Archives de catégorie : Langue latine / langue française

L’accord de proximité en latin (et en grec)

Pour lutter contre le fait que le masculin l’emporte sur le féminin dans les phrases du type « les hommes et les femmes sont beaux », un des arguments donnés en faveur de l’accord de proximité en français est le fait de son existence en latin et en grec. Examinons-donc la situation essentiellement à partir de plusieurs grammaires latines (et d’une grammaire grecque) qui proposent des exemples tirés de la littérature [1] puis nous verrons si ce passage par les langues anciennes peut éclairer la situation pour le français. Continuer la lecture de L’accord de proximité en latin (et en grec)

  1. Pour le latin et par ordre d’ancienneté : Ernout et Thomas 1951, Bizos 1965, Lavency 1985, Guisard et Laizé 2001, De Give 2011 ; pour le grec : Bizos 1947 []

Éléments culturels et linguistiques de langues anciennes intégrés dans le nouveau programme du Collège

Même s’ils ne sont pas définitifs, les nouveaux programmes du Collège sont maintenant disponibles (ils ont été publiés par le Café pédagogique) : le présent billet a pour but d’y repérer les éléments culturels et linguistiques de langues anciennes qui étaient annoncés. Ces éléments se trouvent dans le programme de français mais aussi à d’autres endroits. Deux documents sont utilisés : les projets de programme pour le cycle 3 (CM1-6e) et le cycle 4 (5e-3e). Continuer la lecture de Éléments culturels et linguistiques de langues anciennes intégrés dans le nouveau programme du Collège

Tombeau de Nithard

ExpoTombeau de Nithard, c’est le titre donné par Bernard Cerquiglini à sa contribution au catalogue de l’exposition ci-contre qui s’est tenue récemment à L’abbaye de Saint-Riquier [1]. Ce « tombeau » l’est dans les deux sens du mot : les restes de Nithard ont, à l’occasion de fouilles, été sortis de son tombeau et on peut les voir dans l’exposition et repérer qu’il est mort en combattant en 844, frappé au crâne, lors d’un combat contre les Vikings qui ravageaient la région.

Nithard

Tombeau a aussi le sens d’œuvre littéraire et Bernard Cerquiglini entend bien lui rendre hommage. Il médite d’abord sur ce crâne :

Hamlet dérisoire,
j’ai tenu dans mes mains ton crâne fracassé

J’ai voulu, pieux sacrilège,
panser la plaie abjecte de la hache viking,
consoler le chagrin de tes rêves abattus,
murmurer ma gratitude et mon affection.

Guerrier fidèle,
tu reposes dans cette terre picarde
que tu as protégé au prix de ta vie.

Tu es mort à l’âge d’être mon fils
et je suis ton enfant.

L’auteur se considère son enfant car Nithard, on le sait, nous a laissé le récit des Serments de Strasbourg, aux origines non seulement du français mais, on va le voir, « de la politique en sa faveur » chère à Bernard Cerquiglini, Recteur de l’Agence universitaire de la Francophonie.

Qui est Nithard ?

Sa mère était une des filles de Charlemagne : né hors mariage vers 800, il est élevé dans l’entourage intellectuel et politique de l’empereur. C’est un laïc et il finira sa vie en succédant à son père comme comte de Ponthieu (Nord-Ouest de la Somme) et comme abbé laïc de Saint-Riquier, c’est-à-dire protecteur de l’abbaye.

 Rappelons que l’entourage intellectuel et politique de l’empereur (comme nous l’avions vu dans La Vie de Charlemagne d’Eginhard), est au cœur de ce qu’on appelle la Réforme carolingienne qui, avec de grands intellectuels comme Alcuin [2] restaure une langue latine de qualité, invente une écriture minuscule toujours lisible, introduit de nouveaux rapports politiques entre l’empereur et ses vassaux par le biais d’envoyés de l’empereur.

Eginhard était de la génération des fils de Charlemagne, Nithard lui, est de la  génération suivante et entretien des rapports étroits avec un de ses cousins, petit-fils de l’empereur, le roi d’Aquitaine Charles le Chauve. Les trois petits-fils de Charlemagne vont s’en disputer l’héritage et le récit que Nithard nous en a laissé est appelé aujourd’hui Histoire des fils de Louis le Pieux  [3], celui-ci étant le fils de Charlemagne. Cette histoire des petits-fils de Charlemagne est l’histoire de la gestion difficile de son héritage : si le titre d’empereur est laissé sans difficulté à l’ainé, Lothaire, les luttes pour la division du territoire selon le mode de partage égalitaire hérité des francs va être compliqué. De plus,  si un des frères, le duc de Bavière Louis II dit le Germanique, est bien le frère de Lothaire, l’autre, Charles le Chauve n’est qu’un demi-frère, tardif qui plus est.

C’est à ce dernier, Charles le Chauve, que Nithard est associé par des liens forts et c’est son point de vue qu’il défendra contre Lothaire.

Comment diviser un empire ?

Le titre d’empereur est donc donné à Lothaire, mais comment faire un partage territorial qui soit acceptable par tous ? Nitard nous explique comment. Cela se passe à Worms en 839 : après plusieurs conflits, un partage est tenté et l’empereur régnant (Louis, le fils de Charlemagne) propose la méthode suivante :

Ecce, fili, ut promiseram, regnum omne coram te est
Voici, mon fils, comme je te l’avais promis, tout l’empire est devant toi
diuide illud, prout libuerit.
divise-le comme il te plaira
Quod si tu diuiseris, partium electio Karoli erit;
Mais si c’est toi qui le divise, le choix des parts sera fait par Charles
si autem nos illud diuiserimus,
si par contre c’est nous qui le divisons
similiter partium electio tua erit.
de la même manière le choix des parts t’appartiendra.

Cette manière de faire existe toujours dans les situations de partage, que ce soit des parts de gâteau ou des parts d’héritage (en faisant choisir les parts par l’autre, celui qui partage a tout intérêt à ce qu’elles soient bien égales). Lothaire essaye donc de proposer une division mais au bout de trois jours il y renonce du fait de son manque de connaissance des régions. C’est donc l’empereur qui fait la division et Lothaire choisit.

L’accord obtenu alors dure peu : on a dans un camp Lothaire, roi d’Italie et dans l’autre les deux autres petits-fils de Charlemagne : Louis II le Germanique, duc de Bavière et Charles le Chauve, Roi d’Aquitaine. Les armées s’affrontent (en 841 à Fontenoy en Puisaye près d’Auxerre) dans ce qui sera considéré alors comme un jugement de Dieu. Lothaire est vaincu mais contrairement à la pratique habituelle de poursuite des fuyards, on abandonna la recherche d’un butin et, frappé par l’ampleur du carnage, on demanda aux évêques ce qu’il convenait de faire. Ceux-ci se réunissent et mettent au point une façon de sortir de la guerre civile : comme ils considèrent qu’il s’est agi d’un jugement de Dieu, chacun dans son camp a pensé représenter la volonté divine. Ceux qui ont perdu ont perdu de bonne foi et ne sont pas coupables : on doit donc tous, puissants et peuple, faire pénitence, ce qui fut fait, et vraisemblablement annoncé dans les langues du peuple puisque 30 ans auparavant à Tours, un concile avait demandé  :

ut easdem homilias quisque aperte transferre studeat
que chacun s’emploie à traduire clairement ces homélies
in rusticam Romanam linguam aut Theodiscam,
dans la langue romane rustique ou la langue tudesque
quo facilius cuncti possint intellegere quae dicuntur
afin que tous puissent plus facilement comprendre ce qui est dit

Pour Renée Balibar qui fait cette hypothèse [4] ; le fait que les évêques soient à l’origine de cette sorte de « paix de Dieu » modifie la manière de faire ordinaire (les rois décident tous seuls) et la transforme en l’action d’une classe politique faite d’évêques et de conseillers laïcs (comme Nithard) qui inventent une nouvelle manière de gérer le pouvoir.

Le jugement de Dieu fait qu’il n’y a plus d’empereur véritable, il faut donc se partager l’empire mais sur quels critères ? La méthode des parts de gâteaux à se partager ayant été un échec, il faut trouver autre chose. Et c’est à ce moment qu’apparait l’idée de faire un partage linguistique centré sur les possessions de Bavière pour Louis le germanique et d’Aquitaine pour Charles le Chauve. D’un côté on use de la langue romane rustique (rusticam Romanam linguam), c’est-à-dire « campagnarde », (voire même une « langue de péquenaud ») et de l’autre  une langue germanophone. Cette frontière linguistique axée sur le Rhin et les Alpes et qui est encore à peu près la même qu’aujourd’hui permet de se donner un critère simple d’application.

Charles et Louis se rencontrent donc à Strasbourg pour préparer ce partage qui se fera peu après à Verdun en 843 et qui verra naitre cette célèbre séparation de l’Europe en trois parties, qui demande quelques explications [5] :

Verdun843

En effet, à voir la carte, on a l’impression que Lothaire (en vert) n’est pas mal servi et que le partage est équitable. Il n’en est rien car ce que l’on va appeler dans le futur la Lotharingie est à cheval sur la frontière linguistique et va être pris en tenailles entre ce qui va devenir à long terme la France et ce qui va devenir à encore plus long terme l’Allemagne. Certes, comme le souligne Bernard Cerquiglini [6], on a donné à Lothaire des symboles, comme Aix-la-Chapelle où repose Charlemagne ainsi que les possessions italiennes, mais son territoire n’est pas structuré par une unité géographique. « La Lotharingie fut pendant le IIe millénaire le champ clos des batailles, des convoitises et des tensions, le tiers exclu des ambitions politiques francophones et germanophones » [7]. Une succession de partages va, avant la fin de ce même siècle réduire le royaume des successeurs de Lothaire à ses possessions du nord de l’Italie.

Ce choix linguistique nous est explicitement connu par les Serments de Strasbourg qui ont été prononcés l’année précédente par les deux opposants de Lothaire, Louis le germanique et Charles le Chauve dont Nithard est le conseiller, légat, penseur politique. Laissons-lui la parole.

Les Serments de Strasbourg (Livre 3, chapitre 5)

Ergo XVI. Kalend. Marcii
Donc, le 16 des calendes de mars,
Lodhuwicus et Karolus
Louis [le Germanique] et Charles [le Chauve]
_____in ciuitate quae olim Argentaria uocabatur
_____dans la ville qui jadis s’appelait Argentaria
_____nunc autem Strazburg uulgo dicitur,
_____mais qui aujourd’hui est appelée communément Strasbourg
conuenerunt.
se réunirent

et
et
_____sacramenta quae subter notata sunt
_____les serments notés ci-dessous
_____Lodhuwicus romana, Karolus uero teudisca lingua
_____Louis en [langue] romane, Charles en langue tudesque
iurauerunt
prononcèrent

Attention, il faut bien voir que Louis le Germanique « germanophone » prononce son serment en langue romane, alors que Charles le Chauve « francophone », le fait en langue tudesque. Ce croisement des langues est destiné à montrer théâtralement le lien d’alliance puisqu’on s’exprime dans la langue de l’autre.

Mais avant de prêter serment, les deux rois haranguent leur troupe pour expliquer leur politique, chacun dans sa langue (mais c’est en latin que Nithard nous en donne le contenu). Il s’agit d’un rappel des évènements : la turpitude de Lothaire, son échec lors du « jugement de Dieu », les efforts des deux rois pour ne pas accabler Lothaire et ses gens, la persistance de la volonté de Lothaire de malgré tout reconquérir les territoires perdus, la nécessité pour les deux rois de faire une alliance contre lui.

À ce point du discours apparait un élément nouveau : les deux rois manifestent la profondeur de leur alliance de la façon suivante :

si autem, quod absit,
si toutefois, qu’il n’en soit pas ainsi !
_____sacramentum, quod fratri meo iurauero,
_____le serment que j’aurai juré à mon frère
uiolare praesumpsero,
j’en venais à violer

_____a subditione mea, necnon et a iuramento quod mihi iurastis,
_____de mon obéissance, et aussi du serment que vous m’avez prêté.
unumquemque uestrum absoluo».
je délie chacun de vous

Le lien entre les deux rois est tellement fort qu’il autorise les vassaux de l’un à se sentir délié de leur allégeance s’il ne respecte pas son engagement envers l’autre.

Viennent ensuite les serments qui sont exprimés dans les deux langues romanes et tudesques, d’abord par les princes. Voici la version romane (prononcé par le germanophone Louis le Germanique) [8] :

 Pro Deo amur et pro Christian poblo et nostro commun salvament,
Pour l’amour de Dieu et pour le salut commun du peuple chrétien et le nôtre
dist di in avant, in quant Deus savir et podir me dunat,
à partir de ce jour, pour autant que Dieu m’en donne le savoir et le pouvoir
si salvaraeio cist meon fradre Karlo,
je soutiendrai mon frère Charles ici présent
et in adiudha et in cadhuna cosa,
de mon aide matérielle et en tout chose
si cum om per dreit son fradra salvar dist,
comme on doit justement soutenir son frère
in o quid il mi altresi fazet;
à condition qu’il m’en fasse autant
et ab Ludher nul plaid numquam prindrai,
et je ne prendrai aucun arrangement avec Lothaire
qui meon vol cist meon fradre Karle in damno sit.
qui, à mon escient, soit au détriment de mon frère Charles.

 Quod cum Lodhuwicus explesset,
Lorsque Louis eut terminé,
Karolus teudisca lingua
Charles, en langue tudesque,
sic hec eadem uerba testatus est:
répéta le même serment

Est-ce tout à fait le même serment ? Sous-titrons la version tudesque par la version romane et mettons en rouge ce qui n’est pas dans la version tudesque

 In Godes minna ind in thes christianes folches ind unser bedhero gealtnissi,
Pro Deo amur et pro Christian poblo et nostro commun salvament,
fon thesemo dage frammordes, so fram so mir Got geuuizci indi mahd furgibit,
dist di in avant, in quant Deus savir et podir me dunat,
so haldih tesan minan bruodher,
si salvaraeio cist meon fradre Karlo, et in adiudha et in cadhuna cosa,
soso man mit rehtu sinan bruher scal,
si cum om per dreit son fradra salvar dist,
in thiu, thaz er mig so soma duo;
in o quid il mi altresi fazet;
indi mit Ludheren in nohheiniu thing ne geganga,
et ab Ludher nul plaid numquam prindrai,
the, minan uuillon, imo ce scadhen uuerhen»
qui meon vol cist meon fradre Karle in damno sit.

Selon Cerquiglini, la première omission est purement stylistique, la deuxième par contre est beaucoup plus politique. Ce numquam, « jamais » semble avoir été imposé par Charles le Chauve pour que Louis le Germanique, qui pourrait avoir eu auparavant des velléités de négocier séparément avec Lothaire, s’en abstienne désormais.

Chaque peuple jure ensuite dans sa langue que si son prince s’écarte de ce qui a été juré, ils ne l’aideront pas.

La lettre du texte

On pourra trouver le texte du manuscrit d’origine disponible dans Gallica : voici une reproduction du texte en langue romane [9] avec sa version actuelle  [10].

TexteRoman2Le manuscrit fut recopié vers l’an mille, avec des erreurs corrigées par l’auteur comme on peut le voir à la deuxième ligne où il avait d’abord écrit « en », avant de corriger en « in ». Les autres corrections sont celles que l’on propose actuellement.

Retour au « tombeau »

Dans son Tombeau de Nithard, Bernard Cerquiglini, termine ainsi :

C’est dans l’écriture que Nithard maitrise la dualité qui le traverse, qu’il conçoit un projet politique et le prodige de son énonciation. Les Serments de Strasbourg ne sont pas seulement cités par l’Histoire [des fils de Louis le Pieux] ; ils en sont pris dans la trame, forgés au creuset de sa rédaction. Nithard fourbu, meurtri par la décevante action quotidienne, ébauche en écrivant une audacieuse politique post-impériale, programme de paix universelle par le partage linguistique des terres et la fraternité exemplaire des princes. C’est en prenant la plume, en se confrontant à la langue, que notre guerrier perçoit la fausse assurance de l’unicité, qu’il mesure les vertus de la disparité, qu’il comprend, enfin consolé, que la politique a pour fin de pacifier la dualité. « Diversité dans l’unité », aurait-il pu écrire ; c’est aujourd’hui la devise de l’Europe, laquelle est au plus vrai un bouquet de langues.

Tu as souhaité dormir sous le parvis de Saint-Riquier. Des fouilles t’ont exhumé, qui ont permis que nous te saluions ; c’est là que nous te donnerons la sépulture solennelle que tu mérites : tu dormiras dans la quiétude de notre admiration.

Repose en paix : ce que tu as tenté : écrire du français, des millions d’humains grâce au numérique, le font chaque jour. Cette langue n’a jamais été autant écrite ; tu fus le premier à le faire.

Repose en paix. Tu nous as montré l’inanité de l’imperium linguistique, qu’il s’agisse de latin ou de globish ; tu nous a offert le plurilinguisme.

Respect, Nithard !

Soyons plurilingues jusqu’au bout et suivons la brochure trilingue de l’exposition qui nous rappelle les trois langues utilisées par Nithard, la romane, la tudesque et le latin, lingua franca dont l’anglais est le substitut aujourd’hui  :

Ruhe in Frieden. Du hast uns gezeigt, wie nichtig das Imperium der Sprachen ist. Ob Lateinisch
oder Globish – du hast uns die Mehrsprachigkeit geschenkt.

Respekt, Nithard !

Rest in peace. You showed us the futility of a linguistic imperium, whether it be latin or Globish. You gave us multilingualism.
_

My respects, Nithard !


Voir en page Actualité la mention du livre d’Emmanuel Carrère, Le Royaume.


  1. Edité par L’abbaye royale de Saint-Riquier, Saint-Riquier, 2014 []
  2. que nous avons vu à l’œuvre quand il a traduit la vie de Saint-Riquier dans le billet Du latin parlé tardif au protofrançais []
  3. Nithard, Histoire des fils de Louis le Pieux, édition et traduction de Philippe Lauer, revues par Sophie Glansdorff, Les Belles Lettres, 2012 []
  4. Renée Balibar, l’institution du français, Puf, 1985, p. 41 []
  5. Source de l’image []
  6. Bernard Cerquiglini, La naissance du français, Puf, 1991 []
  7. p.78 []
  8. traduction Cerquiglini, p.91, pour la langue romane, ed. les Belles Lettres pour le reste []
  9. d’après Bernard Cerquiglini 1991, p.95 []
  10. de l’édition des Belles Lettres []

La réforme Fouchet (1963) et les Thèses de Besançon (1979)

ProstChangementEcoleUn livre récent d’Antoine Prost qui traite des réformes de l’éducation de 1936 à nos jours va nous permettre d’examiner en détail la réforme Fouchet de 1963, ses conséquences pour l’enseignement du latin et les stratégies de défense qui en ont résulté dont les Thèses de Besançon, aux origines de la CNARELA, sont un bon reflet [1].

La caractéristique des années antérieures à cette réforme Fouchet, c’est à dire la période 1945-1960, est la progression de la scolarisation. La scolarité obligatoire va jusqu’à 14 ans mais mettre un enfant sur le marché du travail à cet âge devient de plus en plus rare et les familles prolongent la scolarité de leurs enfants. Deux voies sont possibles : par les classes des lycées et par les cours complémentaires. Ceux-ci sont plus faciles à ouvrir et se développent rapidement. Comme on le voit sur le graphique ci-dessous [2], tous les enseignements de la 6e à la 3e ont augmenté, mais les cours complémentaires progressent davantage. Le taux de scolarisation pour cet âge passe de 20% de la classe d’âge à 45%.

EvolutionD1945-1960

En 1956, pour faciliter cette progression, l’examen d’entrée en 6e est supprimé. Cette perspective volontariste est développée avec le retour du Général de Gaulle en 1958 et la Ve République. On veut développer alors le nombre de techniciens et d’ingénieurs, ce qui suppose une augmentation du secondaire. En 1959 la scolarité obligatoire est prolongée de 14 à 16 ans mais se pose alors le problème de la répartition des élèves entre enseignements de type lycée et cours complémentaires. Or les études démographiques et sociologiques qui apparaissent alors pour la première fois, montrent l’importance des inégalités sociales et contredisent l’idée que chacun est à sa place selon ses compétences. On crée donc un « cycle d’observation » sur deux ans (6e-5e)  pour permettre des réorientations : cependant, comme le latin débute en 6e il y a peu de chances qu’un élève de cours complémentaire puisse intégrer le lycée classique. Pour y remédier on développe des établissements qui regroupent, dans les mêmes murs, les différentes possibilités d’orientation et on semble se diriger vers une unification du système à ce niveau.

Pompidou, premier ministre, s’y oppose et prend la défense de l’enseignement classique contre le tronc commun envisagé. On s’achemine donc vers une juxtaposition : enseignement long, classique et moderne, assuré par des certifiés ; enseignement moderne court, assuré par des PEGC [3] et classes dites « de transition ». C’est la structure mise en place en 1963 appelée « réforme Fouchet » mais comme le dit Prost « on a répondu à une demande de type primaire supérieur par une scolarité secondaire inévitablement dégradée » (p.95) qui ne sait plus gérer des élèves en difficulté que les cours complémentaires prenaient en charge. La procédure d’orientation devient une élimination et un envoi vers le technique, qui se dévalue.

De 1958 à 1968 le premier cycle triple en effectifs, ce qui provoque l’augmentation du second cycle ainsi que des candidats au baccalauréat : cette forte croissance et les difficultés qu’elle entraine précède les évènements de 1968 et selon Prost « les annonce et, d’une certaine façon, les explique »  (p .141). Edgar Faure à la rentrée de 1969 reporte l’enseignement du latin en 4e et le premier degré prend progressivement un nouveau visage unifié où les classes de transition sont progressivement remplacées par des préparations à l’apprentissage (Réforme Haby de 1975 : unification en un Collège unique des CES et des lycées).

Conséquences sur le latin : le point de vue des Thèses de Besançon

On quitte ici Antoine Prost : voici l’évolution du latin en effectifs depuis 1970 et l’évolution en pourcentage [4].

PropLatinistesC1970-2013En 1970 l’unification du premier cycle n’est pas encore faite et le nombre de classes de 4e où un professeur de latin est disponible va en augmentant, ce qui explique la progression du pourcentage. Il s’agit d’un effet mécanique lié à l’offre de latin faite maintenant à la totalité de la classe d’âge. L’unification sera terminée quelques années après et la proportion de 12% de latinistes par rapport à la population en âge d’en faire sera maximum de 1990 à 1998, époque de la réforme Bayrou du commencement du latin en 5e (1996) : cette proportion se fixera ensuite aux alentours de 10%.

Pour juger des sentiments des enseignants de latin à cette époque, un bon témoin en est le texte des Thèses de Besançon, qui datent de 1979 et qui ont fédéré un certain nombre d’associations préexistantes en une Coordination Nationale des Associations Régionales des Enseignants de Langues Anciennes, la CNARELA.

La première thèse (p. 2-4) analyse la croissance du latin perçue comme un effet de la « démocratisation » de l’enseignement, c’est à dire son ouverture à de nouvelles catégories sociales dont les enfants terminaient leur scolarité en cours complémentaire. Les rédacteurs des thèses ont bien conscience que cette démocratisation correspond à une perte de références culturelles qui étaient celles du public des lycées :

« Les élèves ont changé. Ce serait une illusion que de chercher à reconstituer l’élite qui baignait dans une culture bien définie, une élite à qui on pouvait faire des clins d’œil multipliés. Ces clins d’œil laissent froids des adolescents qui n’ont pas les mêmes références culturelles que l’enseignant » (p.2)

Toutefois, une crainte est que l’augmentation des latinistes soit due à une recherche de « distinction » au sens de Bourdieu qui est commenté : « le réflexe socio-culturel semble essentiel dans le choix du latin » (p.2). Il est de ce fait mis en garde dans le fait de considérer le latin comme un « enseignement-refuge ».

La deuxième thèse est une critique de la sélection par les mathématiques et appelle en réaction à la création d’une filière littéraire de haut-niveau à l’image de ce qui se fait à Cambridge.

La thèse n°3 s’affronte à la définition des finalités de l’enseignement des langues anciennes. On refuse la spécificité des vertus de l’apprentissage du latin au nom de la linguistique saussurienne qui a montré « que les langues sont des systèmes conventionnels clos et indépendants, aussi parfaitement rationnels les uns que les autres dans leur fonctionnement » (p.5). On reconnait cependant plusieurs finalités :
– utilité pratique immédiate au niveau du vocabulaire scientifique (le grec en particulier) et comme accès à des textes « hautement signifiants ».
– utilité culturelle profonde en ce sens qu’étudier l’antiquité, « c’est à la fois nous comprendre nous-mêmes et apprendre à comprendre et à respecter des systèmes linguistiques et culturels très différents » (p.5). Cependant il est dit que « cette nouvelle ligne de défense élastique, à la fois « synchronique » et « diachronique » vaut ce qu’elle vaut ». On sait que depuis, cette ligne de défense a été très utilisée bien qu’au départ elle n’ait pas été trop prise au sérieux.

Les thèses 4 à 8 concernent la pédagogie : on met l’accent sur l’utilisation de la linguistique, de traductions, de textes « arrangés » c’est-à-dire soit simplifiés, soit disposés de façon à faire apparaitre les groupes syntaxiques. Le but fixé est « la lecture cursive littéraire de larges pans originaux ou d’œuvres in extenso » (p. 7) dont la traduction devrait être fournie pour que le texte puisse être lu en même temps dans l’original et en traduction.

Pour arriver à ce résultat, il faut de nouveaux instruments de travail, manuels et recueils de textes, fascicules qui présentent un texte dans son contexte de civilisation. Tout ceci devrait entrainer une modification des épreuves du bac et de l’agrégation.

Voici la conclusion « en deux cents mots » des thèses :

« Ce texte rapidement rédigé est une simple ébauche et un document de travail. Un véritable rapport d’orientation serait d’un volume beaucoup plus important et préciserait les projets dans le détail.
1) Un renouvellement des études classiques ne peut servir de prétexte au démantèlement des études ou au laxisme linguistique. Nul projet n’est recevable si son objectif final n’est pas la lecture des textes antiques dans la langue originale par le plus grand nombre d’élèves possible. La lecture des textes en présentation bilingue, qui correspond à la pratique quotidienne des savants, va dans ce sens. Un cursus « non linguistique » doit comporter une initiation aux structures et au vocabulaire de la langue, et ne peut exister que parallèlement à un cursus linguistique [5]
2) L’étude des structures linguistiques (grammaire et vocabulaire) doit être mise en relation avec l’étude des structures du français. L’étude des structures culturelles doit être mise en relation avec l’histoire des sociétés humaines. L’étude de l’Antiquité doit être comparative dans l’enseignement secondaire.
3) L’étude des langues anciennes doit trouver place dans un projet culturel global inspiré par un humanisme scientifique, afin de préparer les hommes de notre temps à résoudre d’une façon réaliste et généreuse les questions qui se posent à eux, et à vivre dans le respect de toutes les professions, de toutes les opinions et de toutes les cultures ».

Postérité des Thèses de Besançon

Si le style d’écriture est marqué par son époque, le contenu reste d’actualité : la traduction ne doit pas être un objectif unique mais les textes doivent être étudiés d’une manière ample, avec des aides (par exemple un sous-titrage), en étudiant le contexte culturel, en pensant l’enseignement des langues anciennes en relation avec l’étude du français.

On comprend aussi comment on a tiré de ces thèses la notion de « texte authentique » puisque les thèses insistaient sur le fait qu’un texte doit être étudié pour sa valeur culturelle et non comme un support d’exercice de traduction. Cependant, le refus de textes artificiels comme support d’apprentissage (du type De viris), n’entrainait pas un refus de tout exercice d’apprentissage fabriqué ad hoc. L’appel à tenir compte des résultats de la linguistique aurait dû s’appliquer aussi en regardant l’enseignement des langues vivantes, qui ne peut se passer d’exercices structuraux qui permettent d’intérioriser des faits de langue.

 

 

  1. Antoine Prost, Du changement dans l’école, Seuil, 2013 []
  2. tiré des chiffres donnés par Prost p.82 []
  3. Professeurs d’Enseignement Général des Collèges, anciens professeurs de cours complémentaires, corps qui sera mis en extinction en 1986 []
  4. total latin / total classes d’age x 100, avec 5 classes d’âge avant 1995 et 6 depuis. Sources Tableaux de l’Éducation nationale, devenus Repères et Références statistiques []
  5. il s’agit là d’une allusion aux deux types de cursus existant à Cambridge []

Du latin aux langues romanes

LatinLanguesRomanes

Étudier le passage du latin aux langues romanes pourrait faire partie du programme d’un Capes unique car pour enseigner le français il faut savoir d’où il est issu d’un point de vue linguistique. C’est l’objet du livre ci-contre de Michel Banniard [1].

Je voudrais expliciter dans ce billet le début du livre concernant les changements vocaliques qui accompagnent au IIIe siècle ce qui est appelé le passage du latin parlé classique au latin parlé tardif qui engendrera au VIIe et VIIIe siècle les langues romanes. Cette évolution s’est faite sans rupture, ni entre catégories sociales et styles correspondants (du style oratoire au style relâché), ni entre l’écrit et l’oral (du discours au graffiti).

Certaines évolutions ont commencé dès le latin classique. Michel Banniard (p. 22) prend l’exemple du renforcement de l’ablatif instrumental par la préposition de qui est présent à l’âge classique tant chez Virgile :

et
et
__________nostro
__________notre
_____sequitur
_____est sorti
_____de
_____de
__________vulnere
__________blessure
sanguis
le sang

Énéide, 12, 51.

que chez Cicéron :

Date hoc et concedite pudori meo ut
Accordez-moi ceci et concédez à ma pudeur que
_____aliquam partem de
_____quelques élément de
__________istius
__________de celui-ci
_____impudientia
_____l’impudeur
reticere possim
je puisse passer sous silence

Verrines, 2, 1, 32.

De est suivi d’un substantif à l’ablatif qui devient ainsi redondant et qui prépare son abandon : les prépositions comme ab, ex, de, cum utilisées avant l’ablatif pour des raisons d’originalité du discours ont conduit progressivement à leur prépondérance puis à leur obligation et à l’abandon de l’ablatif.

C’est le latin dans son ensemble qui a évolué du fait de ses tendances internes (comme le recours aux prépositions), non du fait qu’il se serait écroulé comme peut le faire un bâtiment non utilisé. Il ne faut pas qualifier négativement les différents usages comme en parlant de latin vulgaire par exemple : le français d’aujourd’hui est-il un « bas-français » par rapport à celui de Montaigne ?

Le point de départ du changement est la latinité des IIIe-Ve siècles où l’arrivée du christianisme modifie une latinité centrée sur l’idéal classique. Jérôme par exemple, élevé dans le culte de Cicéron, découvre en étudiant la Bible le contraste entre le langage inculte des prophètes de l’Ancien Testament et la pureté du style classique. Cela le met tellement mal à l’aise qu’il en fait des cauchemars qu’il nous révèle dans une de ses lettres :

Interrogatus condicionem,
interrogé sur ma condition
Christianum me esse respondi.
j’ai répondu être chrétien
Et ille qui residebat : mentiris, ait,
et Celui qui siégeait dit : tu mens
Ciceronianus es, non Christianus,
tu es cicéronien, et non chrétien
ubi thesaurus tuus, ibi et cor tuum
où est ton trésor, là est ton cœur.

Lettre 22 à Eustochium

À la suite des coups qu’il reçoit (dans son cauchemar), Jérôme se convertit à une latinité différente qui admet de s’exprimer aussi pour les humbles dans un style simple et dénué d’apparat.

Ce sera aussi le cas d’Augustin qui, se rendant compte que les deux mots os, l’un de  ōs, ōris la bouche et l’autre de ŏs, ossis, l’os ne sont plus distingués (la voyelle o de ōs, ōris est longue, tandis que celle de ŏs, ossis est brève), déclare dans son commentaire sur le psaume 138,15 qu’il vaut mieux employer le terme populaire ossum car :

melius est reprehendant nos grammatici,
il vaut mieux que les grammairiens nous critiquent
quam non intellegant populi
plutôt que le peuple ne comprenne pas [2].

On rencontre la même attitude dans le choix du sermo humilis de Césaire d’Arles au début du VIe siècle.

Évolutions phonologiques

Michel Banniard (p. 44) fait l’hypothèse que pour faciliter l’intercompréhension entre locuteurs venant de régions différentes, l’accent qui structure les mots est mis en relief dans les échanges oraux.

On retrouve cette situation de nos jours où, pour parler anglais d’un bout à l’autre du monde, les non-anglophones de naissance ont tendance à parler lentement, mettant en relief l’accent des mots, ce qui fait qu’ils peuvent se comprendre assez facilement même s’ils ne prononcent pas de la même façon les voyelles ou les consonnes, (sauf quand ils discutent avec un américain qui mange la moitié des mots).

La mise en relief de l’accent fait que par exemple, comme le remarquait Augustin, la longueur des voyelles n’est plus perçue comme significative : même si le locuteur les exprime correctement au sens du latin classique, l’auditeur les entend bien, mais ne s’en sert plus comme élément discriminant du point de vue phonologique. La perte de distinction de longueur qui discrimine Romă (ă bref, nominatif) et Romā (ā long, ablatif) est-elle la cause ou la conséquence d’une modification interne de la langue comme l’usage des prépositions ? [3]. En tout état de cause, un système de discrimination phonologique doit s’appuyer sur une réalité matérielle : comme ce n’est plus la longueur, d’autres aspects prennent le relai. Un de ces phénomènes est la diphtonguaison plus ou moins présente selon les langues romanes comme on peut le voir sur le tableau suivant (Banniard p. 48)

Banniard1

On suivra dans les pages suivantes du livre les diverses évolutions : réductions syllabiques qui conduisent du latin parlé classique viride au latin parlé tardif [verde] et au français vert ; restructurations portant sur les consonnes (palatisation), etc.

Le passage entre le latin parlé tardif mérovingien de la Gaule du Nord et l’ancien français peut être observé dans les « vies de saints » qui, à l’oral, devaient être compréhensibles par les fidèles : on trouvera dans un précédent billet un passage d’un tel écrit et sa réécriture carolingienne qui vient rétablir un latin classique qui ne sera plus compris des foules. La coupure se fait pour la France d’oïl entre 750 et 800 : il ne s’agit pas d’une dégénérescence du latin mais d’une évolution collective.

_Tours813_________

La prise de conscience de la différenciation est attestée par exemple lors du Concile de Tours de 813 canon 17 où il est demandé :

ut easdem homilias quisque aperte transferre studeat
que chacun s’emploie à traduire clairement ces homélies
in rusticam Romanam linguam aut Theodiscam,
dans la langue romane rustique ou la langue tudesque
quo facilius cuncti possint intellegere quae dicuntur
afin que tous puissent plus facilement comprendre ce qui est dit

L’anniversaire cette année de ce concile donne d’ailleurs lieu à un colloque lundi 3 juin dont on voit l’annonce ci-contre.

__________

Étudier les langues romanes

Si la linguistique historique est hors de portée des élèves, ils peuvent par contre découvrir que la parenté des langues romanes issues du latin a des conséquences concrètes qu’ils peuvent rechercher.

SignalAlarme2

Les inscriptions multilingues de sécurité sont nombreuses : celle-ci rencontrée dans le métro parisien peut faire l’objet d’une analyse comparative avec recherche des formes latines d’origine.

Ne tirer la poignée qu’en cas de danger : tout abus sera puni
No accionar salvo en caso de peligro : todo abuso será castigado
Tirare la maniglia solo in caso di pericolo : ogni abuso sarà punito

Formes communes aux trois langues :

– en (fr, esp), in (it) : latin in
cas (fr), caso (esp, it) : latin casus, part. pas. de cadere
de (fr, esp), di (it) : latin de
abus (fr), abuso (esp, it) : latin abusus
sera (fr, esp), sara (it) : latin (es)sere + habeo conjugué

Formes communes à deux langues :

– ne (fr), no (esp) : latin non
tirer (fr), tirare (it) : bien que commune aussi à l’espagnol (tirar), cette forme ne vient pas du latin et son origine est discutée : c’est peut-être une racine indo-européenne que l’on retrouve dans le grec dérein (écorcher), l’anglais tear (déchirer), l’allemand zerren (tirer avec violence)
la (fr, esp, existe aussi en it) : latin illa
peligro (esp), pericolo (it) : latin periculum
tout (fr), todo (esp) : latin totus
puni (fr), punito (it) : latin punire (ou poenire)

Formes propres à une langue :

poignée (pugnus), accionar (actio), maniglia (manicula), danger (dominus / dominarium ?), ogni (omnis ?), castigado (castigare)

***

Ces similitudes sont à l’origine de projets d’apprentissage simultané des langues romanes. Un tel projet est né du fait que l’intercompréhension entre langues nordiques, le danois, le norvégien et le suédois était possible si chacun, parlant sa propre langue, évitait certains termes, s’exprimait avec netteté et d’une manière suffisamment lente. À partir de cet exemple, un projet d’apprentissage simultané des langues romanes est né : il est fait sans utilisation du latin mais il pourrait être facilité par des bases latines. Le créateur de l’expérience, un danois professeur de langue romane à Aarhus (Danemark), Jorgen Schmitt Jensenn  pense qu’un étudiant formé dans l’une des cinq langues romanes (français, espagnol, portugais, italien, roumain), peut, « moyennant un apprentissage approprié, arriver à comprendre assez vite l’une des quatre autres. Un trimestre suffit en général pour arriver à lire des énoncés écrits assez simples. Et l’on peut, en poursuivant l’apprentissage, avoir ensuite accès à la presse, à des textes littéraires et à la langue parlée » »[4].

Le projet Eurom5, qui prend la suite d’un programme LINGUA de la Commission européenne, a mis au point un manuel qui se base sur des textes écrits dont le contenu repose sur un « savoir partagé » des lecteurs européens, en l’occurrence des articles de journaux portant sur des sujets de politique internationale, sur des sujets de « société », sur des questions d’écologie et de santé publique. Ces questions sont généralement traitées dans les différents quotidiens de la même façon, dans des traditions linguistiques proches.

L’expérience s’adresse à des adultes et Claire Blanche-Benvéniste qui est une des personnes à l’origine de ce programme déclare dans une présentation en ligne de son projet que « Pour déchiffrer ce vocabulaire [des langues romanes], on peut penser que les bons latinistes ont ici un avantage. Mais les bons latinistes se font rares et on peut souhaiter que la connaissance des langues romanes vienne prendre le relais. »

Aujourd’hui en effet, la situation est plutôt inversée : le latin n’aide plus à l’étymologie, mais c’est la connaissance du français (et des langues romanes si des élèves en pratiquent une) qui peut aider à identifier des mots latins. L’étude d’inscriptions multilingues comme celle faite plus haut à l’avantage de faire toucher du doigt aux élèves la réalité de l’origine commune latine des langues romanes, de les motiver à avoir une attitude transversale entre disciplines de langues, de les inciter à la recherche personnelle.

***

Suivons une bonne tradition paléographique : à partir des différentes versions romanes, reconstruisons la « version » latine du texte tel qu’on aurait pu le trouver à Rome : Nolite … (je vous laisse inventer la suite et j’attends les propositions).

  1. Michel Banniard, Du latin aux langues romanes, Nathan, 1997 []
  2. même exemple os repris dans De doctrina christiana, IV, 10, 24 []
  3. József Herman, Du latin aux langues romanes, Tübingen, M.Niemeyer, 1990, p. 230 []
  4. Paul Teyssier, Comprendre les langues romanes, Chandeigne, 2004, p. 10 []