Tous les articles par Philippe Cibois

Philippe Cibois, né en 1941, est professeur émérite de sociologie de l'université de Versailles - St-Quentin en Yvelines.

Origine et devenir scolaire des latinistes

Les latinistes sont nombreux en 5e, environ un quart des effectifs mais on sait que beaucoup abandonnent en entrant au lycée. Pour savoir ce qu’ils deviennent (et aussi quelles sont les caractéristiques de ceux qui choisissent le latin) nous allons utiliser l’enquête par panel du ministère de l’Éducation nationale qui à partir de 1995 a permis de suivre un échantillon important d’élèves de la 6e à la terminale (Panel 95). Cette procédure du Panel 95 consiste à choisir tous les élèves nés un certain jour de l’année et à les suivre d’établissements en établissements, qu’ils soient dans le public ou dans le privé, qu’ils redoublent ou non, jusqu’à leur sortie du système scolaire secondaire. En plus de la « carrière » de l’élève, on dispose de renseignements le concernant ainsi que sa famille.

Si l’on considère que l’on a 1000 latinistes en 5e (ils sont 27,7% des effectifs du Panel), on voit qu’il n’en reste plus que 63 en terminale (dont 40 en terminale S, 18 en Lettres et 5 en ES). Si les trois quarts des latinistes de 5e sont encore présents en 3e, le passage au lycée entraine une chute importante des effectifs, chute croissante au fil des trois années.

Evolution des latinistes, base 1000 en 5e

5e

4e

3e

2de

1re

Term

1000

853

740

157

92

63

Continuer la lecture de Origine et devenir scolaire des latinistes

Bourdieu et le latin. Deuxième partie : le latin de Bourdieu

La pratique scientifique utilise le latin : en biologie, non seulement les noms sont en latin mais éventuellement les descriptions peuvent ou même doivent l’être : le Code international de nomenclature botanique[1] prescrit dans son article 36 que depuis le 1er janvier 1935 le nom d’un nouvel élément de la taxinomie doit, afin d’être publié validement, être accompagné d’une description en latin. En zoologie cependant, cette exigence a disparu pour les publications postérieures à 1930 : selon l’article 13 du Code international de nomenclature zoologique[2], la description d’un nouvel élément de taxinomie peut être publiée « dans les langues largement utilisées au niveau international en zoologie » (ou dans la langue de la région dont l’élément taxinomique est originaire).

Bourdieu a étendu cet usage à la sociologie : beaucoup de ses concepts utilisent des expressions latines.

Habitus : ce terme, dont l’usage a entrainé une littérature abondante, désigne chez Bourdieu une attitude incorporée, habituelle, qui ne nécessite plus la réflexion de la même manière qu’un joueur de tennis n’a plus à réfléchir pour porter ses coups ou qu’un garçon de café « joue naturellement » son rôle.

Illusio : il a été utilisé d’abord par Bourdieu pour désigner l’illusion biographique qui fait que l’on croit que tout s’enchaine naturellement dans les biographies racontées. Ce terme est devenu ensuite synonyme de ce qui n’est pas encore « désenchanté », ce qui n’a pas encore été passé à l’analyse.

Homo academicus : la créativité néo-latine reste très productive quand, à l’imitation de homo sapiens, on crée homo ludens, homo œconomicus, homo hierarchicus, homo aequalis. Bourdieu, pour désigner les universitaires dans un des livres a créé le terme d‘Homo academicus (et même d’Homo academicus gallicus)

Pour nous faire une idée des usages d’expressions latines chez Bourdieu, examinons trois ouvrages répartis sur toute sa carrière : la reproduction publié avec Jean-Claude Passeron en 1970, Homo academicus publié en 1984 et les Méditations pascaliennes publiées en 1997.
Continuer la lecture de Bourdieu et le latin. Deuxième partie : le latin de Bourdieu

Bourdieu et le latin. Première partie : Bourdieu critique du latin

Dans La Reproduction[1], livre écrit en 1970 avec Jean-Claude Passeron, Bourdieu parle de « gaspillage ostentatoire d’apprentissage » à propos « de l’acquisition des langues anciennes conçue comme une initiation, nécessairement lente, aux vertus éthiques et logiques de l’humanisme ».

La conclusion de La Reproduction est formelle : la culture liée à l’école joue un rôle de code social qui permet de s’approprier les valeurs culturelles véhiculées par l’école, rôle que les déshérités ne soupçonnent même pas. Ainsi le pieux récit que se racontent les privilégiés ne sert qu’à dissimuler les privilèges en les justifiant. Le texte poursuit :

« Instrument privilégié (…) qui confère aux privilégiés le privilège suprême de ne pas s’apparaître comme privilégiés, [ce récit] parvient d’autant plus facilement à convaincre les déshérités qu’ils doivent leur destin scolaire et social à leur défaut de dons ou de mérite, qu’en matière de culture la dépossession absolue exclut la conscience de la dépossession. »

En d’autres termes, ce qu’on cherche à faire croire aux dépossédés, c’est qu’ils n’ont pas les dons nécessaires pour accéder à un bon niveau scolaire. En fait, ils ne connaissent pas la règle du jeu car ils n’imaginent même pas que la culture traditionnelle joue un rôle fondamental dans la réussite scolaire.

Continuer la lecture de Bourdieu et le latin. Première partie : Bourdieu critique du latin

L’enseignement du latin aux USA et en Italie

En dehors de la France, plusieurs cas de figures sont possibles : l’enseignement est soit optionnel soit obligatoire dans certaines filières. Quand l’enseignement est optionnel, il ne touche qu’un très faible nombre d’élèves : de 1 à 2 % comme en Grande-Bretagne et aux USA, de 5 à 8 % selon les länder en Allemagne.

Le latin est obligatoire dans les filières de type lycées en Italie si bien qu’il touche 41 % des élèves du secondaire, ce qui est le pourcentage le plus élevé. Il est également obligatoire dans certaines filières en Autriche, au Danemark et aux Pays-Bas[1].

Pour illustrer cette situation, nous prendrons les deux cas extrêmes des États-Unis où nous étudierons l’évolution de la situation, et de l’Italie où de nombreux débats nous permettront d’étudier comment se pose la question du latin.

L’évolution de l’enseignement du latin aux États-Unis

L’enseignement du latin est optionnel dans les écoles secondaires publiques aux USA et il ne touche qu’un très faible pourcentage de la population scolaire (1,3 % en 2000), cela n’a pas toujours été le cas si on examine la situation depuis la fin du xixe siècle[2].

USAEff

Effectifs de langues étrangères. Écoles publiques secondaires aux USA – 1890 -2000 (Source Draper 2002)

Continuer la lecture de L’enseignement du latin aux USA et en Italie

Urbi, orbi, etc…Le latin est partout !

Ce livre de Jacques Gaillard et Anne Debarède, Plon, 2000, est un chef d’œuvre d’humour : Jacques Gaillard n’en manque pas, à preuve son introduction du De viris de l’abbé Lhomond[1], où il rappelle que les auteurs latins « n’écrivaient pas pour fournir des versions latines à la postérité. L’idée que César, lorsqu’il était de bonne humeur, rédigeait dans ses Commentaires une version de quatrième, et une version de première (au style indirect) lorsque les Gaulois l’avaient contrarié, cette idée n’est hélas, qu’une aimable plaisanterie ».  Il prend partie aussi sur la question des « textes authentiques » en affirmant trop optimiste la thèse « selon laquelle les âmes bien nées sont d’emblée capables de s’initier aux rudiments d’une langue sublime en se précipitant, ivres de joie, dans une page d’un auteur latin qui, en son temps, avait la qualité intellectuelle (et parfois le style) d’un académicien français. » (p.13)

La thèse de ce livre est qu’il y a du latin partout, dans le français d’abord :

C’est super, extra, et vice versa ! L’opium des médias; au prorata des quiproquos qu’il suscite, est un processus qui implique quelques aléaspost-scriptum : neuf mots latins dans ces deux dernières phrases, et tous figurent dans nos dictionnaires. Ajoutez à cela quelques abréviations: P.-S. (cf. supra…), cf. (confer, « reporte-toi à  »), N.B. (nota bene, « remarque bien que… »), etc. (et cœtera, « et tout le reste »), i.e. (id est, « c’est-à-dire »), ibid. (ibidem, « au même endroit »). (p.17).

Continuer la lecture de Urbi, orbi, etc…Le latin est partout !