Plèbe et tribuns du peuple. Aux origines du populisme

Plèbe, tribuns, populares. En matière de populisme, le vocabulaire des romains est toujours présent : la plèbe s’oppose au peuple et dans l’expression française « tribun populaire », l’adjectif populaire est bien souvent une marque d’infamie aux yeux de la classe supérieure. Remonter aux origines de ce vocabulaire, c’est retourner aux origines de Rome : ceci peut être utile pour la compréhension du populisme actuel à condition de ne pas s’en tenir aux aspects légendaires mais de prendre en compte l’état actuel de la recherche sur la société romaine primitive.

Qu’est-ce que la plèbe ?

Que nous dit l’archéologie sur le peuplement de Rome et du Latium de l’époque primitive ? Selon Carmine Ampolo [1], pour dire d’abord qu’une cité antique existe, il faut qu’on puisse l’identifier comme une communauté de citoyens libres et qu’on en ait des signes sur le plan de la religion et de la politique. Or la résidence royale, la Regia, construite vers les année 600 av. JC l’a été sur les ruines d’un temple. Dans les alentours on trouve les traces d’un lieu de culte sur lesquelles sera construit le temple de Vesta. Au Forum ont été découvertes les traces d’un lieu de réunion, le Comitium espace politique et judiciaire analogue à une agora.

L’ensemble des traces archéologiques (l’auteur en site beaucoup d’autres), manifeste l’existence d’une communauté civique équivalent de la polis hellénique entre 650 et 600. Quant à l’organisation sociale, elle est basée sur des tribus qui sont documentées à partir de 495 et qui conduiront à la naissance des comices tributes. Comme dans les cités grecques les structures « tribales » et les luttes politiques se chevaucheront. C’est ce terme de tribu qui sera à l’origine du mot tribun (tribun de la plèbe ou tribun militaire).

Les romains (et leurs légendes d’origine en font foi), se sont toujours pensés comme une cité ouverte du point de vue ethnique et social. On doit d’abord constater que les rois de Rome furent d’origines diverses, sabine pour les premiers puis étrusque (Tarquin) ou même inconnue dans le cas de Servius Tullius, ceci à l’encontre des grecs qui privilégiaient l’autochtonie. L’ouverture aux autres nations peut se faire d’une manière forte par la conquête militaire qui se traduisait par l’installation à Rome les populations vaincues, élites et masses. Enfin, l’analyse des noms des inscriptions funéraires manifeste que la mobilité géographique n’était pas le seul cas des romains : en Etrurie on trouve des noms d’origine grecque.

La création d’une cité, du fait de son développement, crée les conditions de l’arrivée d’artisans, de marchands, nécessaires pour la vie d’une ville mais aussi de chefs de lignées ou de chefs de bandes qui rejoignent la ville avec leurs dépendants et leurs troupes. A un paysage de villages sans stratification sociale se substitue une cité où se crée une élite qui contrôle les richesses et le pouvoir. Dans cette société archaïque, le sénat est le conseil du roi. Il y a des féodaux, des barons qui ont leurs vassaux, leur armée [2].

Progressivement le patriciat naissant se ferma et forma une noblesse : certaines lignées en étaient exclues (ce qui fait qu’on rencontre ensuite des gentes plébéiennes). La noblesse pratique la guerre à cheval accompagnée de ses nombreux clients. Le reste des familles non nobles peut avoir des situations sociales diverses comme agriculteur, la plus grande masse, mais aussi peut occuper des emplois urbains de commerçants ou d’artisans, certains peuvent être d’anciens clients. En parlant de l’époque des rois, ni Cicéron ni Tite-Live ne parlent pas tellement de plèbe mais plutôt de populus ou de multitudo.

Au 6e siècle, le roi Servius Tullius fait adopter pour faire la guerre le système efficace de l’époque qui est le combat en phalange hoplitique. L’équipement en est à la charge du combattant et la division de l’ensemble de la population se fait, par un recensement, en catégories de richesse. Chacun est recensé dans une centurie donnée, terme qui servira tant pour l’organisation politique (les comices centuriates) que pour le combat (qui se fait par centuries) que pour la gestion des biens fonciers (évalués en centuries, d’où le terme de centuriation pour désigner le découpage d’un sol en unités de propriété). Le romain est un soldat-citoyen avec tous les problèmes que cela pose : en effet, si l’exploitation de la terre peut être faite par des clients en l’absence du propriétaire, dans le cas des familles riches le risque pour le propriétaire pauvre est qu’une nouvelle campagne militaire l’appauvrisse encore et l’empêche de payer ses dettes avec le risque de mise en servitude que cela entrainait.

La sécession de la plèbe et ses conséquences

C’est un projet de guerre contre les Volsques (et quelques autres peuples voisins) qui va entrainer une grève de la conscription militaire qui sera connue sous le terme de sécession de la plèbe : les tribuns militaires qui existaient préalablement furent investis d’un rôle politique par le biais d’une conjuration (au sens strict de jurer ensemble) qui les assuraient d’une protection collective sous la forme d’une inviolabilité analogue au serment d’obéissance totale que les soldats avaient jurés à leurs chefs, les tribuns militaires. Cette sécession fut suivie d’un compromis avec la noblesse. Les tribuns de la plèbe furent une magistrature d’abord interne à la plèbe avant qu’un compromis la fasse accepter par la noblesse.

En conclusion [3], on peut donc dire qu’à l’origine, au moment de la sécession, la plèbe représentait le citoyen-soldat et que ce terme ne connotait pas une tendance populiste péjorative. Ceci n’arriva ensuite en suivant d’ailleurs une loi sociologique tout à fait générale : quand dans un groupe humain une stratification sociale apparait, les deux camps se dévaluent mutuellement. Pour le dire en langage d’aujourd’hui, au fait que « les élites sont corrompues » s’oppose le fait que « le peuple ignorant est mené par des démagogues ».

A Rome, les chefs démagogues se furent évidemment les tribuns de la plèbe [4]. Tite-Live présente le tribun de la plèbe comme celui qui cherche toujours à créer des troubles, comme un démagogue, celui qui obéit à la foule au lieu de la guider et qui en espère une récompense.

L’image de la plèbe à la fin de la République

Une bonne description de la manière dont la plèbe était perçue et qui deviendra ultérieurement l’image qu’elle laissera à la postérité de classe dangereuse, peut être repérée dans la conjuration de Catilina, patricien qui va s’appuyer sur la plèbe dans sa tentative de révolution. Pour l’apprécier correctement établissons une concordance large des onze occurrences du terme de plèbe dans le texte de Salluste sur cette conjuration [5].

Cependant Manlius [l’associé de Catilina], en Étrurie cherchait à soulever la plèbe que la misère et le ressentiment des injustices subies inclinaient vers une révolution, comme aussi la perte de ses terres et de tous ses biens sous la tyrannie de Sulla (28).

La conjuration est découverte et au sénat, Catilina répond au discours de Cicéron (la première catilinaire) :

Irait-il croire que lui, un patricien, qui avait lui-même, comme jadis ses ancêtres, servi si souvent la cause de la plèbe à Rome, eût intérêt à perdre la République, tandis qu’elle aurait pour sauveur un citoyen de rencontre (inquilinus) comme M. Tullius ? (31)

En plus de l’injure destinée à Cicéron, Catilina veut se présenter comme un défenseur de la République.

Manlius envoie un message à un ancien consul Marcius Rex :

Souvent vos ancêtres, touchés des misères de la plèbe, ont remédié par leurs décrets à sa détresse, et tout dernièrement, de notre temps même, en raison de l’énormité des dettes, le consentement des bons citoyens a permis de solder en cuivre les créances en argent. (le quart de sa valeur) (33).

Premier point : nous sommes tous d’accord pour secourir la plèbe quand il le faut.

Souvent la plèbe elle-même, poussée par le désir de dominer à son tour ou exaspérée par l’arrogance des magistrats, a pris les armes et s’est séparée des patriciens (33).

Deuxième point : mais nous savons bien que la plèbe est par nature ou par occasion, dangereuse.

Nous vous en conjurons, toi et le Sénat, venez en aide à vos malheureux concitoyens, rendez-nous la protection des lois que nous a ravie l’injustice du préteur, ne nous mettez pas dans la nécessité de chercher les moyens de venger le plus chèrement possible notre sang et notre mort (33).

Finale : si vous ne cédez pas, ce sera la guerre.

Catilina fuit Rome, il est déclaré ennemi public mais ses alliés lui restent fidèles :

Ce n’était pas seulement les complices de la conjuration dont l’esprit fût égaré ; la plèbe tout entière, par amour du changement, approuvait sans exception l’entreprise de Catilina. Évidemment elle ne faisait en cela que suivre son habitude. Car toujours dans un État ceux qui n’ont rien envient les bons citoyens, exaltent les mauvais, haïssent le vieil état de choses, aspirent à un nouveau ; par dégoût de leur sort particulier ils travaillent à un bouleversement général ; ils vivent sans souci du trouble et des séditions, car la misère met aisément à l’abri de tout dommage. La plèbe romaine avait du reste, elle, bien des raisons pour se lancer, tête baissée, dans l’aventure (37).

Ce ne sont plus Manlius ou Catilina qui parlent, c’est Salluste qui s’exprime ici pour son propre compte. Il réécrit l’histoire récente de Rome : le rétablissement de la puissance tribunitienne (des tribuns de la plèbe) sous Pompée :

Après que sous le consulat de Cn. Pompée et de M. Crassus, la puissance tribunitienne eut été rétablie, des hommes tout jeunes encore, revêtus par là d’un très grand pouvoir, et dont l’âge avivait la violence naturelle, se mirent à soulever la plèbe par leurs attaques contre le sénat ; à force de largesse et de promesses ils alimentèrent l’incendie, tout en s’acquérant célébrité et influence (38).

Les tribuns de la plèbe poussent à l’insurrection, mais Salluste est lucide sur les motivations de la noblesse :

Pour dire brièvement tout la vérité, toux ceux qui, depuis cette époque, ont jeté le trouble dans L’État sous de beaux prétextes, les uns se posant en défenseurs de droits du peuple, les autres, pour donner toute sa force à l’autorité du Sénat, tout en alléguant le bien public, travaillaient chacun pour leur propre puissance (38).

Noblesse qui sait lutter contre la plèbe et ses agitateurs  :

Mais une fois que Pompée fut envoyé pour terminer la guerre contre les pirates et contre Mithridate, l’influence de la plèbe baissa, le pouvoir de l’oligarchie s’accrut. Magistratures, provinces, tout enfin était entre ses mains ; intouchables, triomphants, les patriciens vivaient sans crainte, et tenaient leurs adversaires sous la menace de leurs tribunaux, pour les empêcher d’agiter trop violemment la plèbe pendant leur magistrature (39).

La conjuration s’étend :

Le tribun de la plèbe L. Bestia tiendrait un assemble du peuple pour incriminer la conduite de Cicéron, et mettre sur le dos de l’excellent consul tout l’odieux d’une guerre funeste ; à ce signal, la masse des conjurés devrait, la nuit suivante, exécuter la tâche qui incombait à chacun d’eux (43).

Mais elle échoue :

Cependant, après la découverte de la conjuration, la plèbe, que son désir d’un changement de régime rendait très favorable à la guerre, changea de sentiments, et maudissant les projets de Catilina, la voilà qui porte aux nues Cicéron ; comme si on l’avait arrachée à l’esclavage, elle était toute dans la joie et l’allégresse (48).

La plèbe est envieuse, séditieuse et donc dangereuse mais de plus elle est volatile, sans volonté, effrayée par les incendies que les conjurés voulaient provoquer dans la ville.

Cette description vaut pour les classes dangereuses en général, que ce soient la populace révolutionnaire, les communards de 1870 le lumpenprolétariat pour Marx ou même pour certains aujourd’hui la racaille des banlieues.

Arrivé à ce stade, force est de constater que les mouvements liés à la plèbe ne correspondent pas ce que l’on appelle aujourd’hui le populisme. Pour trouver un équivalent dans le monde romain, il faut considérer, à l’intérieur de la noblesse, ceux qui seront désignés comme populares, c’est à dire ceux qui s’appuient sur le peuple pour gouverner.

Les populares

Les tribuns du peuple sont souvent accusés de despotisme et de tyrannie, d’entrée sans scrupules dans l’illégalité, de sédition. C’est ce qui sera rapproché aux Gracques [6]. Ceux-ci luttaient contre le refus des nobles à toute réforme : ce fut le point de départ d’une opposition entre optimates et populares qui dura jusqu’à l’institution du principat par Auguste [7].

Si l’on suit Jean-Louis Ferrary sur cette question, on s’aperçoit qu’on ne peut pas parler de parti au sens moderne pour désigner l’opposition entre ceux des membres de la noblesse qui mettaient en valeur la nécessaire autorité du sénat, les optimates, et ceux qui insistaient sur la prise en compte du pouvoir du peuple en accroissant le rôle des assemblées populaires, les populares. L’opposition existait bien mais elle était d’ordre idéologique ce qui veut dire que chacun pouvait selon les circonstances accorder de l’importance à tel ou tel aspect. Le problème était que les optimates se refusaient à toute mesure de réforme à long terme ce qui imposait aux populares de recourir à des méthodes révolutionnaires qui les conduisaient à l’échec (comme ce fut le cas pour Tiberius Gracchus qui fit destituer l’autre tribun de la plèbe qui s’opposait à sa politique.

Aux yeux de Salluste, comme nous l’avons vu plus haut, les individus des deux camps travaillaient chacun dans leur propre intérêt (38,3 : pro sua quisque potentia certabant), mais cette prise de position désabusée jouait au niveau des motivations personnelles et ne retirait rien à l’importance idéologique de l’opposition. Par contre pour Cicéron, le problème, s’il relevait aussi pour lui des motivations individuelles, devait conduire à un consensus des ordres (entre les sénateurs et les chevaliers) mais aussi à un consensus omnium bonorum, des boni, que l’on pourrait traduire par les gens de bonne volonté (qui en général ne sont pas des pauvres). Cicéron cependant regrettait l’apathie de ces boni à défendre la république menacée, ce qui conduisit à la fin de l’autorité du sénat.

Ce processus est en train de se répéter aujourd’hui : nous ne sommes plus sous l’autorité du sénat mais sous celle d’élites et c’est d’ailleurs le danger du rejet des élites (européennes ou nationales) qui peut pousser à des réformes qui n’étaient pas faites auparavant. Les élites politiques s’accordent à dire aujourd’hui que la machine bruxelloise doit être réformée et cette prise de conscience est bien due à la montée des populismes.

Un autre populisme : le général popularis

Marius, un général efficace dans ses campagnes en Afrique et dans les Gaules, issu du peuple, fut élu sept fois consul ce qui montre l’importance de sa popularité. Avec lui apparait un nouveau type d’armée : il recrute non plus des citoyens ayant un minimum de biens mais tous ceux qui étaient volontaires, gens sans ressources qui espéraient bien s’en procurer à la suite du pillage de villes (et de leur réimplantation postérieure comme vétérans sur des terres qui leurs seraient affectés). Soucieux de ses hommes, il noue avec eux une relation forte qui fera qu’ils le soutiendront ensuite. Il s’appuie sur des tribuns du peuple pour lutter contre la noblesse et devient le prototype du général illustre qui soutenu par ses hommes et allié aux tribuns du peuple mène une politique popularis. Pompée, puis César feront une politique analogue. La guerre civile issu de l’opposition armée entre optimates et popularis ne trouva son issue que lorsque le vainqueur, Auguste, instaura une monarchie qui contrôla les ambitions personnelles qui s’appuyaient sur l’opposition entre la noblesse et le peuple.

Le modèle romain initié par Marius, repris par César puis trouvant en Auguste son aboutissement, fut repris par Napoléon qui, général brillant, populaire, sut terminer la Révolution.

Les populismes contemporains

La montée en puissances des revendications nationales au 19e siècle fit qu’au désir de servir le peuple s’ajouta une composante nationale. Le péronisme, né en 1943 d’un coup d’état militaire qui évolua sous la direction de Perón, vers le « justicialisme », mélange de socialisme et de nationalisme, en est un bon exemple. Il reçut rapidement l’appui du monde ouvrier et de ses syndicats ainsi que d’un prolétariat défavorisé (ouvriers agricoles, personnel de maison) et il entraina une égalisation des salaires. Le programme du péronisme est très souple et ce qui le caractérise selon Alain Rouquié [8] c’est de fait de disposer d’un chef, un lider máximo qui vérifie régulièrement l’attachement de sa base par des plébiscites. De ce fait les minorités opposantes sont toujours suspectes d’être en dehors de la majorité nationale, c’est-à-dire du peuple. Le péronisme est hostile à la démocratie représentative et au libéralisme politique : toute institution autonome qui voudrait introduire un contre-pouvoir juridique ou administratif est perçue comme antidémocratique et est neutralisée ou détruite. Rien ne doit arrêter le destin de grandeur de la nation qui exalte la dignité reconquise des plus défavorisés.

L’appel au peuple par le plébiscite est le propre des régimes autoritaires populistes et, par cette institution, se relient à Rome car il est un décret de la plèbe : plebis scitum opposé à senatus consultum selon Ernout et Meillet [9]. Le plébiscite, comme le référendum, permettent d’en appeler au peuple sans passer par le biais d’une classe politique.

Dans les années récentes, l’appel au peuple qui serait porteur de la « vérité » de la nation contre les élites, caractérise beaucoup de mouvements politiques [10] qui actualisent l’opposition plèbe contre noblesse en peuple contre oligarchie. Quand le parti populaire n’est pas au pouvoir, sa protestation exerce la fonction tribunitienne (ce qui permet de comprendre pourquoi la classe ouvrière peut passer d’un tribun communiste à un tribun Front national en quelques décennies).

Je terminerai en utilisant le livre récent ci-contre [11] ouvrage qui rappelle précisément que le propre des populismes actuels c’est de s’approprier le peuple et donc de nier toute opposition et structures autonomes. Il permet de mieux voir comment les démocraties doivent lutter contre le populisme : certainement pas par la condamnation morale car c’est précisément ce que l’on reproche aux mouvements populistes de faire. Il est donc contre-productif de dire que les populismes utilisent les angoisses des classes défavorisées si l’on ne prend pas en compte la situation économique et sociale de ces groupes sociaux.

Quant au fonctionnement démocratique, il est notoire que les régimes populistes qui se veulent l’expression d’un peuple idéalisé en arrivent à accaparer le pouvoir, luttent contre toutes les institutions autonomes de contre-pouvoir (y compris la presse) et pratiquent un clientélisme de masse. Selon Jan-Werner Müller, il faut donc s’interroger sur les diverses formes possibles de la démocratie et par exemple pour l’Europe, on peut souhaiter que des élections permettent de choisir les membres de la Commission européenne et que les compétences du Parlement européen soient élargies.

Pour conclure

Si le vocabulaire de l’analyse du populisme fait référence à la politique romaine, c’est que la stratification sociale a fait l’objet d’une représentation politique à Rome à la différence d’Athènes qui est pourtant à l’origine de nos idées politiques sur la démocratie. Il est donc faux de dire que les romains n’ont été que les imitateurs des grecs mais il faut bien voir que dans le cas présent, leur invention a plutôt fait du tort à leur réputation. Cependant, si le populisme remet en cause la démocratie, la prise en compte des intérêts des classes les plus défavorisées reste une exigence pour une démocratie réelle et est le seul moyen efficace de lutter contre les dangers du populisme.


Actualité : Une journée d’étude sur l’exercice de « l’écart » dans la traduction des textes anciens aura lieu le samedi 13 mai de 9h à 18h à l’INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, salle Fabri de Pereisc.

Intervenants : Maurizio Bettini, Claude Calame, Florence Dupont, Cécile Dogniez, Marie Fontana, David Konstan, Giulia Sissa, Malika Bastin-Hammou, Romain Brethes,  Jean-Philippe Guez, Liza Mery, Antoine Pietrobelli, Iacopo Costa, Jean-François Cottier.

Voir le programme

  1. Carmine Ampolo, La nascita della città, Storia di Roma, vol.1, Torino, G. Einaudi ed., 1988, p.153-180 []
  2. André Magdelain, La plèbe et la noblesse dans la Rome archaïque, in : Jus imperium auctoritas. Études de droit romain, Rome,  École Française de Rome, 1990 []
  3. pour l’origine de la plèbe, voir Jean-Claude Richard, Les origines de la plèbe romaine, Rome, Ecole française de Rome, 1978 ; André Magdelain, La plèbe et la noblesse dans la Rome archaïque, in: Jus imperium auctoritas. Études de droit romain. Rome : École Française de Rome, 1990 []
  4. Thibaud Lanfranchi, Les tribuns de la plèbe et la formation de la république romaine, Rome, École française de Rome, 2015, chap. 8 : « L’image des tribuns de la plèbe » []
  5. Salluste, La conjuration de Catilina, traduction d’Alfred Ernout, Les Belles Lettres, 2012 []
  6. Les Gracques, crise agraire et révolution à Rome présentés par Claude Nicolet, collection « Archives », Julliard, 1967 []
  7. Jean-Louis Ferrary, Optimates et Populares. Le problème du rôle de l’idéologie dans la politique, in Die späte römische Republik. La fin de la République romaine. Un débat franco-allemand d’histoire et d’historiographie, Rome, École Française de Rome, 1997 []
  8. Alain Rouquié, le siècle de Perón, Seuil, 2016 []
  9. Alfred Ernout et Antoine Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Klincksieck, 2001 []
  10. Pierre André Taguieff, La revanche du nationalisme. Néopopulismes et xénophobies à l’assaut de l’Europe, PUF, 2015 []
  11. Jan-Werner Müller, Qu’est-ce que le populisme ? Premier Parallèle, 2016, p. 178 []

Une réflexion au sujet de « Plèbe et tribuns du peuple. Aux origines du populisme »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *