Archives de catégorie : Finalités

Bourdieu et le latin. Deuxième partie : le latin de Bourdieu

La pratique scientifique utilise le latin : en biologie, non seulement les noms sont en latin mais éventuellement les descriptions peuvent ou même doivent l’être : le Code international de nomenclature botanique[1] prescrit dans son article 36 que depuis le 1er janvier 1935 le nom d’un nouvel élément de la taxinomie doit, afin d’être publié validement, être accompagné d’une description en latin. En zoologie cependant, cette exigence a disparu pour les publications postérieures à 1930 : selon l’article 13 du Code international de nomenclature zoologique[2], la description d’un nouvel élément de taxinomie peut être publiée « dans les langues largement utilisées au niveau international en zoologie » (ou dans la langue de la région dont l’élément taxinomique est originaire).

Bourdieu a étendu cet usage à la sociologie : beaucoup de ses concepts utilisent des expressions latines.

Habitus : ce terme, dont l’usage a entrainé une littérature abondante, désigne chez Bourdieu une attitude incorporée, habituelle, qui ne nécessite plus la réflexion de la même manière qu’un joueur de tennis n’a plus à réfléchir pour porter ses coups ou qu’un garçon de café « joue naturellement » son rôle.

Illusio : il a été utilisé d’abord par Bourdieu pour désigner l’illusion biographique qui fait que l’on croit que tout s’enchaine naturellement dans les biographies racontées. Ce terme est devenu ensuite synonyme de ce qui n’est pas encore « désenchanté », ce qui n’a pas encore été passé à l’analyse.

Homo academicus : la créativité néo-latine reste très productive quand, à l’imitation de homo sapiens, on crée homo ludens, homo œconomicus, homo hierarchicus, homo aequalis. Bourdieu, pour désigner les universitaires dans un des livres a créé le terme d‘Homo academicus (et même d’Homo academicus gallicus)

Pour nous faire une idée des usages d’expressions latines chez Bourdieu, examinons trois ouvrages répartis sur toute sa carrière : la reproduction publié avec Jean-Claude Passeron en 1970, Homo academicus publié en 1984 et les Méditations pascaliennes publiées en 1997.
Continuer la lecture de Bourdieu et le latin. Deuxième partie : le latin de Bourdieu

Bourdieu et le latin. Première partie : Bourdieu critique du latin

Dans La Reproduction[1], livre écrit en 1970 avec Jean-Claude Passeron, Bourdieu parle de « gaspillage ostentatoire d’apprentissage » à propos « de l’acquisition des langues anciennes conçue comme une initiation, nécessairement lente, aux vertus éthiques et logiques de l’humanisme ».

La conclusion de La Reproduction est formelle : la culture liée à l’école joue un rôle de code social qui permet de s’approprier les valeurs culturelles véhiculées par l’école, rôle que les déshérités ne soupçonnent même pas. Ainsi le pieux récit que se racontent les privilégiés ne sert qu’à dissimuler les privilèges en les justifiant. Le texte poursuit :

« Instrument privilégié (…) qui confère aux privilégiés le privilège suprême de ne pas s’apparaître comme privilégiés, [ce récit] parvient d’autant plus facilement à convaincre les déshérités qu’ils doivent leur destin scolaire et social à leur défaut de dons ou de mérite, qu’en matière de culture la dépossession absolue exclut la conscience de la dépossession. »

En d’autres termes, ce qu’on cherche à faire croire aux dépossédés, c’est qu’ils n’ont pas les dons nécessaires pour accéder à un bon niveau scolaire. En fait, ils ne connaissent pas la règle du jeu car ils n’imaginent même pas que la culture traditionnelle joue un rôle fondamental dans la réussite scolaire.

Continuer la lecture de Bourdieu et le latin. Première partie : Bourdieu critique du latin

Le rapport de la commission Wismann : un programme inapplicable

Heinsz Wismann, philosophe et philologue, directeur d’étude à l’ehess avait été chargé en 2001 par Jack Lang, alors ministre de l’Éducation nationale, de l’organisation d’une Mission ministérielle sur l’avenir des études classiques en France. Un changement de majorité a fait qu’aucun rapport officiel n’en est sorti. Cependant, Heinz Wismann et un de ses collègues de l’ehess, Pierre Judet de La Combe ont tiré de leurs travaux un livre L’avenir des langues, qui tient lieu de rapport[1].

Le sous-titre de l’ouvrage, Repenser les Humanités, rappelle l’origine du livre qui devait permettre d’éclairer la politique du Ministère : son but est de définir un projet d’éducation. À cette fin, les auteurs se posent deux questions : que doit être la tâche éducative et quelle place les langues anciennes peuvent-elle y trouver ?

Sur le premier point la thèse centrale des auteurs est que 1) le but de toute formation scolaire est de rendre capable d’interpréter une situation, qui peut se décrypter comme un texte ; 2) que l’étude des langues permet cet apprentissage ; 3) que l’autonomie de pensée est le but de toute formation.

1) il est assez évident que la formation qu’envisagent les auteurs doit permettre de s’approprier l’héritage culturel qui a porté notre civilisation, ce qui va de soi quand on réfléchit sur l’avenir des études classiques. Mais leur thèse est plus forte : ceux qui sortent du système éducatif doivent y avoir acquis quelque chose de bien plus important que des savoirs professionnels : la possibilité d’interpréter les situations.

Continuer la lecture de Le rapport de la commission Wismann : un programme inapplicable

Mathématiques et latin

L’apprentissage des mathématiques et celui du latin ont des points communs : c’est par exemple ce qui ressort du témoignage du mathématicien Laurent Schwartz dans des souvenirs rédigés sans intention prosélyte explicite en faveur du latin[1]. Il y explique longuement comment il était tellement bon en langues anciennes qu’il a bien failli devenir linguiste ;

« Après cette période riche en questions, je fus pris de passion pour le latin et le grec. Assez tôt enrichies de notions de linguistique et de philologie, ces deux langues eurent mes faveurs de la sixième à la première. À partir de la cinquième et de la quatrième, je travaillais véritablement pour moi, pour mon plaisir. J’aimais tant le latin et le grec que j’en faisais aussi souvent que je le pouvais, indépendamment des exigences scolaires. Si nous avions une explication de texte d’une vingtaine de vers de Virgile, j’en préparais pour mon propre compte soixante ou quatre-vingts. De même, je lisais pour mon plaisir L’Iliade ou L’Odyssée, ainsi qu’Hérodote, et bien sûr Tite-Live, très facile. J’avais naturellement besoin d’un dictionnaire pour m’aider, mais je me débrouillais. Ce que j’appelle « lire » ne consistait pas à parcourir le texte, mais à me l’approprier complètement. Rien ne me restait étranger : genres, cas, déclinaisons, syntaxe. Il ne s’agissait pas pour moi de dominer la classe ou de surpasser le professeur, mais plutôt de dominer le latin et le grec. J’adorais les études. Ce qui comptait n’était pas tant mon succès que le fait que mes études, au sens le plus personnel du terme, me comblaient. J’étais immensément heureux de tout ce que nous apprenions. Je me souviens de mon bonheur à cette époque, des sujets de réflexion que m’inspiraient les différentes disciplines. En classe de première, j’allai jusqu’à écrire un commencement de grammaire grecque ! » Au Concours général, il est premier en thème latin et premier accessit en version latine et sans les conseils de ses proches (scientifiques), « je serais sans doute devenu linguiste ou helléniste et je m’en serais sans doute fort bien accommodé ».

Le témoignage de Laurent Schwartz montre bien la cohérence des apprentissages de toutes disciplines où des règles complexes doivent être appliquées à des cas particuliers. Qu’il s’agisse de règles de grammaire utilisées dans une traduction ou d’application de théorèmes dans des exercices de mathématiques, le même acharnement à ne rien laisser de côté est nécessaire et apporte des satisfactions analogues de dominer une matière. Mais aussi de dominer le monde : Schwartz insiste dans la suite de ses souvenirs, sur la nécessité de la compétition et de l’émulation. Ayant été bon en langues anciennes, il ne pouvait déchoir en mathématiques quand il entre en classe de mathématiques élémentaires.

Continuer la lecture de Mathématiques et latin