Rectifications : l’épreuve du temps

Les rectifications de l’orthographe proposées il y a 25 ans sont-elles restées lettre-morte ? Pour répondre à cette question, la liste des rectifications proposées (JO du 6 décembre 1990) permet de repèrer quelles sont les graphies qui ont été acceptées dans les dictionnaires et les livres (et éventuellement dans l’écriture privée).

La liste comprend 277 termes mais ne prend pas en compte l’effet de la règle générale de supprimer l’accent circonflexe sur le i et sur le u sauf en cas d’ambigüité. Afin de prendre en compte ce vocabulaire, j’ai ajouté à la liste les mots les plus fréquents [1] comme aout, maitre, ile, cout, gout, chaine, paraitre, boite, naitre, diner et 17 autres. Dans des familles de mots, j’ai gardé le terme le plus fréquent et éliminé les autres (dans la famille : règlementaire, règlementairement, règlementation et règlementer, je n’ai gardé que le plus fréquent, règlementation). D’autre part j’ai éliminé les mots qui n’étaient pas présents dans l’un des trois dictionnaires consultés, ou trop rares, afin d’arriver à une liste de 200 mots.

Les dictionnaires

On utilisera donc l’avis des lexicographes, tout d’abord par la manière dont ils prennent en compte ou non les rectifications, mais aussi pour Le Robert, par leur avis direct : dans un ouvrage La réforme de l’orthographe au banc d’essai du Robert, Josette Rey-Debove et Béatrice Le Beau-Bensa présentent en 1991 le dossier complet avec le texte du JO mais aussi une évaluation. Chaque orthographe rectifiée est suivie d’une marque indiquant un avis favorable, réservé ou défavorable.

Trois dictionnaires récents et de grande diffusion ont été utilisés, donnés ici  par ordre de nombre de définitions :
Dictionnaire Larousse Maxipoche 2016 qui affiche 75 000 définitions.
Le Robert Poche plus 2016 : 73 000 définitions et noms propres.
Dictionnaire Hachette Poche (non daté, DL 2012) : 50 000 mots.

Quatre cas de figures sont envisagés pour chacun des 200 mots : ces quatre situations vont de la plus favorable à la rectification à la moins favorable. Prenons à titre d’exemples des anglicismes [2] :

1- la graphie rectifiée est la seule qui soit présentée

médiaCette prise en compte totale de la rectification est présente de la manière suivante : Larousse : 13% ; Le Robert : 17% ; Hachette : 21,5%.

2 – la graphie rectifiée est en tête mais la graphie ancienne est présentée comme une variante. Soit sénior et senior pour Le Robert :

séniorLarousse : 7% ; Le Robert : 3,5% ; Hachette : 18,5%;

3 – situation inverse : la graphie ancienne est en tête mais la graphie rectifiée est présentée comme une variante.

pipelineAlors que Le Robert et Larousse, quand il y a une variante, la présentent immédiatement après le mot vedette, Hachette met toujours la variante à la fin.

hotdogCette disposition est systématique, comme l’est le fait d’accepter pratiquement toutes les recommandations.

Larousse : 6,5% ; Le Robert : 6,5% ; Hachette : 57%

4 – absence totale de prise en compte

Larousse : 73,5% ; Le Robert : 73% ; Hachette : 3%

Comparons les scores des quatre cas pour les trois dictionnaires :
TroisDict2

Sur les deux premiers profils, il y a peu de différences bien que Hachette soit plus favorable à l’acceptation complète des rectifications que Le Robert , lui-même plus favorable que Larousse.

L’opposition entre Hachette d’une part et Le Robert et Larousse d’autre part porte sur le traitement des variantes : Hachette accepte les graphies rectifiées en premier dans presque  la moitié des cas et ne les rejette complètement que dans 3% des cas.

On peut également comparer les avis proposés par Le Robert (dans la brochure citée) avec ses choix. Les avis favorables sont nombreux (58% des cas), mais ils sont peu suivis d’effet car sur 115 avis favorables, seuls 27% sont pris totalement en compte, 16% le sont partiellement et 57% sont complétement ignorés. Quant aux 77 avis « réservés » ils sont pour 97% sans rectifications ni variantes. Il n’y a pratiquement pas d’avis défavorables.

On voit ainsi que les pratiques des lexicographes sont diverses et nous les prendrons en compte pour classer les 200 rectifications par degré d’acceptation, mais nous prendrons également en compte une autre source : celle des livres édités.

