À propos

« La question du latin », qui reprend le titre d’un ouvrage de Raoul Frary paru en 1885 veut être un lieu de discussion portant principalement sur la question du renouvellement des finalités de son étude.

Depuis le 19e siècle, l’enseignement du latin est l’objet d’une querelle qui se passe sur deux plans. D’une part le latin est l’objet d’une défense de la part de ceux qui y voient la continuation d’une tradition séculaire faite au nom de la culture et de la gymnastique de l’esprit ; d’autre part il est attaqué par les partisans d’un enseignement s’opposant à cette tradition (souvent pour des raisons politiques) et qui voient dans le latin l’imposition d’une culture distinctive au sens de Bourdieu. A cette opposition se superpose la prise de conscience, dans le camp opposé à la tradition, que le latin (mais surtout le grec) est un élément important de la culture et que malgré tout son étude s’imposerait.

Actuellement, l’enseignement du latin touche au collège près d’un quart de la classe d’âge mais la désaffection vient vite et bien peu continuent cet enseignement au lycée. Le motif principal de la déception réside dans le fait qu’un apprentissage linguistique est une opération demandant un fort investissement et que la lecture, dans leur langue d’origine, des textes de la littérature latine n’est pas motivante en tant que telle. Les motivations souvent avancées, comme la gymnastique de l’esprit, sont le fait de tout apprentissage approfondi et sont peu accessibles à l’élève.

Le but du présent carnet est de lancer un dialogue sur une question pédagogique et historique en se servant des résultats de recherches faites dans ce domaine depuis 1995 :
– enquête auprès d’un millier de parents sur cette question menée en 1994 à l’Université Paris V en collaboration avec François de Singly
– exploitation du Panel le plus récent de l’éducation nationale
– suivi sur 250 ans de la littérature de débat sur cette question (de l’article « collège » de l’Encyclopédie aux travaux de Goblot et de Bourdieu)
– étude des programmes d’enseignement
– étude des débats en France et en Italie
– comparaison avec l’enseignement aux Etats-Unis
– étude du renouveau pédagogique développé par les associations professionnelles d’enseignement du latin

Depuis janvier 2012, la visée de ce carnet s’élargit : on conserve toujours la visée pédagogique pour faciliter l’apprentissage du latin, mais l’étude des textes latins et néo-latins doit permettre de faciliter l’enseignement laïque du fait religieux et la compréhension de la théorie du social, le vouloir vivre ensemble initié par la Concorde cicéronienne.

Responsable éditorial : Philippe Cibois, sociologue, Université de Versailles-St-Quentin en Yvelines

Les textes de ce carnet de recherche ont été orthographiés en suivant les recommandations du Conseil supérieur de la langue française approuvées à l’unanimité par l’Académie française le 3 mai 1990 et que celle-ci a souhaité, le 17 janvier 1991 soumettre « à l’épreuve du temps ». Ces modifications portent surtout sur des simplifications d’accent, absence d’accent circonflexe sur le i et sur le u et des régularisations, évènement comme avènement, mise du tréma sur la lettre qui doit être prononcée (ambigüité ou le u se prononce, contre fatigue où il ne se prononce pas)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *