Actualité

RoyaumeDans son dernier livre, Le Royaume, Emmanuel Carrère propose, en reconstituant son itinéraire d’ex-chrétien, une présentation des origines du Christianisme qui s’apparente à ce qu’à fait Renan au 19e siècle. Renan rendait compte de l’exégèse du 19e siècle comme Carrère de celle d’aujourd’hui. Tous les deux sont d’excellents narrateurs mais Renan était rationaliste, Carrère simplement « enquêteur », au sens antique du terme.

Toute personne qui souhaiterait trouver un récit des origines du christianisme qui ne soit pas confessionnel et qui tienne compte des acquis de la recherche historique, trouvera dans cet ouvrage une présentation certes longue, mais facile à lire du fait de l’implication de l’auteur.

On trouvera dans mon carnet de recherche axé sur la relecture de la foi chrétienne aujourd’hui, un jugement plus personnel à partir de l’étude de la réception du livre dans la presse, et en particulier dans la presse catholique (La Croix et La Vie).

08/10/2014


L’Association le latin dans les littératures européennes (ALLE) invite à sa conférence de rentrée qui accueillera Luigi Alberto Sanchi qui fera une conférence sur le thème “Sous le latin, le grec. Histoire de la langue et parcours des mots”.

Jeudi 9 octobre 2014 à 18h30, Salle des conférences
Lycée Henri-IV, 23 rue Clovis, Paris 5e

On pourra lire un commentaire du livre de Luigi-Alberto Sanchi, Les Commentaires de la langue grecque de Guillaume Budé. L’œuvre, ses sources, sa préparation, sur le site de la revue Anabases.

13/09/2014


Latin19eRomeAcademia Belgica, Rome, 17-19 septembre 2014

Colloque international – « Le XIXe siècle et le latin »

Des chercheurs ont mis en évidence, ces dernières décennies, le rôle prépondérant – souvent méconnu – que le latin a été appelé à jouer en Europe de l’Antiquité à nos jours [1]. En renversant la perspective habituelle, qui consistait à présenter l’histoire des langues nationales comme une longue et difficile conquête par ces dernières des domaines traditionnellement réservés au latin, ils ont aidé à comprendre combien le latin, quoiqu’il ait perdu peu à peu du terrain au fil de l’histoire, a conservé malgré tout une place de choix dans des sociétés au sein desquelles il n’était plus la langue maternelle de personne.

Dans cette perspective, le XIXe siècle constitue un tournant. Certes, contester les fonctions encore attribuées au latin n’était en aucune façon un acte novateur à l’époque. Pensons, pour n’évoquer que cet exemple, aux débats sur la langue des inscriptions qui ont eu lieu en France dès le XVIIe siècle. Mais la Révolution industrielle et la montée des nationalismes en Europe, peut-être aussi le désir souvent exprimé au Siècle des Lumières de mettre la littérature et les sciences à la disposition du plus grand nombre, ont porté un coup au latin dont il semble ne jamais pouvoir se relever. Dans l’enseignement, les « humanités » se voient concurrencées par un enseignement « professionnel » ou « professionnalisant » ; à l’intérieur même d’un enseignement « général », le nombre d’heures dévolues à l’étude du latin se réduira peu à peu jusqu’à n’être plus, de nos jours, qu’une option. Il s’agit sans doute là, indépendamment de l’évolution des mentalités, du facteur le plus déterminant pour le déclassement vertigineux dont la langue de Cicéron a fait l’objet au cours de ces deux derniers siècles.

Il serait toutefois exagéré de conclure à une rupture radicale entre le XVIIIe et le XIXe siècle dans les usages linguistiques. D’une part, comme nous l’avons signalé, la pertinence de l’usage du latin avait déjà été questionnée pour plus d’un domaine depuis plusieurs siècles. D’autre part, le latin et, plus largement, l’Antiquité classique, reste encore la base de l’enseignement au XIXe siècle et conserve un prestige tel qu’on réserve longtemps aux latinistes les places élevées dans la hiérarchie sociale.

Cette permanence du latin n’a pu manquer de laisser des traces dans la littérature. D’abord, l’Antiquité classique a influencé les littératures en langues « modernes ». Ainsi, Romain Vignest a pu montrer dernièrement l’importance de l’intertexte avec la poésie latine antique dans la production littéraire de Victor Hugo durant l’exil [2]. Citons encore les travaux de Marie-France David-de Palacio, qui a étudié la place centrale de l’Antiquité romaine dans la littérature fin-de-siècle. On sait aussi, par ailleurs, qu’un pan de l’activité littéraire continuait de se faire en latin [3]. Les cas assez connus des travaux scolaires de Rimbaud et de Baudelaire, des Franciscae meae laudes ou des poésies latines de Giovanni Pascoli ne représentent qu’une petite partie de cette activité. Dirk Sacré et Romain Jalabert ont dressé une « Bibliographie intermédiaire des poètes et versificateurs latins en France au XIXe siècle » qui ne compte pas moins de quatre-vingt-deux pages. Le site internet Pantoia recense (et fournit) de nombreuses traductions en latin et en grec  ancien de textes littéraires allemands, dont la plupart datent du XIXe siècle. Vito R. Giustiniani, quant à lui, a proposé un aperçu de la situation en Italie entre 1850 et 1950, qui prouve encore une fois combien la tradition néo-latine est restée vivace en Europe pendant et après le romantisme.

Le présent colloque entend interroger les liens qui unissent le XIXe siècle et la langue latine selon trois axes :

1. Langue latine et société « moderne »

Il s’agira de questionner les usages respectifs qui sont faits du latin et des langues nationales ou plus généralement la place conférée au latin dans la société ainsi que les débats qui s’y rapportent. Laquestion est d’autant plus intéressante qu’elle engage, comme on peut l’imaginer, des enjeux symboliques considérables, au-delà du côté « pratique », « efficient » de telle ou telle langue.

2. Littérature latine et littérature nationale

On pourra par ailleurs se pencher sur les rapports qui unissent littérature (néo-)latine et littérature en langue nationale au XIXe siècle. Les communications interrogeront la manière dont la littérature écrite en latin a été reçue (intégrée, assimilée, rejetée voire vilipendée) par les écrivains en langue moderne du XIXe siècle.

3. Littérature néo-latine

Enfin, le colloque a également pour objectif de donner à connaître des productions très largement oubliées du public contemporain (et sans doute, pour la plupart, peu connues déjà en leur temps). En effet, les études néo-latines, qui ont connu un développement considérable ces dernières décennies, ont fort peu pris en compte jusqu’à présent les oeuvres postérieures au XVIIIe siècle. Les communications pourront aborder aussi bien la question de la (non-)réception de ces textes que celle des modalités et enjeux de l’écriture néo-latine au XIXe siècle.

Comité scientifique : Paul Aron (Université libre de Bruxelles, F.R.S.-FNRS), Christophe Bertiau
(Université libre de Bruxelles, F.R.S.-FNRS), Wouter Bracke (Université libre de Bruxelles),
Romain Jalabert (Université Paris IV-Sorbonne), Dirk Sacré (Katholieke Universiteit Leuven)

Comité organisateur : Paul Aron, Christophe Bertiau, Dirk Sacré

05/09/2014


Festival européen latin grec  : 19-22 mars 2015

FELG2015

Le Festival européen latin grec annonce sa prochaine édition qui aura lieu en 2015 sur le thème “Savants, Magiciennes et Devins ou la maitrise du temps et de l’univers”.

Voir le site de présentation à l’adresse http://www.festival-latin-grec.eu/

04/06/2014


Journées portes ouvertes de l’école belge Schola Nova : 26 et 27 avril.

Fondée en 1995, Schola Nova est une école privée non-subsidiée et non soumise au Décret Inscriptions, située au cœur du Brabant Wallon en Belgique.

L’école organise un enseignement primaire et secondaire, destiné aux élèves de 7 à 18 ans.

Le programme qui fait le succès et la réputation de l’école depuis quinze ans est celui des Humanités classiques gréco-latines. Ce moyen privilégié d’accès à la culture occidentale a fait ses preuves pendant des siècles. Pourquoi priver les nouvelles générations de cette formation humaniste porteuse d’espoir dans le monde ?

Le but de l’école est de former des jeunes compétents, capables de s’exprimer dans plusieurs langues et de raisonner tant avec le cœur qu’avec l’esprit, ayant une ouverture sur le monde et sur les autres cultures grâce à leur connaissance approfondie de leurs racines et des Anciens.

Schola Nova s’appuie sur un corps professoral passionné, hautement qualifié et sur des parents engagés activement dans la vie de l’école.

Samedi 26 & Dimanche 27 avril

JOURNEE PORTES OUVERTES

 

Activités en continu :

  • Atelier artistique, atelier scientifique, rencontre avec des professeurs, élèves et parents, démonstrations de cours (latin, initiation au grec, lecture de contes, langues modernes,….)

Activités ponctuelles :

  • Samedi :
    • 11h à 13h30 : démonstration de cours.
    • 17h à 18h : pièce de théâtre jouée par les plus jeunes élèves (Schola Prima).
  • Dimanche :
    • 10h30 à 12h30 : atelier « polyèdres » (mathématiques).
    • 16h à 18h : concert « jeunes talents » avec l’Orchestre Camerata Linkebeek

06/04/2014


Les 500 ans du Prince de Machiavel

Il y a exactement 500 ans, le 10 décembre 1513, Machiavel adressait une lettre à son ami Francesco Vettori dans laquelle il lui annonçait « avoir composé un opuscule De principatibus ».

Voici l’extrait de la lettre où il présente sa méthode de travail et indique que de son contact avec les anciens il a tiré un opuscule dont il présente les grands traits.

E perché Dante dice che non fa scienza sanza lo ritinere lo havere inteso,
Et comme Dante dit qu’il n’est pas de science sans que l’on retienne ce que l’on a compris,
io ho notato quello di che per la loro conversatione ho fatto capitale,
j’ai pour ma part noté, dans leur conversation, ce dont j’ai fait mon miel,
et composto uno opuscolo De principatibus,
et j’ai composé un opuscule De principatibus,
dove io mi profondo quanto io posso nelle cogitationi di questo subbietto,
où je me plonge autant que je le peux dans les cogitations à ce sujet,
disputando che cosa è principato, di qualle spetie sono,
en disputant de ce qu’est un principat, de quelles espèces ils sont,
come e’ si acquistono, e’ si mantengono, perche e’ si perdono.
comment ils s’acquièrent, comment ils se maintiennent, pourquoi ils se perdent.

(Texte et traduction issus de la version du Prince de Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, PUF, 2000)

Deux billets de ce carnet sont centrés sur Machiavel :

- Machiavel lecteur de Cicéron, dans lequel on trouvera un extrait de la lettre du 10 décembre 1513 à Vettori dans lequel il expose comment il travaille dans l’intimité des anciens.

- Portraits de Machiavel, qui propose des interprétations de Paul Veyne et Leo Strauss

10/12/13


Complément au billet :
Entre le latin des sciences d’autrefois et l’anglais scientifique d’aujourd’hui :le « Latino sine flexione » de Guiseppe Peano

Post scriptum du 10 novembre 2013 : dans un article de la Revue germanique internationale n°12, 2010 consacré à « la fabrique internationale de la science », Roswitha Reinbothe étudie « L’exclusion des scientifiques allemands et de la langue allemande des congrès scientifiques internationaux après la Première Guerre mondiale », article qui manifeste que la baisse de l’allemand a été le fruit d’un boycott. En voici le résumé :

« Après la Première Guerre mondiale les académies des sciences des pays alliés décidèrent de boycotter les scientifiques allemands et la langue allemande et fondèrent en même temps de nouvelles organisations scientifiques internationales : le Conseil international de recherches pour les sciences, qui chapeautait des unions internationales dans les disciplines les plus importantes, et l’Union académique internationale pour les sciences de l’homme. Les langues principales de ces organisations étaient le français et l’anglais. Dans le domaine des sciences, l’accent fut mis sur les unions internationales d’astronomie, de géophysique et géodésie, de chimie, de mathématiques et de médecine. Celles-ci organisaient périodiquement des réunions et des congrès dont étaient exclus les scientifiques allemands et la langue allemande. Le boycott était justifié par le fait que les scientifiques allemands avaient nié la responsabilité allemande dans la guerre et les crimes de guerre commis par l’Allemagne et qu’ils avaient glorifié le militarisme allemand. La guerre et le boycott entraînèrent un important affaiblissement de la position internationale des scientifiques allemands et le recul de la langue allemande comme langue internationale de la science ».

On notera dans le même numéro de la revue que les langues officielles du Sixième congrès international des orientalistes, tenu en 1883 à Leyde, les langues officielles du congrès sont le Hollandais, le Français et le Latin mais il est ajouté que « toutefois on pourra se servir aussi pour les communications de l’Allemand, de l’Anglais et de l’Italien ».

10/11/13


L’écriture cunéiforme

Les “Carnets de la MAE”, qui diffusent les actualités de la La Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès*, proposent un billet sur “L’écriture cunéiforme, première écriture dans l’histoire de l’humanité” avec comme sous-titre “A l’école des scribes” car des travaux pratiques d’écriture cunéiforme y sont relatés. Les rapports avec l’enseignement y sont présentés de la manière suivante :

La naissance de l’écriture et la Mésopotamie faisant l’objet d’une leçon au programme d’histoire en classe de 6e, l’assyriologue donne occasionnellement aux élèves un aperçu de la richesse de la civilisation mésopotamienne. Les professeurs de grec et latin sollicitent aussi des interventions dans leur classe pour répondre à la question récurrente de leurs élèves : à quoi sert l’apprentissage des langues mortes ? Les réponses sont multiples : déchiffrer et traduire les textes laissés par les anciens afin de reconstituer leur histoire… qui est aussi la nôtre ; comprendre le fonctionnement de nos langues qui sont les héritières de certaines langues antiques (apprendre des langues à déclinaison permet de mieux comprendre la grammaire française) ; le latin et le grec sont très utiles pour les biologistes, chimistes, géologues et médecins dont le vocabulaire technique est construit sur des mots grecs ou latins…


*La Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès (MAE), sous la triple tutelle du CNRS et des Universités Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris Ouest Nanterre La Défense, est un lieu de recherche et de formation à la recherche qui réunit plusieurs disciplines des sciences de l’homme et de la société : archéologie, préhistoire et protohistoire, ethnologie et sociologie comparative, ethnomusicologie, histoire ancienne et médiévale, lettres classiques.

23/10/13


EspritJuillet2013Voici le texte de l’article que j’avais fait paraitre dans le numéro de juillet 2013 de la revue Esprit (rubrique Position). Le titre est de la rédaction d’Esprit. _J’avais proposé : « Donner du sens au latin».

__________________Ressusciter les « langues mortes»

L’émotion est grande dans le milieu de l’enseignement du latin et du grec. En effet, l’arrêté du 19 avril 2013 fixant l’organisation du Capes pour l’année prochaine fait apparaître qu’il n’existe plus de Capes de lettres classiques (ni d’ailleurs de lettres modernes), mais un seul Capes de Lettres avec deux options : lettres classiques et lettres moderne. La modification est de l’ordre du symbolique car il y a peu de changements par rapport aux deux anciens Capes, mais précisément ce changement symbolique a été perçu comme l’annonce de la mort programmée d’un enseignement auquel on reproche son rôle dans la reproduction sociale.

L’enseignement du latin, dès l’époque humaniste et la Renaissance n’a visé que les enfants de l’élite sociale, et ceci vaut pour tout l’Ancien Régime. À l’époque de la Révolution, on voit d’ailleurs apparaître la stigmatisation des parents des classes moyennes qui, voyant bien que c’est l’enseignement de l’élite, veulent faire étudier le latin à leurs enfants parce que « le latin mène à tout ». Au XIXe siècle, on reste conscient que tout enseignement d’élite passe par le latin. Puis, pour éviter de faire baisser le niveau de cet enseignement et pour répondre aux soucis d’éducation d’une classe moyenne qui se développe, on lui propose un enseignement « moderne », et la réforme de 1902 qui crée, en les neutralisant par des lettres A, B, C, D des filières différentiées, fixe une situation qui va durer tout le XXe siècle.

Si l’enseignement des sciences prend de plus en plus d’importance, l’association du latin et des sciences reste la section d’élite avec sa super-élite de A’ qui cumule latin, grec et sciences. L’enseignement moderne est jugé inférieur, mais toute la subtilité des réformateurs de 1902 a été de l’avoir rendu cependant suffisamment attractif (par l’étude des grands classiques comme Shakespeare ou Goethe) pour que le niveau ne soit pas abaissé par des élèves plus faibles, issus de milieux sociaux inférieurs.

Cette situation va se maintenir jusqu’à la Seconde Guerre mondiale : le bac ès lettres y est encore largement majoritaire. À partir des années 1950, elle s’inverse, et les séries scientifiques du bac (mathématiques élémentaires, sciences expérimentales puis à partir de 1968, C, D et E) deviennent majoritaires. Les langues anciennes perdent leur statut de filière d’élite mais restent un élément de distinction comme le repère Bourdieu.

Cette pratique distinctive est stratégique et assumée comme telle : lors d’une enquête auprès de parents réalisée[4] en 1994, 71% des parents qui envisageaient de faire faire du latin à leur enfant étaient d’accord avec le jugement suivant : « S’il faisait du latin, votre enfant se trouverait être avec les meilleurs ». On retrouve cette stratégie ailleurs : par le choix des classes bilangues en 6e (allemand-anglais), par le choix du chinois, par les sections européennes.

Tout cela est connu, mais pas aussi radicalement explicité : de ce fait, pour beaucoup d’acteurs du système éducatif qui veulent favoriser l’émancipation et l’intégration de tous, il faut lutter contre ces stratégies d’évitement, ce qui explique que les enseignants de langues anciennes doivent se battre pour conserver leurs heures.

Ce n’est pas l’élitisme que l’on critique, puisque tout le système éducatif français repose sur l’élitisme ; ce que l’on reproche aujourd’hui au latin, c’est d’avoir changé de signification, de n’être plus la voie de l’élite, mais une tentative d’évitement social. C’est cependant en même temps pour beaucoup de parents un souci culturel qui est tout à fait légitime.

L’unification du Capes de lettres se situe donc dans une évolution séculaire de réduction de la part du latin dans l’enseignement : s’agit-il pour autant d’une mort programmée ? Pour répondre négativement à cette question, il ne suffit pas de défendre la stabilité éducative mais il faut examiner, comme pour toute matière enseignée, quelle est son utilité ; or celle-ci a varié au cours des siècles.

On a fait du latin autrefois pour de nombreuses raisons : parce que c’était la langue de l’Église au Moyen Âge, parce que c’était le moyen de renouer avec la philosophie et la science antiques à la Renaissance, parce que c’était la langue internationale de la science jusqu’au XVIIIe siècle. Dès la Révolution, on avait bien conscience que « faire du latin » vous classait socialement et au XIXe siècle, comme toutes les raisons antérieures avaient disparues, on en vient à mettre au point l’argument de la « gymnastique de l’esprit », précisément à l’époque où s’inventait la gymnastique.

Cet argument, toujours utilisé, n’est pas recevable, pour la raison fondamentale qu’il ne s’agit pas de l’objectif d’une acquisition disciplinaire mais du résultat de tout apprentissage quand il est fait correctement. Toute résolution de problèmes conduit au même résultat, qu’il s’agisse de plomberie, de jeu d’échecs, de mathématiques, de relations humaines ou de se repérer sur le terrain avec l’aide d’une carte.

Aujourd’hui, la position prise par les instances qui représentent les enseignants du latin reste l’action réglementaire (contre les suppressions de classes de langues anciennes) et la protestation, les deux démarches étant liées car la protestation est nécessaire pour empêcher des évolutions réglementaires qui se feraient si des élites (comme Jacqueline de Romilly) ne venaient pas défendre les langues anciennes.

D’un point de vue sociologique, on peut faire l’hypothèse que cette stratégie ne va plus être efficace longtemps simplement par effet de génération : les personnes de cinquante ans aujourd’hui ont fait leurs études secondaires au moment où l’élitisme passait par les mathématiques et où le latin n’était plus qu’un parcours d’évitement réduit à quelques heures.

Alors ? Faut-il mourir la tête haute, le glaive à la main, c’est-à-dire en protestant et en luttant pied à pied contre l’administration ? Certainement pas : il faut un projet mobilisateur qui donne un sens à l’enseignement du latin, en sachant que des évolutions profondes sont peut-être nécessaires.

Si on compare les nouveaux textes des arrêtés du Capes aux anciens, on s’aperçoit qu’il s’agit d’un début d’unification dont l’objectif pourrait être qu’un futur enseignant de français fasse la preuve de tous les savoirs qui lui seront nécessaires, et le latin en fait partie : un premier rapprochement se trouve dans le texte de la composition française, commune aux deux options (lettres classiques et lettres modernes), qui dit vouloir mobiliser « l’histoire littéraire de l’antiquité à nos jours », mention qui était absente des précédents programmes.

Les programmes d’une discipline doivent être définis par les besoins de l’enseignement. Il faut définir ce que doit maîtriser tout professeur de lettres en plus d’une vaste culture littéraire comme définie par les programmes :
- le latin du français : tout professeur de lettres doit pouvoir rendre compte des centaines d’expressions du latin du français, du curriculum vitae au fait qu’un nihiliste n’est pas un partisan d’un monsieur nihil comme les gaullistes le sont du Général ;
- l’ancien français et l’évolution de la langue : est-il normal qu’un professeur de français ignore le français médiéval ? C’est encore possible s’il prend l’option lettres classiques ;
- l’orthographe du français : elle est incompréhensible sans une connaissance de l’évolution de la langue certes, mais aussi sans connaissance de la dose de latin qui a diverses époques a été injectée dans la langue dans un processus de relatinisation. Là aussi, des connaissances de latin sont indispensables.

Pour pouvoir exiger que tous les futurs professeurs de français aient fait du latin, il faut, en dehors de considérations de linguistique historique, mettre aussi l’accent sur l’importance de la connaissance des textes latins, car ils sont à la base de notre culture.

Il faut faire étudier ceux qui sont sous-jacents à la culture actuelle, qui en sont une strate. À une époque où les conflits de laïcité se situent ailleurs que vis-à-vis de la sphère catholique, par exemple, il est loisible de puiser sans scrupule républicain dans l’ensemble de l’Ancien et du Nouveau Testament (en latin et en grec). Historiquement, la religion chrétienne a imprégné notre culture et pour comprendre Pascal, on peut lire saint Augustin ainsi que saint Paul.

On peut faire lire le latin simple de Césaire d’Arles, le latin médiéval célèbre des Carmina burana ; Erasme et son ami Thomas More nous conduiront aux Adages et à la naissance de l’Utopie. Les auteurs récents ont plud de résonnance aujourd’hui que Tite-Live ou César ; en revanche, Cicéron et Sénèque sont encore d’actualité, car ils sont pour nous les témoins des stoïciens, dont la philosophie est toujours présente et qui ont été instigateurs avec d’autres courants philosophiques des « exercices spirituels », dont la pratique a perduré et dont l’examen de conscience est issu. Quant au droit romain, nous y participons toujours et son actualité reste entière.

Si, à la Renaissance, on s’est tourné à nouveau vers les auteurs antiques, c’était pour y trouver la vraie science, revenir aux philosophes et principalement, à travers Cicéron, relancer la rhétorique, ce souci d’argumenter sur le forum des choses importantes, pratique de la discussion éclairée que nous revendiquons toujours et qui est centrale pour la démocratie.

Le moment est venu d’un changement de perspectives : ce n’est pas la première fois dans l’histoire, même si le changement proposé est plus radical, car de la priorité à l’Antiquité on passe à la priorité à toute la culture utilisant le latin.

Ce qui vient d’être décrit est un programme pour les futurs professeurs de français, mais que proposer aux élèves actuels ? L’enseignement des expressions latines du français pourrait permettre une initiation au latin en 5e, et c’est d’ailleurs ce qu’a proposé l’Inspection générale sur l’enseignement du latin et du grec dans son dernier rapport (Rapport Klein–Soler).

Plutôt que d’apprendre à traduire, faisons lire des textes « appareillés », par exemple munis d’un découpage selon la logique du français et de sous-titres[5]. La traduction à coup de Gaffiot est une hérésie pédagogique, reconnaissons-le et tirons-en la conséquence que traduire est aujourd’hui de l’ordre des formations du supérieur, non du secondaire. Réservons l’initiation au latin et au grec aux années d’option de collège, en faisant en sorte qu’à l’issue de chaque année, un acquis soit assuré : la morphologie du latin par le biais des expressions latines du français en fin de 5e, une habitude de lecture de textes simples sous-titrés en 4e, une connaissance des lettres grecques et des racines grecques du français en fin de 3e. Jouons le jeu de l’option annuelle, qui facilitera le recrutement et évitera aux enseignants la tentation de retenir de force des élèves. Au lycée, créons une filière de futurs professeurs de lettres où le latin et le français se répondront.

Ce n’est que dans cette logique de parallèles, d’échos, d’unité culturelle, que l’enseignement du latin et du grec peut – et doit – se maintenir aujourd’hui.

Philippe Cibois


Actualité du 11 mars 2013 : Le Monde.fr signale un document de travail du Centre d’Analyse Stratégique du gouvernement et intitulé : Les “humanités” au cœur de l’excellence scolaire et professionnelle. On trouvera ce document, dont je ferai l’analyse dans un prochain billet, à cette adresse.


Le Pape en perd-il son latin ?

par Benoît Jeanjean

Pour l’heure, le latin est revenu bien curieusement sous les feux de l’actualité à l’occasion du discours de Benoît XVI annonçant sa renonciation à la charge pontificale. Ce discours est même au cœur d’une polémique linguistique, vu qu’on y a entendu un grossier solécisme. J’ai mené mon enquête depuis deux jours et voici les conclusions auxquelles je suis arrivé : “Le pape en perd son latin et la sphère internet en prend pour son grade”

 Dans son discours de renonciation à la charge pontificale, sous le coup de l’émotion, le pape en a perdu son latin au point de prononcer un accusatif (declaro me ministerio….. mihi… “commissum” renuntiare) à la place d’un datif “commisso”. Je viens de trouver confirmation de la faute, que j’avais moi-même relevée, sur un site internet qui reprend l’information sur un autre site. En voici le lien :
http://fr.novopress.info/132011/un-acte-nul-etranges-fautes-de-latin-dans-la-renonciation-de-benoit-xvi/

L’article s’étonne de la légèreté d’une telle erreur dans un texte aussi lourd de conséquences (“magni momenti in Ecclesiae vita”, dixit Benedictus), et s’interroge même de la validité canonique de la déclaration à ce point entachée d’un solécisme ! Pour ma part, j’estime que les internautes sont allés plus vite que ne le leur permettait l’exercice mesuré de la raison.

En effet, ayant moi-même décidé de donner ce texte latin, d’une criante actualité, en version latine à mes étudiants de L2, j’en ai cherché la version latine sur internet et ai trouvé plusieurs sites qui en donnaient des versions parfois légèrement divergentes. J’ai donc cherché le texte authentique sur les sites officiels du Vatican (osservatore romano, radio vaticane…), sans pouvoir l’y trouver. J’ai en revanche trouvé (non sans mal) un enregistrement du discours en latin de Benoît XVI qui n’étaitt pas écrasé sous une traduction en langue vivante. Le pape y commet bien l’erreur de cas qui lui est reprochée, mais il prononce aussi un “est” à la germanique en disant “ist” ! Cependant, comme le texte qu’il lisait contenait juste avant l’expression “ministerium mihi commissum”, il est plus que probable que sa langue ait fait un saut du même au même… simple” lapsus linguae” !
Ce soir, reprenant ce dossier “brûlant”, je consulte le site du Vatican (http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/speeches/2013/february/documents/hf_ben-xvi_spe_20130211_declaratio_lt.html) pour découvrir une édition officielle, validée par la Libreria Editrice Vaticana et qui ne comporte plus aucune des fautes reprochées au discours initial. Peut-être le Vatican alerté par des auditeurs et lecteurs bienveillants a-t-il corrigé une faute initiale (mais, si c’est le cas, n’est-ce pas là le travail de tout éditeur ?!). Je crois plus volontiers que les internautes, pressés d’avoir la version latine et d’être les premiers à la mettre sur leur site, se sont précipités sur le premier qui s’est trouvé en ligne et qui n’était qu’une transcription écrite du discours entendu. Or on sait que le latin se perd quelque peu (et c’est un euphémisme) ces temps-ci… Le rédacteur, animé d’un zèle pieux, mais d’une science indigente, a cru bien faire en transcrivant ce qu’il avait entendu et en y ajoutant quelques boulettes au passage, sans se soucier de traduire ce qu’il offrait au public. Ses erreurs ont donc été diffusées aux quatre coins de la planète avec, parfois, quelques corrections, alors même que l’édition officielle n’avait pas encore paru. De là les gorges chaudes et les quolibets sur ce pape qui ne sait plus son latin.
Nous pouvons donc penser que, le texte officiel n’étant nullement entaché d’erreur, la déclaration est canoniquement valide, même si le pape à fait un lapsus en la prononçant. D’ailleurs, à la fin de son discours, n’a-t-il pas demandé pardon pour toutes les erreurs qu’il a pu commettre (“veniam peto pro omnibus defectibus meis”), dont la dernière en date : “commissum” dit pour “commisso” ? On voit par là combien grande est la divine Providence ! Mais on voit aussi par là combien la recherche du scoop et l’emballement médiatique qui atteint son paroxysme avec internet, conduisent à faire prendre des vessies pour des lanternes.

Valete omnes

Benedictus Duplexiohannis

 

13/02/13


Je signale que mon article sur « L’avenir des humanités » paru dans le numéro de décembre 2012 de la revue Esprit, est désormais disponible sur mon site à cette adresse.

27/01/13


Dossier « Refaire les humanité » de la revue Esprit de décembre (voir le sommaire du numéro sur son site)

9/12/12


  1. Citons ici Françoise Waquet, Jürgen Leonhardt, Wilfried Stroh, Manfred Fuhrmann, Tore Janson ou encore Nicholas Ostler []
  2. Romain Vignest, Victor Hugo et les poètes latins. Poésie et réécriture pendant l’exil, Paris, Classiques Garnier (« Études romantiques et dix-neuviémistes », 17), 2011, 433 p. []
  3. L’usage d’écrire de la littérature en latin, d’ailleurs, persiste encore de nos jours []
  4. Cf. Philippe Cibois, L’enseignement du latin en France. Une socio-histoire, 2011, disponible en ligne sur le site des Classiques des sciences sociales de l’université du Québec, collection « Les sciences sociales contemporaines » []
  5. Voir la technique présentée sur le carnet de recherche « la question du latin » http://enseignement-latin.hypotheses.org/3218 []

3 comentariosa “ Actualité ”

  1. Mathieu el 24 abril 2013 a las 1:21

    Je souhaite vous faire part de mon opinion concernant les prétendues erreurs dans la déclaration du pape. En prononçant la déclaration, il n’a commis, me semble-t-il aucune faute. En effet, il prononce bien “ecclesiae vita” et non pas “ecclesiae vitae”. Pour ce qui est de “commissum”, afin de pouvoir analyser correctement ce qu’il a effectivement dit, il faut prendre en considération deux facteurs: la nature de la voyelle “o” dans “commisso” que le pape prononce de façon très fermée (de la même manière que dans “benedicat vOs” p.ex.) ainsi que l’entourage consonantique de ladite voyelle qui est suivie d’une occlusive bilabiale sonore “b” (commiss[o b]ene…), très proche de la consonne m. Cette dernière partage avec elle, tous ses traits distinctifs à part la nasalité. Pour cette raison, il est fort probable que la consonne “m” est audible à cause de la position des organes articulatoires qui se préparent déjà à prononcer la consonne qui suit. Se produit également une micro-pause visant à séparer les deux phonèmes (ils appartiennent à deux éléments de la chaîne parlée séparés par unE espace). Cette pause qui se réalise par la fermeture de la bouche (étant donné que la voyelle est très fermée et que l’articulation de “b” exige cette fermeture) entraîne l’apparition de “m”, car, la bouche étant fermée, l’air commence à passer par la cavité nasale (rappelons que la nasalité est le seul trait qui n’appartienne pas au faisceau de traits distinctifs de la consonne “b”). Bref, l’apparition de la séquence qui ressemble à “um” est due à la loi du moindre effort articulatoire et n’est pas une faute de grammaire. Dernière remarque: le pape ne prononce pas “Ist” mais “Est” avec un “e” fermé, plus fermé que le “e” français dans le mot thé p.ex. et par là difficilement accessible à l’oreille francophone.

    • Benoît Jeanjean el 24 abril 2013 a las 21:33

      Merci pour cette interprétation pleine d’une compétence linguistique et phonétique qui dépasse largement la mienne. Cependant, l’explication que vous donnez pour l’audition incertaine du “commisso” en “commissum” me paraît inopérante puisqu’elle porte sur la première occurrence du mot qui se trouve être à l’accusatif dans le texte latin et auquel succède effectivement le “bene” que vous signalez. je cite : “ad ministerium mihi commissum bene administrandum”. On entend donc bien “commissum” à ce moment-là, parce que, tout simplement, c’est ce que Benoît XVI a prononcé alors. Le lapsus qui, selon moi, a bien été commis porte sur la seconde occurrence du mot, attendu au datif “commisso” et entendu à l’accusatif “commissum” dans une situation phonétique qui ne me semble pas propice à la confusion. je la cite : “declaro me ministerio Episcopi Romae, …, mihi per manus … commisso renuntiare”. Je viens de réécouter la vidéo et d’entendre, une fois de plus, le lapsus qui a fait tant jaser. Mais comme le disait Augustin : “errare humanum est” et Joseph Ratzinger tout pape qu’il était alors n’en était pas moins homme !
      B. Jeanjean

      • Mathieu el 24 abril 2013 a las 22:55

        En effet, vous avez raison, je me suis trompé d’occurrence.

Deja un comentario

octobre 2014
L Ma Me J V S D
« sept    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Carnets de recherche