Archives de catégorie : Faits de langue

La prononciation du latin (1) : l’enseignement

« Il est temps de mettre fin à l’anarchie qui règne dans la plupart de nos établissements du second degré. »

Cette déclaration énergique n’est pas due à un quelconque homme politique horrifié par ce qui se passe dans les collèges ou les lycées actuels mais se trouve dans le très officiel (et très posé en général), Bulletin Officiel de l’Education nationale : il s’agit d’une circulaire du 27 aout 1960 : « instructions concernant l’enseignement du latin dans les classes de premier cycle » [1] et ce constat est suivi d’une fougueuse injonction : « La prononciation restituée s’impose ».

En effet dans les années 60 l’anarchie règne en matière de prononciation du latin où trois types de prononciations se rencontrent :

– dans les lycées on prononce souvent le latin « à la française ». Cette prononciation est toujours présente dans la vie courante où l’on parle d’un curriculum vitae en prononçant le v de vitae comme dans « vital » et où Caesar se prononce tout simplement César et Cicero, sauf à la finale, comme Cicéron. C’était l’époque où les potaches riaient de phrases comme « Caesar misit legatos alacrem eorum » où ils prononçaient la finale comme « à la crème et au rhum » ce qui s’explique par la prononciation de um comme dans homme. C’est encore le cas quand on parle en français du curriculum de quelqu’un.

– dans les Eglises catholiques, la messe était encore dite en latin et celui-ci était prononcé à l’italienne. Dans le Notre Père en latin, « qui est in caelis », était prononcé kwi es in tchélis et le « dominus vobiscum » dominous vobiscoum. Cependant le Concile Vatican 2 des années 60, en permettant la liturgie en langue vulgaire, va faire disparaitre le latin de la plupart des messes.

– quant à la prononciation restituée, elle était pratiquée dans les universités et dans un certain nombre de lycées.

Nous allons suivre l’histoire de sa montée en puissance à travers le texte de Jules Marouzeau La prononciation du latin [2] . En effet, Jules Marouzeau (1878-1964), eut une grande influence sur cette question du fait de sa position de professeur de latin à la Sorbonne (1925-1951) où il forme beaucoup d’universitaires. Il s’intéresse à l’enseignement très tôt (1913 : La crise des études classiques en France) et son action est renforcée par le fait que dès 1920 il est directeur d’Etudes à l’Ecole des Hautes-Etudes, que dès 1923 il fonde la Société des études latines et qu’il publie à partir de 1928 L’Année philologique. En 1945 il devient membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Continuer la lecture de La prononciation du latin (1) : l’enseignement

  1. B.O. 1960 n° 23 quater (8-9-60) p.41 []
  2. Jules Marouzeau, La prononciation du latin : histoire, théorie pratique, Les Belles lettres, 1955 (4e ed.) []

Comparer les traductions (2)

Nous continuons notre examen de la comparaison de traductions en prenant le cas d’une traduction célèbre, celle de la Bible par Luther dont on dit souvent qu’elle est à l’origine de l’allemand moderne, ce qui est une pieuse légende mais qui est exact en ce qui concerne le vocabulaire théologique, qu’il a fait passer du latin à l’allemand, et au-delà le vocabulaire philosophique en initiant le débat sur la liberté humaine [1]. Si cette traduction a eu un si grand retentissement, c’est parce que Luther a décidé, en ce qui concerne le choix du milieu source ou du milieu cible, de se tourner résolument vers le peuple allemand de son époque. Il s’en explique dans son Épitre sur l’art de traduire où il dit que ce n’est pas par l’étude du latin qu’on apprend à parler allemand si l’on veut se faire comprendre de tous :

« c’est à la mère dans la maison qu’il faut s’adresser, aux enfants dans la rue, à l’homme du commun au marché, regarder comment parle leur bouche et traduire en respectant leur leçon, car c’est alors qu’ils vous comprendront et auront le sentiment que vous leur parlez allemand » [2] (p.75).

Continuer la lecture de Comparer les traductions (2)

Comparer les traductions (1)

Nous avons vu dans le précédent billet, que les traductions pouvaient se situer dans une opposition entre langue source et langue cible. Nous avions terminé en précisant que la traduction avait à rendre compte d’un milieu source pour l’adapter à un milieu cible. Je vais tenter ici, en m’appuyant sur le troisième chapitre « comment traduire ? » du livre de Georges Mounin, Les belles infidèles [1], de donner un cadre théorique à cette opposition. J’espère ainsi pouvoir aider les élèves à se livrer à cet exercice recommandé de comparaisons de traductions : je prendrai mes exemples pour ce premier billet dans des traductions des Bucoliques.

Cadre théorique général

Le principe général repose donc sur le fait qu’un texte à traduire a été écrit :
– dans une langue donnée (langue source) dont la structure est plus ou moins distante de la langue en laquelle on veut la traduire (langue cible) ;
– à une époque plus ou moins lointaine
– dans une civilisation, une culture (au sens anthropologique) plus ou moins distante de celle du traducteur.

Continuer la lecture de Comparer les traductions (1)

Comment traduire ?

Georges Steiner, dans Après Babel [1], note qu’une première étape de la réflexion sur l’acte de traduire s’ouvre avec Cicéron, se poursuit avec Saint Jérôme et trouve son terme avec Friedrich Schleiermacher. La deuxième étape est celle de la réflexion herméneutique sur ce que c’est que de comprendre, la troisième s’ouvre avec les recherches linguistiques et la traduction automatique. C’est avec les auteurs de la première étape, Cicéron traducteur d’Eschine et de Démosthène, Jérôme traducteur de l’ancien et du nouveau testament, Schleiermacher traducteur de Platon, que nous allons nous poser la question toujours actuelle du « comment traduire ? ».

Cicéron, dans son cours traité De optimo genere oratorum / De la perfection oratoire, présente sa traduction de deux adversaires politiques grecs :

Quid enim tam aut visendum aut audiendum fuit quam
Qu’est-il en effet de plus à voir et à écouter que
_____summorum oratorum
in
__________gravissima causa accurata et inimicitiis incensa
contentio
dans cette lutte de ces grands orateurs, [lutte rendue] plus vive par la gravité extrême du procès et enflammée par les haines. (VII, 22)

Continuer la lecture de Comment traduire ?