Des jeux olympiques au sport moderne

La RaisonDesSportsCet ouvrage récent de deux sociologues [1] nous permet d’étudier le dossier des rapports entre les jeux olympiques et le sport moderne. Il s’appuie sur un dossier que nous allons reprendre avec eux, Pierre Veyne en premier lieu [2]. Celui-ci est très clair : il ne faut pas identifier nos Jeux olympiques avec les concours qui se sont tenus à Olympie dans l’antiquité.

Des concours en Grèce, il y en avait beaucoup et leur but à tous était de pouvoir montrer l’excellence de ceux qui les gagnaient. Plutôt qu’avec nos Jeux olympiques, Veyne préfère la comparaison avec le prix Nobel : le fait de l’avoir obtenu, quelle que soit la discipline, vous place dans l’élite mondiale. À Olympie, pour une discipline donnée, il y avait un vainqueur et tous les autres étaient perdants (et honteux de l’être). La performance en elle-même n’était pas notée : on aurait pu facilement noter la longueur du jet du disque, mais cela n’a pas été jugé intéressant. Il s’agissait plutôt de prouver l’excellence de la manière grecque de vivre où se conjuguait l’élitisme et l’ethnocentrisme. Le but était de vaincre dans des compétitions qui s’apparentaient davantage à des formes adoucies de combats, d’ailleurs dangereuses, qu’a des « sports » au sens moderne du mot. Quant à la religion, elle n’était là que pour rendre solennel l’évènement, pas plus.

Les auteurs, voulant souligner que l’essentiel en Grèce c’est le combat, présentent un texte de Tyrtée, spartiate du 7e siècle av. J.-C. qui dévalorise la valeur du vainqueur d’un concours athlétique au profit du combattant courageux. Voici le texte en version sous-titrée puis dans la traduction de Valérie Visa-Ondarçuhu[3] :

Tyrtée (Elégies, fragment 9, 1-3))

οὔτ᾽ ἄν μνησαίμην οὔτ᾽ ἐν λόγῳ ἄνδρα τιθείμην
je ne rappellerai pas le souvenir d’un homme ni ne l’estimerai
οὔτε ποδῶν ἀρετή οὔτε παλαισμοσύνη
ni pour la valeur de ses pieds ni pour son art de la lutte
οὐδ᾽ εἰ κυκλώπων μέν ἔχοι μέγεθός τε βίην τε
pas même si des cyclopes il avait la taille et la force

« Je ne saurais rappeler le souvenir d’un homme ni le tenir en considération pour la valeur de ses pieds ou son aptitude à la lutte et cela même si, des Cyclopes, il avait la stature et la force ».

Tyrtée ajoute que le meilleur prix du monde, c’est de se conduire bravement au combat. On retrouvera de nombreux siècles plus tard cette attitude quand on chantera dans le Chant du départ (couplet 5) :

Partez, vaillants époux, les combats sont vos fêtes ;
Partez, modèles des guerriers ;
Nous cueillerons des fleurs pour en ceindre vos têtes ;
Nos mains tresseront vos lauriers ;
Et si le temple de mémoire
S’ouvrait à vos mânes vainqueurs,
Nos voix chanteront votre gloire
Et nos flancs portent vos vengeurs.
La République vous appelle, etc.

Pindare (Pythiques 10, 22-24)

Il serait dangereux de prendre cette attitude pour un reflet de l’opinion des grecs sur les concours athlétiques et Valérie Visa-Ondarçuhu, dans le même dossier (p. 223) met en parallèle avec le texte de Tyrtée un texte de Pindare dont voici également une version sous-titrée suivie de la traduction de Valérie Visa-Ondarçuhu.

_____εὐδαίμων δὲ καὶ ὑμνητὸς
_____ heureux et célébré
οὗτος ἀνὴρ γίνεται
cet homme est devenu
_____σοφοῖς
_____par les poètes

ὃς
celui-qui
_____ἂν χερσὶν ἢ ποδῶν ἀρετᾷ
_____par les bras ou l’excellence des pieds
κρατήσαις
fort

τὰ μέγιστ´ ἀέθλων ἕλῃ
remporte les plus grands des prix
τόλμᾳ τε καὶ σθένει,
par la hardiesse et par la force

« Heureux et digne d’être célébré par les poètes est l’homme qui, grâce à ses bras ou à la valeur de ses jambes, remporte les plus grands prix de l’audace et de la force. »

Confrontons les deux textes :

PindareTyrtée
nous voyons qu’ils envisagent d’abord le fait de chanter (ou non) les louanges d’un individu dont une des caractéristique est commune aux deux (ποδῶν ἀρετή/ἀρετᾷ : l’excellence à la course) et où enfin il est fait référence à la force dans les deux cas (σθένει/βίην). Valérie Visa-Ondarçuhu parle de « contrepoint » et juge Pindare beaucoup plus révélateur de l’opinion des grecs que Tyrtée confronté à une situation de péril à Sparte et qui entend galvaniser ses troupes.

Puisqu’on est loin des Jeux olympiques modernes, pourquoi alors ce retour aux concours Olympiques à la fin du 19e siècle ? L’explication se trouve dans l’histoire de la naissance d’un état grec indépendant qui fit revivre à usage interne national le rite ancien. On imagina alors, avec l’aide d’historiens formés en Angleterre, que les jeux modernes étaient la continuation des concours anciens alors qu’aujourd’hui l’aspect national des victoires est prépondérant et que des règles précises existent pour chaque discipline, ce qui n’était pas le cas autrefois.

Naissance du sport moderne

Dans l’Angleterre du 19e siècle, une classe moyenne apparait qui s’appuie sur une réussite financière basée sur le commerce puis sur l’industrie. Elle se fait sur la base d’un rapprochement entre une bourgeoisie aisée et une noblesse qui ne met pas son salut dans son titre ou sa distinction (comme en France à la même époque) mais dans la finance.  Le creuset qui va homogénéiser cet ensemble assez disparate va être l’institution de la public school, qui n’a évidemment rien de public mais qui est réservée aux familles riches.

L’enseignement des public schools est basé sur l’éducation religieuse anglicane, sur l’apprentissage du latin et du grec et sur la pratique des sports collectifs. Si les langues anciennes forment la conscience de l’élève qu’il se situe dans une histoire millénaire (et la religion qu’il s’inscrit dans une histoire encore plus vaste), les sports collectifs lui font apprendre par son corps qu’il appartient à un groupe et que la soumission et la loyauté envers le groupe en sont les valeurs fondamentales.

La conquête de l’empire colonial britannique sera vue comme un terrain où les valeurs d’esprit de corps acquises sur les terrains de sport porteront leur fruit. Les britanniques ont d’ailleurs exporté avec succès leurs sports dans leurs colonies et le cricket par exemple est toujours très populaire en Inde et au Pakistan.

En Allemagne à la même époque la configuration sociale est différente : face à une aristocratie qui préserve jalousement son pouvoir dans la haute administration et l’armée, la bourgeoisie nouvelle se forge un pouvoir intellectuel par le biais des universités rénovées au début du 19e siècle. La philologie y joue un rôle fondamental car elle permet une histoire de la langue et son exaltation comme fondement de la culture, de la bildung diffusée dans les lycées classiques (Gymnasium) où, comme dans l’Antiquité, les exercices physiques ont toute leur place.

De ce fait la gymnastique va en Allemagne être un sport très prisé (c’est là que furent inventés les actuels agrès de la gymnastique moderne) tourné vers le développement et la formation de l’homme allemand (bilden = former façonner), en lien avec le romantisme de l’époque. Le thème de cet individu renouvelé sera évidemment récupéré par le nazisme et trouvera son paroxysme lors des JO de 1936.

Pour mieux comprendre l’arrivée du sport en France, suivons avec les auteurs l’histoire du Racing Club de France, fondé en 1882 et où dès 1885, la Ville de Paris accorde une concession au Bois de Boulogne : en 100 ans il accumule les médaille olympiques, les records, les victoires tant individuelles que collectives. La pratique sociale du Racing est très proche de celle des public schools britanniques : l’important est que le collectif l’emporte sur l’individuel ce qui explique que ce soit par le biais de la famille que fonctionne souvent le recrutement. La compétition est importante dans le sport pratiqué, mais gagner n’est pas un but qui justifie tous les moyens : si l’on gagne, cela manifeste simplement que l’on a parfaitement intégré tous les gestes efficaces et que l’on est resté maitre de la situation. On retrouve là les valeurs qui s’expriment ailleurs dans la réussite technique et industrielle. Évidemment, on ne fait pas du sport son métier car c’est d’abord une école de la vie : l’amateurisme y est fondamental et inspirera la charte des JO de Pierre de Coubertin.

Cependant l’esprit de compétition se développe et la démocratisation du sport va au 20e siècle rendre incompatible l’amateurisme avec la situation concrète des sportifs de haut niveau d’origine populaire. Le professionnalisme permet alors d’élargir la base sociale d’un sport.

On notera pour finir que le Racing Club de France est d’une certaine façon mort  en 2006 quand la Ville de Paris a repris la concession du Bois de Boulogne pour la confier à Arnaud Lagardère qui veut le transformer en profondeur en une entreprise financière.

  1. Jean-Michel Faure et Charles Suaud, La raison des sports, Raisons d’agir, 2015 []
  2. Paul Veyne, « Olympie dans l’antiquité », Esprit, 4, Avril 1987, p. 53-62 []
  3. Valérie Visa-Ondarçuhu, L’Image de l’athlète d’Homère à la fin du Ve siècle av. J.-C., Les Belles Lettres, 1999, p. 214 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *