Archives de catégorie : Faits de langue

Rectifications : l’épreuve du temps

Les rectifications de l’orthographe proposées il y a 25 ans sont-elles restées lettre-morte ? Pour répondre à cette question, la liste des rectifications proposées (JO du 6 décembre 1990) permet de repèrer quelles sont les graphies qui ont été acceptées dans les dictionnaires et les livres (et éventuellement dans l’écriture privée). Continuer la lecture de Rectifications : l’épreuve du temps

Situation de l’orthographe

Si vous voulez déchainer les passions (et faire parler de vous sur la toile), parlez de « réforme de l’orthographe » : c’est l’option qui a été choisie par TF1 dans son journal de 13h du 29 janvier dernier [1]. L’occasion en était fournie par le fait que les éditeurs de livre scolaire s’étaient mis d’accord pour bien afficher le fait qu’ils appliquaient dans leur manuel les simplifications de l’orthographe, suivant en cela la pratique du ministère qui a mis en valeur cette pratique. Continuer la lecture de Situation de l’orthographe

  1. TF1 En ligne []

Tombeau de Nithard

ExpoTombeau de Nithard, c’est le titre donné par Bernard Cerquiglini à sa contribution au catalogue de l’exposition ci-contre qui s’est tenue récemment à L’abbaye de Saint-Riquier [1]. Ce « tombeau » l’est dans les deux sens du mot : les restes de Nithard ont, à l’occasion de fouilles, été sortis de son tombeau et on peut les voir dans l’exposition et repérer qu’il est mort en combattant en 844, frappé au crâne, lors d’un combat contre les Vikings qui ravageaient la région.

Nithard

Tombeau a aussi le sens d’œuvre littéraire et Bernard Cerquiglini entend bien lui rendre hommage. Il médite d’abord sur ce crâne :

Hamlet dérisoire,
j’ai tenu dans mes mains ton crâne fracassé

J’ai voulu, pieux sacrilège,
panser la plaie abjecte de la hache viking,
consoler le chagrin de tes rêves abattus,
murmurer ma gratitude et mon affection.

Guerrier fidèle,
tu reposes dans cette terre picarde
que tu as protégé au prix de ta vie.

Tu es mort à l’âge d’être mon fils
et je suis ton enfant.

L’auteur se considère son enfant car Nithard, on le sait, nous a laissé le récit des Serments de Strasbourg, aux origines non seulement du français mais, on va le voir, « de la politique en sa faveur » chère à Bernard Cerquiglini, Recteur de l’Agence universitaire de la Francophonie.

Qui est Nithard ?

Sa mère était une des filles de Charlemagne : né hors mariage vers 800, il est élevé dans l’entourage intellectuel et politique de l’empereur. C’est un laïc et il finira sa vie en succédant à son père comme comte de Ponthieu (Nord-Ouest de la Somme) et comme abbé laïc de Saint-Riquier, c’est-à-dire protecteur de l’abbaye.

 Rappelons que l’entourage intellectuel et politique de l’empereur (comme nous l’avions vu dans La Vie de Charlemagne d’Eginhard), est au cœur de ce qu’on appelle la Réforme carolingienne qui, avec de grands intellectuels comme Alcuin [2] restaure une langue latine de qualité, invente une écriture minuscule toujours lisible, introduit de nouveaux rapports politiques entre l’empereur et ses vassaux par le biais d’envoyés de l’empereur.

Eginhard était de la génération des fils de Charlemagne, Nithard lui, est de la  génération suivante et entretien des rapports étroits avec un de ses cousins, petit-fils de l’empereur, le roi d’Aquitaine Charles le Chauve. Les trois petits-fils de Charlemagne vont s’en disputer l’héritage et le récit que Nithard nous en a laissé est appelé aujourd’hui Histoire des fils de Louis le Pieux  [3], celui-ci étant le fils de Charlemagne. Cette histoire des petits-fils de Charlemagne est l’histoire de la gestion difficile de son héritage : si le titre d’empereur est laissé sans difficulté à l’ainé, Lothaire, les luttes pour la division du territoire selon le mode de partage égalitaire hérité des francs va être compliqué. De plus,  si un des frères, le duc de Bavière Louis II dit le Germanique, est bien le frère de Lothaire, l’autre, Charles le Chauve n’est qu’un demi-frère, tardif qui plus est.

C’est à ce dernier, Charles le Chauve, que Nithard est associé par des liens forts et c’est son point de vue qu’il défendra contre Lothaire.

Comment diviser un empire ?

Le titre d’empereur est donc donné à Lothaire, mais comment faire un partage territorial qui soit acceptable par tous ? Nitard nous explique comment. Cela se passe à Worms en 839 : après plusieurs conflits, un partage est tenté et l’empereur régnant (Louis, le fils de Charlemagne) propose la méthode suivante :

Ecce, fili, ut promiseram, regnum omne coram te est
Voici, mon fils, comme je te l’avais promis, tout l’empire est devant toi
diuide illud, prout libuerit.
divise-le comme il te plaira
Quod si tu diuiseris, partium electio Karoli erit;
Mais si c’est toi qui le divise, le choix des parts sera fait par Charles
si autem nos illud diuiserimus,
si par contre c’est nous qui le divisons
similiter partium electio tua erit.
de la même manière le choix des parts t’appartiendra.

Cette manière de faire existe toujours dans les situations de partage, que ce soit des parts de gâteau ou des parts d’héritage (en faisant choisir les parts par l’autre, celui qui partage a tout intérêt à ce qu’elles soient bien égales). Lothaire essaye donc de proposer une division mais au bout de trois jours il y renonce du fait de son manque de connaissance des régions. C’est donc l’empereur qui fait la division et Lothaire choisit.

L’accord obtenu alors dure peu : on a dans un camp Lothaire, roi d’Italie et dans l’autre les deux autres petits-fils de Charlemagne : Louis II le Germanique, duc de Bavière et Charles le Chauve, Roi d’Aquitaine. Les armées s’affrontent (en 841 à Fontenoy en Puisaye près d’Auxerre) dans ce qui sera considéré alors comme un jugement de Dieu. Lothaire est vaincu mais contrairement à la pratique habituelle de poursuite des fuyards, on abandonna la recherche d’un butin et, frappé par l’ampleur du carnage, on demanda aux évêques ce qu’il convenait de faire. Ceux-ci se réunissent et mettent au point une façon de sortir de la guerre civile : comme ils considèrent qu’il s’est agi d’un jugement de Dieu, chacun dans son camp a pensé représenter la volonté divine. Ceux qui ont perdu ont perdu de bonne foi et ne sont pas coupables : on doit donc tous, puissants et peuple, faire pénitence, ce qui fut fait, et vraisemblablement annoncé dans les langues du peuple puisque 30 ans auparavant à Tours, un concile avait demandé  :

ut easdem homilias quisque aperte transferre studeat
que chacun s’emploie à traduire clairement ces homélies
in rusticam Romanam linguam aut Theodiscam,
dans la langue romane rustique ou la langue tudesque
quo facilius cuncti possint intellegere quae dicuntur
afin que tous puissent plus facilement comprendre ce qui est dit

Pour Renée Balibar qui fait cette hypothèse [4] ; le fait que les évêques soient à l’origine de cette sorte de « paix de Dieu » modifie la manière de faire ordinaire (les rois décident tous seuls) et la transforme en l’action d’une classe politique faite d’évêques et de conseillers laïcs (comme Nithard) qui inventent une nouvelle manière de gérer le pouvoir.

Le jugement de Dieu fait qu’il n’y a plus d’empereur véritable, il faut donc se partager l’empire mais sur quels critères ? La méthode des parts de gâteaux à se partager ayant été un échec, il faut trouver autre chose. Et c’est à ce moment qu’apparait l’idée de faire un partage linguistique centré sur les possessions de Bavière pour Louis le germanique et d’Aquitaine pour Charles le Chauve. D’un côté on use de la langue romane rustique (rusticam Romanam linguam), c’est-à-dire « campagnarde », (voire même une « langue de péquenaud ») et de l’autre  une langue germanophone. Cette frontière linguistique axée sur le Rhin et les Alpes et qui est encore à peu près la même qu’aujourd’hui permet de se donner un critère simple d’application.

Charles et Louis se rencontrent donc à Strasbourg pour préparer ce partage qui se fera peu après à Verdun en 843 et qui verra naitre cette célèbre séparation de l’Europe en trois parties, qui demande quelques explications [5] :

Verdun843

En effet, à voir la carte, on a l’impression que Lothaire (en vert) n’est pas mal servi et que le partage est équitable. Il n’en est rien car ce que l’on va appeler dans le futur la Lotharingie est à cheval sur la frontière linguistique et va être pris en tenailles entre ce qui va devenir à long terme la France et ce qui va devenir à encore plus long terme l’Allemagne. Certes, comme le souligne Bernard Cerquiglini [6], on a donné à Lothaire des symboles, comme Aix-la-Chapelle où repose Charlemagne ainsi que les possessions italiennes, mais son territoire n’est pas structuré par une unité géographique. « La Lotharingie fut pendant le IIe millénaire le champ clos des batailles, des convoitises et des tensions, le tiers exclu des ambitions politiques francophones et germanophones » [7]. Une succession de partages va, avant la fin de ce même siècle réduire le royaume des successeurs de Lothaire à ses possessions du nord de l’Italie.

Ce choix linguistique nous est explicitement connu par les Serments de Strasbourg qui ont été prononcés l’année précédente par les deux opposants de Lothaire, Louis le germanique et Charles le Chauve dont Nithard est le conseiller, légat, penseur politique. Laissons-lui la parole.

Les Serments de Strasbourg (Livre 3, chapitre 5)

Ergo XVI. Kalend. Marcii
Donc, le 16 des calendes de mars,
Lodhuwicus et Karolus
Louis [le Germanique] et Charles [le Chauve]
_____in ciuitate quae olim Argentaria uocabatur
_____dans la ville qui jadis s’appelait Argentaria
_____nunc autem Strazburg uulgo dicitur,
_____mais qui aujourd’hui est appelée communément Strasbourg
conuenerunt.
se réunirent

et
et
_____sacramenta quae subter notata sunt
_____les serments notés ci-dessous
_____Lodhuwicus romana, Karolus uero teudisca lingua
_____Louis en [langue] romane, Charles en langue tudesque
iurauerunt
prononcèrent

Attention, il faut bien voir que Louis le Germanique « germanophone » prononce son serment en langue romane, alors que Charles le Chauve « francophone », le fait en langue tudesque. Ce croisement des langues est destiné à montrer théâtralement le lien d’alliance puisqu’on s’exprime dans la langue de l’autre.

Mais avant de prêter serment, les deux rois haranguent leur troupe pour expliquer leur politique, chacun dans sa langue (mais c’est en latin que Nithard nous en donne le contenu). Il s’agit d’un rappel des évènements : la turpitude de Lothaire, son échec lors du « jugement de Dieu », les efforts des deux rois pour ne pas accabler Lothaire et ses gens, la persistance de la volonté de Lothaire de malgré tout reconquérir les territoires perdus, la nécessité pour les deux rois de faire une alliance contre lui.

À ce point du discours apparait un élément nouveau : les deux rois manifestent la profondeur de leur alliance de la façon suivante :

si autem, quod absit,
si toutefois, qu’il n’en soit pas ainsi !
_____sacramentum, quod fratri meo iurauero,
_____le serment que j’aurai juré à mon frère
uiolare praesumpsero,
j’en venais à violer

_____a subditione mea, necnon et a iuramento quod mihi iurastis,
_____de mon obéissance, et aussi du serment que vous m’avez prêté.
unumquemque uestrum absoluo».
je délie chacun de vous

Le lien entre les deux rois est tellement fort qu’il autorise les vassaux de l’un à se sentir délié de leur allégeance s’il ne respecte pas son engagement envers l’autre.

Viennent ensuite les serments qui sont exprimés dans les deux langues romanes et tudesques, d’abord par les princes. Voici la version romane (prononcé par le germanophone Louis le Germanique) [8] :

 Pro Deo amur et pro Christian poblo et nostro commun salvament,
Pour l’amour de Dieu et pour le salut commun du peuple chrétien et le nôtre
dist di in avant, in quant Deus savir et podir me dunat,
à partir de ce jour, pour autant que Dieu m’en donne le savoir et le pouvoir
si salvaraeio cist meon fradre Karlo,
je soutiendrai mon frère Charles ici présent
et in adiudha et in cadhuna cosa,
de mon aide matérielle et en tout chose
si cum om per dreit son fradra salvar dist,
comme on doit justement soutenir son frère
in o quid il mi altresi fazet;
à condition qu’il m’en fasse autant
et ab Ludher nul plaid numquam prindrai,
et je ne prendrai aucun arrangement avec Lothaire
qui meon vol cist meon fradre Karle in damno sit.
qui, à mon escient, soit au détriment de mon frère Charles.

 Quod cum Lodhuwicus explesset,
Lorsque Louis eut terminé,
Karolus teudisca lingua
Charles, en langue tudesque,
sic hec eadem uerba testatus est:
répéta le même serment

Est-ce tout à fait le même serment ? Sous-titrons la version tudesque par la version romane et mettons en rouge ce qui n’est pas dans la version tudesque

 In Godes minna ind in thes christianes folches ind unser bedhero gealtnissi,
Pro Deo amur et pro Christian poblo et nostro commun salvament,
fon thesemo dage frammordes, so fram so mir Got geuuizci indi mahd furgibit,
dist di in avant, in quant Deus savir et podir me dunat,
so haldih tesan minan bruodher,
si salvaraeio cist meon fradre Karlo, et in adiudha et in cadhuna cosa,
soso man mit rehtu sinan bruher scal,
si cum om per dreit son fradra salvar dist,
in thiu, thaz er mig so soma duo;
in o quid il mi altresi fazet;
indi mit Ludheren in nohheiniu thing ne geganga,
et ab Ludher nul plaid numquam prindrai,
the, minan uuillon, imo ce scadhen uuerhen»
qui meon vol cist meon fradre Karle in damno sit.

Selon Cerquiglini, la première omission est purement stylistique, la deuxième par contre est beaucoup plus politique. Ce numquam, « jamais » semble avoir été imposé par Charles le Chauve pour que Louis le Germanique, qui pourrait avoir eu auparavant des velléités de négocier séparément avec Lothaire, s’en abstienne désormais.

Chaque peuple jure ensuite dans sa langue que si son prince s’écarte de ce qui a été juré, ils ne l’aideront pas.

La lettre du texte

On pourra trouver le texte du manuscrit d’origine disponible dans Gallica : voici une reproduction du texte en langue romane [9] avec sa version actuelle  [10].

TexteRoman2Le manuscrit fut recopié vers l’an mille, avec des erreurs corrigées par l’auteur comme on peut le voir à la deuxième ligne où il avait d’abord écrit « en », avant de corriger en « in ». Les autres corrections sont celles que l’on propose actuellement.

Retour au « tombeau »

Dans son Tombeau de Nithard, Bernard Cerquiglini, termine ainsi :

C’est dans l’écriture que Nithard maitrise la dualité qui le traverse, qu’il conçoit un projet politique et le prodige de son énonciation. Les Serments de Strasbourg ne sont pas seulement cités par l’Histoire [des fils de Louis le Pieux] ; ils en sont pris dans la trame, forgés au creuset de sa rédaction. Nithard fourbu, meurtri par la décevante action quotidienne, ébauche en écrivant une audacieuse politique post-impériale, programme de paix universelle par le partage linguistique des terres et la fraternité exemplaire des princes. C’est en prenant la plume, en se confrontant à la langue, que notre guerrier perçoit la fausse assurance de l’unicité, qu’il mesure les vertus de la disparité, qu’il comprend, enfin consolé, que la politique a pour fin de pacifier la dualité. « Diversité dans l’unité », aurait-il pu écrire ; c’est aujourd’hui la devise de l’Europe, laquelle est au plus vrai un bouquet de langues.

Tu as souhaité dormir sous le parvis de Saint-Riquier. Des fouilles t’ont exhumé, qui ont permis que nous te saluions ; c’est là que nous te donnerons la sépulture solennelle que tu mérites : tu dormiras dans la quiétude de notre admiration.

Repose en paix : ce que tu as tenté : écrire du français, des millions d’humains grâce au numérique, le font chaque jour. Cette langue n’a jamais été autant écrite ; tu fus le premier à le faire.

Repose en paix. Tu nous as montré l’inanité de l’imperium linguistique, qu’il s’agisse de latin ou de globish ; tu nous a offert le plurilinguisme.

Respect, Nithard !

Soyons plurilingues jusqu’au bout et suivons la brochure trilingue de l’exposition qui nous rappelle les trois langues utilisées par Nithard, la romane, la tudesque et le latin, lingua franca dont l’anglais est le substitut aujourd’hui  :

Ruhe in Frieden. Du hast uns gezeigt, wie nichtig das Imperium der Sprachen ist. Ob Lateinisch
oder Globish – du hast uns die Mehrsprachigkeit geschenkt.

Respekt, Nithard !

Rest in peace. You showed us the futility of a linguistic imperium, whether it be latin or Globish. You gave us multilingualism.
_

My respects, Nithard !


Voir en page Actualité la mention du livre d’Emmanuel Carrère, Le Royaume.


  1. Edité par L’abbaye royale de Saint-Riquier, Saint-Riquier, 2014 []
  2. que nous avons vu à l’œuvre quand il a traduit la vie de Saint-Riquier dans le billet Du latin parlé tardif au protofrançais []
  3. Nithard, Histoire des fils de Louis le Pieux, édition et traduction de Philippe Lauer, revues par Sophie Glansdorff, Les Belles Lettres, 2012 []
  4. Renée Balibar, l’institution du français, Puf, 1985, p. 41 []
  5. Source de l’image []
  6. Bernard Cerquiglini, La naissance du français, Puf, 1991 []
  7. p.78 []
  8. traduction Cerquiglini, p.91, pour la langue romane, ed. les Belles Lettres pour le reste []
  9. d’après Bernard Cerquiglini 1991, p.95 []
  10. de l’édition des Belles Lettres []

1979-2014 : histoire d’un échec de l’apprentissage de la langue latine

Faire débuter cet examen de l’apprentissage du latin en 1979 c’est faire référence aux Thèses de Besançon qui ont conduit :  à la création de la Cnarela ;  à la rénovation des programmes ;  à la modification des épreuves de langues anciennes au baccalauréat ;  à de nouveaux manuels. Il faut ici rendre hommage à ces enseignants qui ont su faire face au reproche d’élitisme et renouveler les perspectives de l’enseignement du latin alors que celui-ci était modifié profondément par le report de son enseignement en 4e (Edgar Faure, rentrée 1969) et du fait de l’unification du Collège (réforme Haby 1975).

InitLL4eBUn manuel conforme aux programmes de 1979 et très répandu à l’époque était alors l’initiation aux lettres latines de 4e de la collection Morisset. Dès la page 5 on y rappelle les connaissances de grammaire française qu’on juge indispensables de posséder avant d’aborder l’étude du latin. La première déclinaison est introduite ensuite avec les noms des cas (p. 8).

Chaque chapitre comporte un thème de la vie romaine. Tous les chapitres présentent un texte de base avec les mots nouveaux en gras, un développement de morphologie, des exercices d’entrainement. Certains comportent aussi des pages de civilisation. Les textes sont artificiels afin d’introduire progressivement le vocabulaire et la morphologie et en cela ils suivent les programmes de l’époque :

On utilisera d’abord les textes spécialement conçus en vue de l’acquisition des connaissances de base. on étudiera ensuite et aussitôt que possible des textes d’auteurs adaptés ou authentiques [1]

En voici un exemple (p. 22)

InitLLp22CC’est contre ce genre de texte artificiel qu’au nom des Thèses de Besançon, le texte artificiel va être éliminé : il s’agit là d’une lecture abusive des Thèses. En effet dans son Titre VI  « Pour de nouveaux manuels et recueils de textes », elles distinguaient parfaitement les commencements du reste  :

Il serait injuste de critiquer la progression grammaticale proposée par les manuels de 1er Cycle. Sur ce plan, l’enseignement français des langues anciennes possède une expérience ancienne et solide. Il sait échelonner les acquisitions de grammaire et de vocabulaire, et fonder chaque étape nouvelle sur les étapes précédentes. C’est dans leur présentation, dans le choix des textes et des exercices, dans l’étude de la civilisation, que les manuels français avaient vieilli. (p.7)

Le programme de 1996  prend une position radicale  :

Le professeur choisit des textes authentiques en fonction des formes de discours et des centres d’intérêt prévus pour chaque niveau. Dans les débuts de l’apprentissage, il peut avoir recours à des textes authentiques simplifiés. Toutefois l’organisation du texte et l’ordre de la phrase, mots et propositions, sont conservés sans ajout et sans réécriture du texte. (p.18)

Un manuel célèbre qui suit ce programme de 1996 est celui dirigé par Mireille Ko dont le premier texte proposé est le Corbeau et le Renard de Phèdre :

Ko1&8 Le texte est utilisé en faisant relever les mots latins qui rappellent des mots français ainsi qu’en repérant les trois formes du mot corvus qui vont servir ensuite pour repérer son nominatif, son vocatif et son génitif.

Cette absence de texte artificiel pour l’initiation va entrainer des débats : dans un article du Monde du 29/09/96, Jacques Gaillard proteste :

Aucun texte de la littérature latine n’est « simple », et c’est justement ce qui fait problème : pour lire la plus « simple » des fables de Phèdre, Le Loup et l’Agneau, il faut connaître quatre déclinaisons, les deux classes morphologiques d’adjectifs, soixante-quatorze mots de vocabulaire, et des notions syntaxiques sur lesquelles un licencié moyen resterait hésitant. Or toute pédagogie va du simple au complexe ; et quand le simple n’existe pas, il faut bien le fabriquer.

Le programme de 2009  introduit de la souplesse sans renoncer au texte authentique :

La lecture, pratiquée selon des modalités souples et diverses, ainsi que l’analyse et l’interprétation des textes authentiques, sont au cœur de l’apprentissage des langues de l’Antiquité.

Cette souplesse est obtenue par la simplification et l’appareillement du texte. On en trouve trace dans les manuels qui suivent ce programme : comparaison  du début de l’Énéide et de ses traductions en français et en italien (Hatier) :

Hatier12sous-titrage de Florus (Magnard) ou sa simplification (Nathan) :

FlorusBCependant, l’Inspection générale, dans son rapport de 2011 ne se satisfait pas de ces programmes et en évoque l’échec :

Un élève de fin de troisième est incapable, sauf exception, de traduire de façon cursive un petit texte littéraire. De même en terminale. Au regard de ces résultats, on peut s’interroger sur la pertinence d’une proscription totale de « textes fabriqués » pour les très jeunes commençants de cinquième. Si l’on veut réellement apprendre à lire, il faut admettre, au moins pendant les premiers trimestres, qu’une part des lectures se fasse sur des textes fabriqués à cette fin, mais riches de sens et de découvertes pour les élèves. (p. 31)

***

Devant un constat aussi accablant émanant de l’instance qui est la mieux à même d’avoir un point de vue global de la situation, il faut rechercher à nouveaux frais les raisons de cet échec des programmes. J’en vois deux : une concernant la progressivité de l’enseignement, la seconde plus profonde étant liée aux capacités de compréhension linguistique de l’élève lui-même. Une issue est cependant possible si l’on tient compte de ces deux difficultés.

Première explication : la non progressivité de la méthode

Je prends, pour éclairer la situation du latin, le cas assez analogue des querelles actuelles sur l’enseignement de l’écriture en CP où l’affrontement des méthodes a été rendu plus vif par la publication d’un rapport d’un sociologue, Jérôme Deauvieau qui a montré expérimentalement la supériorité d’une méthode syllabique d’apprentissage sur les méthodes mixtes.

Le débat avec l’apprentissage du latin présente les analogies suivantes : dans les deux cas, on pense ne pas pouvoir commencer l’apprentissage sans des motivations fortes qui assurent l’intérêt des élèves. C’est le cas en CP pour les élèves issus des milieux défavorisés qui n’auraient pas au départ tous l’environnement culturel qui motive à l’apprentissage de la lecture ;  c’est également le cas en 5e pour l’apprentissage du latin où beaucoup d’élèves ne voient pas l’utilité d’un apprentissage d’une langue morte à leurs yeux.

Dans le cas du CP, pour pallier le déficit d’intérêt, les méthodes mixtes d’apprentissage de la lecture luttent contre la difficulté de l’abstraction de l’apprentissage d’un code (qu’elles font apprendre cependant et c’est pourquoi elles sont dites « mixtes »), par la place très importante d’écrits « authentiques » (sic) qui y  sont proposés [2]. On y trouve des photographies, des reproductions d’affiches publicitaires, de cartes, de fiches de cuisine, etc., qui motivent l’élève en lui montrant l’intérêt pratique de la lecture.

Pour le latin, la motivation est créée par l’histoire, l’archéologie, l’art antique, les citations d’Astérix, l’étymologie, le lien avec le français et d’autres langues, les inscriptions antiques, etc., qui motivent l’apprentissage par un bain culturel.

L’inconvénient de cette méthode, en ce qui concerne l’apprentissage de la lecture, c’est que le décodage n’étant pas fait pas-à-pas, l’enfant se trouve en présence de mots dont il ne maitrise le code que d’une partie du mot. Il doit donc deviner le reste par référence au contexte.

En apprentissage du latin, un texte latin authentique est présenté mais qui ne peut être abordé que par certains de ces aspects : « repérer les occurrences du mot corvus » ou « repérer les ressemblances entre le latin, le français et l’italien » ou encore « chercher les mots français issus de populus, annos, imperium », ou enfin « lire à haute voix le texte de Florus en appliquant les règles de prononciation du latin ». Le texte latin est présenté « globalement » mais l’élève ne peut pas le comprendre, il est immergé dedans sans avoir les clés de sa compréhension : il risque de s’y noyer.

On a dans les deux cas des présentations « globales » qui ont donné leur nom à la méthode en apprentissage de la lecture (quand elle est radicale). Cependant, cette méthode globale étant chargée aujourd’hui d’une connotation péjorative, il est difficile de l’employer pour ces manuels d’enseignement du latin mais on retrouve cependant cette même attitude de vouloir puissamment motiver l’élève avant de passer à un exercice jugé difficile.

Au CP les nouvelles méthodes syllabiques renouvellent leur présentation en construisant des phrases simples mais vraies comme, dès la leçon 5 de Je lis, j’écris [3] « Il salua Ulysse » qui n’utilise que des graphèmes déjà vus car la progressivité seule permet à tous les élèves, mêmes défavorisés, de faire l’apprentissage du code.

On pourrait donc imaginer que l’échec de l’enseignement du latin aurait pour origine cette méthode, liée à l’exigence de présenter un texte authentique et non artificiel, qui peut n’en donner qu’une vision que globale, invitant l’élève à repérer certains traits, à deviner le sens plutôt qu’à se donner les moyens techniques de le découvrir.

Certains pensent de ce fait qu’il faut revenir aux méthodes anciennes et utiliser par exemple l’initiation à la langue et à la culture latines classe de 5e, de la collection Morisset, ouvrage qui avait été mis au point en 1970 au moment du report de l’apprentissage du latin en 4e mais qui avait rendu possible une « initiation » en 5e [4]. Cet ouvrage qui reprend le début du livre de 4e indiqué plus haut a eu des éditions postérieures (1985) et se trouve sur le marché de l’occasion comme manuel proposé aux élèves. S’il utilise des textes de difficulté progressive, on n’y trouve pas en parallèle d’éléments de civilisation et il suppose au départ une connaissance de la grammaire, qu’il commence par faire réviser or, une méthode qui prend pour base une grammaire supposée acquise est une illusion comme on va le voir maintenant.

Deuxième explication : l’illusion de la connaissance grammaticale profonde

Les raisons de l’échec sont plus profondes et sont liées à l’absence de conscience des faits de langue à l’âge de l’apprentissage. D’une manière plus brutale, c’est dire que les élèves, s’ils sont capables d’appliquer mécaniquement des règles de grammaire, n’en ont pas une compréhension profonde, ancrée sur le langage.

Prenons un exemple tiré d’un l’ouvrage de Louis Legrand [5] : il s’agit  de comparer les deux phrases : « Le maitre n’aime pas que les élèves bavardent » et « le maitre n’aime pas les élèves bavards ». Faire apprendre que dans un cas il s’agit d’un adjectif qualificatif épithète et dans l’autre d’une subordonnée relative, c’est bloquer la réflexion sur une étiquette formelle alors que l’élève peut arriver à la conscience grammaticale de l’équivalence fonctionnelle des deux fins de phrases et à leur substitution possible.

On notera aussi [6] que, comme l’ont montré les recherches de Jacques Witwer sur les fonctions grammaticales chez l’enfant, ce n’est pas avant 12-13 ans que les enfants acquièrent une distance à la langue qui leur permet de comprendre correctement l’analyse grammaticale [7].

Il est intéressant de voir en outre que l’apprentissage précoce de l’analyse grammaticale perturbe plus qu’il n’aide à la compréhension de la langue.

Pour le montrer, Jacques Wittwer a présenté à des élèves des tests de repérage du sujet, du complément d’objet, de l’attribut en utilisant ce vocabulaire, mais il a aussi proposé le test en n’utilisant pas ce vocabulaire mais en invitant l’enfant à trouver des mots qui dans une phrase jouent le même rôle que dans un exemple type où le mot est mis en relief. Par exemple pour faire repérer la notion d’attribut dans une phrase, on propose d’abord les phrases suivantes [8]:
_____Le problème semblait difficile
_____L’inondation serait une catastrophe si la pluie continuait
_____La fillette resta muette et affolée devant ce désordre
_____Pendant les vacances, Paul avait été un bon camarade.
Ensuite le test consiste à repérer dans dix phrases des cas analogues (sans employer le terme d’attribut). Le résultat de Wittwer est d’abord que ce n’est qu’à partir de 12 ans que les résultats du test sont bons, mais que, à tous les âges, les résultats du test employant le vocabulaire scolaire sont toujours moins bons que ceux obtenus en proposant la réalité linguistique de la chose.

Ce sont des raisons de cet ordre qui doivent faire relativiser l’emploi du vocabulaire scolaire supposé acquis antérieurement (comme COD) au moment de l’apprentissage des cas latins.

Comme l’indique le grand linguiste G. Guillaume [9] : « Autre chose est la maitrise de la langue, autre chose la prise de conscience de ses lois, et la connaissance de la nomenclature grammaticale ; savoir formuler ses règles est un luxe là où il suffit de créer des habitudes ».

Comment procéder autrement

Je dois dire que je partageais, jusqu’à il y a peu, l’idée que la connaissance de la structure casuelle du latin était simplement affaire de refus de la terminologie officielle pour les débutants et que par exemple il suffisait de parler de « complément du verbe » et non de COD, pour éviter de raviver des expériences antérieures pénibles. C’est pourquoi j’avais mis au point un début d’initiation à la morphologie du latin en utilisant les expressions latines du français.  Cependant, à la suite d’une réunion récente avec des enseignants où cette méthode avait été évoquée, on me fit remarquer que la notion même de « complément » n’était pas si simple et que, sorti des automatismes scolaires du COD, le mot n’évoquait rien du point de vue de la langue. Cet exemple, évidemment non statistiquement représentatif mais très instructif cependant, manifeste qu’on se fait beaucoup d’illusions sur les compétences des élèves en matière de langue .

Il faut donc envisager d’autres manières de faire : je suggère ici quelques idées issues de ce qui vient d’être dit  :

– c’est la structure casuelle du latin qui pose problème, pas la structure verbale dont le français dérive assez fidèlement. Les concepts grammaticaux de genre, de nombre et d’opposition temporelle sont acquis en 5e (on n’en dira pas autant de la structure des modes).

– une langue sans vocabulaire connu devient, par la masse d’informations manquantes, une jungle dont on cherche à s’échapper le plus tôt possible. On doit donc concevoir un apprentissage qui commence par doter l’élève d’un minimum de vocabulaire acquis par la pratique.

– si l’on respecte ce principe, la situation semble insoluble puisqu’on ne peut pratiquer du vocabulaire qu’en situation, et qu’en latin cette situation est dominée par la structure casuelle.

– une solution possible est que l’on peut commencer en s’appuyant sur la structure verbale en éliminant autant que possible l’utilisation des cas.

En cherchant dans les méthodes qui ne commencent pas par l’utilisation de la grammaire, j’ai découvert que c’est  le cas de la méthode Ørberg dont on peut voir en ligne des extraits. En voici le début :

Orberg1L’astuce de ce début vient de la proximité visuelle entre le nominatif féminin (non accentué) et son ablatif commandé par in (accentué). Cette particularité est indiquée en marge mais peut facilement être négligée par l’élève. Comme le verbe être est identique en latin et en français au singulier et proche au pluriel, que la négation est identique dans les deux langues, l’auteur accumule les noms de régions introduisant facilement sed puis quoque. Le texte peut sembler rébarbatif mais l’élève lit du latin en le comprenant, dès son premier contact.

Voyons comment est abordé l’accusatif pour la première fois :

Orberg2Marcus Iuliam pulsat : on ne parle pas d’accusatif, on fait comprendre par une image à droite que le fait pour Iulia de recevoir le coup la transforme en objet de l’action. La forme de la désinence est associée à la compréhension linguistique qui est première. Le cas masculin est immédiatement mis en scène, sans besoin d’explications.

La méthode Ørberg jouit d’une grande faveur en Europe et ce n’est pas sans raison : elle permet au débutant de lire du latin en le comprenant et en découvrant progressivement le vocabulaire, les formes verbales, puis la structure casuelle. Cela incite à la regarder plus attentivement et aussi à envisager également d’autres méthodes qui auraient le même principe de progressivité.


Le prochain billet sera mis en ligne le 23 mars

  1. Arrêté du 16-11-1978 – B0 n° spécial 1 du 14-12-1978 []
  2. Pauline Vian et al., Lecture en fête, mode d’emploi, Hachette, 1993, p. 4 []
  3. Editeur : Les Lettres bleues []
  4. p. 2 de l’édition de 1970 (mention disparue dans celle de 1985), il est fait référence à « l’arrêté du 3 juillet 1969 et à la circulaire n° IV 69-370 du 1er septembre 1969 qui ont précisé les conditions dans lesquelles une initiation au latin devait, dans le cadre de l’enseignement du français, être assurée dans les classes de 5e I et II. Les directives générales relatives à la forme de cette initiation laissent toute latitude au professeur. C’est ainsi que deux perspectives ont été ouvertes : soit orienter l’enseignement vers une initiation à la langue latine, soit éveiller l’intérêt des élèves sur la civilisation romaine, étant entendu qu’il est possible et même souhaitable de combiner l’une et l’autre de ces deux méthodes ».
    C’est pourquoi l’ouvrage comporte à la fois une initiation à la langue latine (24 chapitres) et une initiation à la culture latine qui se veut aussi une initiation à la littérature comparée avec des textes latins traduits et des textes comparatifs (Plaute et Molière) ou des scènes de l’histoire et de la vie des Romains (Hérédia, Giono, Koestler) ou grandeur et survivance de Rome (de J. du Bellay à M. Yourcenar). []
  5. Louis Legrand, L’enseignement du français à l’école élémentaire, Neuchâtel, Paris : Delachaux et Niestlé, 1966, p. 89 []
  6. et je reprends ici ce que j’avais déjà cité dans un précédent billet []
  7. Jacques Wittwer, Les fonctions grammaticales chez l’enfant, Delachaux et Niestlé, 1959 []
  8. Wittwer 1959, p. 98 []
  9. cité par Roger Cousinet, le créateur de l’École Nouvelle La Source, dans Jacques Wittwer. Les Étapes de l’enseignement grammatical,  l’École nouvelle française,1956 []

Ars topiaria : étude étymologique

Le quatrième centenaire de la naissance de Le Nôtre est l’occasion d’une exposition au Château de Versailles consacrée au créateur des jardins du château [1], exposition qui remet à l’honneur l’art topiaire : ars topiaria ou art des jardins.

Topiaires1

Aujourd’hui des topiaires, c’est du buis, du cyprès ou de l’if taillé en formes géométriques [2] ou représentant une scène quelconque ou des animaux [3].

Topiaires2

Nous allons dans ce billet essayer de comprendre d’où vient ce mot de topiaria, en suivant ce qui fut la thèse de Pierre Grimal [4] et à la lumière d’un auteur plus récent : Paolo Cottini [5].

Cicéron félicite le topiarius

Cicéron, dans une de ses lettres à Quintus (3,1,5), nous  parle de l’univers des jardins :

Topiarium laudavi:
Je fis des compliments au jardinier :
ita omnia convestivit hedera,
il a tout revêtu de lierre
qua basim villae,
tant le soubassement de la villa
qua intercolumnia ambulationis,
que les espaces entre colonnes de la promenade
ut denique illi palliati
si bien que finalement ces [statues] à palium
topiariam facere videantur et hederam vendere.
semblent faire le jardinier et vendre du lierre.

Ce texte appelle plusieurs commentaires :

topiarius, adjectif substantivé qui désigne un individu chargé d’une fonction, est formé à partir d’un radical grec et d’un suffixe latin. Il s’agit du jardinier spécialisé dans le jardin d’agrément et non affecté au jardin ordinaire hortus.

– Cicéron est ironique, il se moque un peu de cette nouvelle mode dont il est témoin où il voit des statues vêtues à la grecque qui pouvaient entrer dans le registre de la représentation de comédie.

Vitruve admire les topia

Quelques années après Cicéron, Vitruve emploie cette même racine de topia mais dans un sens différent  (De Architectura, VII, 5, 2)

Postea ingressi sunt, ut
Ensuite ils [les anciens] en sont venu à
_____etiam aedificiorum figuras,
_____les formes mêmes des édifices
_____columnarum et fastigiorum eminentes proiecturas
_____les aspérités en relief des colonnes et des frontons
imitarentur
imiter

patentibus autem locis, uti exedris,
dans des lieux ouverts comme les salles de réunion
propter amplitudines parietum
du fait de l’amplitude des parois
_____scenarum frontes
_____des [décors en] façade de scènes
_____tragico more, aut comico, seu satyrico
_____de genre soit tragique, soit comique, soit satyrique
designarent
Ils peignirent

_______________ambulationes uero
_______________par contre les passages [couverts]
_______________propter spatia longitudinis
_______________du fait de leur extension en longueur
_______________varietatibus topiorum
_______________d’une diversité de « représentations de paysages »
__________ornarent
__________ornèrent
_____ab certis locorum proprietatibus
_____des traits caractéristiques des lieux
imagines exprimentes
Des images représentatives

pinguntur enim portus, promuntoria, litora,
Furent donc peints ports, promontoires, rivages,
flumina, fontes, euripi, fana,
fleuves, sources, détroits, temples
luci, montes, pecora, pastores
bois sacrés, montagnes, troupeaux, pasteurs :

nonnullis locis item
de même dans un certain nombre d’endroits
signarent megalographiam habentem deorum
ils dessinèrent une « mégalographie » [6] représentation  ayant trait aux dieux
simulacra,
des représentations
seu fabularum dispositas explicationes,
soit des expositions en règle de la mythologie
non minus troianas pugnas,
rien de moins que la guerre de Troie
seu Ulixis errationes, per topia,
soit les pérégrinations d’Ulysse en images
ceteraque quae sunt eorum similibus rationibus
et toutes choses  qui sont de même nature que cela
ab rerum natura procreata
comme les choses créées par la nature

Le mot topia est utilisé deux fois mais nous sommes dans le contexte de la représentation imagée et le but est de peindre ab certis locorum proprietatibus, c’est-à-dire les « traits caractéristiques des lieux ». Les topia sont des représentations idéales : Il ne s’agit pas de peindre un lieu précis mais une image typique d’un rivage, d’une falaise ou d’une scène mythologique. Les emplacements de ces représentations sont la villa avec ses exèdres, ses passages couverts, ses promenades mais nous ne sommes pas dans un jardin. Un siècle plus tard Pline l’Ancien (Histoire naturelle, XXXV, 37) reprend les mots mêmes de Vitruve pour parler de topiaria opera dans un contexte de représentation analogue.

Voici un exemple de ce type de peinture qui illustre bien la représentation en relief des édifices dont parle Vitruve au début de son texte [7]. Ce peut être à Herculanum mais ce peut être n’importe où : c’est un édifice type (ce peut même être un décor de théâtre comme le suggère le haut de l’image).

Palestre

Étymologie

En ce qui concerne l’étymologie du mot topia, elle devrait être reliée ici à τόπος comme on parle aujourd’hui en français des lieux de mémoire. Ce qui veut dire que le nom du jardinier cicéronien, topiarius, peut difficilement être relié à la même racine que les topia de Vitruve.

Grimal rassemble cependant le mot topiarius, jardinier et topia, représentation en supposant qu’il s’agit d’un même monde esthétique importé de Grèce, celui du paysage « idyllique ».

L’hypothèse de Cottini est qu’il y a à l’origine deux mots différents, l’un issu du grec τόπος ou topia désigne un paysage et l’autre issu du grec τοπεῖον qui signifie « cordage ». Il justifie cette étymologie en notant que l’ars topiaria consiste à guider les plantes dont les branches sont flexibles et qui se laissent diriger par une corde lors de leur croissance comme le lierre (qui est une plante grimpante) cité par Cicéron. Les deux mots grecs ayant conduit au même nom latin topia et a ses dérivés, les sens se sont unifiés et seul le sens ayant rapport à l’art du jardin a survécu.

C’est manifestement le cas dans ce texte de Pline le Jeune (Lettres V,6), un siècle plus tard,  qui nous donne (dans le style précieux des lettres destinées à la publication), une description d’un jardin qui correspond  à ce que l’on classe aujourd’hui sans aucun doute sous la rubrique des topiaires.

Les buis taillés de Pline le Jeune

Ante porticum xystus
Devant le portique, [il y a] une promenade avec arbres
in plurimas species distinctus concisusque buxo
divisée et compartimentée en formes variées par du buis.
demissus inde pronusque pulvinus
Partant de là et en pente, une plate-bande
cui
sur laquelle
_____bestiarum effigies invicem adversas
_____des figures de bêtes se faisant face les unes les autres.
buxus inscripsit;
le buis traça
(…)

Alibi pratulum,
Là une petite prairie
alibi ipsa buxus intervenit in formas mille descripta,
là, le même buis se trouve présenté sous mille formes
litteras interdum, quae
parfois en lettres qui
modo nomen domini dicunt
soit disent le nom du maitre
modo artificis
soit celui du maitre d’œuvre

Origine et évolution de l’art des jardins

Quelle que soit l’étymologie choisie, l’art des jardins vient d’un mot et d’une réalité grecque. Les Grecs eux-mêmes avaient été séduits par les jardins d’Orient (le Paradis de la Bible est le Jardin d’Éden). La mode des jardins s’introduit à Rome à l’époque de Cicéron puisque celui-ci à la fois la décrit et s’en moque aimablement, comme nous-mêmes nous moquons d’un terme qui exprime une nouveauté à la mode.

Un siècle après, à l’époque de Pline le Jeune, le concept d’art des jardins a acquis ses lettres de noblesse puisque une de ses réalisations peut être signée aussi bien par le propriétaire (en langage moderne le maitre d’ouvrage) que par l’architecte-paysagiste (l’artifex, c’est à dire le maitre d’œuvre) alors qu’il est impensable que cela puisse être un simple jardinier qui signe son œuvre d’une manière monumentale.

Cette mode s’est implantée sans difficultés à Rome dans la mesure où la divinisation de la nature, source, bois sacrés, qui avaient leurs divinités, est devenue pour les élites culturelles une affaire purement intellectuelle. Tityre d’ailleurs, semble davantage nous décrire un jardin d’agrément qu’une entreprise agricole.

Retour à Versailles

Notons pour terminer que si l’on veut voir à Versailles des éléments qui correspondent à des jardins romains, ce n’est pas dans la perspective du Grand Canal qu’il faut les chercher, mais dans les « bosquets » qui se trouvent près du château. En effet, les grandes perspectives sont possibles en France alors qu’elles l’étaient beaucoup moins en Toscane, intermédiaire de la Renaissance entre Rome et Versailles.

Ces « bosquets » se trouvent entre le château et le Grand Canal comme on peut les voir sur le plan-ci-dessous :

PlanBosquets

On y trouvera, comme dans les jardins romains, des représentations de la mythologie, des colonnes, des fontaines et jeux d’eau, des fausses grottes, des rocailles, des espaces entourés de colonnades [8].

Bosquets_

Post-scriptum (27/12/13) : Ermanno Malaspina [9] fait pour topia l’hypothèse, en s’appuyant sur des formes dialectales italiennes toujours existantes, que celles-ci reflètent le sens ancien du latin qui serait alors « tonnelle » ou « pergola ».

Ce sens est particulièrement bien adapté à ce texte de Pline (Hist. Nat. 12, 22) où il examine les conséquences du fait que les branches de la famille du figuier, si elles touchent terre, peuvent y prendre racine (technique du « marcottage ») : le travail du jardinier pourrait bien consister à créer des tonnelles.

Ficus ibi eximia pomo,
Là, le ficus à fruit [=Figuier] sort de l’ordinaire
se ipsa semper serens
toujours engendré de lui-même.

vastis diffunditur ramis,
Il se répand par ses rameaux prodigieusement grands
quorum imi in terram adeo curvantur,
dont les plus bas sont si recourbés au sol
ut annuo spatio infigantur
qu’en l’espace d’une année ils [y] sont enfoncés
novamque sibi progeniem faciant
et qu’ils se font une nouvelle descendance
circa parentem in orbem quodam opere topiario.
autour du parent, en courbe, comme un travail de jardinier

intra saepem eam
À l’intérieur de cette enceinte,
_____aestivant pastores,
_____les bergers passent l’été
opacam pariter et munitam vallo arboris,
à la fois ombragée et protégée par le rempart de l’arbre

decora specie
[Elle est] d’un agréable aspect
_____subter intuenti proculve
_____
pour celui qui contemple en dessous ou au loin.
fornicato ambitu.
par son pourtour cintré

Le prochain billet sera mis en ligne le 12 janvier 2014


Actualité : « Pourquoi écrire en latin au XXIe siècle ? » : conférence de Jean-Noël ROBERT, Professeur au Collège de France, Chaire de Philologie de la civilisation japonaise, qui aura lieu le mardi 14 janvier 2014, à 18h30, dans la Salle de Conférences du lycée Henri-IV. Cette conférence est organisée par l’ALLE.

  1. on peut lire aussi ce qu’en dit Philippe Sollers []
  2. Orangerie de Versailles []
  3. Parc des topiaires à Durbuy, Belgique []
  4. Pierre Grimal, Les Jardins romains, Fayard, 3e ed., 1984 []
  5. Paolo Cottini, « Le origine. Rilettura delle fonti e ipotesi interpretative », in Margherita Azzi Visentini, Topiaria : architetture e sculture vegetali nel giardino occidentale dall’antichita a oggi, Trévise, Canova, 2004 []
  6. soit représentation grandeur nature soit représentation de « grands » sujets []
  7. Source : La peinture murale domestique dans la Rome antique in Art, Archéologie et Antiquité. Blog et ressources photos & vidéos []
  8. Source : site du Château de Versailles []
  9. Topia = « Pergolato » ? Dai dialetti romanzi al latino (Nota a Vitr. 5,6,9 ; Copa 7 ; Plin. Nat. 12,22 ; Spart. Hadr. 10, 4)  in Gianluigi Baldo e Elena Cazzuffi (dir.), REGIONIS FORMA PVLCHERRIMA. Percezioni, lessico, categorie del paessaggio nella letteratura latina, Leo S. Olschki Editore, Firenze, 2013 []