Archives de catégorie : Enseignement du fait religieux

L’étoile des Rois Mages : mythe ou réalité ?

Le site Connaissance hellénique propose un Dialogue sur l’étoile de Bethléem entre un astronome (Yvon Georgelin) et un helléniste (Christian Boudignon) sur la question de savoir « Qu’est-ce que la prétendue Étoile des Mages ? ». Le propos des Auteurs est de montrer que la tradition de l’évangile de Matthieu s’est fait l’écho d’un phénomène physique bien réel, d’une configuration de planètes tout à fait exceptionnelle qui avait été enregistrée dans un registre babylonien et dont on trouve la trace ensuite dans plusieurs textes jusqu’à Kepler.

couvbrillDans un précédent billet [1], j’avais déjà évoqué la question des Mages venus d’Orient et j’en reprendrai des éléments qui seront utiles pour éclairer le débat. J’utiliserai aussi la littérature sur la question dont un livre récent, fruit d’une rencontre sur cette question qui eut lieu en 2014 entre spécialistes de l’astronomie ancienne et moderne, du monde gréco-romain et du Nouveau Testament [2].

Mais tout d’abord quel est exactement le phénomène astronomique que les Auteurs envisagent ? Continuer la lecture de L’étoile des Rois Mages : mythe ou réalité ?

  1. Textes autour de Noël : l’annonce à Marie, les Rois Mages []
  2. Peter Barthel and George van Kooten (ed.). The Star of Bethlehem and the Magi: interdisciplinary perspectives from experts on the ancient Near East, the Greco-Roman world, and modern astronomy. Leiden ; Boston (Mass.), Brill, 2015, présentation en ligne []

L’étoile des Rois Mages et l’ânesse de Balaam

Noël est vécu comme la fête de la famille, le nouvel an comme celle des amis mais on a vu ici-même que tirer les Rois est plutôt vécu comme la fête des groupes (associations, services, groupes sportifs, etc.) : cette possible répétition fait qu’à la fin du mois de janvier on peut être écœuré à l’idée d’ingurgiter encore de la galette…Mais d’où sortent-ils ces Rois ? C’est ce que nous allons tenter de voir en étudiant le texte de l’évangile de Matthieu, le seul qui en parle.

On peut déjà en dire qu’ils ont laissé des traces sur terre, à Cologne.

Le culte des Rois Mages à Cologne de 1164 à 2014

ChasseRoisMagesSourceWikipedia

À Cologne, les Rois Mages ont une chasse avec leurs reliques dans la cathédrale : on peut s’étonner de la crédulité populaire qui a réussi à prendre au pied de la lettre un texte de l’évangéliste Matthieu qui voulait davantage accréditer un message théologique que faire un reportage sur ce qu’il est advenu de la sainte Famille. Mais ne relisons pas le passé avec les lunettes du présent : nous disposons d’outils intellectuels qui n’ont commencé à être forgés qu’à l’époque de Spinoza (1632-1677) et de Richard Simon (1638-1712).

À l’intérieur de la cathédrale, la chasse très traditionnelle (fin 12e ou début 13e siècle) met en relief la royauté des Rois Mages davantage que la légende les concernant car l’accent est mis à l’époque :
– sur le fait que l’évêque de Cologne avait reçu ces reliques de Frédéric Barberousse,
– qu’elles jouaient un rôle politique pour certifier que la royauté avait été voulue par le Christ,
– que l’Empire allemand était ainsi justifié,
– que l’évêque de Cologne pouvait sacrer l’empereur
– et que la domination économique de Cologne s’en trouvait augmentée.

Deux expositions sont liées à cette dévotion aux Rois Mages à l’occasion du 850e anniversaire du transfert des reliques (1164-2014) : l’une à l’intérieur même de la cathédrale (jusqu’au 25 janvier) présente diverses œuvres d’art qui manifestent la popularité de cette dévotion en Europe. L’autre exposition au Musée Schnuetgen présente (jusqu’au 25 janvier également) des œuvres d’art relatives aux Rois Mages (ivoires, sculptures, peintures, manuscrits) venant de nombreux musées européens.

Lire le texte de l’évangéliste Matthieu

Matthieu est donc le seul des évangélistes à évoquer ces mages venus d’orient où ils avaient vu une étoile. Pour comprendre la structure narrative de cet épisode, nous allons suivre André Paul, spécialiste de la littérature intertestamentaire dans son livre L’évangile de l’enfance selon saint Matthieu [1].

La recherche actuelle s’accorde à dire que l’évangile de Matthieu fut rédigé après 70 (car la chute de Jérusalem y est supposée), au sein d’un groupe de chrétiens d’origine juive qui bataille avec ce qui est devenu le judaïsme d’inspiration pharisienne, maintenant dominant. Il s’agissait de montrer que Jésus était le Christ, le fils de David qui devait accomplir toutes les prophéties de l’ancien Testament.

Les deux premiers chapitres consacrés à l’enfance de Jésus ont pour but à la fois d’accrocher à la vie de Jésus des choses connues de tous : qu’il est né à l’époque de la fin du règne d’Hérode ; que s’il était né de Marie, il n’était pas né de Joseph ; qu’il était connu sous le nom de « Jésus de Nazareth » (et les chapitres de l’enfance se terminent par cette affirmation). Mais Matthieu veut aussi montrer des vérités théologiques acquises au cours du développement de la foi chrétienne, par exemple le fait que cette foi n’était plus destinée au seul peuple juif mais à toutes les nations.

De ce fait, la mention de ces mages venus d’orient guidés par le seul raisonnement astronomique et non par la foi, va être montrée comme une préfiguration de l’ouverture au monde de la foi chrétienne telle qu’elle est décrite dans les derniers mots de l’évangile de Matthieu où le Christ ressuscité envoie en mission les apôtres en leur enjoignant de faire des disciples de toutes les nations.

Pour arriver à faire passer ce message d’ouverture, Matthieu va, à la manière des compteurs juifs, élaborer une mise en scène en brodant sur le thème déjà présent dans la Bible d’un sage extérieur au judaïsme qui reconnait spontanément la valeur religieuse du peuple de Dieu : il s’agit de Balaam, dont l’histoire est décrite dans le livre des Nombres, chapitres 22 à 24.

L’épisode de Balaam n’est plus très connu et cependant on en trouve trace dans l’art et en particulier dans un tableau de Rembrandt de 1626 intitulé l’ânesse de Balaam, possédé (mais non montré) par le musée Cognacq-Jay de Paris.

BalaamBalaam est le personnage qui tente de faire avancer à coup de bâton son ânesse récalcitrante (mais qui ouvre la bouche pour s’adresser à lui). Un ange menace d’une épée, deux dignitaires à cheval suivent la scène et deux serviteurs sont dans l’ombre de Balaam. Le texte du livre des Nombres nous explique de quoi il s’agit.

Après avoir quitté le Sinaï, les Hébreux contournent la Mer Morte par l’est et arrivent dans les steppes de Moab. Le roi de Moab, un certain Balaq, inquiet de l’invasion des Hébreux, s’adresse à un oracle célèbre qui résidait un peu plus au nord et lui demande de venir les maudire. Après bien des hésitations, Balaam entreprend le voyage et selle son ânesse pour aller prononcer un oracle. Le conte oriental se déroule alors avec toutes les lois du genre : une première fois l’ânesse terrorisée par un ange de Dieu (qu’elle seule voit) s’enfuit dans les champs. Une deuxième fois, l’ânesse tente de contourner l’ange et coince le pied de Balaam contre un mur ; une troisième fois, le chemin est si étroit que l’ânesse se couche par terre et refuse d’avancer. À chaque fois elle reçoit des coups de bâton : l’ânesse prend alors la parole et explique à son maitre qu’elle l’a toujours servi avec soin.  Balaam y consent, regrette les coups de bâton et comprend alors ce qui se passe : l’ange de Dieu devient visible à ses yeux et lui explique la volonté de Dieu qui est que l’oracle à prononcer devra être fait en faveur du peuple d’Israël et non contre lui sous forme de malédiction.

Malgré les menaces et les promesses du roi, quatre bénédictions sont faites en faveur d’Israël : au cours de la quatrième des termes apparaissent qui vont servir d’accroche pour Matthieu : il est dit en effet dans la version grecque de la Septante, version qui était utilisée par les locuteurs grecs comme Matthieu que :

(Nombres 24, 17)
ἀνατελεῖ ἄστρον ἐξ Ιακωβ
une étoile sortira de Jacob

Cette « astre de Jacob » est devenu dans la tradition ultérieure le Messie attendu, celui qu’annonce les prophètes, celui que Matthieu a reconnu comme étant Jésus. Nous verrons plus loin que outre ce terme d’astre (ἀστήρ), le terme de levant (ἀνατολή, qui a servi à former « Anatolie » ) et le terme technique de prosternation orientale (προσκύνησις) vont se retrouver dans Matthieu et dans l’histoire de Balaam.

Ce que va montrer André Paul par une mise en parallèle des deux récits, c’est que dans les deux cas il y a :
1) des personnages venus d’orient,
2) un roi inquiet de l’arrivée d’un rival (le Messie pour Hérode, le peuple d’Israël pour Balaq),
3) roi qui tente de négocier avec des personnages « venus d’Orient » (Les Rois Mages ou Balaam) afin de pouvoir éradiquer la menace,
4) un signe de Dieu qui vient guider les héros (l’étoile pour les mages, l’ânesse arrêtée par l’ange de Dieu),
5) une prosternation (devant l’enfant à Bethléem, devant l’apparition divine à travers l’ange),
6)  un retour des héros qui devient possible car les plans des rois ont été détournés.

Voici la concordance proposée par André Paul pour ces six épisodes avec la mise en relief des thèmes : celui des rois Hérode ou Balaq (en rouge) ; celui des envoyés Rois Mages ou Balaam (en bleu) et enfin le thème du parallélisme fait entre Israël peuple élu et Jésus dont Matthieu, en son premier chapitre a montré par une généalogie qu’il était « fils de David » (couleur magenta). La concordance a été faite en utilisant le texte grec de la Septante, la Vulgate latine (qui, fidèle à l’hébreu, a de petites différences avec le texte grec pour les Nombres) et la traduction d’André Paul.

Celui-ci indique que « la structure littéraire et dramatique de Matthieu 2, 1-12 s’inspire très probablement du modèle que l’évangéliste a découvert en Nombres 22-24 » mais il ajoute les points suivants :
–  il rappelle la confiance antique dans l’astrologie, certes critiquée par Pline l’Ancien (Livre II, VL (8) mais dont Suétone rapporte l’importance pour Auguste (Vie d’Auguste, XCIV, 17-18),
– il souligne que la réaction apeurée d’Hérode correspond bien à son fin de règne cruel.

1) Des personnages venu d’orient

Matthieu 2, 1-2

Τοῦ δὲ Ἰησοῦ γεννηθέντος ἐν Βηθλέεμ τῆς Ἰουδαίας,
Cum ergo natus esset Jesus in Bethlehem Juda
Jésus étant né à Béthléem de Judée

_
_

_
_
ἐν ἡμέραις Ἡρῴδου τοῦ βασιλέως,
in diebus Herodis regis
au temps du roi Hérode

_
_
ἰδού, μάγοι ἀπὸ ἀνατολῶν
ecce magi ab oriente,
voici que des mages venus d’orient

παρεγένοντο εἰς Ἱεροσόλυμα, λέγοντες,
venerunt Jerosolymam, dicentes :
se présentèrent à Jérusalem et demandèrent :

Nombres 22,1-5a ; 23,7

Καὶ ἀπάραντες οἱ υἱοὶ Ισραηλ παρενέβαλον
Profectique castrametati sunt filii Israel
les enfants d’Israël partirent et s’en allèrent camper

ἐπὶ δυσμῶν Μωαβ
in campestribus Moab
dans les steppes de Moab

Βαλακβασιλεὺς Μωαβ ἦν κατὰ τὸν καιρὸν ἐκεῖνον.
Balac … erat eo tempore rex in Moab.
Balaq… était roi de Moab en ces jours là

ἀπέστειλεν πρέσβεις πρὸς Βαλααμ
Misit ergo nuntios ad Balaam
Il envoya des messagers à Balaam

(23,7 c’est Balaam qui parle)
μετεπέμψατό με Βαλακ …, ἐξ ὀρέων ἀπ ἀνατολῶν
adduxit me Balac  … de montibus orientis
Balaq m’a fait venir … des montagnes d’orient.

2) Le roi s’inquiète de l’arrivée d’un rival

Matthieu 2, 3-6

Ἀκούσας δὲ Ἡρῴδης ὁ βασιλεὺς ἐταράχθη
Audiens autem Herodes rex turbatus est
Informé, le roi Hérode s’émut…

καὶ συναγαγὼν πάντας τοὺς ἀρχιερεῖς
et congregans omnes principes sacerdotum
Il assembla tous les grands prêtres

καὶ γραμματεῖς τοῦ λαοῦ,
et scribas populi
et les scribes du peuple

ἐπυνθάνετο παρ’ αὐτῶν ποῦ ὁ χριστὸς γεννᾶται., sciscitabatur ab eis ubi Christus nasceretur.
et s’enquit du lieu où devait naitre le Christ

Nombres 22,5b-6

καλέσαι αὐτὸν λέγων
ut vocarent eum et dicerent: “
il [=Balaq] lui disait

Ἰδοὺ λαὸς ἐξελήλυθεν ἐξ Αἰγύπτου
Ecce egressus est populus ex Aegypto,
voici que le peuple qui est sorti d’Égypte

καὶ ἰδοὺ κατεκάλυψεν τὴν ὄψιν τῆς γῆς
qui operuit superficiem terrae
a couvert tout le pays ;

καὶ οὗτος ἐγκάθηται ἐχόμενός μου·
sedens contra me,
il s’est établi en face de moi.

 3) Le plan du roi

Matthieu 2, 7-8

Τότε Ἡρῴδης, λάθρᾳ καλέσας τοὺς μάγους,
Tunc Herodes, clam vocatis Magis,
Alors Hérode manda secrètement les Mages

ἠκρίβωσεν παρ’ αὐτῶν
diligenter didicit ab eis
se fit préciser par eux

τὸν χρόνον τοῦ φαινομένου ἀστέρος.
tempus stellae, quae apparuit eis
la date d’apparition de l’astre

Καὶ πέμψας αὐτοὺς εἰς Βηθλεὲμ εἶπεν,
et mittens illos in Bethlehem dixit
et les dirigea sur Bethléem en disant

Πορευθέντες ἀκριβῶς ἐξετάσατε περὶ τοῦ παιδίου
Ite et interrogate diligenter de puero
Allez vous renseigner sur l’enfant

Nombres 22, 7 ; (22, 6)

ἡ γερουσία Μωαβ
seniores Moab
Les anciens de Moab…

καὶ ἦλθον πρὸς Βαλααμ
Cumque venissent ad Balaam
vinrent trouver Balaam

καὶ εἶπαν αὐτῷ τὰ ῥήματα Βαλακ.
et narrassent ei omnia verba Balac
et lui transmirent les paroles de Balaq

(22,6 :
καὶ νῦν δεῦρο ἄρασαί μοι τὸν λαὸν τοῦτον
veni igitur et maledic populo huic
Viens donc et maudis ce peuple

ὅτι ἰσχύει οὗτος ἢ ἡμεῖς·
quia fortior me est
car il est plus puissant que moi)

4) Le signe de Dieu

Matthieu 8, 9-10

Οἱ δὲ ἀκούσαντες τοῦ βασιλέως ἐπορεύθησαν:
Qui cum audissent regem, abierunt.
Sur ces paroles du roi, ils se mirent en route

καὶ ἰδού, ὁ ἀστήρ, ὃν εἶδον ἐν τῇ ἀνατολῇ,
Et ecce stella, quam viderant in oriente
et voici que l’astre qu’ils avaient vu à son lever

προῆγεν αὐτούς, ἕως ἐλθὼν ἔστη
antecedebat eos, usque dum veniens staret
les devançait jusqu’à ce qu’il vint s’arrêter

ἐπάνω οὗ ἦν τὸ παιδίον.
supra ubi erat puer
au-dessus de l’endroit où était l’enfant

Ἰδόντες δὲ τὸν ἀστέρα,
Videntes autem stellam
La vue de l’astre

ἐχάρησαν χαρὰν μεγάλην σφόδρα.
gavisi sunt gaudio magno valde
les remplit d’une grande joie

Nombres 22,12 ; 20-22

καὶ εἶπεν ὁ θεὸς πρὸς Βαλααμ
Dixitque Deus ad Balaam
Dieu dit à Balaam :

Οὐ πορεύσῃ μετ αὐτῶν οὐδὲ καταράσῃ τὸν λαόν
Noli ire cum eis neque maledicas populo
Tu n’iras pas avec eux, tu ne maudiras pas ce peuple

καὶ ἦλθεν ὁ θεὸς πρὸς Βαλααμ νυκτὸς καὶ εἶπεν αὐτῷ
Venit ergo Deus ad Balaam nocte et ait ei:
Dieu vint à Balaam pendant la nuit et lui dit :

Εἰ καλέσαι σε πάρεισιν οἱ ἄνθρωποι οὗτοι,
Si vocare te venerunt homines isti
Ces gens ne sont-ils pas venus t’appeler ?

ἀναστὰς ἀκολούθησον αὐτοῖς·,
surge et vade cum eis,
Lève-toi et pars avec eux.

ἀλλὰ τὸ ῥῆμα ὃ ἂν λαλήσω πρὸς σέ, τοῦτο ποιήσεις.
ita dumtaxat ut, quod tibi praecepero, facias
Mais tu ne feras que ce que je te dirai

καὶ ἀναστὰς Βαλααμ τὸ πρωὶ ἐπέσαξεν τὴν ὄνον αὐτοῦ
Surrexit Balaam mane et, strata asina sua,
Au matin, Balaam sella son ânesse

καὶ ἐπορεύθη
profectus est [cum eis]
et partit…

καὶ ἀνέστη ὁ ἄγγελος τοῦ θεοῦ
stetitque angelus Domini in via contra Balaam
et l’ange du Seigneur se posta sur sa route

ἐνδιαβάλλειν αὐτόν
ut adversaretur ei,
pour lui barrer le chemin

5) La prosternation

Matthieu 2,11

Καὶ ἐλθόντες εἰς τὴν οἰκίαν,
Et intrantes domum
Entant dans le logis
_
_

εἶδον τὸ παιδίον μετὰ Μαρίας τῆς μητρὸς αὐτοῦ
viderunt puerum cum Maria matre eius
ils virent l’enfant avec Marie sa mère

_
_

καὶ πεσόντες προσεκύνησαν αὐτῷ
et procidentes adoraverunt eum
et tombant à genoux ils se prosternèrent devant lui

Nombres 22,31

ἀπεκάλυψεν δὲ ὁ θεὸς τοὺς ὀφθαλμοὺς Βαλααμ
Protinus aperuit Dominus oculos Balaam
Alors l’Ange du Seigneur ouvrit les yeux de Balaam

καὶ ὁρᾷ τὸν ἄγγελον κυρίου ἀνθεστηκότα ἐν τῇ ὁδῷ
et vidit angelum Domini stantem in via
Il vit l’Ange du Seigneur posté sur la route

καὶ τὴν μάχαιραν ἐσπασμένην ἐν τῇ χειρὶ αὐτοῦ
evaginato gladio in manu eius
son épée à la main.

καὶ κύψας προσεκύνησεν τῷ προσώπῳ αὐτοῦ.
adoravitque eum pronus in terram
Il s’inclina et se prosterna face contre terre

6) Le retour

Matthieu 2, 12

Καὶ χρηματισθέντες κατ’ ὄναρ
Et responso accepto in somnis
Après quoi un songe les ayant avertis

μὴ ἀνακάμψαι πρὸς Ἡρῴδην,
ne redirent ad Herodem
de ne point retourner chez Hérode

δι’ ἄλλης ὁδοῦ
per aliam viam
par une autre route

ἀνεχώρησαν εἰς τὴν χώραν αὐτῶν.
reversi sunt in regionem suam.
ils rentrèrent dans leur pays

Nombres 22, 34-35 ; (24, 25)

καὶ εἶπεν Βαλααμ τῷ ἀγγέλῳ κυρίου
Dixit Balaam
Balaam répondit à l’Ange du Seigneur

Ἡμάρτηκα, οὐ γὰρ ἠπιστάμην
Peccavi nesciens
J’ai péché, j’ignorais

ὅτι σύ μοι ἀνθέστηκας ἐν τῇ ὁδῷ εἰς συνάντησιν·
quod tu stares contra me in via
que tu étais posté sur mon passage

καὶ νῦν εἰ μή σοι ἀρέσκει, ἀποστραφήσομαι.
et nunc, si displicet tibi, revertar.
et maintenant, si cela te déplait, je m’en retourne.

καὶ ἐπορεύθη Βαλααμ μετὰ τῶν ἀρχόντων Βαλακ.
Ivit igitur cum principibus Balac
Balaam s’en alla donc avec les princes envoyés par Balaq

(24, 25 ; derniers mots du récit :

καὶ ἀναστὰς Βαλααμ
Surrexitque Balaam
puis Balaam se leva

ἀπῆλθεν ἀποστραφεὶς εἰς τὸν τόπον αὐτοῦ,
et reversus est in locum suum
partit et retrouna chez lui

καὶ Βαλακ ἀπῆλθεν πρὸς ἑαυτόν.,:
Balac quoque via, qua venerat, rediit.
Balaq lui aussi passa son chemin)

Conclusions

Concluons de plusieurs points de vue : en premier lieu sur le fait que la structure narrative de Matthieu s’appuie sur de nombreux textes de l’ancien Testament (dont celui de Balaam mais on peut en montrer de nombreux autres) car dans sa confrontation au judaïsme rabbinique naissant, Matthieu veut montrer que Jésus accomplit les promesses faites au peuple Juif en les dépassant. Cependant cette structure narrative met en scène des faits historiques qui ne font aucun doute pour la communauté chrétienne dont est issu cet évangile : naissance sous Hérode, rôle particulier de Joseph, enfance à Nazareth, faits qui ne sont pas mis en cause par la critique moderne mais qui ne trouvent leur sens que placés dans l’histoire des chrétiens que Matthieu raconte.

En ce qui concerne l’histoire de l’art, le tableau de Rembrandt n’a de sens que si on lit en parallèle l’histoire de Balaam racontée dans le livre des Nombres et que l’on prend conscience que nous voyons la scène à travers les yeux de l’ânesse. Quand elle reçoit les coups de bâton, elle seule voit l’ange de Dieu qui bloque le passage étroit où ils sont engagés entre la muraille et le vide. Les dignitaires sur leur cheval n’ont qu’un regard méprisant pour ce rustre de Balaam (bien qu’il soit assez richement habillé) qui est incapable de faire avancer sa monture. Quant aux deux serviteurs, ils restent dans l’ombre de leur maitre. Nous voyons donc la scène comme l’ânesse la voit et nous la voyons s’adresser à son maitre dont l’œil cependant bienveillant nous laisse anticiper son acceptation du signe de Dieu, ce qui va arriver immédiatement ensuite. La vision de Rembrandt en nous faisant voir la scène par les yeux de l’humble servante de Balaam replace le spectateur dans la vision évangélique où les humbles précédent les puissants dans le Royaume : le calvinisme de Rembrandt est plus respectueux du message chrétien que la contre-réforme catholique qui inspire les œuvres du Caravage qui, au moins quand il évoque l’ancien Testament, le présente sous un jour sanglant (Judith décapitant Holopherne, Sacrifice d’Isaac, David et Goliath).

Si maintenant on veut faire une lecture non confessionnelle de l’étoile des Rois Mages et de l’ânesse de Balaam, il faut opérer selon plusieurs perspectives. Le sens littéral du récit est qu’il s’agit d’un évènement de la marche du monde : conjonction de planètes (ou comète) dans un cas, conduite bizarre d’une monture familière dans l’autre. La lecture confessionnelle y voit un signe de Dieu, la lecture non confessionnelle prend acte de cette croyance sans la prendre à son compte. On pourrait penser qu’aucun accord de lecture ne peut intervenir de ce fait mais c’est oublier le« sens moral » de l’Écriture [2] qui peut être partagé entre les deux lectures : il consiste à repérer que des évènements peuvent être porteur de sens à condition que leur spectateur ait l’ouverture d’esprit requise. Les Anciens interprétaient déjà les signes du ciel mais aussi les actes manqués et ceux-ci depuis le freudisme sont d’ailleurs revenus objets d’attention. De nos jours l’esprit scientifique considère que le hasard, si l’on est attentif, peut conduire à des découvertes intéressantes (sérendipité) ; chez les acteurs sociaux on baptise souvent cette attitude de sensibilité au réel ; entre les personnes, d’attention. C’est une exigence toujours requise si on ne veut pas s’enfermer dans son passé,  sa routine ou ses préjugés.


Voir en page Actualité le signalement de quelques  livres récents

– Laurence Gauthier et Jacqueline Zorlu, Paris en latin, Legenda est Lutetia, Parigramme, 2014
– Jérôme Gavin et Alain Schärlig,  Sur les doigts, jusqu’à 9999. La numération digitale, des Anciens à la Renaissance, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2014
– Henriette Walter, Minus, Lapsus et Mordicus. Nous parlons tous latin sans le savoir, Robert Laffont, 2014.

Ainsi que l’actualité astronomique des Trois Rois


  1. André Paul, L’évangile de l’enfance selon saint Matthieu, Cerf, 1984 []
  2. sur les quatre sens de l’Écriture et leur application à la culture voir ce précédent billet []

Une classe de patrimoine à Ravenne

Pendant la période scolaire, la ville de Ravenne est sillonnée  par de nombreuses classes italiennes : cette multitude d’élèves de tous âges est impressionnante du fait de ces dizaines d’enseignants-conférenciers suivis par leurs élèves, plus ou moins attentifs, qui arpentent les monuments célèbres, du mausolée de Gallia Placidia à Sant’Appolinare in Classe. En ce qui concerne les élèves français, un échange entre la région des Pays de Loire et la ville de Ravenne a permis dans les années 1990 à des jeunes italiens de venir étudier le patrimoine français et à de jeunes collégiens français de passer une semaine à Ravenne dans le cadre d’une classe de patrimoine.

Cette expérience, dont je voudrais rendre compte ici, a laissé des traces écrites, tant en français [1] qu’en italien [2]. Elle a duré une semaine sur place et s’il est difficile d’envisager sa généralisation, ses principes valent pour toute étude du patrimoine : je voudrais montrer ici, en n’examinant que l’Église San Vitale, comment on peut en comprendre pleinement les mosaïques. En voici une vue générale [3] qui servira à situer les cinq mosaïques étudiées.

SanVitaleAbside2

En bas à gauche de l’abside se trouve la mosaïque peut-être la plus célèbre de toutes, celle qui représente l’empereur Justinien et sa suite.

SanVitaleJustinien

Quand on lit des commentaires sur cette représentation, on y trouve en général des détails sur la garde de Justinien dont le bouclier porte la représentation du Chrisme (Khi Rho entremêlés de Constantin) ; sur le fait que l’évêque Maximien (dont le nom apparait) et sa suite portant le livre liturgique et l’encens, sont situés (si l’on regarde leurs pieds) devant l’empereur, ce qui indique leur importance politique.

Située en face dans l’abside se trouve Théodora et sa suite :

SanVitaleTheodora

Pourquoi Justinien et Théodora sont-ils représentés ici ? On ne peut comprendre leur présence que si l’on regarde ce qu’ils font : Justinien tient dans ses mains une corbeille et Théodora une coupe. On ne peut comprendre ces deux gestes que si on les met en rapport avec le lieu (une église) dans laquelle le rite essentiel est la célébration eucharistique (la messe, dans le langage courant). La corbeille contenant du pain et la coupe (ou calice) contenant du vin vont jouer un rôle important dans la liturgie.

Continuons l’exploration des murs de San Vitale : dans la partie gauche de la nef se trouve la scène suivante :

SanVitaleSacrificeAbraham

On aura reconnu le sacrifice d’Abraham (Genèse 22) au moment où il s’apprête à immoler Isaac et où l’ange de Dieu lui dit de ne pas le faire. Il voit alors un bélier retenu par ses cornes dans un buisson, bélier qui lui servira pour le sacrifice rituel.

On a donc ici un rappel iconographique d’une scène de sacrifice  qui sert de modèle à plusieurs sens du mot :
– c’est un modèle car il rend compte de l’obligation pour tout fidèle juif de devoir « racheter » tout premier-né par un sacrifice animal,
– modèle au sens de perfection car, mise à l’épreuve, l’obéissance d’Abraham a été totale. Mais pourquoi ce sacrifice est-t-il représenté ici ? Nous n’avons pas encore la solution.

Deux autres sacrifices sont représentés sur le mur opposé :

SanVitaleAbelMelchisedech

Comme il est indiqué en toutes lettres, il s’agit des sacrifices d’Abel et de Melchisédech.

L’histoire de Caïn et Abel, dont Caïn, par le meurtre de son frère est plus dans nos mémoires qu’Abel la victime, se trouve dans Genèse 4 qui explique qu’Abel était berger et Caïn cultivateur, et qu’Abel offrait les premiers-nés de son troupeau à Dieu et que ce sacrifice était accepté alors que fruits de la nature proposés par Caïn ne l’étaient pas, ce qui a entrainé la jalouse de Caïn et le meurtre d’Abel. Abel est représenté ici en tenue de « sauvage », digne des premiers hommes.

Melchisédech est identifié d’après Genèse 14 à un roi-prêtre de Jérusalem (mais situé dans le temps avant la conquête de la terre sainte) qui apporte à Abraham du pain et du vin en signe d’offrande. Ce texte veut justifier les liens entre Jérusalem et la descendance d’Abraham et la reconnaissance de la prépondérance du sacerdoce de Jérusalem. Il est représenté sur la mosaïque d’une manière tout à fait anachronique dans une posture de prêtre catholique qui offre le pain et le vin sur l’autel. Melchisédech est donc vu comme un prédécesseur, dans l’Ancien Testament, du rôle du prêtre dans le Nouveau.

La clé des représentations

Nous arrivons maintenant au texte explicatif de toutes ces représentations qui est le texte de la messe elle-même. J’utiliserai le texte latin d’avant la liturgie en langue commune qui n’est certainement pas le texte utilisé à Ravenne mais qui en a la même structure comme l’attestent les liturgies byzantines actuelles.

Dans le déroulement de la messe, nous nous situons après l’écoute des textes de l’Écriture (Ancien et Nouveau Testament) et leur commentaire (sermon). C’est la partie nommée jadis « Offertoire » :

 Te igitur, Clementissime Pater,
A toi donc, Père très bon
per Jesum Christum Filium tuum, Dominum nostrum
par Jésus-Christ ton fils, notre Seigneur
supplices rogamus ac petimus,
suppliants, nous demandons et prions
uti accepta habeas, et benedicas,
que tu acceptes, et bénisses
haec dona, haec munera,
ces dons, ces offrandes
haec sancta sacrificia illibata.
ces [offrandes] sacrificielles saintes et entières.

C’est ici que l’on peut comprendre le geste de Justinien et de Théodora représenté dans l’abside : ce sont eux, comme représentants de tout l’Empire, qui apportent les offrandes de toute la communauté pour qu’elles soient acceptées par Dieu. Il s’agit de la corbeille de pain et du calice de vin dont le rôle va être vu maintenant.

Quam oblationem tu, Deus,
Cette offrande, toi, [notre] Dieu
in omnibus, quaesumus,
que pleinement, nous t’en prions
_____benedictam adscriptam, ratam,
_____imputée comme bénédiction, ratifiée
_____rationabilem acceptabilemque
_____raisonnable et acceptable
facere digneris,
tu daignes la rendre

ut nobis corpus et sanguis fiat
pour qu’elle devienne le corps et le sang
dilectissimi Filii tui Domini nostri Jesu Christi
de ton très cher Fils, notre Seigneur Jésus-Christ

Nous touchons ici au cœur du mystère chrétien puisque l’offrande humaine du pain et du vin va devenir le signe efficace de la mort du Christ où son corps et son sang se sont séparés.

Vient ensuite le rappel de la dernière Cène du Christ au cours de laquelle il déclare que le pain est son corps et le vin son sang : j’ai déjà étudié ce passage dans un précédent billet sur sacrifice romain et sacrifice chrétien auquel je renvoie mais qui rappelle que l’alliance avec Dieu, en hébreu berît, en grec  diathèkè, en latin testamentum, rompue par les hommes infidèles, est renouée par le sacrifice du Christ (d’où l’expression Ancien et Nouveau Testament). La dernière Cène se situe dans le cadre de la liturgie juive de la Paque et la liturgie de la messe va se placer dans le même cadre :

Supra quae
Sur ces [offrandes]
propitio ac sereno vultu respicere digneris :
daigne [les] regarder d’un visage favorable et heureux
et accepta habere,
et les tenir pour acceptables
sicuti accepta habere dignatus es
comme tu as jugé digne d’accepter
munera pueri tui justi Abel,
les présents de ton serviteur Abel le juste
et sacrificium Patriaerchae nostri Abrahae,
et le sacrifice d’Abraham, le père de notre race
et quod tibi obtulit summus sacerdos tuus Melchisedech,
et celui que t’offrit ton grand prêtre Melchisédech
sanctum sacrificium, immaculatam hostiam.
un sacrifice saint, une victime immaculée.

C’est ce rappel des sacrifices de l’Ancien Testament qui est représenté à San Vitale par les représentations dans la nef du sacrifice d’Abraham d’un côté et de ceux d’Abel et Melchisédech de l’autre : les sacrifices de l’Ancien Testament sont des images du vrai sacrifice à venir (celui du Christ).

Le texte qui suit va aussi être illustré par une mosaique :

Supplices te rogamus, omnipotens Deus :
Suppliants, nous t’en prions, Dieu tout-puissant
jube haec perferri per manus sancti angeli tui
que ces choses soient portées par les mains de ton saint ange
in sublime altare tuum,
sur ton autel élevé
in conspectu divinae majestatis tuae.
en présence de ta majesté divine.

En effet tout en haut de la nef, on peut voir l’image suivante :

SanVitaleAgneauMystique

On voit quatre anges qui élèvent les mains en signe d’offrande car ils offrent à Dieu la victime immaculée « immaculatam hostiam », au sens où pour les sacrifices de l’Ancien Testament, l’animal offert devait être parfait dans son apparence. Reprenant la liturgie de l’Ancien Testament, l’agneau offert lors de la Paque juive devient la représentation du Christ offert (et l’agneau pascal a une auréole car il représente le Christ).

Comme les anges dans toute la littérature biblique ne sont que l’émanation de Dieu, il faut bien comprendre que dans la nouvelle alliance chrétienne, le Christ est à la fois celui qui est offert mais aussi celui qui offre, la victime et le grand prêtre [4].

Étudier le patrimoine

Pour la classe de patrimoine qui a cherché à comprendre San Vitale, il a fallu passer par une découverte de la structure de la messe, ce qui a nécessité d’en voir des enregistrements vidéo et d’en étudier les textes. Il est évident qu’aller à fond dans l’explication des mosaïques de San Vitale revient à énoncer le cœur de la doctrine chrétienne mais cette exposition peut être faite d’une manière neutre, comme la présentation de ce à quoi croyaient ceux qui ont réalisé le programme iconographique de l’Église.

Pour terminer, notons que cette notion de programme iconographique est tout à fait centrale : si l’on ne perçoit pas la volonté des créateurs d’intégrer les mosaïques dans le déroulement de la liturgie, on ne voit que des représentations du pouvoir (Justinien et Théodora) ou de belles représentations de thèmes bibliques pour les autres.

La semaine passée par une classe à Ravenne est tout à fait exceptionnelle par sa durée et son encadrement et elle aura aussi permis une initiation à la fabrique de mosaïque dont l’atelier et le résultat collectif sont ci-dessous [5].

SanVitaleAtelier

Le principe à retirer de cette expérience est que comprendre une œuvre d’art doit passer par la compréhension des motivations de ses créateurs : dans le cas d’une œuvre religieuse, il est nécessaire de prendre en compte le discours religieux lui-même dans toute son amplitude, discours religieux qui est souvent méconnu des croyants eux-mêmes comme les élèves, qui ont fait en fin de parcours une enquête auprès des touristes, ont pu s’en rendre compte.

***

Alain Riffaud (un des acteurs de cette classe de patrimoine) me signale que « si la formule de la semaine de stage n’a plus cours (car trop coûteuse), en revanche les élèves italiens de Ravenne peuvent toujours bénéficier d’un enseignement sur une journée dans le cadre du centre que nous avions créé, Tesselae. De nombreuses expériences ont été menées, du matériel pédagogique a été conçu, et le champ d’investigation a été élargi à l’environnement et aux pratiques artistiques. »

Voilà une idée intéressante pour un voyage de classe en Italie.

  1. Alain Riffaud, Lecture de Ravenne, Le Mans, Création & recherche, 1994 ; Pédagogie du patrimoine en Europe, 3, Ravenne, Alain Riffaud (coord.), Le Mans, Création & recherche, 2000 []
  2. VISIBILIA ; Immagine e messaggio nei mosaici ravennati, a cura di Vittorio Pranzine e Donatella Mazza, testi di Alain Riffaud – Wladimiro Bensazzi []
  3. toutes les illustrations sont issues du site wikipedia sur San Vitale à Ravenne []
  4. pour une présentation d’ensemble on pourra voir « Le sacrifice du Christ et des chrétiens », Cahiers Évangile, n°118, 2002 []
  5. Source VISIBILIA, p.87 []

Un texte latin du 6e siècle : la règle de saint Benoit

StBenoitSurLoireLe texte qui régit une organisation sociale, comme l’abbaye bénédictine de Fleury à Saint-Benoit-sur-Loire ci-contre, mérite attention puisque cette communauté monastique fut créée au 7e siècle : elle existe toujours et fonctionne sous la règle de saint Benoit. La durée dans le temps de cette règle s’explique par la sagesse de son auteur qui sut trouver un équilibre entre la quête spirituelle, objet du monachisme, et l’équilibre humain de la communauté où elle s’insère.

Le texte fut écrit au 6e siècle et incorpore des règles antérieures. Benoit, originaire de Nursie (en Ombrie dans le centre de l’Italie) quitte Rome où il fait ses études de jeune aristocrate : après une expérience d’ermite il fonde une communauté. De cette expérience est née la règle [1].

Comment accueillir des novices

Noviter veniens quis ad conversationem,
A celui qui est nouveau venu pour la conversion [religieuse]
non ei facilis tribuatur ingressus,
on n’accordera pas facilement l’entrée
sed sicut ait apostolus :
mais comme le dit l’Apôtre
Probate spiritus si ex Deo sunt
éprouvez les esprits [pour voir] s’ils sont de Dieu
Ergo si veniens perseveraverit pulsans
Donc si celui qui arrive persévère à frapper
et illatas sibi iniurias
malgré les rebuffades reçues
et difficultatem ingressus
et les difficultés d’entrées
post quattuor aut quinque dies visus fuerit
et qu’après quatre ou cinq jours il soit constaté
patienter portare et persistere petitioni suæ,
[les] supporter patiemment et persister dans sa demande
annuatur ei ingressus
qu’il soit acquiescé à son entrée
et sit in cella hospitum paucis diebus
et qu’il soit admis quelques jours dans le séjour des hôtes (chap. 58).

Traduire Illatas sibi injurias  par « rebuffades » comme dans le texte en ligne ou l’édition de Solesmes [2], est un euphémisme poli pour des injures. Alors que toute la règle nous manifeste la qualité d’accueil de la communauté, pour le postulant on commence par éprouver son désir de s’agréger à la communauté en le repoussant sans scrupules. Mais cela devait se savoir et le postulant devait en tenir compte.

JournalApprentiMoineZen

On retrouve la même attitude à l’entrée d’un monastère bouddhique dans le livre de Satô Giei (1920-1967), illustré par l’auteur d’une manière humoristique, Journal d’un apprenti moine zen, texte qui rend compte de l’expérience de l’auteur à son entrée dans un temple bouddhique en 1939 [3]. Voici le début du livre :

Yôkan est un garçon sympathique qui en a fini avec ses études universitaires et va quitter le temple Busshin-ji. Ce printemps, il s’est mis en tête de passer à autre chose : il veut se soumettre aux exercices monastiques. Et moi qui vous raconte son histoire, j’ai pris de mon côté une décision : le suivre pas à pas, afin que l’on puisse se faire une idée de ce qu’est vraiment la vie quotidienne d’un monastère. (…)

Mais il ne suffit pas de souhaiter entrer ; on s’assurera d’abord que celui qui veut passer la porte en a la clef –entendez une détermination sans faille de se mettre en quête de la Voie, et le sésame– qu’il soit animé du « grand complexe de doutes », d’une « inébranlable volonté » et d’une « indéfectible foi ». Prévenu de longue date, Yôkan n’est pas pris par surprise, mais n’empêche, c’est debout devant cette porte béante qu’il découvre à quel point sa situation a valeur probatoire. Oui, il se destine à vivre en dehors de ce monde flottant selon une méthode connue, que des siècles ont éprouvée, et il doit se soumettre à cet examen. Fort de cette certitude, il enjambe le seuil des deux pieds et scelle sa décision. (…) Ce n’est plus le moment d’hésiter, il faut affronter la première barrière ! A la porte principale encore mal éclairée, en vêtements de voyage, Yôkan se pelotonne sur la marche de l’entrée, salue en baissant la tête tant qu’il peut et hurle à tue-tête :
– Je vous en conjure !
Surgie d’on ne sait où dans le silence du lieu, choit la réponse imposante :
– Qu’est-ce que c’est ?
Sans tarder, arrive un moine à qui Yôkan décline ses nom, prénom et adresse. Il lui tend une enveloppe contenant sa demande d’entrée, le descriptif de sa vie jusque-là, l’engagement par écrit de suivre la règle ; pour finir, il s’enquiert d’un endroit où suspendre tout son saint-frusquin. Le préposé à l’accueil s’éclipse un instant à l’intérieur.
– Notre monastère, laisse-t-il tomber quand il se montre de nouveau, est au complet pour le moment. Pas le moindre pouce carré pour vous recevoir. Veuillez-vous retirer !
Le couperet ! L’homme s’enfonce à l’intérieur pour ne plus réapparaître. Il y a de quoi se faire quelque souci…Notre jeune homme n’est pas surpris outre mesure. On l’avait prévenu sur tous les tons : « On te ferme la porte au nez ? Ne quitte pas la place et cramponne-toi ! Pas un mot, pas un geste, à part pour satisfaire un besoin pressant… Et ne songe pas à aller ailleurs, ce sera pareil dans chaque monastère où tu iras ».

Yokan n’en a pas fini des « rebuffades » il reste devant le seuil du temple. À trois heures de l’après-midi, il est admis à diner et à passer la nuit à l’abri, mais il est mis dehors au matin. Le troisième jour cependant, il est admis à la salle de méditation :

On le mène à la place qui est la sienne, à en juger par son balluchon qui l’y attend, et il s’apprête à l’occuper quand s’élève, impérieuse, la voix de l’acolyte
– Un nouveau pour la méditation assise zazen !
Emplis de révérence, les anciens, assis en posture zazen, tendus et absents, à ce signal accomplissent ensemble une profonde inclination. Yôkan vient d’être introduit dans la communauté des moines. Pas un mot de présentation n’est dit le concernant. Pour être simple et concise, la cérémonie n’en est pas moins solennelle ! Il n’est que de comparer avec d’autres rites d’admission : où donc, dans quelle communauté, école ou entreprise, se sent-on ainsi grandi et renforcé ?

L’ordre de préséance

Une autre similitude, qui semble fonctionnelle, est l’ordre de préséance : elle est définie de la manière suivante par saint Benoit  (chap. 63) :

_____Ordines suos in monasterio
_____le rang de chacun dans le monastère
ita
Que
_____conservent ut conversationis tempus
_____soit fixé par l’époque de la conversion [monastique]
_____ut vitæ meritum discernit
_____ou soit jugé selon les mérites de vie
_____utque abbas constituerit
_____et selon ce que l’Abbé décidera.

L’abbé du monastère joue un grand rôle qui est ici rappelé puisqu’il peut apporter des exceptions au rang des moines (qui servira par exemple pour l’entrée dans le chœur et dans toutes les cérémonies). Mais il est dit immédiatement après :

Qui abbas non conturbet gregem sibi commissum
Celui qui est Abbé ne doit pas troubler le troupeau à lui confié
nec,
ni
_____quasi libera utens potestate,
_____comme s’il disposait d’un libre pouvoir
iniuste disponat aliquid,
ne doit décider quoi que ce soit d’injuste

Suit cette admonestation :

sed cogitet semper quia de omnibus iudiciis et operibus suis
mais qu’il réfléchisse toujours que de tous ses jugements et actions
redditurus est Deo rationem
il devra rendre raison à Dieu

Et il est rappelé peu après :

et in omnibus omnino locis ætas
et qu’absolument en toute occasion l’âge
non discernat ordines nec praejudicet
ne soit un critère du rang ni objet de discrimination

On retrouve la même logique de la priorité de l’entrée dans le monastère par rapport aux autres critères d’âge ou de mérite dans le monastère bouddhique déjà cité : la règle du monastère affichée au-dessus de la porte de derrière du pavillon de méditation précise que  « l’ordre de préséance dépend uniquement du jour d’entrée dans le monastère : l’âge, le parcours intellectuel, l’origine n’y jouent aucun rôle ».

Le rôle de l’Abbé

L’Abbé est dit ne pas agir libera potestate car si c’est à lui que revient de traiter les cas individuels, il ne doit pas décider seul des affaires communes (chap. 3) :

Quotiens aliqua præcipua
Toutes les fois que des choses importantes
agenda sunt in monasterio,
sont à l’ordre du jour du monastère
convocet abbas omnem congregationem,
que l’Abbé convoque toute la congrégation
et dicat ipse unde agitur
et dise lui-même de quoi il s’agit

Et audiens consilium fratrum,
Et ayant entendu les avis des frères
tractet apud se
qu’il médite en lui-même
Et quod utilius iudicaverit faciat.
et qu’il fasse ce qui lui semble le meilleur.

Saint Benoit est conscient qu’il faut  permettre à tous de s’exprimer, même aux plus jeunes :

___________Ideo
___________pour cette raison
autem
Cependant
_____omnes ad consilium vocari
_____que tous doivent être appelés au conseil
diximus,
nous disons
__________quia sæpe iuniori
__________que souvent aux plus jeunes
__________Dominus revelat quod melius est
__________le Seigneur révèle ce qui est préférable

Suivent les règles d’une bonne délibération :

Sic autem dent fratres consilium,
Qu’ainsi les frères donnent leur avis
cum omni humilitatis subiectione,
en toute humilité et soumission
et non præsumant procaciter defendere
et ne prétendent pas défendre insolemment
quod eis visum fuerit,
ce que serait leur point de vue
et magis in abbatis pendat arbitrio,
mais que plutôt cela dépende du jugement de l’Abbé
ut quod salubrius esse iudicaverit,
selon ce qu’il aura décidé être le plus salutaire
ei cuncti obœdiant.
et que tous lui obéissent.

Arbitrio doit-il être traduit par « jugement » ou par « arbitrage » ? L’expérience des réunions où tous sont égaux, et où l’arbitrage s’impose, et des conseils où c’est au président de décider, font que le terme de jugement semble s’imposer. D’autant plus que la règle enchaine par cet avis destiné à régler la conduite de l’Abbé :

Sed sicut discipulos convenit obœdire magistro,
Mais de même qu’il convient aux disciples d’obéir au maitre
ita et ipsum
de même lui
_____provide et iuste
_____avec prévoyance et équité
condecet cuncta disponere.
doit tout organiser.

Ce qui protège l’Abbé de l’erreur dans sa décision finale, ce ne sont pas seulement les avis des moines, mais c’est son sens « politique » et la conviction qu’il aura à rendre compte de tous ses actes devant Dieu.

Mais il doit être observateur et tenir compte de toutes les remarques, même de celles que l’on ignore généralement : au chapitre 61 qui s’occupe de la réception de moines en déplacement (monachus peregrinus), il est dit que :

Si qua sane rationabiliter
Et si de quelque manière suffisamment raisonnable
et cum humilitate caritatis
et avec une humble charité
repraehendit aut ostendit,
il [le moine en voyage] fait une critique ou une remarque,
tractet abbas prudenter
que l’Abbé se comporte prudemment
ne forte
de peur que par hasard
_____pro hoc ipsud  [4]
_____pour cela-même
eum Dominus direxerit.
le Seigneur ne l’ait pas envoyé.

Dans toute institution, il est rare que les remarques d’un visiteur étranger soient écoutées mais saint Benoit sait qu’un regard extérieur est souvent un bon observateur d’une communauté. Bien que cela soit difficile à entendre, la règle rappelle qu’ici la vox populi, même réduite à une seule personne (un moine cependant, donc quelqu’un qui sait de quoi il retourne) peut être vox dei.

L’Abbé est guidé par son conseil mais décide lui-même : il est aussi guidé par la sagesse de la règle et en particulier par son souci de tolérance, de compréhension, de modération dont on peut voir plusieurs cas : par exemple (chap. 43) celui qui arrive en retard la nuit à l’office devra se tenir en pénitence au dernier rang. Le moment où l’on arrive en retard se situe après la fin du premier psaume récité mais il est dit :

quem propter hoc omnino subtrahendo et morose volumus dici,
que pour cette raison nous voulons que celui-ci soit toujours récité en trainant beaucoup et lentement

La désignation de l’Abbé

Pour pouvoir avoir une autorité reconnue, l’Abbé est élu (chap. 64) :

In abbatis ordinatione illa semper consideretur ratio
Pour l’institution de l’Abbé, on aura toujours pour principe cette règle
ut hic constituatur quem
que soit désigné celui que,
sive omnis concors congregatio secundum timorem Dei,
soit  l’ensemble de l’assemblée inspiré par la crainte de Dieu,
sive etiam pars quamvis parva congregationis  saniore consilio
soit même une partie même faible de l’assemblée au jugement plus sage,
elegerit.
a élu.

Deux cas sont donc prévus : soit l’unanimité, soit la désignation par la sanior pars de l’assemblée. Que faut-il entendre par cela ? Soit on considère qu’il s’agit d’une majorité relative, même faible, dont on fait l’expression du choix divin, soit, il s’agit de la remise d’une décision difficile entre les mains d’un groupe limité de gens supposés plus dignes ou plus compétents. Les commentateurs actuels de la règle suivent plutôt l’opinion qu’une majorité même relative se révèle être la sanior pars quamvis parva de l’assemblée, ce qui résout beaucoup de problèmes [5].

Dans une conférence donnée en 1819, De la liberté des Anciens comparée à celle des Modernes, Benjamin Constant [6] tranche le dilemme entre la démocratie directe soumise au jeu des groupes les plus organisés et la définition d’un groupe éclairé qui correspondrait à la sanior pars toujours impossible à déterminer. Il propose pour la France une démocratie représentative (que les nouveaux États-Unis viennent d’utiliser). C’est un système dans lequel les peuples : « Doivent exercer une surveillance active et constante sur leurs représentants, et se réserver à des époques, qui ne soient pas séparées par de trop longs intervalles, le droit de les écarter s’ils ont trompé leurs vœux, et de révoquer les pouvoirs dont ils auraient abusé. » (p. 616). C’est toujours le système employé par les démocraties actuelles avec tous les problèmes qu’elles posent aujourd’hui où beaucoup ont l’impression que leurs représentants forment une caste insensible aux problèmes actuels et soumise aux intérêts financiers. La sanior pars risque, aux yeux des plus démunis, de devenir une insanior pars.

***

Certains abbés bénédictins sont célèbres : Pierre le Vénérable, abbé de Cluny accueille Abélard allant à Rome pour faire appel au Pape. Il arrive à le réconcilier avec saint Bernard et à le persuader de rester à Cluny. Sa lettre au Pape, déjà publiée sur ce carnet est un bon exemple de ce que pouvait être l’humanité d’un abbé bénédictin.


En page d’Actualité, on trouvera un complément au billet d’Avril 2012 à propos des langues de communication internationales : l’hypothèse que je présentai de la baisse de l’allemand comme langue scientifique du fait de la guerre de 1914-1918 est renforcée par l’existence d’un boycott des scientifiques allemands par ceux des pays alliés.


  1. le texte latin utilisé est celui de La règle de saint Benoit, Tomes I et II, introd., trad. et notes par Adalbert de Vogüé, texte établi et présenté par Jean Neufville, collection Sources chrétiennes, 181 et 182, Éd. du Cerf, 1972. Autre version en ligne : texte latin et traduction []
  2. Dom Paul Delatte, Commentaire sur la règle de Saint Benoit, Solesmes 1985, première édition 1913 []
  3. Arles, Ph. Picquier, 2010, traduction de Roger Mennesson, ce livre existe également en poche et au format epub []
  4. alignement sur illud, istud []
  5. Dom Paul Delatte, Commentaire sur la règle de Saint Benoit, Solesmes 1985, p. 507 []
  6. Benjamin Constant, Écrits politiques, Paris, Gallimard, 1997 []

Les Romains croyaient-ils à leur religion?

De même que Paul Veyne s’est posé la question de savoir si les Grecs croyaient à leurs mythes, on peut se poser la même question à propos de la religion romaine [1].

Il y a en effet beaucoup d’éléments qui vont dans le sens du doute et par exemple peut-on sérieusement croire à Jupiter quand, comme Ovide, on raconte à son sujet la douteuse histoire suivante :

_____non bene conveniunt
_____ne s’accordent guère
_____nec in una sede morantur
_____ni ne résident en un seul endroit
majestas et amor
la majesté et l’amour

sceptri gravitate relicta
ayant abandonné l’autorité de son sceptre
ille pater rectorque deum,
ce père et chef des dieux
cui dextra trisulcis ignibus armata est,
dont la main droite est armée du trident de feu
qui nutu concutit orbem,
qui d’un signe de tête ébranle le monde
induitur faciem tauri
a revêtu l’apparence d’un taureau
mixtusque iuvencis
et mêlé aux jeunes taureaux
mugit et in teneris
il mugit et sur les tendres
_____formosus obambulat
_____magnifique il se promène
herbis.
herbages

Enlèvement d’Europe : Métamorphoses II, 846-851 (vers pairs en rouge, impairs en bleu).

Cicéron lui-même dans certains de ses écrits semble émettre des doutes et il était même considéré par Diderot comme un adversaire de la religion : dans l’article « Divination » de l’Encyclopédie, il lui sert de porte-parole à la lutte contre la superstition.

Ne regarde-t-elle pas [la postérité] aujourd’hui les livres que Cicéron a écrits sur la nature des dieux et sur la divination comme ses meilleurs ouvrages, quoiqu’ils aient dû naturellement lui attirer de la part des prêtres du paganisme les titres injurieux d’impie, et de la part de ces hommes modérés qui prétendent qu’il faut respecter les préjugés populaires, les épithètes d’esprit dangereux et turbulent ? D’où il s’en suit qu’en quelque temps, et chez quelque peuple que ce puisse être, la vertu et la vérité méritent seules notre respect. N’y a-t-il pas aujourd’hui, au milieu du dix-huitième siècle, à Paris, beaucoup de courage et de mérite à fouler aux pieds les extravagances du paganisme ? C’était sous Néron qu’il était beau de médire de Jupiter ; et c’est ce que les premiers héros du christianisme ont osé, et ce qu’ils n’eussent point fait, s’ils avaient été du nombre de ces génies étroits et de ces âmes pusillanimes qui tiennent la vérité captive lorsqu’il y a quelque danger à l’annoncer.

Il est vrai que sur la question de la divination, on peut citer le texte suivant de Cicéron [2] :

_____Vetus
_____ancien
autem illud
car cet
__________Catonis
__________de Caton
_______________admodum
_______________approprié
_____scitum
_____principe
__________est,
__________est

qui mirari se aiebat,
qui s’étonnait, disait-il
quod non rideret haruspex,
qu’un haruspice ne ria pas
haruspicem cum vidisset.
quand il voyait un haruspice

De même il s’en prend à l’interprétation des rêves en se demandant quelle est l’hypothèse la plus plausible   :

deosne inmortalis, rerum omnium praestantia excellentis,
est-ce que les dieux immortels, en toutes choses éminemment supérieurs
concursare omnium mortalium, qui ubique sunt
ne cessent de visiter, de tous les mortels, où qu’ils soient,
non modo lectos, verum etiam grabatos,
non seulement les lits, mais même les grabats
et, cum stertentem aliquem viderint,
et chaque fois qu’ils en repèrent un qui ronfle
obicere iis visa quaedam tortuosa et obscura,
jettent sur eux des choses qui semblent tortueuses et obscures
quae illi exterriti somno,
ceux-ci, terrifiés par ces choses pendant leur sommeil
ad conjectorem mane deferant
le matin en réfèrent à l’interpète.

an natura fieri ut mobiliter animus agitatus,
ou, qu’il arrive naturellement que l’âme agitée vivement
__________quod vigilans viderit,
__________ce qu’elle a vu éveillée
_____dormiens videre
_____de voir en dormant
videatur.
ait l’impression

Utrum philosophia dignius,
Est-il plus digne à la philosophie
sagarum superstitione ista interpretari
d’interpréter ces fait par une superstition de sorcières
an explicatione naturae?
ou par une explication naturelle ? (II, LXIII)

***

Scheid2013Dans un ouvrage récent [3], John Scheid montre que la racine profonde de nos doutes est que 1) nous n’avons pas la même idée que les romains de ce qu’est la religion, et que 2) l’idée que nous en avons est celle de la religion chrétienne.

Que les romains puissent avoir une autre conception que nous de ce qu’est la religion est facilement admissible : nous avons fait nôtres les préceptes de l’ethnologie et des sciences sociales en général qui nous conduisent à un certain relativisme culturel et au moins à une acceptation d’un autre différent de nous. Mais que notre idée de la religion soit celle de la religion chrétienne est difficilement admissible dans la mesure où, pour une grande part, nous sommes dégagés de la religion chrétienne et de ses dogmes. Nous ne sommes plus au temps des encyclopédistes où il fallait se cacher derrière Cicéron pour attaquer la superstition religieuse : le problème nous semble réglé au plan collectif, même si individuellement, la croyance religieuse chrétienne peut encore être vivace chez certains.

Pour mesurer la différence, examinons ce que je j’appelle le Credo du pontife romain, qui est mis par Cicéron dans la bouche de Cotta le pontife qui va répondre, dans La nature des dieux, aux présentations philosophiques d’un épicurien et d’un stoïcien.

Cottam esse et pontificem; quod eo, credo, valebat,
Je suis Cotta et je suis pontife, et ceci, je pense, veut dire
ut
que
_____opiniones, quas a majoribus accepimus de dis immortalibus,
_____les croyances que nous avons reçues des anciens sur les dieux immortels
_____sacra, caerimonias religionesque
_____les rites, les cérémonies et les pratiques religieuses
defenderem.
je défendrai
(…)

Cumque omnis
En toutes circonstances, prise globalement
populi Romani religio in sacra et in auspicia divisa sit,
la religion du peuple romain a été divisée en rites et en auspices
tertium adiunctum sit, si quid praedictionis causa
une troisième a été ajoutée, au cas où du fait d’une prédiction
______ex portentis et monstris
______à partir des présages et des prodiges
Sibyllae interpretes haruspicesue monuerunt,
que les interprètes de la Sibylle et les haruspices ont tiré

harum ego
Moi, jamais
_____religionum nullam umquam

_____aucune des choses de la religion
contemnendam putavi
je n’ai tenu pour méprisables

mihique ita persuasi,
Pour moi je suis convaincu que
_____Romulum auspiciis, Numam sacris
_____Romulus les auspices et Numa les rites
constitutis
en instituant,

fundamenta iecisse nostrae civitatis,
sont posés les fondements de notre cité
quae numquam profecto
qui jamais sans aucun doute
sine summa placatione deorum inmortalium
sans la pleine faveur des dieux immortels
tanta esse potuisset.
n’aurait pu être aussi grande. (III, II, 5)

 Cotta, interprète de Cicéron dans le dialogue donne, comme pontife et non comme philosophe, sa version de la religion romaine : il s’agit de savoir si ce qui est proposé aux dieux de la cité est conforme à leur volonté et ainsi assurer la fortune de Rome. Il y a des rites à accomplir (les sacrifices) et il faut savoir par ailleurs si les actions humaines entreprises sont conformes aux désirs des dieux (prendre les auspices ou consulter les haruspices).

Cotta dans le dialogue va discuter pied à pied avec les représentants des épicuriens et des stoïciens en se servant de raisonnements mais il a bien marqué dès le départ que ces réflexions sur la nature des dieux sont une chose, qu’elles sont légitimes mais que ce ne sont que des réflexions sur la religion qui ne modifient pas sa pratique.

Le propre de la religion romaine est d’être la religion de la cité de Rome fondée par Romulus et instituée par Numa. Si beaucoup de divinités sont l’objet d’un culte dans le monde ancien, c’est que chaque ville, mais à l’intérieur de chaque ville, chaque association, corporation et même chaque famille, avait son culte propre. Il s’agit d’une religion civique qui n’entraine pas de croyances quant à la nature de la divinité, celles-ci étant libres au gré des théories des philosophes ou des fables des poètes.

Pour ce qui est de la puissance de Rome, Cotta insistait sur le fait qu’elle était due à la volonté des dieux et les Romains devaient s’assurer, en prenant les auspices, que ce qu’ils envisageaient était bien conforme à leur volonté comme un client par rapport à son patron, modèle social romain accepté de tous, et non comme un esclave par rapport à son maitre. Quant aux rites, le plus fréquent est le sacrifice dont à la suite de l’étude de John Scheid sur les rites sacrificiels des Romains [4], j’ai déjà présenté un exemple dans un précédent billet, celui décrit par Caton l’Ancien dans le De agri cultura.

Pourquoi les chrétiens furent persécutés

C’est la nature de la religion romaine qui va nous permettre de comprendre pourquoi la religion chrétienne a été persécutée par Rome. En effet, pourquoi à l’exemple du judaïsme, le christianisme n’a-t-il pas été traité comme une religio licita ? C’est que du point de vue romain, le dieu d’Israël est la divinité d’un peuple donc une forme comme un autre, mais un peu spéciale, d’une religion civique et c’est ce qui la rend tolérable à leurs yeux, sous réserve d’une reconnaissance de la souveraineté de Rome. Celle-ci se fait par l’impôt et sous forme d’une prière spécifique.

Les Chrétiens, s’ils ont pu dans les premiers temps être assimilés à une secte issue du judaïsme, ont rapidement montré que leur communauté de croyance les conduisaient à se regrouper entre Chrétiens et d’une certaine manière à faire sécession par rapport aux autres communautés. L’universalisme de Paul (Il n’y a plus ni Juif ni Grec, ni esclave ni homme libre, ni homme ni femme) a pour conséquence que les groupes sociaux ainsi niés ne sont plus les supports de la vie sociale. Et si l’on se coupe des cadres sociaux ordinaires, cela veut aussi dire qu’on se coupe du cadre de la cité et que le loyalisme à son égard, dont la religion était le signe, devient douteux.

Dans la lettre où Pline explique à Trajan ce qui les préoccupe à propos des Chrétiens (X, 97) raconte l’enquête qu’il a faite à propos des crimes dont la foule les accusait  : il constate qu’ils sont inexistants et que leurs activités spécifiques ne posent pas de problème. Ce qui reste un délit, c’est de se dire chrétien et donc de refuser sa fidélité à la cité et à l’empereur. Dans sa réponse, Trajan confirme (X, 98) que les Chrétiens:

Conquirendi non sunt;
ne sont pas à rechercher ;
si deferantur et arguantur, puniendi sunt,
s’ils sont dénoncés et convaincus [de l’être], qu’ils soient punis
ita tamen ut, qui negaverit se Christianum esse
mais cependant que, s’ils nient être chrétien
idque re ipsa manifestum fecerit,
et qu’ils le rendent manifeste par cette chose même
id est supplicando dis nostris,
qui est d’accomplir des supplications à nos dieux
quamvis suspectus in praeteritum,
aussi suspects [qu’ils aient été] dans le passé
veniam ex paenitentia impetret.
qu’ils obtiennent le pardon du fait de leur repentir.

Être chrétien n’est pas un crime de la même espèce qu’un vol ou un assassinat : un assassin doit être puni, quel que soit son repentir. Ce qui constitue ici le crime, c’est l’attitude du chrétien, attitude de retrait de la communauté civique, un peu comme l’objection de conscience était poursuivie il y a peu dans notre société. Si l’on cesse d’avoir cette attitude, on n’est plus répréhensible puisque l’on est rentré dans la communauté civique.

La comparaison avec l’objection de conscience est intéressante car elle nous permet de mettre en rapport la religion romaine avec des rites civiques actuels comme le culte du drapeau ou les cérémonies aux morts. Ce sont de purs rites, sans croyances obligatoires, où l’émotion est souvent présente et dont le bon déroulement est nécessaire pour que la communauté civique se ressoude. Quand on fait le lever du drapeau et pour que le rite soit valide, comme dans une cérémonie romaine il n’est pas besoin qu’il y ait une foule présente, il suffit que les officiants accomplissent correctement ce qu’ils ont à faire et si un incident empêche le bon déroulement du rite, il suffit de le recommencer. Pour nous ce n’est pas de la religion parce que précisément la rupture que les Chrétiens ont introduit face à la religion romaine est toujours la nôtre d’une certaine façon, ce qui fait que nous doutons que les Romains puissent eux-même croire à leur religion civique.

***

John Scheid dans son nouveau livre est très polémique contre ceux qui s’attaquent au modèle de la religion civique, en anglais polis-religion car il semble bien que ce soient surtout des auteurs de langue anglaise récents qui soient aux origines de l’attaque. Il conclut son ouvrage de la façon suivante :

La mise en cause de cette notion [le modèle civique] ne s’appuie pas sur une réfutation des arguments historiques qui ont servi à formuler cette vision des religions antiques, elle ne conteste pas non plus les principes de l’anthropologie moderne, elle est en fait le fruit d’une approche confessionnelle de l’histoire religieuse. Qu’on invoque Schleiermacher, Wilamowitz, Wach, Simmel ou la phénoménologie, c’est d’une théorie christianocentrique qu’il s’agit. Autrement dit, la déconstruction ne débouche pas sur une nouvelle construction, sur une nouvelle approche de la pratique religieuse romaine, ce qui aurait été passionnant, mais sur la reconduction d’un modèle historiographique et théologique du début du XIXe siècle, dont le caractère chrétien est évident. Cette position a pour conséquence qu’aucune place ne peut être laissée à une « religiosité » différente. Le respect de l’altérité, fondement d’une attitude laïque, est refusé.
Pour ma part, j’essaie depuis trente ans de faire de l’histoire, de l’histoire religieuse, en me conformant à ce principe. je ne fais pas de théologie chrétienne de l’histoire. Je ne vois aucune raison de change de méthode.

Cette prise de position énergique nous vaut un nouvel exposé très détaillé sur la religion civique à Rome, peut-être plus facilement lisible que l’exposé irénique mais aride de son manuel sur la religion romaine [5] qu’on pourra lire ensuite avec profit.

  1. Paul Veyne, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Seuil, 1983 []
  2. De la divination, II, XXIV, texte et traduction (modifiée) présentés par José Kany-Turpin, GF Flammarion, 2004 []
  3. John Scheid, Les dieux, l’État et l’individu, Seuil, 2013 []
  4. John Scheid, Quand faire, c’est croire, Aubier, 2005 []
  5. John Scheid, La religion des Romains, Armand Colin, 1998 []