Les livres

Les graphies que l’on rencontre dans les livres ne sont pas celles des auteurs [3] mais celles des correcteurs. On étudiera donc, pour chacun des 200 mots, le rapport entre les graphies rectifiées et les graphies anciennes.

Un instrument disponible pour des livres français qui ont été enregistrés massivement par Google Books est le programme d’analyse Ngram Viewer [4] qui permet de rechercher la fréquence d’un mot et ses variantes graphiques année par année. On prendra dans la suite les fréquences de l’année disponible la plus récente, 2008.

Reprenons l’exemple du mot média accepté totalement comme rectifié par les trois dictionnaires :

NgramMédiaCliquer sur l’image pour l’agrandir

Le mot commence à être fréquemment utilisé à partir des années 1960 avec les deux graphies, mais la graphie francisée s’impose depuis la date des rectifications. Comme l’indique l’axe vertical, c’est l’évolution de la fréquence, pourcentage de l’occurrence du mot par rapport à l’ensemble du vocabulaire, qui est visualisée.

Des détails sont disponibles pour une année donnée en déplaçant le curseur sur une des courbes :

NgramMédiaFreqLa fréquence en pourcentage est donnée avec dix décimales. Cette précision est nécessaire sachant que le mot le plus fréquent du français, qui est le mot outil « de », n’a une fréquence que de 4,3% (d’ailleurs sans évolution notable depuis un siècle).

Les occurrences des deux graphies (média/media) représentent la somme des deux fréquences affichées soit 0,000 879 679 6%. Pour établir une gamme de fréquences, il faut la situer entre le mot le plus fréquent de la liste (août/aout) qui est exprimé par un nombre à neuf chiffres et le mot le moins fréquent (boute-en-train/boutentrain) qui utilise un nombre à quatre chiffres. On définira conventionnellement 5 catégories et leur codage :
fréquence très forte (++) : nombre à 8 ou 9 chiffres (8,5% des 200 mots) ;
fréquence forte (+) : nombre de 7 chiffres (18,5%) ;
fréquence moyenne (=) : nombre de 6 chiffres mais supérieur à 360 000 (24,0%) ;
fréquence faible (-) : nombre de 6 chiffres mais inférieur à 360 000 (27,5%) ;
fréquence très faible (–) : nombre de 4 ou 5 chiffres (21,5%).

L’utilisation de ce programme Ngram de Google est très instructive et a permis par exemple l’étude historique de vocabulaires spécifiques comme celui de la démographie [5]. Appliquée aux 200 mots, elle fait apparaitre quelques curiosités comme les mots « militaires », c’est-à-dire ceux qui présentent des pics de fréquence au moment des deux guerres comme revolver, mais aussi branle-bas et couvre-pieds [6]. On verra aussi que médias au pluriel a la même destinée que média au singulier (décollage de la graphie rectifiée après 1990), mais à une échelle de fréquence beaucoup plus forte. La visualisation de cette incidence directe de la date des rectifications est rare  (affut peut-être).

Pour pouvoir faire des comparaisons, il faut également définir des seuils de substitution d’une graphie par rapport à l’autre. Dans le cas présent, si l’on regarde les deux premiers chiffres significatifs « 59 » pour média (avec accent) et « 28 » pour media (sans accent), on peut dire que la graphie rectifiée est à peu près deux fois plus fréquente que l’autre. Exactement 5945650 / 2851146 = 2,1.

Le mot le plus « rectifié » est complètement [7] avec un rapport proche de 1000 contre 1 (exactement 850,2). Le moins « rectifié » (quand la graphie nouvelle est attestée, ce qui n’est pas toujours le cas) est ambigüité dans le rapport est inverse, de 1 contre 1000 (exactement 0,0011).

À des fins de comparaison, on définira les catégories suivantes :
graphie rectifiées dominante : les graphies rectifiées sont au moins deux fois plus nombreuses que les graphies anciennes (17,0% des cas) ;
équivalence approximative entre les deux types de graphies : rapport compris entre 2 et son inverse (8,5%) ;
peu de graphies rectifiées : les graphies anciennes sont de 2 à 10 fois plus nombreuses que les graphies rectifiées (21,0%) ;
très peu de graphies rectifiées : les graphies anciennes sont plus de 10 fois plus nombreuses que les rectifiées (45,5%) ;
mots sans aucune occurrence d’une graphie rectifiée (8,0%).

Classement des 200 rectifications

Pour pouvoir construire des classes à peu près homogènes, on construira un indice d’acceptation des rectifications basé sur les acceptations des lexicographes et des éditeurs.

– Dictionnaires : à chaque mot, et pour chaque dictionnaire, est donné un score ayant les valeurs suivantes : 0 (rectification ignorée) ; 1 (rectification seulement comme variante) ; 2 (rectification en tête, ancienne graphie comme variante) et 3 (rectification seule). On additionne le score de chacun des dictionnaires qui peut donc pour chaque mot aller de 0 à 9.

– Éditeurs : on additionne à ce score : 0 (aucune graphie rectifiée) ; 1 (très peu de graphies rectifiées) ; 2 (peu de graphies rectifiées), 3 (autant de graphies rectifiées qu’anciennes) ; 4 (davantage de graphies rectifiées)

Le score final varie de 1 à 13 [8], ce qui va nous permettre de présenter les rectifications d’une manière ordonnée et fine. On peut envisager de répartir les mots en trois groupes, ceux à haut niveau de l’indice d’acceptation (score de 13 à 7) qui représente 23,5% des 200 mots, un groupe moyen (score de 6 à 3)  36,5%, et un groupe à faible niveau (score 2 et 1) : 40%.

Indice élevé d’acceptation

Prenons en premier lieu les 47 rectifications de score 7 à 13 : le mot à plus forte fréquence de ce groupe (++) est complètement. Comme nous l’avons vu plus haut, il s’agit d’une rectification acquise depuis plus d’un siècle et peut-être mise dans la liste pour rassurer les lecteurs. Elle appartient au groupe des accents modifiés qui sont facilement accepté (par ordre de fréquence décroissante : complètement (++), allègrement (+), allègement (+) assèchement (=), abrègement (–)). Ce n’est pas le cas de tous les mots de ce groupe car évènement (++) par exemple n’y figure pas.

Les accents modifiés ou ajoutés sont majoritaires, on y trouve :
– des mots latins qui ont été pourvus d’un accent : référendum (++), mémorandum (+), média (+), critérium (=), mémento (=), duodénum (=), vélum (-), linoléum (-), spéculum (-), jéjunum (-).
– des mots d’origine italienne ou autres qui ont été pourvus d’un accent : imprésario (=), allégro (-), chéchia (-), cicérone (-), trémolo (-), séquoia (–), kakémono (–).
– mots composés d’un nom et d’un adjectif qui sont soudés : téléfilm (=), millepertuis (-) [9], millefeuille (-)
– mots d’origine étrangère soudés : pipeline (=), handball (-), motocross (–)
– mots (toujours assez rares) composés d’un verbe et d’un nom : croquemitaine (-), faitout (–), tournedos (–), tapecul (–), portemine (–).
– anomalies (plutôt rares également sauf pagaille) : pagaille (=), guilde (-), innommé (-), sottie (-), homéopathe (-), bizut (–), sconse (–)
– une onomatopée : blabla (=) [10].
– des accents ajoutés depuis longtemps : démiurge (+), sénescence (=), réfréner (=), asséner (=), gélinotte (–), bésicles (–) [11].

Dans ce premier groupe, on rencontre beaucoup de rectifications d’accents ou de soudures de mots composés qui sont déjà entrés dans les habitudes. On peut dire que pour ce premier quart des 200 mots, les rectifications sont déjà acceptées et entrées dans la pratique courante.

Indice moyen d’acceptation

On retrouve les mêmes catégories que dans le groupe précédent :

– accents modifiés : affèterie (–), cèleri (-), empiètement (=), évènement (++), règlementation (++), sècheresse (+), vènerie (-).
– mots latins qui ont été pourvus d’un accent : véto (+), placébo (+), artéfact (+), sénior (+), facsimilé (=), désidérata (=), délirium trémens (-).
– mots d’origines diverses qui ont été pourvus d’un accent : révolver (+), diésel (+), pérestroïka (=), péso (=), pédigrée (=), braséro (-), condottière (-), piéta (-), décrescendo (-), édelweiss (–).
– mots composés d’un nom et d’un adjectif qui ont été soudés : lieudit (+), hautparleur (=), chauvesouris (=), saufconduit (=), potpourri (-), autostop (-), platebande (-), arcboutant (–).
– mots d’origine étrangère (essentiellement latine ou anglo-saxonne) soudés : apriori (++), statuquo (–), baseball (=), basketball (=), cowboy (=), volleyball (-), fairplay (-), striptease (-), blackout (-), harakiri (–), bluejean (–).
– mots (souvent assez rares) composés d’un verbe et d’un nom : passepartout (=), croquemort (-), tirebouchon (-), poussepousse (-), mangetout (–), chaussetrappe (–), risquetout (–), croquemonsieur (–), crochepied (–), porteclé (–), brisetout (–).
– anomalies : assoir (+), dissout (+), absout (=), appâts (=), combattif (=), nénufar (-), ventail (-), déciller (-), tocade (–), levreau (–).
– onomatopées : tamtam (=), tohubohu (-), traintrain (-), mélimélo (-), bouiboui (–)
– accents ajoutés : recéler (=), sénestre (-)
– circonflexe : c’est la première apparition d’une suppression de l’accent circonflexe mais elle ne concerne que le mot mout (=).

On trouve dans ce deuxième groupe les mots qui divisent l’opinion (comme nénufar/nénuphar bien qu’il soit de faible fréquence). Par contre évènement est le mot emblématique des partisans des rectifications : il est à très forte fréquence, il s’agit d’une correction d’un oubli, il a tout ce qu’il faut pour être accepté et pourtant il ne l’est que moyennement.

 Indice faible d’acceptation

Le rejet des rectifications concerne surtout les suppressions d’accents circonflexes sur le i et sur le u : il s’agit de mots très fréquents pour beaucoup : aout (++), maitre (++), ile (++), cout (++), gout (++), chaine (++), paraitre (++), boite (++), naitre (++), diner (++), abime (+), voute (+), croitre (+), bruler (+), fraiche (+), traitre (+), trainer (+), flute (+), épitre (+), affut (+), cloitre (+), gite (+), piqure (+), murir (+), huitre (=), jeuner (=). Il en est de même pour le déplacement (ou la création pour gageüre) du tréma : ambigüité (++), aigüe (+), gageüre (+), contigüité (+), exigüité (=), argüer (=), exigüe (=), cigüe (-).

On retrouve aussi les mêmes catégories que dans le groupe précédent :

– anomalies : relai (++), charriot (+), ognon (+), sorgo (+), bonhommie (=), exéma (=), imbécilité (=), cahutte (-), douçâtre (-), boursoufflure (-), persiffleur (–), saccarine (–).
– accents modifiés : crèmerie (-), sènevé (–), crèneler (–).
– mots latins soudés : exvoto (=), exlibris (-), vadémécum (–).
– mots d’origine espagnole ou latine qui ont été pourvus d’un accent : sombréro (–), péséta (–), satisfécit (-).
– mots composés d’un nom et d’un adjectif qui ont été soudés : quotepart (=), bassecour (=), terreplein (=), branlebas (-), prudhomme (-), millepatte (-).
– mots d’origine étrangère (essentiellement anglo-saxonne) soudés : weekend (+), lockout (-), globetrotteur (–), sidecar (–), hotdog (–), ossobuco (–).
– mots composés d’un verbe et d’un nom : piquenique (=), portemonnaie (=), portevoix (=), passepasse (=), fourretout (=), arrachepied (d’) (-), vanupied (-), clochepied (à) (-), couvrepied (–), tirefond (–), boutentrain (–).
– onomatopées :  pêlemêle (+), pingpong (-).

Comprendre la situation

Pour certaines catégories de mots, on peut comprendre d’’où viennent les réticences, par exemple dans le cas des mots composés. Des unifications comme clochepied, couvrepied ou millepatte ont déclenché des protestations puisque la marque du pluriel devrait être présente du fait du sens. Les unifications qui ont été acceptées sont celles où cette difficulté n’existait pas  comme pour croquemonsieur.

Cependant, cette fois pour l’ensemble des mots, il semble que le fait qu’un mot soit fréquent (++ ou +) ou non (=, -, –) ait une influence sur le rejet ou l’acceptation :

– anglicismes : weekend (+), n’est pas accepté alors que pipeline (=) ou motocross (–) le sont parfaitement.
– il en est de même pour les anomalies : dans les substantifs, relai (++), charriot (+) et ognon (+) ne sont pas acceptés alors que pagaille (=), guilde (-) ou bizut (–) le sont parfaitement
– circonflexes : le phénomène de rejet est massif et il s’agit de mots de fréquences fortes ou très fortes (sauf huitre (=) et jeuner (=)).

Pour tester à fond cette hypothèse, il devient intéressant de reprendre l’ensemble des 200 mots, de les classer par fréquence (en trois positions : fréquences très fortes ou fortes ; fréquences moyennes ; fréquences faibles ou très faibles) et de compter comment chaque mot se répartit en ce qui concerne l’indice d’acceptation des rectifications. On obtient les résultats suivants :

 Acceptation-Fréquence2Fréquences élevées : en moyenne, 27% des mots sont de fréquence forte ou très forte mais cette moyenne est dépassée pour les mots d’indice faible qui y représentent 42,5%. Il y a donc une attraction [12] entre les fréquences fortes et la mauvaise acceptation des rectifications
Fréquences moyennes : 24% des mots en moyenne : attraction avec une acceptation élevée ou moyenne
Fréquences faibles : la moyenne de 49% est dépassée pour les cas d’acceptation forte ou moyenne. Les acceptations de rectifications sont plutôt le fait des fréquences faibles.

Interprétation

Ce qu’il faut expliquer est le fait qu’une rectification est d’autant mieux acceptée qu’elle est de fréquence faible. Inversement, les rectifications des mots de fréquences fortes sont difficiles à faire admettre. Pour rendre compte de ce phénomène, je vais reprendre une hypothèse que j’avais proposée dans les années 1990 mais qui était resté à l’état d’hypothèse puisque non basée sur des faits avérés, ce qui est maintenant le cas [13].

En effet toute rectification rencontrée par un lecteur modifie l’aspect visuel des mots et perturbe sa lecture. Comme la mémoire visuelle des graphies est d’autant plus forte que les mots sont plus fréquents, les réticences des lecteurs sont dans ce cas plus fortes et donc aussi celles des correcteurs qui surveillent les publications ainsi que celles des lexicographes qui en assurent une certaine supervision. Pour caricaturer, on peut accepter un abrègement, mais pas au mois d’aout.

Est-ce une condamnation des rectifications des mots fréquents ? Je ne le pense pas car le lecteur est aussi scripteur et utilise la liberté proposée par le programme des rectifications [14].

Les modifications individuelles

Chaque scripteur quand il écrit un courrier électronique fait des choix orthographiques même s’il est guidé par un correcteur orthographique. En examinant ce type de textes, on peut se faire une opinion sur la manière dont les rectifications sont ou non prises en compte dans l’écriture courante. Pour ce faire, j’ai utilisé mon propre courrier reçu depuis le 1er janvier 2013, soit environ 19 000 mails, courrier ne prenant pas en compte les envois reçus par l’intermédiaire d’une liste de diffusion professionnelle.

Dans ce genre de courrier, on ne rencontre d’une manière significative que des mots courants : si tous les mots de la catégorie « très fréquente (++) » ont pu être repérés avec les deux graphies, ce ne sont plus que quelques mots de la catégorie « fréquente (+) » qui ont pu être utilisés. Pour assurer la fiabilité des résultats, on ne prend en compte que les 23 mots dont la somme des graphies, rectifiées et anciennes, est égale ou supérieure à 10 et on applique les mêmes critères que pour les livres (graphie rectifiées dominante, équivalence approximative entre les deux types de graphies, peu de graphies rectifiées, très peu de graphies rectifiées).

On a les résultats suivants :

Courrier-EditionCliquer sur le tableau pour l’agrandir

La diagonale du tableau correspond à des graphies qui sont dans la même situation, soit tout à fait acceptées (comme complètement), soit des rectifications peu acceptées (assoir, évènement), soit des rectifications pas acceptées du tout (règlementation).

Sous la diagonale, (en bleu) se trouvent les deux mots référendum et média ; ils sont dans la situation paradoxale d’être des rectifications bien acceptées par les correcteurs et les dictionnaires mais moins par l’usager du courrier électronique. Par contre, au-dessus de la diagonale (en jaune) se trouvent pour l’essentiel des suppressions de l’accent circonflexe pratiquement pas acceptées par les correcteurs et qui le sont davantage par les usagers.

On trouve là la dynamique du scripteur qui se confronte aux hésitations, (mises en scène éventuellement par un dicton comme « l’accent de cime est tombé dans l’abime ») et qui s’en libère en supprimant les accents circonflexes beaucoup plus que les correcteurs.

Il faudrait bien sûr analyser un corpus d’écrits numériquement beaucoup plus important mais on comprend bien les tendances des usagers qui ont trouvé dans les rectifications de 1990 une autorisation de liberté qu’ils exploitent beaucoup pour les mots fréquents où l’accent ne note pas la prononciation, ce qui est cause d’incertitude pour le scripteur.

En conclusion on peut dire que les rectifications sont passées dans l’usage pour environ un quart des mots proposés (23,5%) ; que pour un peu plus d’un tiers (36,5%) les appréciations sont partagées et que les graphies rectifiées et anciennes coexistent ; que pour les 40% qui restent, les rectifications ne sont pas acceptées par les dictionnaires et les éditeurs mais qu’elles peuvent l’être déjà par les usagers.

***

On trouvera en annexe le fichier alphabétique des 200 rectifications.

On note pour chaque mot :

– la fréquence : très forte (++), forte (+), moyenne (=), faible (-), très faible(–) ;
– la catégorie de la rectification en utilisant le code des listes du texte du JO (avec quelques sous-catégories et deux ajouts) : A= Verbe + Nom soudés ; B= Nom + Adjectif soudés ; C= Onomatopées ; D= Accents ajoutés ; E= Accents modifiés ; F1= mots latins soudés ; F2= mots anglais soudés ; F3= autres mots étrangers soudés ; G1 = mots latins accentués ; G2 = autres mots étrangers accentués ; H = anomalies ; CIR = suppression de l’accent circonflexe sur le i ou sur le u ; TR = modification de la place du tréma (ou ajout) ;
– la note plus ou moins favorable pour chaque dictionnaire (L pour Larousse, R pour Le Robert, H pour Hachette) : 3 = rectification seule ; 2 = rectification en tête et ancienne graphie en variante ; 1 = le contraire : ancienne graphie en tête et rectification en variante ; 0 = ancienne graphie seule ;
– la situation dans les livres : rapport entre rectifications et anciennes graphies ; S4 : graphies rectifiées dominantes, S3 : équivalence approximative entre les deux types de graphies, S2 : peu de graphies rectifiées, S1 : très peu de graphies rectifiées, S0 absence de graphie rectifiée ;
– l’indice d’acceptation de la réforme construit à partir de la somme des notes des dictionnaires et du score de situation dans les livres soit : de 13 à 7 = indice élevé noté I3 ; de 6 à 3 = indice moyen noté I2 ; 2 et 1 = indice faible noté I1.

  1. la fréquence sera définie plus loin []
  2. même si média est un anglicisme d’origine latine []
  3. j’ai moi-même publié en 2007 un « Que sais-je ? » aux PUF et j’avais demandé qu’il soit publié en orthographe rectifiée : cela m’a été refusé. []
  4. programme Google Books Ngram Viewer []
  5. François Héran, « Les mots de la démographie des origines à nos jours : une exploration numérique », Population, 2015, 3 : on trouvera là ce qu’il faut savoir sur l’opération Ngram Viewer, ses conditions d’utilisation, ses limites []
  6. comme ils sont de fréquence très hétérogènes, il faut les regarder séparément : on verra que couvre-pieds au pluriel et couvre-pied au singulier ont vécu une carrière assez parallèle []
  7. en 1861 le dictionnaire Bescherelle distingue encore un nom, action de compléter (complétement d’un régiment d’un bataillon, d’une compagnie) qui s’écrit avec un é, de l’adverbe qui s’écrit avec un è []
  8. car aucun mot n’a une valeur nulle []
  9. on a suivi la graphie telle que proposée par la liste des rectifications : le même mot avec ou sans la majuscule conduirait à des conclusions chiffrées identiques []
  10. mot apparu après la dernière guerre avec différentes formes comme bla-bla et bla-bla-bla []
  11. ces graphies s’opposaient à demiurge, senescence, refréner, assener, gelinotte, besicles []
  12. attraction au sens statistique du terme, cf. Philippe Cibois, Les méthodes d’analyse d’enquêtes, Lyon, ENS éditions, 2014 []
  13. Philippe Cibois, « Pour une réforme de l’orthographe », Esprit, septembre 1989, p. 59-64 []
  14. cf. mon précédant billet []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *