NERO NEMESIS

NeroNemesisBooba2Booba s’affiche dans les gares avec son nouvel album NERO NEMESIS.  De qui s’agit-il, de quoi s’agit-il ?

 Booba est un rappeur français suffisamment célèbre pour annoncer par ce média la sortie de son dernier album. Mais comment traduire son titre énigmatique ? Une possibilité serait « Néron la vengeance »  mais on en voit mal la signification.

Pour en savoir plus (et découvrir ce rappeur) écoutons un titre de son dernier album intitulé Félix Éboué où se trouvent précisément les mots Nero nemesis.

Voici le texte correspondant (pour pouvoir mieux en suivre les paroles) :

Si je me mets à genoux c’est pour prendre un coup d’épée
Tu m’as mis un seul coup dans le flou, t’en as parlé tout l’été
J’vais te retweeter ta grand-mère, boîte crânienne sous Giuseppe
J’suis sur un transat, moitié khabat, j’pense à toi du bout des pieds
J’mets des gants pour faire la vaisselle,  sous l’évier
Sénégalo-BC, geah, DKR Noumou Démé
Faut être armé baraka, taffer dur, c’pas tout d’être doué
Surinamien, Balata, 9.7.3, Félix Éboué
Zerma tu rentres seul dans les tess sans aucun souci
Mais t’es une dizaine à la boutique, pends-toi avec ma ceinture Gucci
Koppbiwan-Kenobi, j’devrais pas combattre l’être humain
Lâche comme un terroriste, plus d’dix ans, zéro hit ou moins
Nero Nemesis sur le hiéroglyphe cousin
Quand nous on va te mêler, c’sera pas l’Stade Toulousain
Frère, t’es une blague, les plus courtes sont les meilleures
Fuck la misère, thug depuis mineur
Money bags tombent toutes les demi-heure
On fume la noire, tu sniffes l’albinos
On rendra ni les armes, ni l’flow à Migos, ouais, ouais, ouais
On fume la noire, tu sniffes l’albinos
On rendra ni les armes, ni l’flow à Migos
Un peu d’argent du trafic, le terrain n’est plus c’qu’il était
Numéro 1 dans la street, trop d’neige en hiver, je skie l’été
J’achète ici, va louer là-bas
Piste bre-som, chalet noir, reine de Saba
Slalom dans leurs mères, ouais nous ça va
Ta carrière au fond d’la mer comme Oussama

Proche des mots Nero nemesis se trouve la mention d’un « hiéroglyphe cousin » qui évoque le lion ailé et couronné de l’affiche. Le graphisme de celui-ci s’inspire du taureau ailé de Khorsabad du musée du Louvre comme on peut le voir ci-dessous.

TaureauLionComme Booba est d’origine sénégalaise, et que les sénégalais appellent leur équipe de foot « les lions », on a peut-être là l’origine de ce lion couronné. Mais on ne sait toujours rien sur Nero nemesis.

En cherchant bien (en ligne évidemment), on apprend que Booba, dont les affaires marchent bien, est propriétaire d’une Lamborghini de couleur Nero nemesis, ce qui semble bien être l’origine directe du titre [1].

Italie ? Couleur ? Vous l’avez deviné, Nero n’est pas Néron, mais simplement la couleur noire en italien.  Mais pourquoi nemesis ? La solution se trouve dans la publicité d’un modèle Lamborghini qui en propose la gamme de couleurs :

GammeCouleursNero Nemesis est au choix (en couleur mat) avec Bianco Canopus, Grigio Adamas et Grigio Titans. Les stylistes de la Lamborghini Aventador LP 700-4 Pirelli associent une couleur avec un mot qui la spécifie, mot choisi dans l’antiquité. Comme on l’a déjà vu [2], dans la publicité, l’antiquité ennoblit ce qu’elle touche. La bonne traduction (de l’italien et non du latin) c’est, pour toute la gamme : blanc canopée, noir vengeance, gris diamant, gris titanesque. Mais il vaut certainement mieux ne pas traduire et garder le noir nemesis.

Le rap langue des banlieues ?

Le rap à ses vedettes bon chic bon genre, comme MC Solaar, mais Booba à rempli Bercy le 5 décembre dernier et a vendu 35 000 exemplaires de son disque la première semaine. C’est son style de rap qui est fièrement affirmé par certains qui circulent en voiture toutes fenêtres ouvertes et son au maximum (ce qui en plein hiver relève du dévouement à la cause rap).

A écouter et à lire Booba, on peut avoir l’impression d’un mélange de mots dont le seul but est de coller avec le rythme et où les armes [3] et le trafic de drogue sont très présents.

 Cependant les initiés (Par exemple Stéphanie Binet dans Le Monde du 7 décembre dernier) savent que les adversaires de Booba, ce sont d’abord les autres rappeurs, un certain Rohff en particulier.  Dans le texte vu plus haut, « je » est bien Booba et « tu » c’est son ennemi intime, Rohff, à qui les pires avanies sont promises :  l’allusion finale à Oussama correspond à un photo montage réalisé par Booba et diffusé par lui sur les réseaux sociaux ou Rohff fait de la plongée sous-marine avec  Ben Laden.

Jeu sur les mots pour qu’ils se coulent dans un rythme, le rap est très apprécié par les jeunes des banlieues dont il reprend l’aspect de compétition verbale, ici entre rappeurs eux-mêmes. Ce n’est pas la langue des banlieues mais un genre littéraire (et musical) qui a ses lois propres [4].

  1. Booba confirme []
  2. De Kiloutou à Nike. L’effet de marque []
  3. AK-47 = Avtomat Kalachnikova modèle 1947 []
  4. Pour en savoir plus cf. Sur un son rap []

2 réflexions au sujet de « NERO NEMESIS »

  1. Merci pour ce billet !

    Effectivement, le hiéroglyphe, c’est bien la marque ici – un symbole de réussite matérielle parmi d’autres, sur lesquels Booba est prolixes dans ses chansons. Le nero nemesis qui s’oppose ici au « zéro hit » de son ennemi, et en même temps vient promettre la vengeance divine, à la manière de la déesse du même nom.

    Comme tu le relèves bien, le rap (en l’occurrence de Booba) n’est pas la langue des banlieues mais un genre artistique (chansonnier préciserait sans doute Booba) qui, comme tout genre, a ses règles. Mais on est ici face à une prose surtout caractéristique de l’écriture singulière de Booba (voir Thomas Ravier, Booba ou le démon des images, NRF n°567, 2003), dans laquelle l’imaginaire de la banlieue qui peut irriguer l’œuvre d’autres artistes est tout particulièrement évanescente.

    Une précision en passant : le rap est statistiquement plus souvent apprécié dans l’agglomération parisienne et dans les villes de plus de 20 000 habitants, mais il est surtout un goût lié à une classe d’âge, privilégié par les moins de 25 ans de tous horizons (plus de 40% d’entre eux en écoutent souvent, et tout de même près de 20% des 25-34 ans) : http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/doc/tableau/chap5/V-3-3-Q47.pdf

    1. Je précise pour les lecteurs que Karim Hammou anime le carnet de recherche Sur un son rap et qu’il est l’auteur, en tant que sociologue, d’une Histoire du rap en France (La Découverte, 2012). Il signale dans son commentaire un texte de Thomas Ravier sur Booba paru en 2003 dans le n°567 de La Nouvelle revue française. Ce texte se révèle être une interprétation de Booba d’un point de vue littéraire où sont invoqués plusieurs auteurs dont Céline, lui qui revendique sa liberté vis-à-vis de la prose habituelle. Car c’est bien le cas : « la caméra de Booba, à la différence des autres, plus encore que sur le ghetto, est branchée directement sur son cerveau et filme de l’intérieur la sensation chimique (et même neurologique) venant court-circuiter la vision directe » (p. 41).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *