Être à l’heure à Rome

Se soucier de l’heure faisait-il partie des préoccupations des Romains ? C’est une question à laquelle le présent livre de Jérôme Bonnin permet depuis peu de répondre [1].

MesureDuTemps1Chez les Romains il y a d’abord un système d’appellation pour désigner les moments de la journée qui est antérieur aux heures numérotées qui n’apparaissent qu’au 3e siècle av. JC. :__________

– gallicinio : au chant du coq (gallicinium, ii de gallus-cano)

– jubar Lucifer : l’éclat de Lucifer, l’étoile qui apporte la lumière c’est-à-dire Vénus, pour nous « l’étoile du berger », visible avant le lever du soleil (jubar, aris,  éclat, lumière, de juba, ae, crinière).

– mane : adverbe il signifie tôt le matin ; indéclinable, le matin, la matinée. Une opposition semblable existe en français entre de bon matin et le matin. Vient de manis, bon, analogie semblable en français, de bonne heure selon Ernout-Meillet [2]

– meridies, ei : midi, (de *mediei die selon Ernout-Meillet)

– suprema, supremus, superlatif de superus : suprema (dies), la dernière heure du jour. Le terme était utilisé dans la loi des 12 tables. « L’heure suprême » a laissé des traces littéraires en français au sens de la dernière heure de la vie.

– crepusculum,i : crépuscule

– vesper, eri et eris : Vesper, étoile du soir, c’est-à-dire Venus quand elle est visible le soir après le coucher du soleil.

– concubium, ii (sous-entendu tempus) : heure où l’on est couché, la nuit profonde.

Pour plusieurs d’entre elles, ce sont des expressions que nous continuons à utiliser en français  : le « chant du coq » est daté mais « de bon matin », « dans la matinée », « à midi », « dans l’après-midi » restent des expressions usuelles. Nous utilisons aussi les heures, ou les fractions d’heures pour nos rendez-vous ( le quart et la demie de l’heure). Sauf la SNCF, nous n’utilisons guère les minutes.

Mise au point par les babyloniens et les grecs, la notion d’heure arrive donc chez les Romains au 3e siècle avant notre ère. Deux notions cohabitent, l’heure « scientifique » fixe, et l’heure ordinaire, variable. En effet, le jour est divisé en douze heures, depuis le lever jusqu’au coucher du soleil. À Rome en hiver, l’heure dure environ 40mn et en été 1h 20. La nuit est divisée de la même façon de façon symétrique. L’heure des astronomes et l’heure ordinaire ne coïncident qu’au moment de l’équinoxe.

Des horaires précis sont utilisés alors par les Romains : une tablette retrouvée près de Pompéi et datant de 55 ap. JC, est une convocation à une heure précise pour une audience :

Barbatius Epaphroditus,
Marcus Barbatius Epaphroditus

arbitrer ex compromisso,
arbitre par agrément mutuel

diem dedit ad audiendum
a décidé la date pour l’audience

pridie nonas Iunias
la veille des nones de juin

in chalcidico Octaviano
dans le chalcidicum octavien

ab hora tertia in horam quitam
de la troisième à la cinquième heure. [3]

La date est indiquée, la salle (d’une basilique) l’est aussi, l’heure du début et de la fin le sont également avec une précision qui suppose une connaissance de l’heure au moyen d’un instrument.

D’autres témoignages littéraires peuvent également être invoqués :

Martial, Épigrammes 4,8

Prima salutantes atque altera conterit hora,
La première et la deuxième heure harassent les clients.

La salutatio, c’est-à-dire la réception des clients par le patron, commence au lever du soleil, elle dure jusqu’à la fin de la deuxième heure. Puis vient l’heure des audiences juridiques :

exercet raucos tertia causidicos,
la troisième met à l’ouvrage les avocats enroués ;

Les activités publiques se terminent à la 5e heure :

in quintam uarios extendit Roma labores,
Rome prolonge ses activités diverses jusqu’à la cinquième

sexta quies lassis, septima finis erit,
la 6e c’est le repos pour les fatigués, la 7e en marquera la fin

Une sieste est possible : meridior, aris, ari, c’est faire la sieste : la méridienne nous en est restée, mais l’expression est un peu vieillie.

sufficit in nonam nitidis octaua palaestris,
on s’emploie de la 8e à la 9e à la palestre brillante [d’huile]

C’est l’heure où les bains et toutes les activités annexes de loisirs ou de cultures sont disponibles : les horaires des bains sont très précis et liés au chauffage de l’eau [4].

imperat extructos frangere nona toros:
la 9e impose d’écraser les tas de coussins

C’est l’heure du repas principal qui se prend allongé sur des coussins.

hora libellorum decuma est,
la 10e est celle des petits écrits.

C’est l’heure du travail personnel.

D’autres témoignages confirment que le repas du soir, repas principal, se prend à la 9e heure

Cicéron fam 9,26,1

Accubueram hora nona,
Je viens de m’allonger [pour diner] à la 9e heure

cum ad te harum exemplum in codicillis exaraui
et je t’écris la teneur de ces [choses] sur des tablettes

Horace, Épitres, 1,7,71

Sic ignouisse putato me tibi, si cenas hodie mecum.
Je te tiens pour pardonné si tu dines avec moi aujourd’hui

Vt libet. Ergo post nonam uenies;
Comme il te plaira. Donc tu viendras après la 9e heure

Pour pouvoir être à l’heure, il faut donc disposer d’instruments : ils sont de deux sortes, les cadrans solaires et les instruments à eau.

Les cadrans solaires

Contrairement aux nombreux cadrans solaires que l’on peut voir sur les monuments des derniers siècles, les cadrans romains sont le plus souvent tracés sur des surfaces creuses du type de celles-ci [5]

BonninFigLes cadrans sont pris de face (en bas) ou vue du dessus (en haut) où se situe le point de départ du gnomon ou style, c’est à dire d’une pointe de bronze dont l’ombre indique l’heure.

Sur la figure 18, la 6e heure (de midi) est figurée par une ligne verticale et de part et d’autre on voit cinq autres lignes disposées régulièrement qui vont indiquer les différentes heures de la journée, du lever au coucher du soleil. On distingue aussi trois lignes concentriques : celle du milieu correspond au parcours de l’ombre de la pointe de bronze aux équinoxes, celle d’en haut au solstice d’été, celle d’en bas au solstice d’hiver.

S’il a été correctement construit, ce qui n’est pas toujours le cas, la précision attendue est de l’ordre de 5 à 10 minutes, ce qui est très suffisant pour coordonner la vie sociale.

Les horloges à eau

Leur principe est que l’eau qui s’écoule d’un récipient fait qu’il se vide en un temps donné. Ce principe est largement utilisé pour fixer un temps de parole aux parties dans des procédures judiciaires, le récipient en question, étalonné, est appelé clepsydre. Mais nous avons affaire là à ce que nous appellerions aujourd’hui un minuteur, pas à une horloge. Celle-ci, basée sur le même principe de l’écoulement de l’eau, existe cependant et va aller jusqu’à un niveau élevé de sophistication.

Comme la difficulté dans un grand vase est de repérer le niveau de l’eau, un flotteur va permettre de reporter l’indication du niveau sur une graduation externe [6].

BonninHorlogeEn plus de l’affichage des heures, l’ingéniosité des artisans a permis la mise au point de dispositifs annexes acoustiques par exemple (sonneries, trompettes, etc.) qui indiquaient les heures. Il pouvait y avoir aussi des automates qui faisaient de ces horloges des instruments de luxe.

Mais quelles heures ? Un vase se vide en un temps régulier et les heures n’étaient pas régulières tout au long de l’année. Il fallait donc soit faire varier le débit de l’eau, soit adapter le système de notation extérieur.

Comme il n’y avait pas de temps de référence, cadrans et horloges n’indiquaient pas exactement les mêmes heures ce qui entrainera la moquerie de Sénèque (Apocoloquintose du divin Claude, 2)

Horam non possum certam tibi dicere,
Je ne pourrais te dire l’heure avec certitude

facilius inter philosophos quam inter horologia conueniet,
on mettrait plus facilement l’accord entre les philosophes qu’entre les horloges.

Il est vrai que les cadrans, dans les jardins, et les horloges, dans les intérieurs, se multiplient et deviennent aussi une marque de prestige.  Pétrone dans le Satiricon (Chap. 26) se moque de Trimalcion qui dispose d’une horloge de luxe munie d’un sonneur de cor.

« L’horloge » d’Auguste

Reste un cas particulier, celui de l’horloge d’Auguste qu’un chercheur allemand croit découvrir en 1976. Il s’agirait d’un immense cadran solaire construit par Auguste en 10 ap. JC, sur le Champ de Mars et dont le gnomon serait un obélisque égyptien qui d’ailleurs a été relevé et qui se trouve actuellement devant  Montecitorio, le parlement italien. Cette hypothèse est aujourd’hui abandonnée : l’obélisque en question a permis à Auguste de construire une méridienne et non un cadran solaire.

En voici la dédicace [7] :

IIMP(erator) CAESAR DIVI F(ilius)
AVGVSTVS
PONTIFEX MAXIMVS
IMP(erator) XII, CO(n)S(ul) XI, TRIB(unicia) POT(estate) XIV
AEGYPTO IN POTESTATEM
POPVLI ROMANI REDACTA
SOLI DONVM DEDIT

Voici la traduction qu’en donne  John Scheid dans son cours du 28 janvier 2016 où, dans sa dernière année de cours au Collège de France, il éprouve le besoin de revenir sur des questions traitées auparavant, dont celle-ci [8] :

« L’empereur César Auguste, fils du divin (Jules), grand pontife » (puis vient la datation qui correspond à 10-9 avant JC., ),« l’Égypte ayant été réduite au pouvoir du peuple romain, a donné cet obélisque en don au soleil ».

La conviction qu’il s’agit d’une méridienne [9], c’est à dire d’un dispositif où l’on enregistre la position de l’ombre au passage au méridien s’est faite d’abord à partir des fouilles qui n’ont montré d’inscriptions que sur cette ligne mais aussi pour des raisons liées à la politique d’Auguste en matière de calendrier.

En effet, la réforme du calendrier effectuée par César en 45 av. JC. prévoyait de placer une année bissextile tous les 4 ans [10]. Or Lépide, le grand pontife de l’époque, qui a donc en charge la gestion du calendrier, introduit une année bissextile tous les 3 ans. Devenu pontifex maximus à la mort de Lépide en 12 ap. JC., Auguste supprime les intercalations pendant plusieurs années pour rétablir la situation. La méridienne érigée par lui veut montrer d’une manière indiscutable, parce que visible par tous, que l’ombre aux solstices se positionne bien aux marques théoriques tracées sur le sol, manifestant ainsi l’exactitude du calendrier établi par son père Jules César. Dans la dédicace on observe d’ailleurs que le terme de PONTIFEX MAXIMUS n’est pas abrégé alors que ce titre l’est souvent.

***

Des Romains nous avons gardé beaucoup d’éléments concernant l’heure : comme eux nous faisons partir le jour de minuit, comme eux nous utilisons un système d’heures numérotées jusqu’à à douze (mais nous le répétons à partir de midi) mais comme eux surtout, notre vie sociale est basée sur la coordination horaire de tous. Nous avons gagné en précision théorique mais concrètement, nos rendez-vous sont toujours  à cinq minutes près : à peu près comme les Romains.


Merci à Jérôme Bonnin pour son aide qui m’a permis de résoudre quelques problèmes techniques.

  1. Jérôme Bonnin, La mesure du temps dans l’Antiquité, Les Belles Lettres, 2015 []
  2. A. Ernout et A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Klincksieck, 2001 [1932] []
  3. Toutes les citations de textes anciens viennent de Bonnin 2015 []
  4. sur les bains, voir Alain Malissard, Les romains et l’eau, Realia/Les Belles Lettres, 2002 []
  5. Bonnin, p. 133-134 []
  6. Bonnin p. 94 []
  7. Corpus des inscriptions latines, 6,701 []
  8. Cours en ligne : min. 36 à 52 []
  9. sur cette question, voir le billet Projet pédagogique : observer le soleil à la pause méridienne []
  10. voir aussi Textes techniques latins (4) La réforme du calendrier []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *