Situation de l’orthographe

Si vous voulez déchainer les passions (et faire parler de vous sur la toile), parlez de « réforme de l’orthographe » : c’est l’option qui a été choisie par TF1 dans son journal de 13h du 29 janvier dernier [1]. L’occasion en était fournie par le fait que les éditeurs de livre scolaire s’étaient mis d’accord pour bien afficher le fait qu’ils appliquaient dans leur manuel les simplifications de l’orthographe, suivant en cela la pratique du ministère qui a mis en valeur cette pratique.

En effet, dès la deuxième page des Projets de programme diffusés en septembre dernier, il était fait mention que les textes qui allaient suivre appliquaient les rectifications de 1990. De même pour chaque cycle d’enseignement donc du CP à la 3e, il est dit que « L’enseignement de l’orthographe a pour référence les rectifications orthographiques publiées par le Journal officiel de la République française le 6 décembre 1990. » [2]. On comprend les éditeurs : ils mettent un logo pour bien indiquer qu’il n’y a pas de fautes d’orthographe dans leur texte mais que leur ouvrage est rédigé avec l’orthographe recommandée par le ministère de l’Éducation nationale.13hTF1Dans ce même journal de TF1, Jean-Rémi Girard, vice-président du SNALC [3] proteste et, sur le site de son syndicat, [4] développe ses arguments :
– appliquer rigoureusement les recommandations est difficile : par exemple dans la suppression ou le maintien des accents circonflexes (« il est sûr », on maintient ; « elle est sure », on ne maintient pas) ;
– les recommandations n’invalident pas l’orthographe classique et l’on aura rapidement une orthographe qui distingue et une autre qui n’a pas ce pouvoir. Ce sont ceux qui auront une orthographe traditionnelle qui gagneront dans le jeu social ;
– le plus utile dans l’immédiat est d’apprendre correctement à écrire, et nous en sommes loin.

Dans le JDD du 4 février [5] Michel Lussault, président du Conseil supérieur des programmes, proteste car depuis 2005 les programmes de l’enseignement du français font référence à l’enseignement de la nouvelle orthographe. De plus Michel Lussault accuse : il identifie comme étant à l’origine de la protestation les mêmes professeurs de Lettres classiques qui sont hostiles à la réforme du collège.

Cette accusation relève de l’attaque ad hominem car si les enseignants de LCA protestent, c’est d’abord contre les suppressions d’heures de leur discipline.

Enfin, dans le Figaro du 13 février, [6] Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuelle de l’Académie française, avance les arguments suivants :
– L’Académie est hostile à toute « Réforme » mais a accepté les recommandations de simplifications qui lui avaient été proposées en 1990,
– l’urgence aujourd’hui, ce ne sont pas les simplifications éventuelles de l’orthographe mais le fait que l’enseignement n’arrive plus à faire écrire correctement tous les élèves.

Voilà la situation : que faut-il en penser ? Avant de prendre parti (ce qui d’ailleurs se fait simplement par l’orthographe utilisée dans le présent billet), je voudrais replacer la situation actuelle dans une plus grande amplitude historique (en regardant l’histoire de l’orthographe du français) et en examinant de près la situation actuelle.

Bref panorama de l’écriture du français

Villehardoin débute ainsi le récit de la conquête de Constantinople par les croisés (1204) :
_____Sachiez que .M. et .C. et quatre vinz et .XVII. anz
_____Sachez que mille-cent-quatre-vingt-dix-sept ans

_____après l’incarnation Nostre Sengnor Jesu Crist,
_____après l’incarnation de Notre-Seigneur Jésus-Christ

_____al tens Innocent, apostoille de Rome et Phelippe, roy de France
_____au temps d’Innocent, pape de Rome, et de Philippe, roi de France

_____et Ricchart, roy d’Engleterre, ot un saint home en France,
_____et de Richard, roi d’Angleterre, il y eut en France un saint homme

_____qui ot nom Folques de Nuilli
_____qui avait nom Foulques de Neuilly

_____(cil Nuillis si est entre Ligni sor Marne e Paris)
_____(ce Neuilly [7] est entre Lagny-sur-Marne et Paris) [8]

A propos de ce texte, on voit bien que si l’orthographe y est toute différente de la nôtre, c’est aussi que la langue elle-même a évolué.

C’est moins le cas avec ce texte de Descartes de 1637 qui lui n’a pas besoin de sous-titrage.

Pour moy ie n’ay iamais presumé que mon esprit fust en rien plus parfait que ceux du commun : mesme i’ai souuent souhaité d’auoir la pensee aussy prompte, ou l’imagination aussy nette et disticnte, ou la memoire aussy ample, ou aussy presente, que quelques autres. [9]

Ce témoin de l’écriture du 17e siècle nous permet de repérer plusieurs modifications ayant eu lieu depuis dans la manière d’orthographier :
– une distinction est faite entre le i et le u voyelles et le i et le u consonnes qui feront écrire iamais en jamais et souuent en souvent. Cette distinction était inconnue de l’alphabet latin et il a fallu utiliser des variantes typographiques (le j et le v) pour en rendre compte.
– l’accent, utilisé seulement en fin de mot est étendu, le circonflexe remplace es dans mesme qui devient même.
– le y final de aussy devient le i de aussi.

Ces modifications ont été le fait de l’Académie française qui admis dans son dictionnaire le j et le v en 1694 [10], l’accent circonflexe en 1740 et 1762 [11]. Le y final a été remplacé par un simple i au cours du 17e siècle [12].

Quand il a fallu apprendre à écrire à tous les petits Français, les instituteurs du 19e siècle découvrirent que l’orthographe du français posait beaucoup de problèmes [13] et de nombreux projets de réforme de l’orthographe virent le jour [14].

Les simplifications de 1989

QueViveOrthographeLe dernier de ces projets date précisément de 1989 et a pour origine directe une dépêche de l’agence France-Presse du 28 novembre 1988 qui signalait que 90% des instituteurs souhaitaient une simplification de l’orthographe. Cela évidemment fit beaucoup de bruit mais il s’agissait d’une erreur : les 90% d’instituteurs en question étaient les répondants à une enquête de l’École libératrice (revue du SNI) sur l’orthographe. N’avaient répondu et n’étaient donc pris en compte que les instituteurs très motivés par cette question et donc a priori favorables à une réforme. Il ne s’agissait évidemment pas d’un échantillon représentatif de l’ensemble des instituteurs. Le débat de presse fut intense, dix linguistes lancèrent un appel dans le Monde du 7 février 1989 en faveur d’une modernisation de l’orthographe [15]. Un livre fut publié intitulé Que vive l’orthographe ! [16] avec une couverture provocatrice (voir ci-contre) et le premier ministre de l’époque, Michel Roccard demanda à une commission d’experts d’examiner la chose.

Le rapport présenté par Maurice Druon, secrétaire perpétuel de l’Académie française qui préside la commission est adopté par le Conseil supérieur de la langue française présidé par Michel Roccard lui-même. Ce rapport, présenté à l’Académie par son secrétaire perpétuel est adopté à l’unanimité le 3 mai 1990 et est publié au JO du 6 décembre 1990 [17]. Devant les remous soulevé par cette mesure, l’Académie dans sa séance du 17 janvier 1991 souhaita que les « simplifications et unifications soient soumises à l’épreuve du temps ».

La réaction de l’actuelle secrétaire perpétuelle, Hélène Carrère d’Encausse déclarant que l’Académie est hostile à toute « réforme » est cohérente avec ce qui s’est dit en 1990 car par « réforme » on entend une réforme profonde qui ferait correspondre le son et la lettre comme peut le faire un alphabet phonétique. L’Académie a simplement accepté des simplifications.

L’épreuve du temps : les dictionnaires

Vingt-cinq années se sont écoulées et il devient possible de se rendre compte de l’effet de l’épreuve du temps. Les modifications ont eu un impact sur les dictionnaires et tout d’abord sur le dictionnaire de l’Académie qui au fil des fascicules indique toujours des simplifications possibles. Si l’on regarde le dictionnaire en ligne de l’Académie, plusieurs cas sont possibles :

Soit l’ensemble de l’article est écrit en appliquant les simplifications (l’ancienne graphie est en rouge après la nouvelle)   ;

Evènementsoit le fait qu’il y eu une modification est indiqué par un signe graphique : en cliquant dessus on obtient la nouvelle graphie :

MaitreCette version en ligne du dictionnaire couvre tous les fascicules de l’édition 9 en cours, du début à « Renommer ».

En ce qui concerne les versions actuelles des dictionnaires usuels, les pratiques sont diverses et manifestent bien qu’il jouent un rôle fondamental dans l’acceptation ou le rejet des simplifications proposées : je traiterai cette question en détail dans mon prochain billet.

Les changements techniques

Ce qui a profondément changé depuis les années 1990, c’est le rapport à l’écrit des adultes. Depuis la généralisation des traitements de texte et du courrier électronique, les problèmes de l’orthographe ne sont plus du tout considérés de la même manière, ce qui a permis un recours à l’écrit sans comparaison avec la période précédente.

Les adultes au travail sont passés d’une culture orale à une culture écrite. Auparavant,  le téléphone jouait un rôle fondamental et l’écrit n’était utilisé soit que comme brouillon personnel (où aucun contrôle orthographique n’est effectué) ou comme document de travail, rapport, note dont le statut assez officiel entrainait un contrôle orthographique strict, mais difficile. Depuis, on envoie des messages sur la toile et ce qu’on rédige est surveillé par un correcteur orthographique, qu’il s’agisse d’un mail ou d’un complexe rapport de travail.

Le travail fait par les correcteurs orthographiques permet de se sortir de beaucoup de difficultés. Prenons quelques cas.

Occurrence, formé à partir du latin occurrere, formé lui-même à partir de ob (préposition : vers) et currere (courir) [18]. Le piège est double parce qu’en français, courir, qui vient du même mot latin a perdu son redoublement du r (qui ne subsiste que dans la chasse à courre). La réflexion étymologique devient bien aléatoire et les erreurs de redoublement étaient précisément doubles.

Prenons l’exemple de l’accent circonflexe supposé refléter l’étymologie. Soit, en suivant toujours Alain Rey (Dictionnaire hist.), le mot coût, issu du latin constare par l’intermédiaire du verbe coster et du substantif cust (on retrouve aisément cette origine dans le mot anglais cost) : ici l’accent circonflexe est bien une trace d’un s disparu. Mais prenons le mot coutume dont le lien avec l’accusatif de consuetudo (consuetudinem) ne doit pas sauter aux yeux d’un élève latiniste, mais dont on retrouve une version plus parlante en français (par le biais de l’italien) dans costume et en anglais dans custom. Dans ce cas, l’accent circonflexe est absent bien que le s disparu ait conduit à la présence d’un accent circonflexe jusqu’à au dictionnaire de l’Académie de 1762 [19].

Pourquoi le maintien dans un cas et la suppression dans l’autre, pourquoi soutenir (comparé à l’anglais témoin de l’ancien francais sustain, latin sustinere puis sustenire), pourquoi otage (ancien français et angl. hostage, latin hospitem), pourquoi soupir (latin suspirare) ? L’abandon de l’accent circonflexe dans un dérivé (bête/bétail latin bestia) ou son maintien (fût, affût du latin fustem) montre que l’orthographe est gouvernée par des lois traitant l’étymologie comme une matière de base, non comme une norme unique car, sur cette question de l’accent circonflexe, le souci de marquer le lien au passé latin et le souci de noter la prononciation coexistent comme l’a noté Bernard Cerquiglini [20]. Ici encore, le traitement de texte est le sauveur mais qu’en est-il alors de l’élève auquel on ne peut proposer de règles (ni simples ni complexes) pour s’y retrouver ?

L’enseignement

 La solution raisonnable est celle des simplifications quand l’accent circonflexe n’a pas de fonction autre que d’être l’accent du souvenir [21].

La maitresse et le maitre sont des personnages que l’enfant rencontre (graphiquement) dès l’école primaire. L’accent circonflexe sur le i n’étant pas motivé par la prononciation ou pour des raisons de distinctions orthographiques (comme sûr et sur), il est tout à fait possible de s’en passer ainsi que sur les nombreux mots comme naitre, connaitre, paraitre, maitriser, enchainer et déchainer, etc. Sans règle, le débutant se trouve dans une insécurité qui le conduira à croire que l’exactitude orthographique est un effet du hasard et qu’on doit parsemer son texte d’accents avec le geste auguste du semeur.

Dans un tout autre domaine, prenons le cas de l’enfant qui dans ses premières années d’école primaire apprend à écrire et à compter. Apprendre à écrire les nombres est fondamental pour la compréhension du processus. On écrit trente-quatre avec un tiret, mais cent trente-quatre sans tiret après le cent. La simplification proposée est de mettre des tirets partout, même autour du et de vingt-et-un. La règle simple est à la portée d’un enfant de CP. L’adulte lui n’en aura besoin que pour remplir ses chèques et les banques sont accommodantes sur ce point car, c’est un point important, la simplification s’accompagne d’une acceptation des différences de style orthographique.

Les niveaux d’écriture

On apprend aux élèves qu’il y a des niveaux de langage, qu’on ne s’exprime pas de la même façon en famille ou entre amis, qu’avec des personnes qui attendent de vous une expression claire et soutenue. Il en est de même pour les styles d’écriture : une lettre à un intime, un rapport professionnel, une lettre de motivation ne se rédigent pas dans le même style.

Ce qui est nouveau, c’est qu’il y a aussi maintenant des niveaux orthographiques différents. Un SMS admet l’orthographe phonétique, un mail des abréviations nombreuses, une lettre peut supposer que l’on se mette sur son trente-et-un linguistique.

Revenons au début de ce billet : dans sa mise en avant qu’il y aura désormais une orthographe qui distingue d’une autre qui ne le fait pas, Jean-Rémi Girard  a raison, mais il a tort d’y voir un motif de refus car tout distingue : la parole, l’habillement, la posture, l’écriture manuscrite et probablement l’orthographe. Mais l’enfant qui aura acquis de la sécurité orthographique en ne mettant pas d’accent circonflexe sur le u découvrira rapidement  qu’il est difficile d’écrire le mois d’aout sans accent. Ce n’est pas que la plupart des adultes tienne à la référence à Auguste, mais c’est simplement que la mémoire visuelle est forte : certains y voient de l’esthétique et dans ce domaine, on ne discute pas [22].

Les simplifications actuelles qui donnent un espace de liberté à l’orthographe sont infiniment précieuse de ce fait : les correcteurs orthographiques nous libèrent des nombreuses incohérences de l’orthographe et de ce fait une réforme profonde est moins nécessaire [23]. Dans mon prochain billet, je montrerai, à propos de l’état des dictionnaires usuels, comment l’orthographe évolue aujourd’hui.

Annexe technique

En ce qui concerne les correcteurs automatiques,  Word 2010 propose un  choix. Si dans “fichiers” on prend “options” puis “vérification”, on découvre dans “modes français” de correction automatique un menu déroulant où  trois options sont proposées :
– orthographe traditionnelle
– orthographe rectifiée
– orthographe traditionnelle et rectifiée
C’est cette dernière option qu’il faut utiliser car, conformément à la pratique définie par l’Académie, elle accepte les deux graphies : on peut y écrire nénufar aussi bien que nénuphar.

  1. TF1 En ligne []
  2. Dans le programme définitif, Bulletin officiel spécial n° 11 du 26 novembre 2015 p. 23 pour le cycle 2, p. 115 pour le cycle 3, p. 238 pour le cycle 4. On notera que l’annonce initiale sur l’utilisation dans le texte de l’orthographe rectifiée, qui était en page 2 dans le projet, se trouve reportée à la fin dans le BO définitif, en 3e de couverture, ce qui pose un problème pour la mention « les textes qui suivent ». []
  3. Syndicat national des lycées et collèges []
  4. SNALC En ligne []
  5. JDD En ligne []
  6. En ligne []
  7. aujourd’hui Neuilly-sur-Marne : dès l’époque de Villehardouin, il ne faut pas confondre Neuilly-sur-Marne et Neuilly-sur Seine []
  8. Texte et traduction de Edmond Faral, dans la collection Guillaume, Budé, 1972, p.3-4 []
  9. Edition du Discours de la méthode du Corpus des œuvres de philosophie en langue française, Fayard, 1986, p. 8 []
  10. Nina Catach, Les délires de l’orthographe, Plon, 1989, pp. 148-149, 273 []
  11. Nina Catch (dir.), Dictionnaire historique de l’orthographe française, p.1129-1133 []
  12. Nina Catach, L’orthographe française, Nathan, 1980, p. 83, mais est resté dans beaucoup de nom propres, comme Neuilly précisément []
  13. André Chervel, Histoire de la grammaire scolaire dont le sous-titre est « …et il fallut apprendre à écrire à tous les petits Français », Payot, 1977 []
  14. André Chervel, L’orthographe en crise à l’école, dont le sous-titre est « et si l’histoire montrait le chemin », Retz, 2008 []
  15. Nina Catach, Bernard Cerquiglini, Jean-Claude Chevalier, Pierre Encrevé, Maurice Gross, Claude Hagège, Robert Martin, Michel Masson, Jean-Claude Milner, Bernard Quémada []
  16. Jacques Leconte, Philippe Cibois, Que vive l’orthographe ! Seuil, 1989. Jacques Leconte, ancien instituteur présentait un projet assez ample concernant les redoublements et les lettres grecques. Je représentai personnellement la position de la commission « réforme » d’une association réformatrice animée par Nina Catach. Michel Masson, linguiste avait fait une préface et Jean-Claude Barbarant, secrétaire général du SNI-PEGC en avait fait une post-face très en faveur d’une réforme []
  17. JO En ligne []
  18. Cf. Alain Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Dictionnaires Le Robert, 1993 []
  19. Nina Catach (dir.), Dictionnaire historique de l’orthographe française,  Larousse, 1994 []
  20. Bernard Cerquiglini, L’accent du souvenir, Éditions de Minuit, 1995 []
  21. comme l’appelle Bernard Cerquiglini, à la suite de Ferdinand Brunot, ce dernier étant d’ailleurs persuadé qu’il fallait réformer l’orthographe []
  22. des couleurs en tout cas, pour ce qui est des gouts, cela relance la discussion []
  23. j’ai utilisé dans ce billet des textes que j’avais élaborés dans divers écrits déjà cités ou dans le billet de ce carnet de recherche consacré à Latin et étymologie []

10 réflexions sur « Situation de l’orthographe »

  1. Une coquille (d’accent!) dans le 2e paragraphe de « L’enseignement »: « L’accent circonflexe sur le i n’étant pas motivé par la prononciation ou pour des raisons de distinctions orthographiques ».
    A vrai dire, peu me chaut cette simplification, tant que mes élèves arrivent à ne plus confondre infinitif et participe passé. On est vraiment sur du détail. Mais je ne suis pas d’accord pour dire que l’accent circonflexe est purement graphique dans « maître/maitre », puisqu’il y a allongement du phonème [ε] en [ε:]. En revanche, ce n’est pas le cas dans « maitresse ». Enfin, à mon sens et dans ma manière de parler. Mais il est vrai que les linguistes s’accordent à dire qu’il n’y a ni voyelles longues ni géminées en français, ce que je trouve un peu… simpliste!

    1. Merci de la remarque, c’est corrigé : vous êtes plus efficace qu’un correcteur orthographique !
      Pour ce qui concerne la non-distinction entre infinitif et participe passé, elle relève de l’absence de vigilance orthographique davantage que de l’ignorance. Sur la question de l’allongement du phonème cité, n’est-ce pas un simple effet d’accent tonique déplacé ? Mais je ne suis pas compétent dans ce domaine.

  2. Les oppositions entre voyelles brèves et longues tendent effectivement à disparaître en français contemporain, mais la réalisation de la quantité dépend en grande partie de la position : en général, les voyelles tendent à être plus réalisées plus longues en syllabe fermée (CVC) qu’en syllabe ouverte (CV) : cf. rase et ra.ser, pale et pa.lir, mais ce n’est pas une règle (cf. mettre et me.ttait). Et de toute façon, cette différence de réalisation, qui varie d’un individu à un autre, n’est – généralement – pas reflétée dans la graphie.

    Entre parenthèses, je n’ai pas de scrupules à écrire ci-dessus pale sans circonflexe, puisqu’en vertu de l’article 32 de l’arrêté Haby du 28 décembre 1976, nul enseignant n’a le droit de me compter une faute pour cela. Depuis 1976 ! Presque un demi-siècle !

    Concernant les polémiques actuelles sur l’orthographe, il est frappant – et affligeant – de constater qu’aucun des opposants aux rectifications de 1990 ne juge utile de se pencher concrètement sur le détail des mesures en question.

    1. Merci de vos précisions de linguiste.

      Vous parlez de la réforme Haby et de son échec. Elle s’explique assez facilement car elle n’a pas pris en compte le rôle fondamental de l’Académie française qui seule peut avaliser une réforme. En 1990, il y a eu une alliance entre le pouvoir politique (Michel Rocard), l’Académie (Maurice Druon), les linguistes (Nina Catach, Bernard Cerquiglini, Claude Hagège et quelques autres) et même la presse puisque Bernard Pivot a été membre de la commission de réforme. L’accord général a achoppé sur le circonflexe.

      Quant aux opposants ils sont heureusement dépassés par les évènements comme je vais le montrer dans mon prochain billet en montrant comment les dictionnaires vont à la fois critiquer (Le Robert) ou accepter (Larousse) la réforme mais en se l’appropriant : ils refusent d’obtempérer à une injonction administrative mais prennent progressivement acte de modifications qu’ils acceptent (comme évènement) où qu’ils refusent (comme apriori). Ils sont l’expression de niveaux d’orthographe comme il y a des nivaux de langue, plus puristes (Le Robert) ou plus facilitateurs (Larousse).

  3. Je donne ici mon point de vue d’enseignante et de chercheuse (je viens de soutenir ma thèse sur la place et rôle des langues et cultures de l’Antiquité dans l’enseignement du français à l’école primaire) :
    Comme vous le savez, dans le cas de « maître », l’accent circonflexe marque un ancien s (>maistre>magister). Je pense qu’il est regrettable de se priver de cette référence au passé pour plusieurs raisons. Elle n’est pas un encombrement inutile pour la mémoire, au contraire. Elle met au jour une cohérence au sein de la langue et permet une approche raisonnée de celle-ci. En effet, la présence de l’accent circonflexe permet le rétablissement du s, ce qui donne la possibilité de faire un lien morphologique et sémantique avec les mots issus du même étymon latin : « magistral », « magistralement », « magistrat ». De plus, cela permet des rapprochements avec d’autres langues : « master » en anglais, « der Meister » en allemand, « il maestro » en italien, « mistrz » en polonais… De même pour le mot « coûter ». Là aussi l’accent circonflexe permet de maintenir un lien avec les autres langues : « cost » en anglais, « kosten » en allemand, « costar » en espagnol, « costare » en italien, « kosztować » en polonais. Même chose pour « île » : on peut en premier lieu rapprocher le terme d’ « insulaire », d’ « isoler », de « péninsule ». En anglais, on dit : « Island », en allemand : « Insel », en italien : « isola ». L’île se dit « wyspa » en polonais, mais il y a le terme « izolować », qui signifie « isoler ». Même chose pour « goûter » et « gustatif », « déguster », etc. On pourrait multiplier les exemples. À l’heure de l’Europe, il serait particulièrement dommage de négliger de tels liens. Ceux-ci ne sont pas à minorer dans la constitution de l’identité européenne. Ainsi, renoncer à l’accent circonflexe consiste à estomper, voire effacer, le lien avec le patrimoine antique, et par conséquent avec les autres langues européennes, elles aussi pétries de références à l’héritage gréco-romain.
    Enfin, les difficultés liées à la maîtrise de la langue française ne sont-elle pas justement une conséquence du recul des langues anciennes dans notre système éducatif ? Sans l’éclairage de celles-ci, il semble difficile de s’approprier pleinement la langue française. Rappelons ce que disait Alfred Croiset (un helléniste, doyen de la Sorbonne de 1898 à 1919) : « il est très difficile, sinon impossible d’enseigner le français sans autre instrument que le français lui-même ».

    1. Vous soulignez le fait que le circonflexe rappelle un s disparu dans maitre, cout ou ile, mais comme je l’indiquai dans mon texte, il existe d’autres cas ou ce s a disparu sans laisser de traces comme dans coutume, otage, soutenir. Pourquoi bétail alors que bête a le circonflexe ?

      Il n’y a pas de règle pour expliquer cette diversité, sinon les vicissitudes de l’histoire : on peut en affranchir le débutant. Si adulte, il veut utiliser des graphies plus complexes, il le peut : c’est l’avantage de la situation actuelle.

      La comparaison avec des langues romanes (et la partie latine de l’anglais) est une piste très intéressante. Paul Teyssier, dans son ouvrage Comprendre les langues romanes, Chanteigne, 2004 en a fait une méthode pour apprendre plusieurs langues (mais pas le latin).

      Vous estimez que seule la connaissance du latin permet de « s’approprier pleinement la langue française ». Il est exact que les professeurs de français qui doivent s’approprier pleinement la langue devraient recevoir une formation de latin comme ils ont une formation d’ancien français, mais on ne demande pas aux élèves cette plénitude d’apprentissage. Depuis la réforme de 1902 qui a créé l’enseignement « moderne », on sait qu’il peut y avoir de l’excellence en français, sans le latin.

      Les références au passé qu’il est indispensable de donner aux élèves sont nombreuses : elles passent par l’histoire, l’art, la musique, la littérature au collège, puis au lycée également par les sciences et la philosophie. Un des aspects intéressant de la présente réforme et de proposer précisément que des enseignants travaillent ensemble : l’académie de Versailles vient de proposer plusieurs projets qui vont dans ce sens, comme par exemple étudier le texte latin de la tapisserie de Bayeux dans son contexte historique.

      Votre thèse sera lue attentivement dès qu’elle sera publiée mais si l’antiquité est appréciée au niveau de l’école primaire, c’est au même titre que la préhistoire, le Moyen Âge, les contes et légendes classiques qui structurent l’imaginaire enfantin, ainsi que tout récit ayant une valeur littéraire.

  4. Bonsoir Philippe,
    merci pour cet article. Mais les critiques, notamment adressées par Ida, me semblent tout de même intéressantes à relever. A simplifier, ne se passe-t-on pas d’un levier pour véritablement faire apprendre l’orthographe, en montrant aussi ses incohérences dues aux différentes strates historiques, un peu comme dans le livre dont nous avions parlé récemment, Les étymologies surprises, de René Garrus dans l’intéressante collection « Le français retrouvé ».
    J’ai écrit un petit texte sur le sujet: http://meditationesantiquitatibus.blogspot.fr/2016/02/quest-ce-qui-se-cache-derriere-le.html

    VB

    1. Vincent, l’apprentissage de l’orthographe concerne tous les enfants et se fait fondamentalement à l’école élémentaire, donc sans latin. Mais la difficulté réside dans le fait que le passage du latin au français est complexe, sauf quand le mot a été créé récemment.

      Prenons un exemple, le lien entre fragile et le latin fragilis est évident car ce mot a été créé au 14e siècle mais ce qui l’est moins, et qui sera bien difficile à faire passer, est que frêle vient aussi de fragilis, g+i prononcé progressivement [j] (comme dans fillette), puis noté i, puis associé au a pour donner fraile, puis fresle et frêle. Le s évoqué par l’accent circonflexe ne fait pas référence au latin mais à un état antérieur de l’écriture.

      Ces évolutions historiques sont des questions techniques complexes qui ne relèvent pas du secondaire. Le « levier » que tu évoques est d’un emploi délicat et il vaut mieux prendre le principe simple qu’un accent est d’abord fait pour noter un son : c’est au primaire que l’on apprend d’abord l’orthographe même s’il y a des exceptions auxquelles on n’échappera pas (sûr/sur).

      1. Avant d’écrire ma réponse spontanée j’ai pris le temps de lire celle que vous fait Ida I. Il se trouve que je n’ai pas la compétence de cette personne et que mon propos sera plutôt un témoignage – j’ai tout de même une longue expérience littéraire à travers l’enseignement (français et histoire) puis les métiers du patrimoine. Pourtant la réponse que je préparais colle à la sienne : elle exprime exactement mon expérience. J’ai réagi fortement à la lecture de l’exemple que vous donnez du mot frêle : mon expérience est telle que je n’avais jamais eu l’occasion de faire les recherches permettant d’analyser le lien entre frêle et fragile comme vous le faites mais que je sentais parfaitement ce lien. N’ayant pas vécu le parcours de Ida I., c’est seulement une culture générale et la présence du tréma qui me permettaient d’accéder aux richesses historiques et sémantiques contenues dans ce lien comme dans bien d’autres au fil des jours. Et combien je frémis à l’idée que j’aurais pu ne pas vivre ces richesses, et je remercie ceux qui m’ont transmis cette culture ! Et combien j’ai pitié de tous ceux qui en sont et en seront privés ! Car c’est bien l’apprentissage des bases du français en primaire et secondaire, avec orthographe, grammaire, latin et étude de textes, qui apporte cette culture dont les richesses se déploieront tout au long de la vie.
        C’est donc être très élitiste que de refuser aux jeunes cette culture. Élitiste non dans le bon sens du terme signifiant favoriser l’émergence d’une élite, mais dans le mauvais sens du terme (justement décrié) signifiant réserver à un très petit nombre de personnes les richesses dans un domaine ou un autre.
        Je remercie Mme Ida I. d’avoir aussi parfaitement exprimé ma pensée et ainsi partagé les richesses acquises (c’est la preuve qu’une élite est nécessaire !).
        C’était mon premier passage sur « la question du latin », mais pas le dernier !

        1. Merci de votre témoignage. Comme apparemment ma réponse à Ida I n’a pas été convaincante, je ne reprendrai pas le même raisonnement. Mais je vais pousser le principe du lien entre latin et français jusqu’à l’absurde. Pourquoi faut-il écrire honneur avec deux n et honorable avec un seul alors que le terme latin honor n’en a qu’un. Ce phénomène est fréquent : comparez homme et homo, pomme et pomus, femme et femina. La seule connaissance du latin induirait en erreur.
          Par ailleurs l’orthographe a évolué : je prends un texte de Corneille dans sa préface « au lecteur » de l’édition de son théâtre, dans l’orthographe d’origine (1682) :
          L’usage de nostre Langue est à present si épandu par toute l’Europe, principalement vers le Nord, qu’on y voit peu d’Estats où elle ne soit connuë.
          Différences dans les accents et disparition du s. Nostre et estat ont été réformés en 1718 (Dict. Hist. de la Langue Fr., dir. N.Catach). Si on les avait gardés, on pourrait rapprocher état en français de stable, statutaire, et, pour nos voisins européens de state (angl.), stato (it.), estado (esp., port.), staat (néerl.), stand (all.). Pourquoi s’être privé de toute cette richesse de comparaison linguistique ? La réponse est simple, c’est que l’orthographe n’est pas un musée d’histoire mais un système de notation des sons.
          Avant Corneille, les éditeurs ne différenciaient pas les i et les u consonnes d’avec les i et les u voyelles. Corneille, dans sa préface citée, demandait à son imprimeur d’écrire j’ay à la place de i’ay, aventure et non auenture. Cette modification fut acceptée par l’Académie en 1694 à son initiative.
          Ce n’est pas être élitiste (au sens péjoratif où vous l’employez) de demander des simplifications, une rationalisation de l’orthographe. Même un manuel de CP aussi « culturel » que Je lis, j’écris (Les lettre bleues) ne présente jamais le mot ile car il ne veut pas s’affronter à l’éventuel accent circonflexe. Depuis plusieurs années, les enfants du primaire peuvent écrire maitresse en comprenant ce qu’ils écrivent. Ils gagnent en sureté orthographique ce qu’ils perdent peut-être en données étymologiques, mais l’orthographe, c’est fait pour écrire efficacement, non pour faire de l’étymologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *