Antiquité et binationaux : retour aux sources

La proposition de loi permettant de déchoir de la nationalité française les binationaux convaincus de terrorisme, y compris ceux nés Français, est en profonde contradiction avec la pratique romaine qu’il vaut la peine aujourd’hui d’interroger. Elle peut se résumer de manière simple par deux principes : tout homme a deux patries mais la citoyenneté est offerte à tous.

La binationalité comme phénomène ordinaire

C’est une évidence à Rome,  Cicéron signale dans un texte classique (Des Lois, Livre 2, 5)  que :
_____duas esse censeo patrias, unam naturae, alteram civitatis
_____je pense qu’il y a deux patries : une de nature et une autre
_____de citoyenneté
Cicéron donne immédiatement l’exemple de Caton (L’Ancien) né non pas romain mais Tusculan qui reçut la citoyenneté romaine. Il a :
_____alteram loci patriam, alteram iuris
_____d’une part une patrie de lieu, d’autre part de droit.

Les deux patries ne sont pas de même nature, la première est définie à la fois comme étant de nature et de lieu (naturae, loci) ; la seconde comme étant de citoyenneté et de droit (civitatis, iuris). La première patrie correspond aux liens que crée une même origine géographique, sociale, culturelle, la seconde à la citoyenneté juridique.

La perception de la citoyenneté à Rome

À l’époque de l’Empire, au 2e siècle, un jeune grec plein d’ambition, Aelius Aristide, prononce à Rome un Éloge de Rome qui eut beaucoup de succès car les romains s’y reconnurent tout à fait [1]

« Ni mer ni distance terrestre n’excluent de la citoyenneté, et entre l’Asie et l’Europe il n’y a pas de différence sur ce point. Tout est mis à la portée de tous ; nul n’est étranger s’il mérite une charge ou la confiance. Une démocratie commune à la terre est instaurée sous l’autorité unique du meilleur gouvernant et ordonnateur » [2]

La citoyenneté romaine n’est pas liée à l’origine géographique : avant d’être offerte à tous par l’édit de Caracalla en 212, elle était offerte à tout membre de l’élite de toute province d’Europe ou d’Asie, « s’il mérite une charge ou la confiance ».

On lira dans un précédent billet comment le « contrat social » romain s’est constitué mais nous leur sommes redevables de notre droit et les renier sur ce point précis serait difficile à envisager.

Situation politique d’aujourd’hui

Dans la société française actuelle, chacun peut revendiquer une origine géographique mais sauf exception importante (basque, corse ou bretonne), la région d’origine n’est pas perçue comme une « patrie ». La distinction ne joue vraiment que pour les binationaux dont l’origine italienne, arménienne, polonaise, portugaise, turque, espagnole ou maghrébine laisse des traces  culturelles ainsi que par la possession éventuelle d’une double nationalité. À cela se surajoute la notion de « quartier » qui souvent est considéré, dans une culture urbaine, comme un lieu de rattachement fort, un équivalent de la loci patria, par le biais de toutes les solidarités qui s’y sont nouées.

Selon le démographe François Héran [3], il y aurait 3,5 millions de binationaux en France et une note de l’Ined permet d’en savoir plus. Ils sont soit eux-mêmes immigrés, et en acquérant la nationalité française, ils n’ont pas renoncé à leur nationalité d’origine (plus des deux tiers pour les immigrés du Maghreb, 55 % pour les immigrés de Turquie et 43% pour ceux du Portugal). Mais il y aussi pour les enfants d’immigrés nés en France, et donc français, la possibilité de conserver une double nationalité. C’est le cas pour la moitié des enfants de turcs et d’un tiers des enfants de maghrébins.

Ce qui reste éclairant pour aujourd’hui dans la manière romaine de voir, c’est que l’opposition entre patrie d’origine et citoyenneté romaine est juridique. Les liens forts de la société d’origine sont ignorés par la citoyenneté dont la force est juridique et indépendante des liens sociaux de base (langue, famille, région).

Au contraire la proposition actuelle de déchéance de nationalité envisage les crimes terroristes comme une trahison de la citoyenneté française et veut renvoyer le déchu à son lieu d’origine, comme s’il en était encore citoyen (alors qu’il va devenir en fait un apatride). C’est oublier que les aspects affectifs ne sont pas constitutifs de la citoyenneté française qui est un état juridique et non un lien social. Certes il y a dans une nation, comme l’a souligné Renan, un vouloir vivre ensemble collectif, mais à ceux qui refusent cette position on ne peut donner la satisfaction d’avoir rompu à eux seuls le pacte social, et de s’être détaché de la nation.

Parce que voyons qui sont les terroristes, ceux de janvier ou ceux de novembre : non pas des militants politiques pour lesquels la violence va faire avancer la cause qu’ils soutiennent mais des individus proches des tueurs de masse, tel qu’on en voit aux États-Unis (ou comme on l’a vu en Norvège), c’est-à-dire des gens victimes de frustrations, d’humiliations auxquels l’islamisme radical permet une inversion de rôles. Ils ont pu être jugés et condamnés pour de la délinquance, désormais ce sont eux qui s’érigent en juges et condamnent à mort à volonté [4]. Ils peuvent ainsi à la fois s’intégrer dans l’islamisme radical et se venger des humiliations reçues.

Agir aujourd’hui

Le projet de modification de la constitution permettant de déchoir de la nationalité française les binationaux convaincus de terrorisme, y compris ceux nés Français, doit être combattu (et les pétitions pour protester ne manquent pas, il faut en choisir une selon ses proximités idéologiques) pour la raison profonde que la citoyenneté française est de nature d’abord juridique et non sociale : l’intégration à la communauté en est le corrélat logique, non la source. On peut trahir des personnes, on ne peut pas trahir son statut juridique. Implanter cette mesure, c’est laisser croire que le statut juridique des binationaux est moins fort que celui des autres et c’est introduire un affaiblissement du droit qui serait ainsi soumis aux contingences des histoires individuelles.

À une société française encore sidérée par le crime, on ne peut pas comme on l’a fait il y a exactement un an, proposer la participation à une manifestation hors-normes qui a permis de digérer socialement l’agression. Déclarer la guerre à l’ennemi c’est déjà considérer une entreprise criminelle comme un État et c’est faire son jeu, c’est aller dans son sens et favoriser son decorum guerrier fait de parades en pickup de djihadistes masqués, drapeaux flottant au vent comme des chevaliers de jeux vidéo [5]. Faire la guerre n’est pas un jeu, mais c’est une activité gratifiante, surtout au départ, comme l’ont montré les scènes de départ de la guerre de 1914-1918 tant en France qu’en Allemagne.

CaricatureGdeGuerreLaquelle guerre de 1914-1918 pourrait nous inspirer une réponse collective à une agression barbare comme celle que nous connaissons. De même que la « bravoure » allemande était tournée en dérision par des caricatures [6] ; de même le côté « pieds-nickelés » des terroristes à souvent été montrés et pourrait permettre un traitement par la dérision. De même Hitler a été traité de cette façon par Charlie Chaplin dans Le Dictateur en 1940.

C’est d’ailleurs ce que, trois jours seulement après le 13 novembre, a fait un des dessinateurs du Monde, Xavier Gorce, et ce sur un ensemble de vignettes réparties sur cinq jours successifs, ce qui n’arrive jamais dans ce journal. Le cœur du scénario est l’arrivée au paradis d’un terroriste qui s’est fait sauter (et arrive en morceaux) et qui se présente au service d’accueil qui le détrompe sur l’histoire des vierges, etc. [7].

XavierGorceLeMonde17Nov15Comme on le sait, l’ironie est une arme efficace : autant il faut mettre en valeur les réactions de rejet venant de l’Islam modéré (et la déchéance envisagée va tout à l’encontre de ce qu’il faut faire), autant on peut dissuader du passage à l’acte en rendant ridicules les précédents terroristes dont l’improvisation a été une caractéristique. Ils doivent être montrés comme pervers, mais comme aussi ridicule que celui qui, au Bataclan, exige un talkie-walkie avant d’utiliser le téléphone que ses otages lui proposent pour prendre contact avec la police. Attaquer par l’ironie est une voie qui peut être dissuasive parce que partagée dans les réseaux et les médias. On peut faire l’hypothèse que certains veulent bien être martyrs, mais ne supporteront pas d’être ridicules. L’ironie peut être une manière de reprendre l’initiative collectivement et de sortir ainsi de la sidération actuelle.

 

  1. Discours 14, 213 []
  2. Laurent Pernot, Éloges grecs de Rome, Les Belles Lettres, 1997, p. 88-89 []
  3. Le Monde 8/01/16 []
  4. Cf Farhad Khosrokhavar, « Qui sont les djihadistes français ? Sciences humaines, n°268, mars 2015, cité par Anoine Garapon, « La violence mondialisée », Esprit, janvier 2015 []
  5. Sur ce point, cf. Jean-Claude Guillebaud, Le tourment de la guerre, L’iconoclaste, 2016 []
  6. Photo (C) RMN-Grand Palais (MuCEM) / Gérard Blot []
  7. Vignette du 17 novembre []

2 réflexions sur « Antiquité et binationaux : retour aux sources »

  1. Sur ce thème, voir aussi Florence Dupont, Rome, la ville sans origine, Gallimard, « Le Promeneur », 2011.

    Quant à Éloges grecs de Rome, je suppose qu’il est de Laurent Pernot (professeur à Strasbourg, spécialiste de rhétorique), et non de Laurence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *