Archives de catégorie : Motivations

Inscriptions romaines (2). Res gestae : le « rapport moral et financier » d’Auguste

Repartons dans Rome avec l’inscription sur le fronton du Panthéon qui est une restauration du 19e siècle reproduisant l’inscription originale due à Hadrien.

M(arcus) AGRIPPA L(uci) F(ilius) CO(n)S(ul) TERTIVM FECIT

Aggripa, général d’Octave pendant le second triumvirat, fit construire durant son troisième consulat un premier temple en l’honneur de tous les dieux, bâtiment qui fut reconstruit dans sa forme actuelle par Hadrien.

(Cliquer sur les photos pour des vues agrandies)

Sautons quelques années : Octave est devenu Auguste et a instauré le principat. La paix augustéenne est célébrée par la construction d’un autel de la paix l’Ara Pacis qui a été restauré et installé dans un bâtiment dû à l’architecte Richard Meier.

Continuer la lecture de Inscriptions romaines (2). Res gestae : le « rapport moral et financier » d’Auguste

Latin et politique. Cinquième (et dernière) partie : la situation présente du point de vue des parents

Comme nous l’avons vu dans le précédent billet, l’enseignement du latin est sous-tendu par les tendances suivantes :
1) une substitution des mathématiques au latin comme matière de référence servant de norme de sélection scolaire,
2) une opposition politique au latin du fait qu’au XIXe siècle, le latin a été associé au traditionalisme catholique  lié à la Restauration,
3) en réaction au point précédent, une promotion du grec comme étude des sources de la démocratie, soutenue politiquement par les opposants au monde catholique,
4) un souci de sélection sociale, devenu du fait du fait de la sélection par les mathématiques et non plus par le latin, un souci de distinction sociale car la connaissance du latin (et du grec) est toujours considérée par les élites culturelles comme indispensable à une culture digne de ce nom.

Si la situation actuelle est le fruit de ces tendances, elles doivent être repérables dans la population actuelle et à cette fin, en 1994, avec François de Singly et les étudiants de deuxième année de Deug de Paris 5, nous avons interrogé un millier de parents à propos du choix éventuel du latin qu’ils auraient à faire bientôt pour leur enfant.

Continuer la lecture de Latin et politique. Cinquième (et dernière) partie : la situation présente du point de vue des parents

Débat sur les finalités du latin au collège

Pour renouveler l’enseignement du latin, de petits groupes d’enseignants de langues anciennes se sont regroupés dans une association nationale, la Cnarela et se sont constitués en groupe de pression pour faire évoluer les objectifs de l’enseignement mais aussi pour en débattre comme on le verra plus loin à propos d’une rencontre déjà ancienne à Angers.

Cnarela : Coordination Nationale des Associations Régionales des Enseignants de Langues Anciennes. Les associations régionales regroupent près de la moitié des enseignants de langues anciennes, ce qui rend leur coordination très représentative et reconnue comme telle par le Ministère qui en fait un interlocuteur privilégié. Ces associations produisent des bulletins qui associent des réflexions et des conseils sur les problèmes réglementaires (actualité des circulaires, des normes administratives) et sur l’action à mener pour défendre les classes de langues anciennes ; des citations de textes parus ailleurs (prises de positions et témoignages) et une partie pédagogique : étude de textes, dossiers, etc., qui sont disponibles pour tous les enseignants.

Continuer la lecture de Débat sur les finalités du latin au collège

Pour ou contre le latin : le débat d’Okapi

Okapi, magazine pour les 10-15 ans, organise régulièrement des débats en ligne sur des thèmes variés (copier ou se faire copier ou la Marseillaise au collège). En mars 2008 a eu lieu un débat pour ou contre l’enseignement du latin au collège (Okapi 847) qui a réuni 78 participants. C’est davantage que pour le débat voisin sur Prendre des photos au collège ? (38 participants) mais moins que le record de la Marseillaise (251).

Qui répond ? Les garçons sont rares (6 sur 78), les filles et les pseudonymes se partagent le reste à égalité : pour ce qui est du latin, ce n’est pas trop un biais car les filles sont plus nombreuses que les garçons à choisir l’option latin en 5e[1]. En ce qui concerne l’origine sociale, les lecteurs d’Okapi appartiennent au même milieu que les parents qui font faire du latin à leurs enfants : classes moyennes et supérieures majoritairement.

L’intérêt de ce débat est qu’il est facilement accessible[2], qu’il donne la parole aux personnes intéressées et qu’il nous permet d’avoir accès à la manière dont elles vivent leur situation.

Ce qui frappe dans cet ensemble c’est que les avis sont rarement neutres mais qu’ils sont souvent partagés entre des mentions négatives et positives :

  • Ca me barbe mais j’adore les mythes, l’histoire des romains parce que il n’y a pas que les déclinaisons !!! Et pour la culture générale aussi, et savoir l’origine des mots c’est assez intéressant.

Continuer la lecture de Pour ou contre le latin : le débat d’Okapi