Fluctuat nec mergitur : Bis (ou Post scriptum sur le latin du français)

NousSommesParisFluctuat nec mergitur, nous l’avons vu la semaine dernière, était un  slogan tout à fait adapté à l’actualité. On s’aperçoit qu’il n’est pas officiellement repris par beaucoup d’institutions. Dans cette banlieue proche on préfère invoquer l’esprit de Charlie.

On comprend bien pourquoi : quelle proportion de français est capable de comprendre cette devise latine pourtant si répandue ? Une estimation grossière basée sur le fait qu’en 1920 la population scolaire des latinistes représentait 10 000 personnes, en 1965 100 000 et aujourd’hui près de 500 000 [1] appliquée à une pyramide des âges actuelle me conduit à estimer la population de personnes ayant fait du latin, tous âges confondus, à 9 millions, ce qui fait par rapport à la population actuelle de 66 millions un pourcentage de 14%. Ceci fait que 86% de la population de la France est incapable de déchiffrer la devise de Paris. Pire, beaucoup seraient tout à fait prêts à le faire mais n’osent pas du fait de l’aura qui entoure le latin, qui dévalorise à leurs yeux ceux qui n’en ont jamais fait.

Le latin pour tous ne doit pas être le slogan d’une ministre mais une réalité qui pourra se mettre en œuvre dans le futur. Dans le rapport de l’Inspection Générale de 2011, il avait été proposé de commencer l’apprentissage de la langue latine « à partir de la connaissance du latin du français (curriculum vitae, lavabo, agenda, urbi et orbi etc.) » (p.80). C’était considéré par les inspecteurs généraux comme une initiation pour ceux qui feraient du latin mais cela peut aujourd’hui être pris comme un programme pour tous.

Le latin du français n’est pas seulement un moyen pédagogique, il doit être considéré comme un objectif : les phrases les plus courantes doivent être comprises par tous, comme étant du latin et comme étant compréhensibles du point du vue du latin. Il s’agit que tous les enfants soient capables de comprendre une devise latine comme celle de Paris et beaucoup d’autres expressions dont ils font usage depuis leur plus tendre enfance, comme à l’oral ex æquo ou et cetera. Une expression latine comme in extremis n’est pas une curiosité qui appelle simplement le jugement « c’est du latin » : elle est à étudier  et à mettre en rapport avec, par exemple, de profondis. Un CV c’est un curriculum vitae et un fax, c’est d’abord un fac simile. Sine qua non n’est pas qu’une marque mais aussi une condition. Cogito ergo sum nous rappelle que la philosophie s’écrit aussi en latin et homo sapiens que c’est encore le cas pour la nomenclature scientifique. Il ne s’agit pas de curiosités, mais de ce que toute personne doit savoir et pour cela l’apprendre au collège.

Quand 100% de la population française aura reçu les bases de la compréhension du latin du français. La distinction, du fait d’en avoir fait, et l’auto-dévaluation quand ce n’est pas le cas, disparaitront.

  1. voir billet du 11/11/2009 pour les chiffres anciens et Repères et Références Statistiques 2015 p. 127 pour 2014 []

4 réflexions au sujet de « Fluctuat nec mergitur : Bis (ou Post scriptum sur le latin du français) »

  1. Tout en supposant que la compréhension du latin et du grec serve à quelque chose, soit utile à quelque chose, apporte quelque chose au citoyen – au citoyen de demain : l’élève. « Vous défendez là un postulat », me rétorquait… un inspecteur.

  2. 1. Si 14 % de la population ont fait du latin, combien ne l’ont pas abandonné dès la classe de seconde et combien sont encore aptes à « déchiffrer » (comme vous dites) la devise parisienne ? Bien que faisant partie de ces 14 %, j’ose avouer que j’ignorais le sens du verbe mergere avant d’avoir, tout récemment, consulté un dictionnaire.
    2. Pensez-vous que pour bien utiliser le mot lavabo, il est utile de savoir qu’il est issu de la première personne du futur du verbe lavare (1ère conjugaison) et que le mot a acquis son sens actuel à partir de la traduction latine de quelque psaume, par le biais de son utilisation dans l’Eglise ? La même question se pose pour tous les termes latins, mots ou expressions, non entièrement francisés. Bien sûr, cela peut être, sinon utile, du moins intéressant et même amusant et curieux (une forme verbale réanalysée comme substantif !).

    1. 1. Le sens précis de mergere n’est peut-être pas connu par les latinistes d’origine mais ils savent ce qu’il faut faire pour aller plus loin. Les autres non.
      2. Le mot lavabo, du fait de son usage liturgique est parfaitement intégré comme substantif et de ce fait ne pose aucun problème ni aux latinistes d’origine, ni aux autres. Le problème ne se pose que pour les expressions, qui sont perçues comme du latin (comme habeas corpus) mais qui ne sont pas comprises alors qu’elles le devraient.
      C’est un peu le cas de vulgum pecus mais c’est du mauvais latin et ce n’est plus très utilisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *