Ambiance de Saturnales aux fêtes de fin d’année

On sait que la date de Noël a été choisie au solstice d’hiver pour se substituer au culte du dies natalis solis invicti, « jour de la naissance du soleil invincible », qui désignait le culte du soleil. Ce culte était cher aux philosophes qui voyaient à juste titre le soleil comme à l’origine de toute vie, et aux militaires que leurs pérégrinations chez de nombreux peuples avaient conduits à un relativisme en matière de religion. Mais avant cette fête du 3e siècle, les romains avaient une période festive au mois de décembre : les Saturnales dont nombre de traits sont encore présents aujourd’hui.

Macrobe, un haut dignitaire, rédige au début du 5e siècle un « banquet philosophique » intitulé Les Saturnales car cette période sert de cadre chronologique aux discussions savantes qui y sont rapportées.

Macrobe nous indique (Livre 1, chap. 2) que cette période est favorable à une discussion approfondie car il n’y a plus de procès et le temps n’est plus au travail : c’est un temps de « vacances », au sens antique (vacance des procès), mais aussi au sens actuel de congé où l’on est libre de ne rien faire et où l’on est même tenu de ne rien faire. Discuter de philosophie, de littérature ou d’histoire entre gens bien nés est évidemment possible : ce n’est pas un travail et Macrobe nous raconte tout en détail.

La durée des Saturnales est de plusieurs jours : au moins du 13 au 17 décembre mais la durée peut être de sept jours (Saturnales 1,10) voire davantage ce qui entraine les protestations de Sénèque qui se plaint que décembre dure maintenant toute l’année (Lettres 18,1).

Il est vrai que ces fêtes des Saturnales possèdent des propriétés très intéressantes : on peut y jouer aux dés alors que c’était interdit le reste de l’année et on y fait des cadeaux aux enfants. Cependant l’essentiel du rite réside ailleurs, dans le fait qu’on y fête la familia elle-même, c’est-à-dire l’ensemble des personnes, libres ou non, sous l’égide du pater familias.

Macrobe évoque (1,24) un évènement tout à fait curieux : l’arrivée auprès des invités en train de discuter, du responsable des esclaves qui vient leur annoncer, non que le repas est servi, mais que celui des esclaves est terminé. Macrobe explique que pendant les Saturnales, ce sont les esclaves qui sont servis les premiers, et à la table des maitres.

Sénèque également, dans une lettre consacré au respect de l’esclave (47,14), évoque cette fête des Saturnales où il est non seulement permis, mais obligatoire que les esclaves mangent avec le maitre et où ils avaient la liberté de rendre la justice (jus dicere) à l’intérieur de la maison. Cette libertas decembris était célèbre (Cf. Horace, Satires 2, 7 4).

Ces jours de Saturnales, on ne porte pas la toge, vêtement des occasions civiques, mais le costume que l’on porte tous les jours chez soi. Par contre quand on sort, beaucoup portent le pileus, ce bonnet porté par l’esclave au moment de son affranchissement (et que nous appelons le bonnet phrygien depuis que la Révolution en a fait le symbole de l’affranchissement par rapport à l’Ancien régime).

Pour éclairer le sens de ces divers aspects des Saturnales, on peut partir des fêtes de fin d’année actuelles qui conservent encore beaucoup de traits analogues. Aujourd’hui en effet (comme je l’ai montré précédemment dans Noël aujourd’hui), les deux fêtes de fin d’année sont toutes les deux centrées sur le groupe familial, Noël sur les liens familiaux, le 1er janvier, sur les relations amicales.

Si l’on considère toute la période comme un ensemble, on y voit des traits proches des Saturnales : ce n’est plus l’esclave qui est rendu proche du maitre, mais c’est toujours un inférieur, l’enfant, dont c’est la fête et pour qui on fait en sorte que ce soit le paradis sur terre par des cadeaux merveilleux. Comme pour l’esclave, ce seul jour paradisiaque est la compensation de toute une année d’injonctions.

C’est la cellule familiale qui est au centre de la fête avec, au 1er janvier, l’aspect de licence où on s’autorise « de s’en fourrer jusque-là » et où ce n’est plus la messe de minuit qui est d’actualité à la télévision, mais des programmes où la licence est autorisée [1].

Réfléchissons sur le port des bonnets de ce type :

BonnetsDeNoel2ce bonnet, qui est porté par beaucoup, enfants et adultes (même au travail : commerçants, services publics, etc.) est évidemment issu du bonnet du Père Noël et n’a rien à voir avec le pileus de l’affranchi porté aux Saturnales mais il est porté dans le même esprit. Il s’agit de manifester publiquement que l’on vit dans le cadre de la fête même si certains, pour des raisons professionnelles impératives, ne sont pas en congé.

C’est un mode d’allégeance au cadre festif qui s’impose à tous. Le bonnet de Noël, comme le pileus aux Saturnales, c’est la manière d’indiquer publiquement que l’on participe à la fête. C’est la logique sociale de deux époques qui s’éclairent ainsi mutuellement.

Post scriptum du premier janvier : le bonnet de Noël a peu été porté cette année. Du fait des évènements de novembre, les festivités ont été réduites au minimum.

***

On trouvera en page actualité :

L’invitation de l’ALLE à sa prochaine conférence : « Graffitis d’artistes à Rome à l’âge moderne (XVIe-XVIIIe siècles) : filiations ou vandalisme ? » par Charlotte Guichard (Historienne de l’art, chargée de recherche au CNRS, IHMC). Le Jeudi 28 janvier 2016 à 18h30, Lycée Henri-IV, Salle des Médailles.

Le compte-rendu du livre de Francesca Prescendi, Rois éphémères. Enquête sur le sacrifice humain, Genève, Labor et Fides, 2015, dont j’ai amplement utilisé les sources sur les Saturnales (p.30 et 31).

  1. cette année par exemple sur TF1 : Le 31, tout est permis avec Arthur ; sur France 2 : Le grand cabaret sur son 31 []

Une réflexion au sujet de « Ambiance de Saturnales aux fêtes de fin d’année »

  1. Monsieur, en cherchant l’origine du « lorem ipsum », je tombe sur votre site. Je suis moi-même professeur de langues anciennes et de culture antique, et je trouve vos billets très pertinents à la fois dans les perspectives qu’ils offrent sur le présent à partir du point de vue du passé, et par la manière et le ton sur lesquels vous traitez vos sujets, avec précision mais sans cuistrerie, d’un air de n’y pas toucher en y touchant énormément. Bravo et par avance merci de continuer. Valete. AG !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *