qui passionne les élèves mais qui est à côté de l’essentiel que vous soulignez justement.

  5. Bonjour,
    Je vous remercie de cet article et de tous les autres sur le même sujet publiés sur votre site, que je viens de découvrir.
    La question m’intéresse et me touche beaucoup car je suis professeur de Lettres Classiques en France, ayant passé le CAPES en 2014, mais je suis italienne et j’ai fait tous mes études (jusqu’au M2) en Italie. J’ai fini par vouloir enseigner en France car je suis arrivée dans ce pays pour ma thèse en doctorat et je me suis rendue compte que, de façon paradoxale, c’était pour moi plus facile de commencer une carrière d’enseignante ici qu’en Italie (mais ceci est un autre problème).
    Évidemment, depuis que j’ai commencé à me préparer aux épreuves du CAPES, je réfléchis beaucoup aux modalités de l’enseignement des Langues Anciennes en France, et je ne peux éviter de faire des rapprochements avec la situation en Italie.
    Je peux vous dire que je partage complètement votre point de vue. Quand j’ai découvert que les LA étaient beaucoup plus présentes en France au Collège qu’au Lycée (presque l’envers qu’en Italie), j’ai été très étonnée. Venant d’un pays où les collegiens ne font jamais du latin, je suis plus habituée que la plupart des collègues à penser qu’ils n’en ont aucun besoin. Mais quand j’ai lu les programmes de 2009 pour la première fois, je n’ai pas pu m’empêcher de penser «chapeau !», car la dimension anthropologique de ces programmes les rend très intéressants, je trouve, même pour un public si jeune: si cette partie devait être mantenue dans les EPI et même devenir accessible à un plus grand nombre d’élèves, je crois que ce serait un excellent résultat.
    D’autre part, il y a la faiblesse des LA dans les lycées. Je me suis sentie très perdue quand je me suis rendue compte que, sur une entière salle de professeurs, j’étais la seule, avec une collègue de français qui avait fait un peu de latin à l’université, à comprendre le sens du titre d’un roman de jeunesse qu’on faisait lire aux élèves en ce moment: NOX. Cela m’a semblé le signe d’une pauvreté culturelle qui m’a terrassée.
    J’espère vraiment, surtout que désormais mon destin d’enseignante se déroulera dans ce pays, que cette reforme porte dernièrement au scénario que vous délinéez ici. C’était d’ailleurs, si je ne me trompe pas, ce qui était envisagé dans ce rapport comparatif sur l’enseignement des LA qui avait paru, je crois, en 2011. Mais je suis très inquiète car je partage le sentiment d’être méprisée que beaucoup de collègues, comme vous le dites, ont eu dans les derniers mois. Je n’ai jamais entendu le ministère parler d’une solution semblable, tout ce que j’ai entendu c’est qu’il fallait réduire la présence des LA car ce serait une discipline élitiste; ce qui est paradoxale car la reforme, qui laisse un large marge de choix aux chefs d’établissement, va favoriser la poursuite de cet enseignement justement dans les collèges des meilleurs quartiers.
    Je suis heureuse d’avoir mis mes compétences en LA à disposition de la France, mais j’espère de pouvoir continuer à les excercer dans un cadre qui fasse du sens. Lire les articles de votre site m’a rassurée et pour ça je vous remercie.
    Bien cordialement,
    Beatrice Lietz

    1. Merci de votre témoignage qui manifeste également l’intérêt de la comparaison entre la France et l’Italie. Ces deux pays ont beaucoup de choses en commun : une langue dérivée du latin, une histoire culturelle quasi-commune, des structures d’enseignement assez proches.
      Le rapport de 2011 auquel vous faites allusion est celui de l’Inspection générale : je l’ai présenté dans un billet précédent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *