Latin, grec, réforme : les livres de la rentrée

livresrentreeLa rentrée éditoriale nous propose en premier lieu deux ouvrages où la réforme du collège est discutée mais les deux autres ont probablement été publiés à cette occasion. Le hors-série du Monde appartient au genre ludique [1], quant aux trois livres ils sont de genres très différents allant d’une lettre de Pierre Laurens (professeur émérite à la Sorbonne) à l’ainée de ses petites-filles [2] ; à des textes issus de conférences d’auteurs différents données dans le cadre de l’ALLE, Association le Latin dans les littératures européennes, textes suivis d’une déclaration sur la réforme du collège [3] ; enfin à une série de chapitres rédigés par Gilles Siouffi (professeur en langue française à Paris-Sorbonne) et Alain Rey (lexicographe) qui se posent la question De la nécessité du grec et du latin [4]. C’est par ce dernier ouvrage que je commencerai.

siouffireyCet ouvrage est sans aucune note, les vingt-neuf chapitres sont brefs, l’exposition se veut « légère et vive » et je crains de casser cette légèreté en tentant de faire une présentation articulée des thèses présentées dans cet ouvrage, mais c’est une nécessité pour pouvoir les discuter. Cependant le sous-titre du livre, logique et génie, est un bon guide.

« Logique » c’est à dire la puissance de la langue elle-même

– Orthographe.

L’orthographe est un savoir indispensable qu’il faut enseigner : les auteurs montrent que l’ancien français était beaucoup moins dépendant du latin que le français actuel qui a subi depuis la Renaissance des périodes de « relatinisation » qui cherchaient à faire apparaitre les mots latins dans les mots français. Ceci nous vaut des mots comme doigt ou le g et le t visent à rappeler digitum, ou des doublets comme forge et fabrique issus de fabrica. L’orthographe actuelle est le fruit de nombreux phénomènes historiques. Du fait de ces évolutions, c’est une histoire de la langue française qu’il faut prendre en compte et le latin en fait partie.

– Etymologie

Le sens des mots change au cours du temps, c’est une évolution inévitable : penser que l’étymologie est la vérité des mots est une illusion. Formidabilis signifie l’épouvante, « formidable » aujourd’hui évoque ce qui est merveilleux mais Victor Hugo évoquant dans Quatre-ving-treize un canon formidable, les lecteurs d’alors le ressentaient comme terrifiant. Mais il faut parler avec son temps et vouloir revenir à l’étymologie stricte relèverait du ridicule et conduirait à l’incompréhension. Cependant des « rudiments de latin » aideraient à y voir clair.

– Langue des savants

Newton utilise le néologisme gravitatio pour sa théorie : la gravitation est devenue une théorie scientifique et le terme anglais to gravitate montre que le néo-latin scientifique est international. Linné met de l’ordre dans les classifications du vivant en utilisant un couple de mots latins (ou latinisés) pour désigner les genres et les espèces, comme dans homo sapiens [5].  Le grec lui, est à la source d’une bonne partie du vocabulaire international de la science. Latin et grec servent à nommer le monde et le code civil français est semé de mots latins.

« Génie » c’est-à-dire la culture antique, c’est-à-dire la culture du monde occidental

Sous diverses formes, la culture du monde antique est présente dans notre monde : littérature, croyances, savoirs, mythes. Aujourd’hui comme à chaque époque nous nous appuyons sur le passé pour construire le présent. Par exemple, l’art occidental a deux sources d’inspiration, la Bible et le monde gréco-latin qui nous apporte entre autres Orphée, Médée, la Méduse, Jupiter, les satyres, les bacchantes, Ariane abandonnée, l’embarquement pour Cythère. Ces mythes sont attirants, aident à comprendre ce que nous vivons et le complexe d’Œdipe, le narcissisme et bien d’autres mythes envahissent notre monde et nourrissent également la publicité et les médias.

Le paradoxe de la situation actuelle est que notre connaissance de la civilisation antique est en constante progression alors que la connaissance des langues anciennes a reculé dans le public cultivé. Avant le 19e siècle le latin était lié à la culture parce que source de connaissance, d’apprentissage de la sensibilité ou de la vie en commun (comme en témoigne les Essais de Montaigne). A la fin du 18e et au 19e siècle, une révolution intellectuelle a eu lieu qui considère les langues anciennes et leur culture comme un objet de science : Winckelmann invente l’histoire de l’art ; la linguistique naissante s’intéresse au latin et au grec à des fins comparatives dans le cadre indo-européen. L’étude scientifique anéantit la communion à la culture antique. La conséquence en est que l’enseignement des langues anciennes se dessèche car il n’est plus source de culture. Par contre la méthode scientifique appliquée à la culture antique améliore notre connaissance des conditions de productions des textes : Aristote ou Cicéron sont compris de manière plus exacte et les textes qui sont lus aujourd’hui le sont davantage pour leur intérêt philosophique ou historique. Le De viris plus facile mais ennuyeux ne fait plus recette car ce n’est plus la connaissance de la langue qui prime mais son contenu.

Que faire ?

En conclusion, que disent les auteurs sur la question de l’enseignement du grec et du latin ? Leur propos est nuancé : ils prennent acte du fait que l’objectif d’apprendre le latin ou le grec pour « lire les textes » est devenu déraisonnable, même si cet objectif devrait être celui de la « haute culture ». Il faut « sous-titrer » la version originale  (non dans le sens strict que j’ai développé dans ce carnet) par le biais de traductions qui permettent d’apprécier l’Odyssée ou l’Enéide. Il nous faut des traductions, des adaptations qui nous fassent penser, nous émeuvent, nous interrogent. Le latin ne sert plus pour acquérir de l’orthographe mais, avec le grec, doit nous apprendre à réfléchir, même si on n’a accès qu’au contenu et non à la langue. Outre des savoirs indispensables, l’école doit doter chaque enfant d’un fond culturel où l’antiquité est prégnante, elle est dans notre ADN (comme le soulignait le bandeau du livre).

Quant à la connaissance stricte de la langue, elle est nécessaire, mais peut-être à un petit nombre, car chaque langue est une « vision du monde » qui associe les mots aux choses et cette connaissance est indispensable pour aller au fond des choses. Malheureusement, le « petit nombre » s’est trouvé être une élite discriminante et a entrainé pour les autres le « vécu humiliant » de la culture. Il faut refuser cette perspective, prendre acte par exemple du latin du français (et le faire comprendre), donner à tous les rudiments de la langue et donner à tous la capacité de découvrir la source de notre culture, même sans la langue.

***

Ceux qui lisent régulièrement ce carnet de recherche ont bien vu que la vision des auteurs, leur insistance sur la prégnance de la culture antique dans toute notre histoire, leur idée qu’à tous doivent être donnés des rudiments de la langue, que la littérature, la philosophie, la science et l’art ont à voir avec l’antiquité, toute cette manière de voir est cohérente avec ce que je présente régulièrement ici. J’ajouterai personnellement que l’enseignement de la langue latine devrait faire partie des compétences des enseignants de lettres pour pouvoir enseigner à tous des rudiments de latin. Ce n’est pas le cas aujourd’hui du fait du « vécu humiliant » de leur situation actuelle de professeurs de lettres modernes face au latin.

***

lebonairlatin2Le bon air du latin est le recueil des exposés faits dans le cadre des conférences de l’ALLE (Association le Latin dans les littératures européennes) ou à l’occasion d’un colloque intitulé « quel français voulons-nous ». Du fait de la réforme en cours, ces exposés ont été encadrés d’une préface, d’une ouverture et d’une déclaration sur la réforme du collège. Ce sont ces textes que j’évoquerai principalement.

Dans sa préface, Cécilia Suzzoni constate que le français ne se porte pas bien : c’est d’ailleurs le point de départ de l’ensemble des interventions du livre qui montrent qu’en oubliant d’où vient le français on en arrive à la déplorable situation actuelle. Le français est aujourd’hui miné par un mauvais anglais et par une attitude de « lâcher prise ». Par ailleurs l’Institution scolaire elle-même mettrait en œuvre un plan global et concerné visant à l’éradication du latin, dont la réforme en cours serait le dernier avatar. Le but de l’ouvrage est de montrer qu’il faut réactiver le lien avec le latin qui est la profondeur historique du français.

En ouverture, Michel Zink cherche à définir ce que nous voulons comme français : il faut pouvoir dire clairement ce que l’on pense pour pouvoir communiquer avec tous et dire clairement ce que l’on éprouve afin de ne pas être la jouet de ses émotions ; il faut pouvoir se nourrir de la littérature. Pour arriver à ce résultat, il y faut des compétences d’analyse (grammaticale et logique), un vocabulaire étendu. Il faut maintenir un français standard, moins fragmenté géographiquement et socialement que la langue parlée. Du point de vue de l’enseignement, tout professeur de français devrait savoir un peu de latin car la connaissance du français passe par son histoire et  celle-ci est enracinée dans la latinité.

Les différents chapitres du livre reprennent ces divers points : influence néfaste de l’anglais, appauvrissement du français, critique de l’Éducation nationale qui par le biais de ses réformes tend à l’éradication du latin. Les différents auteurs, soit présentent les évolutions du français d’un point de vue historique en insistant sur le lien maintenu avec le latin, soit protestent, soit apportent leur témoignage d’écrivain, de linguiste, de mathématicien, de juriste. Le livre se termine par une Déclaration sur la réforme du collège qui exprime la position de l’association ALLE et qui doit être discutée.

Déclaration sur la réforme du collège

La réforme en cours est critiquée qui cherche à intégrer dans un « bricolage confus et rudimentaire » l’enseignement des langues anciennes dans des EPI (enseignements pratiques interdisciplinaires). Il s’agit là d’une « triste caricature » de la réforme que l’ALLE appelle de ses vœux et qui avait été présentée dans Sans le latin… Il est probable que cette réforme aura pour effet de tarir l’enseignement des langues anciennes au lycée. La chute brutale entre le collège et le lycée ne peut que continuer, mais à partir d’effectifs au collège toujours plus faibles.

Ce qu’il faudrait c’est mettre en œuvre une filière littéraire s’appuyant sur ses bases légitimes, c’est-à-dire le latin et le grec. Une filière, pas une option car c’est la mise en option des langues anciennes qui est à l’origine de leur fragilisation. Les autres disciplines sont enseignées parce que leur valeur s’appuie sur leur légitimité scientifique alors que les enseignants de langues anciennes en sont réduits à recruter leur public.

***

Pour pouvoir discuter cet ouvrage, il faut rappeler le projet du livre antérieur (Sans le latin…) analysé sur ce carnet lors de sa parution ‘et suivi d’un échange avec Cécilia Suzzoni), car il propose une réforme qui est toujours à mettre en œuvre pour l’ALLE. Il s’agit de constituer une discipline nouvelle intitulé le « français raisonné » qui refonderait l’enseignement du français sur des bases scientifiques, historiques et littéraires. Tous les élèves, au collège et au lycée jusqu’à la terminale, recevrait des bases du latin, de l’histoire de la langue, de sa phonétique historique, en plus de l’étude des œuvres majeures de la culture française (littéraires mais aussi autres).

Ce qui rapproche cette proposition de réforme du livre actuel c’est le désir de sortir de la mise en option des langues anciennes et le refus de laisser les études littéraires dans une filière Lettres dévalorisée. Le « français raisonné » doit permettre à tous de s’exprimer clairement et de comprendre en profondeur notre culture.  Dans le présent livre, le projet est moins précis même si les principes sont les mêmes. L »enseignement voulu doit consister en une filière littéraire non optionnelle (c’est à dire un enseignement littéraire commun à tous les élèves).

Discussion

La nécessaire stabilité éducative du système scolaire fait que les évolutions ne peuvent être que progressives. Il est tout à fait envisageable de donner en cours de français des rudiments de latin en se servant du latin du français (qui ne doit être étranger à aucun élève). Cela suppose, comme le soulignait Michel Zink, que tous les enseignants de français soient formés au latin (j’ajoute : comme ils le sont à l’ancien français) car, le livre l’a souligné à juste titre, la connaissance du français passe par son histoire et le latin en fait partie. De ce fait, la réforme actuelle qui tend à donner des rudiments de latin à tous va dans le bon sens (mais met à mal l’enseignement des LCA au collège).

C’est dans la réforme à venir du lycée qu’il faudra lutter pour que la future filière littéraire ne soit plus un refuge des élèves nuls en maths mais un choix exigeant, préparant à l’ENS, mais aussi à Sciences Po si on y intègre également des sciences économiques et sociales suffisantes.

Les langues anciennes au collège souffrent de leur aspect optionnel qui provoque chez ceux qui y sont présents un refus d’investissement qui pousse à l’abandon et chez ceux qui n’y sont pas présents un sentiment de dévalorisation personnel qui pousse au désintéressement vis-à-vis de l’école elle-même. Il est probable que dans les années à venir, du fait de la réforme actuelle, les effectifs d’élèves dans les enseignements optionnels de langue ancienne, déjà réduits en heures, vont diminuer et que progressivement, on se retrouvera dans la situation de l’Italie où on ne fait plus de langues anciennes dans l’équivalent du collège. Souhaitons que l’on ait en France une filière littéraire rénovée qui soit l’équivalent des lycées classiques italiens dont les élèves à l’examen terminal sont capables de traduire de longs textes de latin et de grec  comme on l’a vu sur ce carnet : Maturità / Bac : comparaison franco-italienne.

***

motslatinLes ouvrages dédiées à X ou Y (en général des prénoms féminins) pour leur permettre d’apprendre une langue ancienne, appartiennent à un genre littéraire bien fourni comme Cornélie ou le latin sans pleurs de Salomon Reinach (1912) et des équivalents dédiés à Eulalie pour le grec (1911) ou à Sidonie pour le français (1913). Le principe est qu’une lettre adressée à un enfant devrait permettre d’avoir une progression pédagogique qui permette un réel apprentissage. Il s’agit évidemment d’une fiction que Salomon Reinach affichait d’ailleurs en dédiant son livre « à toutes les Cornélies ». Les Mots latins pour Mathilde ne semblent pas être dans ce cas puisque l’auteur fait précéder chaque chapitre d’une « lettre à Mathilde », du nom de l’ainée de ses petites-filles.

Examinant les 1 600 mots que la statistique lexicale propose comme étant les plus courants, l’auteur montre l’enracinement indo-européen du latin puis ses emprunts aux étrusques et aux grecs. Il montre ensuite comment le lexique s’est enrichi par dérivation (préfixation, suffixation), composition (comme agricola, de colo, habiter). La troisième partie étudie comment les significations des mots s’accroissent en partant souvent d’un mot concret qui se charge de contenus plus abstraits : calamitas désigne d’abord ce qui menace la moisson sur pied avant de prendre le sens plus large de malheur, de fléau. Les significations évoluent aussi par glissement sémantique : iugum, joug puis par analogie, chaine de montagne, sommet. Une quatrième partie, intitulée « vers le français » examine le passage du « latin vulgaire au roman commun » puis franchit les siècles et étudie la relatinisation

Comme on peut le deviner,  la tâche de Mathilde va être difficile car l’auteur ne lui épargne rien des résultats des études en linguistique grecque et latine, le but de l’ouvrage étant de rapprocher les spécialistes et les utilisateurs. De ce fait ce livre est un livre de référence, difficilement utilisable cependant car ne présentant aucune présentation alphabétique des mots étudiés. Ces Mots latins ne sont donc pas de Petites leçons d’une grande langue comme le suggère le sous-titre mais un véritable ouvrage scientifique.

***

horsserielemondeL’actualité nous apporte aussi un Hors-série du Monde : Retrouvez votre latin…et votre grec. Un voyage ludique aux origines du français mis au point par Robert Delord qui dans l’avant-propos rappelle comment l’étymologie, la mythologie et les réalités gréco-romaines sont parties prenantes de notre culture et nourrissent encore notre imaginaire collectif.

Robert Delord retrouve sous le mode ludique, les phénomènes étudiés dans le livre précédent : dérivation, composition, préfixation, suffixation, doublets. Il fait le tour du latin du français et des abréviations qui en viennent. Il confronte ensuite langues antiques et langues modernes puis s’intéresse à la prégnance de la mythologie, revient à l’histoire romaine et à sa société, passe par le latin scientifique, l’usage du latin dans le choix des noms de marques  (et n’hésite pas à employer, bien que défenseur émérite du latin et du grec, des termes franglais comme storytelling ou naming. Il termine en beauté, si l’on peut dire, par les jeux de Vénus. C’est un ouvrage à mettre entre (presque ?) toutes les mains.

  1. Robert Delord, Retrouvez votre latin…et votre grec, Le Robert, Le Monde, 2016 []
  2. Pierre Laurens, Les Mots latins pour Mathilde, Les Belles Lettres, 2016 []
  3. Sous la direction de Hubert Aupetit, Adeline Desbois-Ientile, Cecilia Suzzoni , Le bon air latin, ALLE, Fayard, 2016 []
  4. Gilles Siouffi, Alain Rey, De la nécessité du grec et du latin, Flammarion, 2016 []
  5. Sur cette question voir Philippe Cibois, Parler latin pour classer la nature. L’héritage de Linné, Editions Petit-Génie, 2015 []

6 réflexions au sujet de « Latin, grec, réforme : les livres de la rentrée »

  1. 1. Vous parlez à plusieurs reprises d’un « vécu humiliant » ou d' »un sentiment de dévalorisation personnel » chez ceux, en l’occurrence enseignants, qui n’ont pas fait de latin. Sur quelles observations vous fondez-vous pour leur attribuer ce sentiment de frustration ? Je ne l’ai jamais constaté chez les anciens non-latinistes. J’aurais plutôt tendance à penser que les « latinistes » ont parfois un léger complexe de supériorité (gardiens des Humanités avec un très grand H, etc.). Déjà, quand j’étais en 6e A 1, allemand et latin, nous étions bien convaincus d’être la meilleure des neuf sixièmes ! Mais pour beaucoup de ceux qui ont fait du latin dans leur jeunesse, ce n’est maintenant plus qu’un souvenir lointain d’une époque révolue : c’était comme ça à l’époque… il en reste un vieux Gaffiot encombrant dont on ne sait que faire mais que l’on n’ose pas jeter…

    2. Une bonne filière littéraire nécessite-t-elle l’apprentissage du latin ? Les prépas littéraires à l’ENS de Saint-Cloud (maintenant de Lyon) n’ont jamais eu d’enseignement de latin (sauf en option lettres classiques). Le latin ne figure plus maintenant que dans l’une des filières littéraires pour l’entrée rue d’Ulm. Même à l’Ecole des chartes, il y a une voie sans latin. De fait, si la connaissance de la culture antique est indispensable pour l’intelligence des littératures occidentales, elle n’implique (heureusement !) pas que l’on puisse lire les œuvres latines ou grecques dans le texte. Il y a (heureusement !) des traductions.

    3. Le latin à l’avenir uniquement à partir de la seconde ? Edgar Faure l’avait déjà suggéré il y a plus de quarante ans, après l’avoir reculé de la 6e à la 4e ! Plus récemment, Paul Veyne a suggéré de le repousser dans le supérieur… On peut s’attendre à de nouveaux débats enflammés…

    1. L’expression d’un « vécu humiliant » se trouve dans l’un des livres étudiés, De la nécessité du grec et du latin. Je cite le paragraphe en question (p. 138) :

      Le latin et le grec « sont vus comme n’étant pas destinés à tous. (…) Des centaines de romans ou d’autobiographies des 19e et 20e siècle ont décrit sans fard – et non sans humour – ce sentiment d’exclusion qui leur seule évocation appelle. « Ce n’est pas pour moi » . (…). Cette impression est parfois due à un sentiment d’inquiétude, de menace pour la représentation que nous nous faisons de nous-même. C’est ce qu’on pourrait appeler le « vécu humiliant » de la culture. »
      « De la sorte, le latin et le grec se sont trouvés placés aux avant-postes d’une modification générale du rapport au savoir qui fait, ce qui n’est pas absolument et communément partagé, un lieu de discrimination. »

      Vous évoquez le sentiment de supériorité des latinistes de 6e d’une époque que j’ai également connue : comme je suis en rapport avec beaucoup d’enseignants de latin, je peux affirmer que je n’ai pas rencontré ce sentiment chez eux mais, qu’ils le veuillent ou non, ils sont les propagateurs d’un enseignement perçu comme de valeur supérieure. Or une perception de supériorité ne peut pas être neutre chez ceux qui sont privés de ce bien. La « balance sociale » est ainsi faite que si vous soulevez un plateau, vous faites descendre l’autre. Je suis sociologue et il me parait difficile de ne pas tenir compte des travaux d’Edmond Goblot, de Pierre Boudieu ainsi que de ceux plus récents qui manifestent pour ceux qui n’y ont pas accès, le sentiment d’exclusion scolaire lié à des options élitistes.

      Où vous avez raison, c’est de me demander des preuves empiriques en ce qui concerne les enseignants de lettres modernes. Mon sentiment s’est fait en écoutant les enseignants de lettres classiques qui, mis en cause par la réforme, ont plusieurs fois évoqué le sentiment de revanche que leurs collègues de lettres modernes éprouvaient, mais il faudrait mieux documenter cette question.

      Il faut remettre en cause une conception du latin comme option chargée d’une aura de noblesse et revenir à une conception utilitariste qui doit être celle de l’enseignement. Quel apprentissage est utile à quelle catégorie d’élèves ? Au pur niveau littéraire, c’est la connaissance des œuvres (et de leur contexte historique et culturel) qui est fondamentale et des traductions suffisent. Par contre, tous les élèves doivent comprendre qu’il existe des mots et des expressions latines en français qui ont un statut spécial. Tous les enseignants de français devraient avoir des connaissances de latin parce que latin fait partie de l’histoire de la langue et, avec le grec, est encore très productif dans toutes les langues et dans les disciplines scientifiques. Il ne s’agit pas pour eux d’être capable de lire Tacite dans le texte mais d’avoir compris le système casuel du latin et de débuter, par exemple en déchiffrant des textes avec l’aide de logiciels qui identifient les formes : je pense au Perseus search tools qui fait ce travail tant pour le latin que pour le grec (et que j’utilise beaucoup pour traduire sur ce carnet de recherche). Bien sûr, il faudra des spécialistes, comme le dit Paul Veyne, mais c’est une autre histoire.

      Ce qui est impératif aujourd’hui est de démythifier le latin, d’en faire un outil utile à certains, inutile à d’autres, connu partiellement selon les besoins propres de chaque orientation. Si l’on arrive à déterminer des projets de formations cohérentes, la « Question du latin » qui se pose depuis plus d’un siècle ne se posera plus car le latin aura perdu son aspect de barrière, de distinction, et sera redevenu le pur outil qu’il était pour Érasme.

    2. En réponse à Jacques Poitou.

      La question du conflit modernes/classiques est évoquée dans l’ouvrage de Clémence Cardon-Quint Des lettres au français, publié par les PUR. En s’appuyant sur les archives d’associations pédagogiques et disciplinaires, ainsi que sur des archives ministérielles, l’auteure montre que pour une part non négligeable, l’identité professionnelle du corps des professeurs de lettres modernes s’est constituée contre la présence du latin dans l’enseignement, tant secondaire que supérieur. Les arguments mis en avant à l’époque pour démontrer l’inutilité et la nocivité du latin sont peu ou prou ceux que vous développez. Ils reposent sur des a priori et des implicites, ainsi que sur des erreurs d’ordre épistémologique, scientifique et culturelle. D’un certain côté, on peut considérer que nous vivons les derniers feux de ce débat avec la réforme du collège, qui décapite l’enseisegnement des langues anciennes là où il était fort (c’était la troisième langue étrangère étudiée au collège en France, pas un club réservé à une élite), prélude à une nouvelle réduction réussie (après celle du supérieur et du lycée), soit l’inverse d’une démocratisation (peut-on alors en être fier?).
      D’un point de vue épistémologique, tout tourne autour de la question suivante: peut-on réellement appréhender la profondeur d’un texte lorsqu’il est en traduction?
      Notons que cette question met en jeu la conception que nous avons de la compréhension des textes en latin et grec, mais aussi du travail sur les textes dans d’autres disciplines, les langues vivantes notamment.
      Pourquoi ne pas se donner pour objectif que l’élève puisse comprendre un texte littéraire « dans son jus », un peu à la manière des films sous-titrés, qui permettent tout de même un apprentissage linguistique? Cela sous-entend de créer un appareillage pour ceux-ci, qui devra être allégé au fur et à mesure des progrès des élèves. Cela sous-entend que ce type de travail soit fait régulièrement, en cours de français pour le latin, mais aussi dans les cours de langues vivantes, notamment l’anglais.
      Bref, la mise en avant de la traduction comme seul moyen de connaissance des textes en langue étrangère repose sur le présupposé qu’on ne peut faire autrement, ou qu’il est « inutile » pour les élèves d’en savoir plus. Elle fait fi de l’intérêt culturel et cognitif de procéder par un vis-à-vis ou un aller-retour entre le texte en langue original et une traduction ou un appareillage.

      D’un point de vue scientifique, considérer, comme vous semblez le faire ou comme Paul Veyne l’a fait (et cela a été abondamment repris par ceux qui ne veulent nulle part des langues anciennes), que former une quarantaine de scientifiques chargés de diffuser les traductions « qui sont bien suffisantes » (nous avons déjà réagi à ce présupposé) méconnaît un certain nombre de données factuelles que M. Stéphane Feye rappelle dans sa réponse plus bas, et sur lesquelles les savants allemands ont beaucoup travaillé. La proposition de Paul Veyne laisse en effet de côté plus de 99% de ce qui a été écrit en latin, fait fi de la présence de nombreux textes inédits, encore à traduire et à découvrir, selon l’objectif éminement humaniste de mieux nous comprendre. La réduction du latin à la période romaine est une erreur scientifique et aussi l’une des explications à la situation actuelle de l’enseignement des langues anciennes, qui se sont retranchées derrière l’argument des « grands textes » (argument intéressant mais réducteur) pour justifier son existence face à la violence des attaques qu’elles subissent depuis 50 ans.
      Le changement a commencé, avec des programmes qui demandent de laisser une place au « latin après le latin » (expression tirée des programmes de 2009), ou des projets tels que celui de l’université de Bretagne Occidentale: http://www.univ-brest.fr/libros/menu/Présentation
      Cette vision datée du latin, celle de Paul Veyne, est aussi celle où en sont restés ceux qui ne veulent pas de sa démocratisation dans l’enseignement et sert de repoussoir, alors qu’elle est profondément réductrice. On peut noter que, outre les associations disciplinaires de professeurs de lettres classiques, ce sont les historiens (pour cette question des textes) et les archéologues qui appréhendent le mieux les dégâts causés par cette vision du latin que vous diffusez.
      Nous avons un besoin urgent et éminent de former des latinistes en grand nombre pour accomplir ce travail. Et donc, nous avons besoin d’un enseignement du latin régulier, donné à une base élargie d’élèves pour avoir un recrutement suffisant plus tard.
      Je profite de ce passage pour vous rappeler que, si effectivement l’école des Chartes a ouvert une voie sans latin (ce qui est hallucinant en soi pour qui se destine à gérer le fond d’une bibliothèque, mais parfaitement dans l’air du temps), l’étude d’une langue ancienne est désormais obligatoire pour les élèves de CPGE littéraire, à raison de 2h hebdomadaire plus une heure de culture antique. Et personne n’est mort. Comme quoi, quand on veut, on peut.
      Enfin, concernant l’aspect culturel, c’est sur celui-ci qu’on trouve une abondante littérature. Je me bornerai à rappeler que nous sommes les héritiers du latin, que ce n’est pas sale et que cet héritage peut être l’objet d’un enseignement offert à tous les élèves. Naturellement, l’idée n’est pas de prendre la perspective ancienne – so sixties – de l’étude des langues anciennes, et qui sert de repoussoir (et d’accusation de racisme larvé) largement mis en avant par qui ne veut pas réfléchir sur le fond à la question des langues anciennes dans l’enseignement. Des perspectives autres peuvent être prises, comme l’ont fait par exemple Florence Dupont dans son livre d’entretien L’Antiquité, territoire des écarts, ou encore le collectif de jeunes chercheurs qui anime le blog http://antiquipop.hypotheses.org/.
      Il s’agit d’étudier les textes anciens pour comprendre ce que nous en avons fait, comment nous les avons compris et reçus à diverses époques et comment nous les avons utilisé. Et cela mérite d’être offert à tous, pas à une quarantaine de spécialistes triés sur le volet.
      Cela demande donc un changement total de perspective de la part des instances dirigeantes; cela demande de revenir sur la distinction classiques/modernes en actant l’inanité scientifique et épistémologique de penser qu’il est inutile voire nocif pour un prof de lettres de connaître le latin et le grec; cela commande aussi de revoir la perspective de l’enseignement des langues anciennes, qui doit élargir sa chronologie et avoir toujours en point de mire l’homme d’aujourd’hui et l’homme de demain; cela demande enfin d’intégrer les langues anciennes à l’enseignement général, de la manière la plus réaliste possible dans la situation actuelle, largement imputable aux erreurs de jugement qui ont cours sur les langues anciennes depuis 50 ans.

      1. En réponse à Vincent.

        Cher Monsieur,

        Je suis en admiration devant tout ce que vous venez d’écrire, et avec lequel je suis en osmose totale. La seule différence est que vous l’exprimez beaucoup mieux de de manière plus fouillée que tout ce que j’aurais pu dire moi-même.
        On veut faire de cette lutte acharnée une lutte des classes, politique, sociale etc., alors que dans TOUS les milieux (comme je l’expérimente à Schola Nova) il y a des assoiffés d’instruction. Qu’on soit de gauche ou de droite, qu’on soit pour ou contre l’ancien régime, qu’on aime ou haïsse Charles Martel, Newton, ou Ferdinand, qu’on soit papiste, Trumpiste ou Obamiste, blanc, noir ou jaune, ne pas entrer en contact DIRECT avec la pensée de tous ceux qui se sont exprimés en latin depuis plus de deux mille ans, tient du suicide, ou plus exactement du meurtre, car, vous le démontrez bien, ce dénigrement systématique ne provient pas nécessairement d’une volonté vague et populaire.
        Qua de causa imo corde omnibus suadere volo, ut sermonem Latinum vivum quam citissime discant atque posteritati tradant.

      2. En réponse à Vincent.

        Je suis bien d’accord avec vous que la lecture d’un texte original peut apporter plus qu’une traduction (entre parenthèses, cela vaut aussi pour les éditions anciennes des textes français, avec leur orthographe ancienne). Mais voilà : est-il possible de ne prendre connaissance des littératures et des cultures qu’après avoir appris les langues correspondantes ? faut-il apprendre l’arabe avant de lire les Mille et Une Nuits ? l’ancien français avant de lire Villon ou le roman de Renart ? le russe avant de lire Gogol, Soljenitsyne, etc ? le chinois avant de lire les grands romans classiques ou les auteurs modernes (Lao She, Lu Xun, etc.) ? l’allemand avant de lire Goethe, Brecht, Marx ? l’anglais avant de lire Shakespeare ? le grec ancien avant de lire Sophocle ou Platon ? l’hébreu avant de lire la Bible ? l’espagnol avant de lire Cervantès ? etc. Car il n’y a pas que le latin ! Notre culture n’est pas limitée à l’héritage latin, la culture d’autres pays y contribue aussi, tant les échanges entre littératures et entre cultures l’ont fructifiée (et réciproquement). La Pléiade elle-même n’édite plus seulement des textes français ou de l’Antiquité occidentale. Quand j’étais en terminale, on avait trois textes à étudier en philo, en traduction, bien sûr : Platon, Descartes, Nietzsche – un texte grec (ancien), un latin (tardif), un allemand…

        Je ne pense pas que l’on puisse justifier l’enseignement de la langue latine par l’importance de connaître la culture exprimée dans cette langue. Et en ce qui concerne cet enseignement de la langue proprement dite, de toute façon, on ne peut pas éviter d’apprendre les tableaux de déclinaisons et de conjugaisons, comme jadis : rosa rosa rosam. On peut juste les enrober d’une façon ou d’une autre. Comparer l’enseignement des langues vivantes avec le latin (baptisé « troisième langue ») au collège n’a pas de sens. Les finalités de l’enseignement des langues vivantes (français, anglais, etc.) et du latin dans le secondaire sont radicalement différentes. Pour le latin, l’objectif depuis belle lurette n’est ni d’écrire ni de parler, mais seulement de comprendre des textes écrits (ou de les déchiffrer ?).

        La question qui se pose pour le latin – la langue latine – (comme pour tout le reste de l’enseignement), c’est de savoir ce qui est le plus judicieux pour tel ou tel public à tel ou tel niveau d’apprentissage : quand son apprentissage peut ou doit commencer (si apprentissage il doit y avoir) et pour qui : au berceau comme pour Montaigne, en 7e comme jusqu’au XIXe siècle, en 6e comme jusqu’en 1968, en 4e (ou en 5e), en 2e comme l’avait suggéré Edgar Faure, ou seulement dans le supérieur – pour ceux qui en ont besoin ? Ce n’est pas la question du latin spécifiquement, mais celle de l’économie générale de l’enseignement.

        Le latin obligatoire en hypokhâgne, c’est une nouveauté (je l’ignorais !). L’introduction du latin en hypo semble liée à la volonté de créer une première année commune Ulm/Lyon : on met du latin qu’il n’y avait pas en hypo Lyon et de la géographie qu’il n’y avait pas en hypo Ulm… Mais vous ne pouvez pas en déduire que puisque l’on fait ça en hypokhâgne (pendant un an seulement et avec ces publics), on doive ou puisse le faire aussi dans le secondaire.

        A propos de l’Ecole des chartes : si cette institution prestigieuse a ouvert une voie sans latin, je suppose que ce n’est pas par plaisir de sacrifier à l’air du temps. Pour certains métiers auxquels elle entend préparer, peut-être d’autres compétences sont-elles plus utiles que le latin ?

  2. Je pense exactement le contraire de presque tous les propos émis ici. La supériorité du latin est une évidence puisqu’il représente 85% de la littérature de nos bibliothèques, dont 0,01% pour la littérature dite classique (de Plaute à Tacite). Par contre, l’apprendre de manière morte, relève d’une politique nationaliste consciente croissant au cours de l’histoire. Le latin n’est pas mort naturellement, mais artificiellement et volontairement.Voilà pourquoi les philologues lui ont fait autant de tort que les ignorants. Ce qu’il faut, c’est au plus vite parler le latin européen. Cela paraît peut-être fou, mais c’est ce que je fais depuis 22 ans. Ce latin vivant me fait traduire et éditer des ouvrages de 500 pages sans le moindre problème. Je ne garde pas ce trésor pour moi: des dizaines de latinistes vivants m’ont imité pour leur plus grand bonheur.Vous penserez ce que vous voudrez. Je me doute bien qu’une « affaire » pareille se digère très lentement vu la situationcatastrophique d’un endoctrinement séculaire. Mais je vous demande tout de même de penser au bien-fondé sensé et posé de ce qui vous paraîtra peut-être, à tort, une bombe.

    Pr Stéphane Feye
    Schola Nova (non soumise au décret inscriptions) – Humanités Gréco-Latines et Artistiques
    http://www.scholanova.be
    http://www.concertschola.be
    http://www.liberte-scolaire.com/…/schola-nova
    http://online.wsj.com/news/articles/SB10001424052702303755504579207862529717146

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *