Archives de catégorie : Pédagogie

Inscriptions romaines (2). Res gestae : le « rapport moral et financier » d’Auguste

Repartons dans Rome avec l’inscription sur le fronton du Panthéon qui est une restauration du 19e siècle reproduisant l’inscription originale due à Hadrien.

M(arcus) AGRIPPA L(uci) F(ilius) CO(n)S(ul) TERTIVM FECIT

Aggripa, général d’Octave pendant le second triumvirat, fit construire durant son troisième consulat un premier temple en l’honneur de tous les dieux, bâtiment qui fut reconstruit dans sa forme actuelle par Hadrien.

(Cliquer sur les photos pour des vues agrandies)

Sautons quelques années : Octave est devenu Auguste et a instauré le principat. La paix augustéenne est célébrée par la construction d’un autel de la paix l’Ara Pacis qui a été restauré et installé dans un bâtiment dû à l’architecte Richard Meier.

Continuer la lecture de Inscriptions romaines (2). Res gestae : le « rapport moral et financier » d’Auguste

Inscriptions romaines (1)

Les inscriptions latines sont nombreuses à Rome à être proposées à la lecture de tous. Pour bien les comprendre, un livre peut y aider, même s’il est en anglais (langue latine pour une bonne part, par le biais du français) : The Latine Inscriptions of Rome. A Walking Guide, de Tyler Lansford, (Baltimore, John Hopkins University Press, 2009, on peut se le procurer ici, voir son site).

Ces inscriptions sont souvent d’époque moderne et datent de la Rome pontificale mais sont un mélange d’expressions antiques et modernes. Prenons à titre d’exemple cette dédicace de l’escalier de la Trinité des Monts :

DSCN1790Haut Continuer la lecture de Inscriptions romaines (1)

Urbi, orbi, etc…Le latin est partout !

Ce livre de Jacques Gaillard et Anne Debarède, Plon, 2000, est un chef d’œuvre d’humour : Jacques Gaillard n’en manque pas, à preuve son introduction du De viris de l’abbé Lhomond[1], où il rappelle que les auteurs latins « n’écrivaient pas pour fournir des versions latines à la postérité. L’idée que César, lorsqu’il était de bonne humeur, rédigeait dans ses Commentaires une version de quatrième, et une version de première (au style indirect) lorsque les Gaulois l’avaient contrarié, cette idée n’est hélas, qu’une aimable plaisanterie ».  Il prend partie aussi sur la question des « textes authentiques » en affirmant trop optimiste la thèse « selon laquelle les âmes bien nées sont d’emblée capables de s’initier aux rudiments d’une langue sublime en se précipitant, ivres de joie, dans une page d’un auteur latin qui, en son temps, avait la qualité intellectuelle (et parfois le style) d’un académicien français. » (p.13)

La thèse de ce livre est qu’il y a du latin partout, dans le français d’abord :

C’est super, extra, et vice versa ! L’opium des médias; au prorata des quiproquos qu’il suscite, est un processus qui implique quelques aléaspost-scriptum : neuf mots latins dans ces deux dernières phrases, et tous figurent dans nos dictionnaires. Ajoutez à cela quelques abréviations: P.-S. (cf. supra…), cf. (confer, « reporte-toi à  »), N.B. (nota bene, « remarque bien que… »), etc. (et cœtera, « et tout le reste »), i.e. (id est, « c’est-à-dire »), ibid. (ibidem, « au même endroit »). (p.17).

Continuer la lecture de Urbi, orbi, etc…Le latin est partout !

Jovis erepto fulmine per inferna vehitur Promethei genus

joviserepto21

Apprendre le latin, c’est se rendre capable de comprendre le latin que l’on a sous les yeux, dans les expressions passées en français, mais aussi dans les expressions que l’on rencontre dans la rue, sur les monuments, sur les édifices publics.

Voici donc, à titre d’exemple, une expression latine dont le contexte d’utilisation viendra ensuite. Traduisons-la comme les latins faisaient, c’est-à-dire en comprenant au fur et à mesure[1] .

Jovis, génitif de Jupiter, donc détermine ce qui vient après. Ce ne peut être erepto, qui joue un rôle d’adjectif comme participe de eripio (arracher) au datif ou à l’ablatif. Le nom neutre fulmine, ablatif de fulmen manifeste que erepto est aussi à l’ablatif et que les deux mots indiquent un moyen : par la foudre (ou le tonnerre) arraché à quelqu’un se traduit par le génitif, donc « par la foudre arrachée à Jupiter ».

Continuer la lecture de Jovis erepto fulmine per inferna vehitur Promethei genus