Appel de Barbarin Cassin et Florence Dupont pour une refondation de l’enseignement des Humanités

L’appel est paru dans Libération du 15 juin 2015. En voici le texte :

Réformer l’enseignement du latin et du grec dans les collèges ? Une bonne idée. En faire un enseignement interdisciplinaire qui ne sépare pas ces langues des mondes anciens auxquels elles nous font accéder ? Une très bonne idée, car la Grèce et Rome sont la mémoire commune de nos cultures contemporaines, mémoire qui dépasse les frontières, transcende les langues, les religions et les nationalités, mais mémoire aujourd’hui menacée par la violence intégriste comme par l’utilitarisme libéral. Offrir à tous et partout cet enseignement des cultures antiques et de leurs langues, en faire un enseignement fondamental ? Une excellente idée, car il est indispensable à la formation de l’esprit critique, il initie à la complexité du monde, à la relativité des mœurs, à la laïcité.

La réforme des collèges est une chance à saisir, c’est l’occasion de redéfinir dans l’interdisciplinarité la place des langues et des cultures anciennes – avec la possibilité pour tous d’apprendre le grec et le latin. Et dans les lycées, pourquoi ne pas créer une filière Lettres et Arts (LA), aussi solide que la filière S, où seraient enseignées pendant trois ans ce qu’on appelle aujourd’hui les Humanités, au sens large : philosophie, lettres, cultures antiques, latin ou/et grec, langues modernes, théâtres, cinéma, musique, anthropologie et linguistique ?

Madame la ministre, vous voulez plus d’égalité dans les collèges ? Nous aussi. Vous voulez que le collège ouvre à tous les portes de la culture générale ? Nous aussi. Vous voulez qu’il forme à l’esprit critique ? Nous aussi. Alors refondons ensemble un enseignement des Humanités qui commencerait au collège et se prolongerait au lycée.

Préambule à ce dialogue que nous espérons avoir avec vous, rappelons quel pourrait, quel devrait être le rôle des Humanités dans le monde contemporain, en balayant quelques idées reçues.

Les Humanités sont accusées de contribuer à l’idéologie identitaire, occidentale et européenne ? Mais dans les cours de cultures antiques, les collégiens apprendront qu’il y a deux mille ans, leurs ancêtres, ceux qui habitaient l’actuelle Europe comme ceux des autres rives de la Méditerranée, appartenaient à la même Res Publica, qu’ils avaient au moins deux langues – le grec et le latin – et une culture commune, qu’ils vivaient ensemble tout en étant différents.

Les Humanités sont accusées d’être un opérateur de distinction ? Retournons l’argument : la connaissance de l’Antiquité et des langues anciennes est un puissant facteur d’intégration dès qu’elle est mise à la disposition de toutes et tous.

Les Humanités sont accusées d’être conservatrices, réactionnaires ?  Mais à qui profite donc l’ignorance de l’Antiquité ? Aux intégristes religieux et aux fanatiques de l’identité ethnique. À ceux qui confondent allègrement langue, religion, culture et pays d’origine, et alimentent un communautarisme imaginaire qui remonterait à la nuit des temps. Quelle meilleure façon de lutter contre les intégrismes que d’emmener les collégiens faire un tour dans l’Antiquité ? Ils y apprendront qu’il y a d’autres religions que les trois monothéismes. Ils visiteront un monde où les langues, les cultures, les références ethniques, les déesses et les dieux se superposent et s’enrichissent. Ils rencontreront d’autres types d’humanité, d’autres mœurs, d’autres façons d’être une femme et d’être un homme. Depuis la Renaissance, les Humanités ont contribué à la formation de l’esprit critique par le retour aux textes et la distance anthropologique qu’elles impliquent. Elles apprennent à résister aux dogmatismes religieux, scientistes, économiques. Nous ne voulons pas croire que ce soit la vraie raison de la méfiance qu’elles suscitent.

Tous les textes que nous côtoyons aujourd’hui, toutes les images, et pas seulement l’Ulysse de Joyce ou les satyres de Picasso, sont des textes qui réécrivent d’autres textes, des images qui reforment d’autres images : c’est cela apprendre à lire et à regarder. Il faut faciliter l’accès du plus grand nombre à cette épaisseur de la culture, des images et de la langue. Pas de culture sans les textes en langue originale. D’où l’importance de l’expérience de la traduction et des ouvrages bilingues, plus que des apprentissages sourcilleux – Vive le grec et le latin sans larmes.

L’Antiquité, elle-même métissage de cultures diverses, n’est pas plus à l’origine de l’Occident que de l’Orient. Mais tout ce qu’elle a laissé de textes et de monuments a servi, entre autres, de matière première aux siècles successifs, en Europe et au-delà.

Voilà pourquoi Madame la ministre, loin de tout conservatisme, nous vous appelons à réfléchir ensemble à une refondation de l’enseignement des Humanités au collège et au lycée, pour y créer un nouvel espace de libération, d’intégration et de créativité.

Cette pétition peut être signée à cette adresse.

Le texte prend acte de la réforme des collèges et de ce fait il décevra les enseignants de langues anciennes au Collège qui à juste titre protestent pour plusieurs motifs : les enseignements pratiques interdisciplinaires de langues anciennes ne correspondent actuellement à aucun programme précis ; ils craignent qu’on n’y enseigne plus la langue elle-même mais seulement de la culture antique ; que les heures consacrées à cet enseignement soient si peu nombreuses qu’aucun apprentissage sérieux de langue ancienne ne puisse y être réalisé ; que le choix laissé aux établissement de répartir des heures d’enseignement ne se fasse au détriment des langues anciennes. Il faut donc que le Conseil supérieur des programmes inscrive un programme précis de langues et civilisations de l’antiquité et que le ministère donne des assurances aux enseignants de langues anciennes sur les points cités.

La pétition donc, après avoir pris acte de la réforme, met l’accent sur le long terme en souhaitant un dialogue avec la Ministre à propos de la création d’une « filière Lettres et Arts (LA), aussi solide que la filière S ». On ne peut qu’encourager cette perspective en notant cependant, comme je l’ai dit précédemment, que vouloir faire une filière L solide semble difficile aujourd’hui du fait que cette filière est un « filet de rattrapage ». Il semble plus judicieux, en prenant l’exemple des concours des classes préparatoires littéraires, de proposer à l’intérieur de la filière S (pour être aussi solide qu’elle), une option « Lettres et Arts » comme il existe déjà des filières « S et SVT » ou « S et informatique ».

En ce qui concerne les motivations données à l’enseignement de l’Antiquité, elles se distinguent par leur refus de positions identitaires ou « distinctives » qui devraient les faire accepter tant par les enseignants de langues anciennes que par la Ministre, et donc permettre un dialogue fructueux dans un futur proche.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *