Ploutos ou la richesse divinisée

PloutosDieuDuFricCette version de la Pièce d’Aristophane Ploutos, (dont le choix du sous-titre « dieu du fric », indique bien l’intention polémique du traducteur), date de 2012 mais vient d’être signalée à nouveau par deux des inspirateurs de Nuit Debout, Pierre Dardot (philosophe) et Christian Laval (sociologue). Ceux-ci en effet, dans leur dernière publication  Ce cauchemar qui n’en finit pas [1] montrent comment aujourd’hui dans le monde entier, comme à Athènes autrefois, une oligarchie a pris le pouvoir et corrompt la démocratie, comme dans Ploutos.

Dans son sens premier, ploutos désigne la richesse abondante. Dans la Théogonie d’Hésiode (v. 969-974), apparait sous ce nom une divinité engendrée par Déméter, (déesse qui assure la fertilité du sol) qui engendre Ploutos, après s’être uni à un héros « dans un champ labouré trois fois ». Il y a là l’idée que la richesse vient du travail de la terre, idée que l’on retrouvera dans la fable d’Ésope, Le laboureur et ses enfants (Fable 83) où un travail dur de la terre conduit à la prospérité. Ploutos est la personnification de la richesse, à l’origine agricole, puis liée à la possession de biens.

Hésiode ajoute que Ploutos « apporte le bonheur d’une richesse abondante à celui qui par hasard lui tombe entre les mains » : cette idée que la richesse est liée au hasard est renforcée par des légendes ultérieures qui en font une divinité aveugle. On retrouve cette idée dans les représentations de la Fortune qui, les yeux bandés, déverse sa corne d’abondance au hasard.

L’intrigue de la pièce d’Aristophane repose sur l’idée que puisque Ploutos, aveugle, donne la richesse aux bons comme aux méchants, il suffit de lui rendre la vue pour qu’il ne la donne qu’aux bons. On le conduit donc à cette fin au sanctuaire d’Asclépios mais Pénia, la pauvreté, personnifiée elle-aussi, s’y oppose. Son argument est que s’il n’y a plus de pauvres, il n’y aura plus de riches. Il faut la contrainte de la nécessité pour gagner sa vie et donc produire ce qui est nécessaire aux riches. Une fois guéri,  Ploutos,  ne veut plus donner la richesse aux méchants, ceux-ci protestent évidemment mais on s’apprête cependant à le conduire sur l’Acropole pour qu’il soit le gardien du trésor d’Athènes (ce qui garantit d’ailleurs qu’il sera bien approvisionné).

Il s’agit évidemment d’une farce très joyeuse dont la lecture est d’ailleurs assez facile [2] : Dardot et Laval dans leur livre cité plus haut ont commencé par commenter ce texte pour montrer que les grecs anciens avaient déjà repéré que la richesse était en train de devenir maitre du monde. Ils soulignent que les grecs modernes en paient actuellement la domination au prix fort. Examinons maintenant leur propos.

Ce cauchemar qui n’en finit pas

Dardot&LavalOn avait l’impression depuis 2008, après l’affaire des subprimes et la faillite de  Lehman Brothers, que nous étions dans une situation analogue à la crise de 1929. On pensait qu’il suffirait, après intervention des états pour renflouer les banques, de quelques bonnes mesures de sécurité bancaire pour s’en sortir. Cependant la crise perdure car le phénomène est le suivant : pour augmenter les profits, les entreprises aggravent la concurrence ; ces profits, au lieu de servir à tous par le biais de l’impôt, sont accaparés par un tout petit nombre. Nous sommes là au cœur du néolibéralisme  qui n’est pas un avatar du laisser-faire libéral d’antan mais qui est un système institutionnel mondial  reposant sur les principes suivants :

– l’état n’est pas une institution fiable en matière économique : il faut lui imposer une orthodoxie financière. Sans une autorité extérieure qui l’en empêche, il accumulera les dettes (l’exemple des pays du sud de l’Europe est parlant à ce sujet) ;

– pour que cette imposition d’une orthodoxie financière soit possible, il faut des institutions indépendantes des états comme les institutions européennes (la BCE)  ou  internationales (l’OMC, le FMI ou l’OCDE) ;

– pour faire accepter le bien-fondé de cette orthodoxie financière, il faut des économistes et des journalistes. Les économistes n’ont pas pour rôle de comprendre comment fonctionne l’économie : ils doivent pouvoir expliquer pourquoi l’orthodoxie financière est impérative.

L’exemple de la Grèce (déjà traité dans un précédent billet), est emblématique : le problème grec a pour origine sa précédente classe politique qui au dire de Tsipras lui-même avait été clientéliste et corrompue ; avait partie liée avec le pouvoir économique et avait laissé le champ libre à la fraude fiscale. Cependant, face à un déficit insoutenable, c’est contre l’avis du peuple grec que son gouvernement actuel a dû passer sous les fourches caudines des exigences européennes. La situation sociale s’aggrave : le patient mourra guéri.

Que ce soit en Grèce (ou en France), c’est l’état qui plie : comment se fait-il que la démocratie de ces sociétés soit compatible avec de tels reculs ? La réponse est qu’il s’agit d’une démocratie représentative et non d’une démocratie telle que les grecs anciens la pratiquait. En effet, la démocratie antique était le résultat d’une lutte des pauvres contre les riches et c’était là la racine de la dynamique sociale.

On notera un phénomène de cet ordre à Rome où César était le chef du parti des populares (issus de la plèbe) qui s’opposait à la classe dominante des optimates (sénateurs, chevaliers et leurs alliés). Une des revendications des populares était la réduction ou la remise des dettes des plus pauvres (et cela vaut encore aujourd’hui pour les états) ce qui veut dire que l’orthodoxie financière a toujours eu besoin d’être défendue.

Pour les auteurs, le cauchemar n’en finira jamais si l’on ne revient pas à cette démocratie antique : dans la situation actuelle, les citoyens n’ont la possibilité de dire leur choix qu’au moment des élections où ils élisent des représentants dont la politique est devenu le métier. La classe politique est devenue une oligarchie qui est en phase, par sa formation et ses contacts, avec les dirigeants économiques dont ils servent les intérêts.

Il faut donc refonder la démocratie et l’exemple de Podemos est ici fondamental. Il faut d’abord réoccuper l’espace public mais surtout, comme Podemos, irriguer le tissus social par des activités multiples : des comités de quartier, des coopératives, des jardins urbains, des réseaux d’économie participative, des centres sociaux, des librairies. Il s’agit d’une mise en mouvement de la société, de l’invention de nouvelles pratiques collectives. On voit là combien l’expérience de Nuit Debout se situe dans la logique de Podemos.

 Question de principe

Ce livre pose cependant des questions : pourquoi faudrait-il exclure qu’un pays comme la France puisse souscrire à une obligation d’orthodoxie financière présentée sous forme d’un traité international ? On peut certes critiquer la manière dont le refus du traité de Maastricht a été transformé en acceptation du traité de Lisbonne mais il s’agit là d’une question de mauvaise politique intérieure, non d’une question de principe. En effet, pour les auteurs, nous serions dans la situation où l’orthodoxie financière est déjà inscrite dans la constitution. C’est le cas en Allemagne pour des raisons historiques (j’y reviendrai) mais en France, il ne s’agit que de l’application d’un traité international qui peut être révoqué.

Le fond de la critique des auteurs est que la simple application de ce traité est contraire à la souveraineté nationale puisqu’elle va à l’encontre des intérêts des classes populaires : on est ici dans la conception ancienne de la démocratie, non dans la conception moderne.

Discussion

La conception antique de la démocratie a conduit au cours de l’histoire à de nombreuses guerres civiles, par exemple en Italie à l’époque du mouvement communal (dans ce carnet : Sienne 1338 ; Rome 1347) et ce jusqu’au moment où l’on s’est rendu compte que plutôt que de laisser les armes désigner le vainqueur, il valait mieux s’en remettre à la compétition électorale.  Ceci arriva pour la première fois en France lors de l’instauration de la République au 19e siècle. La démocratie représentative est la continuation de la lutte entre clans rivaux mais elle est civilisée par l’usage des élections.

Si l’expérience historique nous suggère de ne pas revenir à la démocratie antique (et Podemos a joué le jeu de la démocratie représentative), Dardot et Laval soulignent des faits bien connus contre lesquels il faut réagir :

– si le principe de l’orthodoxie financière est simplement synonyme d’une gestion prudente, il doit être mis en œuvre par tout gouvernement quel qu’il soit. Pour qu’il ne soit pas remis en cause, il doit être expliqué, enseigné, car comme principe, il s’applique à l’individu, sa famille, les entreprises et l’état. Quant à sa mise en œuvre par l’état, le niveau de déficit est une question discutée qui ne peut se résoudre par un taux défini une fois pour toute. Dans l’Europe actuelle, il semble impératif à beaucoup que la gestion en soit délégué à une autorité supra-étatique qui tire sa légitimité d’un processus électif. La position allemande (déjà étudiées à propos de la Grèce) n’est plus tenable et doit être remise en cause.

– la collusion entre les formations politiques et les intérêts économiques est bien un phénomène d’autonomisation d’élites qui ont reçu les mêmes formations et qui ont les mêmes intérêts économiques. Cette opposition classes populaires/élites a conduit dans l’histoire à des gouvernements autoritaires au service du peuple (comme à Cuba) ou d’une oligarchie (comme au Chili) : elle était apaisée  jusqu’à il y a peu par l’existence de classes moyennes éduquées et suffisamment dotées de biens. Elles empêchaient soit les excès du collectivisme soit l’accaparement par un tout petit nombre des fruits de l’économie.

Cette situation est gravement remise en cause par l’évolution actuelle qui voit la classe moyenne condamnée à terme par l’évolution technique et par la financiarisation de l’économie qui ne profite qu’à un tout petit nombre de possédants.

Comme l’évolution technique, qui tend à ne laisser en place que des emplois non qualifiés ou des emplois hyper-qualifiés, ne peut être maitrisée que par le biais de décisions économiques,  nous sommes ramenés à la question du pilotage de l’économie et de son interaction avec la société politique. Ceci manifeste que la question politique est fondamentale et que c’est là qu’il faut agir.

Au plan politique, il faut donc changer de classe politique et, comme les auteurs, on doit encourager la naissance d’un mouvement politique qui, comme Podemos, saura saisir les intérêts des classes populaires et de la classe moyenne. Il faut qu’il ne soit pas seulement une alliance de classe mais, comme au moment du Front Populaire, un mouvement social qui conduira à de nombreuses avancées ainsi qu’à la création de mouvements d’éducations populaire (comme le Ceméa).  Est-ce que Nuit Debout saura créer un mouvement social à base de coopératives de travail, d’éducation nouvelle, de loisirs coopératifs ? Il est trop tôt pour répondre à la question.

–  les économistes sont vus par les auteurs non comme des scientifiques spécialiste d’une branche du savoir mais comme des relais idéologiques du néolibéralisme. Il existe cependant des économistes non-orthodoxes mais ils sont considérés par le courant principal néolibéral comme des déviants, non comme des collègues avec lesquels on doit discuter, comme dans toute science.

On trouvera dans le numéro 258 de la revue Alternatives Économiques de juin 2016 la critique d’un économiste mondialement connu, Jean Tirole, qui prétend que tous les économistes disent que la réduction du temps de travail est une ineptie économique. L’auteur de l’article d’Alternatives Économiques, lui-même économiste à l’OFCE, présente de nombreuses études qui montrent bien que la réduction du temps de travail est pratiquée dans de nombreux pays avec une réelle efficacité économique. D’une manière générale, cette revue aide le profane à avoir un point de vue non idéologique sur l’économie [3].

– contrairement à ce que disent les auteurs, les journalistes ne sont pas tous des relais de l’idéologie néolibérale. L’exemple récent des Panama papers montre bien comment le fait de révéler dans la presse les pratiques d’un paradis fiscal montre leur caractère insoutenable et fait pression sur les états pour qu’ils fassent cesser ce scandale.

Que conclure

 Il y a dans le livre de Dardot et Laval une présentation de la situation actuelle qui semble prendre acte que nous sommes tellement contraints par le néolibéralisme que seule un mouvement social fort pourra nous en extraire. C’est peut-être méconnaitre que les contradictions actuelles du système peuvent le miner et conduire à son évolution. Par exemple si l’économie réelle ne fonctionne plus, il devient impossible d’en tirer des profits, ce qui entrave le système, y compris la financiarisation. Or des politiques d’austérité qui réduisent le pouvoir d’achat empêchent la reprise économique : ce sont des économistes du  FMI eux-mêmes qui le laissent entendre [4].

L’exemple de la Grèce est parlant : il y a actuellement un conflit entre le FMI et l’Allemagne. Le FMI dit que la dette grecque est insoutenable et entend faire de cette réduction une condition pour son aide : l’Allemagne au nom de l’orthodoxie financière repousse cette éventualité. Si l’Allemagne s’y refuse, c’est parce que l’État allemand issu de la guerre de 14-18 a laissé la place à Hitler pour des raisons économiques. Comme la pression sur l’Allemagne vient précisément du FMI, il faut continuer en ce sens pour nous sortir du cercle vicieux où la lutte contre la crise provoque la crise comme indiqué dans Ce cauchemar qui n’en finit pas. Mais contrairement à ce que disent Dardot et Laval, il n’est pas besoin d’attendre de remporter la victoire sur l’oligarchie pour que Ploutos soit relégué hors du temple de la cité, (ce qui est leur dernière phrase). L’action politique peut en Europe arriver à ce résultat si elle intègre dans sa réflexion « Ce cauchemar qui n’en finit pas » qu’ont été les deux guerres mondiales selon l’analyse de Michel Foucault dans son cours au Collège de France de 1978-1979 [5]. Cependant une action politique pour modifier la manière de voir allemande doit s’appuyer sur un mouvement social : nous y sommes peut-être.

  1. Pierre Dardot et Christian Laval, Ce cauchemar qui n’en finit pas. Comment le néolibéralisme défait la démocratie, La Découverte, 2016 []
  2. en plus de la traduction montrée plus haut (mais épuisée), il existe une édition de poche en bilingue aux Belles Lettres qui date de 2008 []
  3. Dans un tout autre registre, signalons la BD Les aventuriers de la finance perdue, chez Casterman où un économiste, Christian Chavagneux et un dessinateur, James, mettent en scène le procès du trader Jérôme Kerviel. Les rouages financiers de la crise y sont analysés avec précision []
  4. Cf. Sylvie Kauffmann, « Le néolibéralisme bouge encore », Le Monde 5-6 juin 2016 et la position du FMI lui-même []
  5. Michel Foucault, Naissance de la biopolitique, cours au Collège de France. 1978-1979, Ehess Gallimard Seuil, 2004, dont j’ai rendu compte dans un précédent billet []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *