De l’imitation à l’étude des Anciens : le cercle de Goethe

Le passage de l’imitation à l’étude des Anciens se fait en Allemagne à la fin du 18e siècle : la France était en plein néoclassicisme au moment de la Révolution et Brutus était le héros du jour. Napoléon, en se proclamant empereur à la suite d’Auguste qui avait mis fin à la guerre civile, continue l’imitation de Rome mais il faudra attendre la Restauration pour que le doute s’insinue sur la nécessité de l’imitation des anciens [1] et de ce fait, on trouve de nouvelles motivations à l’étude du latin comme la gymnastique de l’esprit [2]. Mais passer de l’imitation des anciens à une science de l’antiquité s’est fait en Allemagne au tournant du siècle. Examinons comment cela s’est passé..

Un tableau néoclassique : Goethe dans la campagne romaine

GoetheGoethe dans la campagne romaine. Tischbein, 1787. Städel Museum, Francfort sur le Main.

En 1787, au moment où il accepte de se laisser peindre par son ami Tischbein lors de son séjour à Rome, Goethe est déjà célèbre et voyage sous un faux nom pour ne pas être importuné par ses admirateurs. Il a alors 37 ans et a été rendu célèbre en premier lieu par les Souffrances du jeune Werther alors qu’il n’avait que 26 ans. Imitant Euripide, il écrit ensuite une Iphigénie en Tauride en prose qui est jouée à la cour du Grand-Duché de Saxe-Weimar où il jouait un rôle politique important.

IphigéniePendant son voyage en Italie où il veut se mettre à l’école des Anciens, Goethe met en vers cette pièce. Le peintre Tischbein le sait et évoque la pièce en deuxième plan avec la scène ou Iphigénie rencontre, sans le reconnaitre, son frère Oreste accompagné de Pylade.

Dans son Voyage en Italie, à la date du 29 décembre 1786, Goethe décrit son portrait :

« Je voyais bien que Tischbein me regardait souvent avec attention, et je découvre maintenant qu’il songea faire mon portrait. Son esquisse est faite ; il a déjà tendu la toile. Je serai représenté grandeur nature, en voyageur, enveloppé d’un manteau blanc, en plein air, assis sur un obélisque renversé, et contemplant les ruines de la Campagne de Rome, qui s’enfonceront dans le lointain. ».

Si la fresque d’Iphigénie est une pure invention, le paysage de la campagne romaine est bien réel. A l’horizon on voit les monts Albains en forme de cratère [3]. Sous les monts Albains on peut reconnaitre le mausolée de Cécilia Métella avec derrière lui, à peine visible, l’aqueduc de l’Aqua Felice.

GoetheTorreA droite du tableau, on peut voir les restes de l’Aqua Claudia, d’une hauteur de plusieurs dizaines de mètres.

GoetheClaudiaSi l’on peut encore voir aujourd’hui dans le Parc des Aqueducs [4] à la fois les aqueducs de l’Aqua Claudia et de l’Aqua Felice, on ne peut voir en même temps le mausolée de Cécilia Métella qui se trouve sur la Via Appia à quelques kilomètres du lieu d’où a été situé le point de vue.

HubertRopetPanthéonTischbein a suivi les conventions de son époque : une exposition récente au Louvre a montré une œuvre de Hubert Robert où celui-ci met le Tibre au pied du Panthéon [5].  Il s’agit d’un « caprice » au sens qui était donné à l’époque, c’est-à-dire où l’artiste se sent libre des conventions (et de la réalité géographique) et laisse libre cours à son génie (comme dans le capriccio comme genre musical où la fantaisie règne).

L’idéal humain du néoclassicisme

Collectionner les œuvres des Anciens est devenu le mot d’ordre depuis les découvertes liées aux fouilles d’Herculanum et de Pompéi (vers 1750) et celui qui définira le mieux l’attitude nouvelle néoclassique fut Winckelmann dans son ouvrage de 1764 Histoire de l’art dans l’Antiquité [6]. Winckelmann réalise une histoire au sens que ce mot a en grec (c’est lui que le souligne dans sa préface). Il s’agit donc d’une enquête sociohistorique où la biographie des auteurs n’est plus prise en compte. De cette enquête il tire une typologie historique de l’art grec qui est encore considérée comme intéressante aujourd’hui. Son but cependant est de définir en quoi consiste la beauté de l’œuvre d’art. Ce n’est pas « ce qui plait au sens », mais la conformité avec des modèles grecs qui en sont le fondement et qui se définissent comme « une noble simplicité et une grandeur tranquille » [7]. La beauté se caractérise par un équilibre du corps et de l’âme qui devient un idéal humain davantage qu’un critère esthétique.

LaocoonPar exemple, quand il commente une des références les plus parfaites de l’art grec : Laocoon et ses deux fils, il montre que la souffrance physique de Laocoon, renforcée par sa souffrance morale de voir ses fils qui l’implorent du regard, est rendue noble par le fait qu’il représente « l’image d’un homme qui tente de rassembler la force consciente de l’esprit » pour combattre la douleur [8].

Winckelmann devenu célèbre veut revenir en Allemagne et le jeune Goethe (il a 19ans), qui l’admirait beaucoup, espère sinon le rencontrer du moins le voir. Mais comme le raconte Goethe lui-même, à la nouvelle de la mort de Winckelmann car il fut assassiné à Trieste en 1768 sur le chemin de son retour d’Italie, « ce furent des plaintes et des gémissements universels » [9].

 Le cercle de Goethe

Goethe à un cercle de relations : Schiller, Guillaume de Humboldt et beaucoup d’autres. Ils correspondent beaucoup et écrivent des articles dans une même revue. Pour Goethe et son cercle, l’idéal humain qui s’exprime dans l’art grec devient non seulement une référence artistique mais une référence morale et culturelle qu’il faut promouvoir par l’éducation. Le modèle de la paideia grecque s’impose, fait de mise aux normes du corps selon le canon esthétique et de formation de l’esprit par l’étude des textes. Cette formation, en allemand Bildung, devient l’œuvre d’une vie et Goethe en donne un exemple dans ce qui deviendra un genre littéraire, le roman d’apprentissage : Les années d’apprentissage de Wilhelm Meister (1796).

L’idéal de la Bildung fur mis sous forme d’un roman par Goethe, mais dans le cas de Guillaume de Humboldt [10], ce fut le travail de toute une vie.

Wilhelm von Humboldt (1767-1835) a eu un frère Alexander (1769-1859) voyageur et naturaliste célèbre. Il est à Paris en aout 1789 et y séjourne de 1797 à 1799 : il s’y confronte avec la philosophie dominante, celle des Lumières. Comme tous les intellectuels allemands, Humboldt a d’abord été séduit par la Révolution mais s’en est vite détaché du fait que la sphère politique prenait une importance démesurée (et dramatique). Si la formation de soi, la Bildung, exalte l’individu dans l’esprit des Lumières, la nuance allemande est que le but final n’est pas l’épanouissement isolé de l’individu, mais son intégration dans une collectivité plus vaste.

L’exemple des années d’apprentissage de Wilhelm Meister est très caractéristique sur ce point : ce roman, que nous jugeons insipide aujourd’hui, met en scène un jeune homme issu de la bourgeoisie qui a des affinités pour le théâtre : il voyage avec une troupe itinérante et c’est un échec. Il découvre alors l’influence d’une société analogue à une loge maçonnique (les Francs-Maçons étaient très à la mode à l’époque) qui va lui permettre de s’insérer socialement tout en complétant sa formation [11].

Humboldt est chargé de réorganiser le système éducatif de l’Etat prussien : il le réforme dans l’esprit de l’épanouissement de l’individu, non par le dressage comme auparavant (et comme continuera à le faire le lycée napoléonien). Il généralise le système de Pestalozzi qui, dans la lignée de l’Émile de Rousseau, invente une Éducation nouvelle basée sur l’apprentissage à partir de l’intérêt de l’enfant, de son activité personnelle, de l’observation, du sport, des excursions et de la gestion du groupe par lui-même.

L’épanouissement personnel de l’enfant est mis ainsi au cœur de l’enseignement primaire. Pour le secondaire, Humboldt met en place, à côté des filières techniques, un enseignement général qu’il symbolise en adoptant le terme grec où se faisait la paideia, le Gymnasium. On y enseigne les mathématiques, l’histoire et les langues tout en respectant la progression de chacun. Le terme Gymnasium est resté, c’est encore aujourd’hui la filière la plus cotée [12], mais l’esprit de Humboldt tourné vers l’épanouissement individuel n’est plus d’actualité. Au niveau de l’université cependant, la réforme faite par Humboldt s’est étendue au monde entier et on peut dire que toutes les universités actuelles de haut niveau fonctionnent sur ce modèle.

Dans l’université de Humboldt, il y a un changement de régime par rapport à l’enseignement général précédent : on entre dans l’acquisition d’un savoir scientifique précis et à ce niveau, enseignants et étudiants collaborent ensemble dans des séminaires spécialisés. L’accent mis sur la recherche se fait indépendamment des finalités pratiques, à la différence de l’Ecole polytechnique, mise en place en France à la même époque qui vise aussi un enseignement scientifique de haut niveau mais dont la finalité est de former des cadres de l’Etat.

Épanouissement personnel et recherche scientifique s’épaulent mutuellement mais la visée suprême n’est pas l’individu, mais un bien collectif, la science. La Science allemande va de ce fait jouer un rôle majeur au 19e siècle.

Elle va jouer également un rôle majeur dans ce qui devient la science de l’Antiquité (Altertumswissenschaft). A la suite de Winckelmann, il ne s’agit plus seulement d’imiter, d’admirer, de collectionner, mais de comprendre. L’objet central des études devient la Grèce et non plus Rome. Il faut expliquer pourquoi.

La Grèce comme fondement

Humboldt reprend le projet de compréhension de l’homme qui était celui des philosophes depuis toujours, mais il refuse une visée métaphysique qui se sert de cas concrets pour exemplifier une théorie déjà faite. Il refuse aussi un pur empirisme qui collectionne les faits sans chercher à les articuler. Son projet est pratique : il faut comprendre l’humanité pour permettre à l’homme de réaliser son épanouissement en plénitude, d’accomplir sa Bildung [13]. A cette fin il faut étudier une culture qui soit à la fois particulièrement riche et qui en ait engendré beaucoup d’autre. On pourrait étudier ainsi la Chine ou l’Inde mais la Grèce a l’avantage d’être notre origine, comme elle le fut de Rome et de l’Occident. Privilégier la Grèce c’est donc comprendre notre passé, non plus pour l’imiter servilement, mais pour permettre à l’homme d’aujourd’hui d’aller au maximum de ses possibilités.

Mais les langues du monde entier comme terrain d’observation

Contrairement à la philosophie des Lumières, Humboldt veut découvrir la vérité de l’homme non pas d’une manière universelle mais par l’intermédiaire d’une culture, où, comme on disait à l’époque, d’un peuple. En cela l’idéologie allemande va diverger de la philosophie universaliste française où l’homme est caractérisé par sa nature humaine et non par son appartenance concrète à une collectivité.

Mais si Humboldt veut étudier tous les peuples, il découvre que les différences entre cultures s’expriment le mieux par l’intermédiaire des langues. Il a découvert ceci lors d’un passage au pays Basque : voici une population totalement isolée, assez méprisée et qui a réussi à maintenir son identité culturelle par le biais d’une langue sans rapport avec les langues indo-européennes. Il l’étudie d’une manière nouvelle, sans vouloir y repérer de supposés universaux grammaticaux (de la grammaire latine en fait) mais en laissant surgir les règles de ses contacts avec des informateurs, eux-mêmes bien intégrés dans leur milieu. Sans pouvoir parler basque (il trouve toujours que ses interlocuteurs parlent trop vite), il en devient bon connaisseur et initie une méthode d’observation linguistique qui sera aussi utilisée pour les langues amérindiennes lors de l’expédition de son frère, l’explorateur Alexandre de Humboldt en Amérique du sud. Il étudiera aussi d’autres langues comme le Kawi, langue littéraire parlée à Java.

La « vision du monde »

Chaque langue propose une « vision du monde » spécifique (c’est lui qui a inventé le terme). Non pas une « interprétation » selon le sens que cette expression à souvent pris depuis, mais une création continue par interaction entre une culture, des individus qui s’expriment et l’environnement matériel et intellectuel. Comprendre ces visions du monde, les comparer par le biais de l’étude des langues, c’est le but que se donne Humboldt [14].

Par exemple, d’une manière très pratique, voire politique, la langue allemande, qui est une vision du monde, va permettre d’unifier la nation allemande au 19e siècle. Elle va s’affranchir de l’influence culturelle de la langue française qui dominait au 18e siècle et va ainsi aller dans le sens de l’épanouissement de soi, au plan collectif.

Démarche scientifique et recherche de l’épanouissement individuel

Goethe met l’accent sur le développement de soi, mais intégré dans une collectivité ; Humboldt met l’accent sur la science de l’homme qui donne un but à la recherche de l’épanouissement collectif. Les deux démarches sont très liées :

– la recherche scientifique est à la fois une démarche individuelle liée au travail du chercheur mais aussi une démarche collective par le biais de la discussion avec les pairs, des livres et des revues. Le but final est un épanouissement de la connaissance, œuvre à la fois individuelle et collective. Cela reste vrai aujourd’hui même si la compétition (publish or perish) joue un rôle négatif. Dans une bonne pratique de la science, Individu et collectif visent leur épanouissement mutuel.

– quand l’individu ordinaire cherche son épanouissement dans la vie familiale et professionnelle, il développe ses potentialités mais s’il oublie le collectif et se centre sur lui-même, il risque de tomber dans une spirale inflationniste : toute reconnaissance parait insuffisante et est dévalorisée. Dans la compétition scolaire par exemple, un seul a pleinement réussi (à ses yeux) : celui qui est major à Polytechnique. Dans la compétition sportive, les larmes des médailles d’argent aux JO en sont un autre cas.

La paideia grecque, tournée vers la compétition a été dans le cas de sa version allemande, la Bildung, pondérée par la prise en compte de ce qu’on pourrait appeler le bien commun collectif. Ceci nous a valu l’organisation concrète de la science moderne, cela entraine encore des différences de comportement entre l’Allemagne et la France comme récemment à propos de la crise des réfugiés où la chancelière Angela Merkel, héritière du luthéranisme, a bien signifié que l’ouverture aux autres est un bien collectif à sauvegarder.

Actualité de Goethe

Le roman de formation n’a plus cours en tant que tel car c’est toute la littérature romanesque qui est depuis lors formation du lecteur. Elle fait appel à l’émotion, à la sensibilité, au jugement, à l’empathie et forme ainsi la personnalité et chacun de nous a une ou plusieurs lectures dont il est redevable pour toujours. De ce fait l’initiation à la littérature doit être préservée. Cependant, ce n’est pas la seule source et le cinéma peut jouer le même rôle. Avec une différence cependant : par l’image et le son, le spectateur est en quelque sorte guidé dans son expérience, tenu de plus par la durée du film. Le roman, ne faisant usage que de la langue, laisse au lecteur beaucoup plus de liberté dans le choix des émotions qu’il va susciter et gagne ainsi en profondeur pour la réalisation de la personnalité.

Actualité de Humboldt

La science moderne vit dans des structures de recherche initiées à Berlin par Humboldt. La linguistique comparative a connu un grand développement depuis ses travaux novateurs.

Et du rôle fondamental donné à la Grèce, qu’en reste-t-il aujourd’hui ? Si les musées berlinois sont très liés à la Grèce (on pense au monumental autel de Pergame d’un des musées de l’Ile aux musées), l’enseignement allemand donne-t-il une part prépondérante au grec ? Il n’en est rien : la situation actuelle de l’enseignement des langues anciennes dans le Gymnasium est tout à fait analogue à la situation française (d’avant la réforme en cours). On peut faire du latin à partir de l’équivalent de la 5e. Quant au grec, il peut être pris deux ans plus tard. Cette évolution est liée à celle de l’enseignement lui-même qui a quelque peu oublié l’idéal humboldtien de formation de soi pour mettre l’accent sur la discipline nécessaire au bon fonctionnement de l’Etat prussien : les auteurs latins sont plus adaptés à ce rôle [15].

Le 19e siècle a vu le développement de la science de l’Antiquité à travers de nombreuses disciplines : archéologie, histoire, linguistique, grammaire comparée, philologie, science de la traduction. Ce sont toutes ces disciplines qui doivent être aujourd’hui mobilisées : la seule traduction correspond à l’état de fait antérieur au 19e siècle et ne saurait être le but ultime comme il l’a longtemps été (au moins dans les programmes).

On peut rêver : que faudrait-il faire pour que l’élève puisse s’épanouir humainement au contact des grecs ? Suivre Ulysse dans ses aventures ? Dessiner la statuaire grecque ? Revivre les Jeux Olympiques dans leur version d’origine ? Visiter l’Ile aux musées de Berlin ? Où étudier la morphologie ? Je pense que beaucoup d’enseignants actuels ont déjà fait des choix qui font de l’étude du grec un épanouissement à la manière de Humboldt [16].

***

On trouvera en rubrique actualité une visualisation des chiffres de la rentrée 2015, issus des Repères & Références statistiques 2016 du ministère [17]. L’effet d’annonce de la réforme du collège est sensible :

–  en 5e, la première année de latin cesse sa décroissance : stabilité dans le privé (23,9%) et augmentation  dans le public (de 18,1 à 18,6%). La critique de la réforme a  stimulé l’activité des professeurs de lettres classiques et d’autre part les langues anciennes ont été à l’ordre du jour du débat public.
– par contre l’allemand en 5e (pratiqué surtout dans des classes bilangues) reste à pourcentage constant (12,5%) et les sections européennes sur l’ensemble du collège sont en légère baisse (5,7 contre 5,8%)

  1. Cf. Latin et politique : l’impact de la Révolution sur ce carnet []
  2. Cf. histoire de la gymnastique sur ce carnet []
  3. Sur les flancs duquel se trouvait une villa de Cicéron à Tusculanes et où aujourd’hui se dresse du côté opposé la résidence d’été du Pape à Castel Gondolfo []
  4. voir le site du Parc des Aqueducs et sur ce carnet l’Aqua Claudia []
  5. Hubert Robert, 1733-1808. Un peintre visionnaire : 9 Mars – 30 Mai 2016 []
  6. Johann Joachim Winckelmann, Histoire de l’Art dans l’Antiquité, Le Livre de poche, 2005 []
  7. Johann Joachim Winckelmann, Pensées sur l’imitation des œuvres grecques en peinture et en sculpture [1755), Allia, 2005, p. 38 []
  8. Histoire de l’Art dans l’Antiquité, p. 504 []
  9. Goethe, Mémoires, – Œuvres, trad. Porchat, tome VIII.djvu/293 []
  10. Version française de l’allemand Wilhelm von Humboldt. Je vais suivre ici le chapitre 6 « Wilhelm von Humboldt ou la Bildung vécue » du livre de Louis Dumont, L’idéologie allemande, Gallimard, 1991 []
  11. Cf. L’idélogie allemande, chapitre 7 []
  12. Cf. sur ce carnet, L’enseignement du latin en Allemagne []
  13. Cf. Jean Quillien, G. de Humboldt et la Grèce, Presses Univ. de Lille, 1983 []
  14. Cf. Anne-Marie Chabrolle-Cerretini , La « vision du monde » de Wilhelm von Humboldt : histoire d’un concept linguistique,  Lyon , ENS éd., 2007 []
  15. Cf. Le site des enseignants allemands []
  16. PS du 1/12/16 : on lira avec attention Langues, langage, pensée, nations – Lecture de Humboldt, compte-rendu d’un séminaire de l’École française de Rome mis en ligne le 30 novembre 2016 []
  17. disponibles en ligne []

Une réflexion au sujet de « De l’imitation à l’étude des Anciens : le cercle de Goethe »

  1. A propos de ces « auteurs latins plus adaptés etc. » Est-ce qu’il ne serait pas temps – n’en déplaise aux Prussiens…- de se débarrasser de ce vieux poncif qui fait des auteurs latins » les instituteurs musclés de l’Europe », ou des gens férus d’ordre!!! Quand on pense à ce que Nietzsche a dit d’Horace , ce poète,impossible à endoctriner, tellement il avait la liberté chevillée au corps, et d’une manière générale de cette langue poétique latine si complexe et si raffinée qu’elle « peut ce que n’importe quelle autre langue ne peut même pas vouloir… ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *