Archives de catégorie : Pédagogie

Hic Harold rex interfectus est : Hastings 14 Octobre 1066 (2/2)

Le prochain billet sera mis en ligne le dimanche 2 juillet.
Le texte seul de la Tapisserie dans la graphie d’origine est désormais disponible à l’adresse suivante : Tapisserie de Bayeux Texte seul. Ce document reproduit les différentes scènes présentées dans ce billet et le précédent (lui-même modifié).

Si la bataille d’Hastings est à l’origine du royaume d’Angleterre, elle fit aussi du duc de Normandie un prince puissant en France et c’est là l’origine lointaine de la Guerre de Cent Ans. La Tapisserie consacre à la bataille sa deuxième partie et va assurer « le châtiment du parjure ».

Le roi Édouard, dit le Confesseur parce qu’il était très pieux, n’avait pas d’enfant (où n’avait peut-être pas voulu en avoir par souci de chasteté) et la couronne d’Angleterre devait donc revenir à un membre de sa famille. Ce pouvait être Guillaume, ce qu’Édouard avait prévu à l’origine, mais aussi Harold. Guillaume, pour prévenir cette dernière éventualité,  en avait fait son homme lige après l’avoir libéré en payant sa rançon : un serment solennel permit à Guillaume de libérer Harold.

Édouard est inhumé à Westminster à la scène 26 et tout semble terminé mais, coup de théâtre, la scène 27 fait un retour en arrière qui va relancer l’action. Continuer la lecture de Hic Harold rex interfectus est : Hastings 14 Octobre 1066 (2/2)

Hic Harold mare navigavit… Une série en latin médiéval ? (1/2)

La Tapisserie de la Reine Mathilde à Bayeux comporte un texte latin assez simple pour être mis sous les yeux de débutants, mais avant d’examiner l’ensemble de la Tapisserie, il faut faire étudier le texte lui-même car sa lecture serrée n’est possible que si l’attention n’est pas captée par l’image (à cette fin j’ai fait un montage qui ignore drastiquement les représentations graphiques). Cette étude permettra de voir quelques aspects du latin médiéval, reflet du latin tardif qui a conduit aux langues romanes. N’étudier que le texte latin, c’est en outre mettre l’accent sur la construction du récit, la mise en place de l’intrigue, les rebondissements, c’est ce livrer à l’analyse littéraire de ce qui se présente comme l’équivalent contemporain d’une production cinématographique ou d’une série télévisée.

Première saison donc, « une rançon remboursée avec un serment ». Continuer la lecture de Hic Harold mare navigavit… Une série en latin médiéval ? (1/2)

Nouvelles méthodes d’apprentissage de la traduction

Une rencontre récente à la Sorbonne [1] a été suivie par une cinquantaine d’enseignants de LCA. Je voudrais non pas en faire un compte-rendu (qui viendra plus tard) mais en donner ce qui me semble en être les lignes de force : une rupture tant en ce qui concerne les finalités que les méthodes. Dans ce billet, je ne parlerai que des méthodes dont deux contributions manifestent des changements profonds dans les processus d’apprentissage de la traduction. Ces méthodes assument le fait que le latin et le français n’ont pas la même structure dans l’ordre des mots et, dans une étape intermédiaire, ramènent l’ordre des mots latins à celui du français. Continuer la lecture de Nouvelles méthodes d’apprentissage de la traduction

  1. Rencontre LCA 2017 « A quoi et comment formons-nous les élèves ? » 17-18 février 2017, Paris IV – Sorbonne []

Situation de l’orthographe

Si vous voulez déchainer les passions (et faire parler de vous sur la toile), parlez de « réforme de l’orthographe » : c’est l’option qui a été choisie par TF1 dans son journal de 13h du 29 janvier dernier [1]. L’occasion en était fournie par le fait que les éditeurs de livre scolaire s’étaient mis d’accord pour bien afficher le fait qu’ils appliquaient dans leur manuel les simplifications de l’orthographe, suivant en cela la pratique du ministère qui a mis en valeur cette pratique. Continuer la lecture de Situation de l’orthographe

  1. TF1 En ligne []

Pour un compromis qui règle (définitivement) la question du latin

Au fil des semaines qui ont suivi la présentation des propositions concernant le latin au Collège, plusieurs constatations ont pu être faites :
– les enseignants de latin vivent très mal la situation qui leur est faite : ils se sentent méprisés dans leur identité professionnelle par la ministre, mais aussi par certains de leurs collègues enseignants de français ou d’autres disciplines qui se réjouissent ou tout du moins n’ont pas de regrets que le latin semble disparaitre. Ils pensent que dans les répartitions d’heures concernant les EPI, ils seront en position de faiblesse face aux autres disciplines et que les chefs d’établissement ne vont pas les soutenir.
– toutes les personnalités appelées pour soutenir la continuation de l’enseignement du latin le font en rappelant l’importance de l’enracinement de notre civilisation dans le monde antique, ce qui est tout à fait vrai mais ne donne pas de solution à la question actuelle, si ce n’est le retour au statu quo ante. Continuer la lecture de Pour un compromis qui règle (définitivement) la question du latin