Archives de catégorie : Statistiques

Rapport Charvet-Bauduin (2/2) : pour en finir avec la question de l’élitisme

Je reviens en arrière sur un point où en tant que sociologue je suis particulièrement concerné : celui des attaques contre les LCA qui s’appuieraient sur le fait que, comme les catégories favorisées choisissent plus que la moyenne cet enseignement, il constituerait un facteur d’inégalité sociale qu’il faut combattre. Les auteurs du rapport relativisent le constat en montrant que d’autres enseignements sont dans ce cas comme le chinois ou l’allemand mais font surtout une analyse fine des statistiques. Ce sont elles qu’il convient d’étudier.

Je reprends le paragraphe en italique de la page 91 qui est une citation de la Note d’Information de la DEPP  citée dans le rapport :[1] :

« Au baccalauréat général et technologique, 68 % des latinistes de 2008 obtiennent leur diplôme cinq ans plus tard, contre seulement 43 % des non-latinistes. Cet écart de 25 points diffère selon les caractéristiques des élèves : 18 points séparent les latinistes des non-latinistes chez les enfants de cadres, l’écart est de 23 points chez les enfants d’ouvriers. Ces derniers, lorsqu’ils ne sont pas latinistes, obtiennent leur baccalauréat avec un taux de réussite de 38 % contre 61 % quand ils sont latinistes. Pour les enfants latinistes de cadres ou d’enseignants, ce taux atteint environ 80 %. »

En voici la traduction graphique plus parlante :

L’étude porte sur un Panel d’élèves entrant en 5e en 2008 et dont on regarde la proportion de ceux qui ont obtenu le bac général et technologique selon leur origine sociale et le fait qu’ils soient ou non  latiniste en 5e. On range les catégories sociales par ordre décroissant en termes de réussite au bac GT pour ceux ayant fait du latin en 5e (mais ne l’ayant pas forcément poursuivi) : les enfants de professeurs et d’instituteurs ont le plus fort taux (80%) et ceux de parents sans activité le plus faible (52%). A cette évolution des taux des latinistes en bleu, on juxtapose les taux des non-latinistes en orange.

Pour les trois catégories de gauche favorisées (professeurs, instituteurs, cadres et professions intellectuelles, professions intermédiaires), le gain obtenu par le latin est moins fort que pour les autres catégories de droites défavorisées (agriculteurs exploitants, artisans commerçants, retraités, employés ouvriers, non renseignés, sans activité). Ceci veut dire qu’avoir choisi de faire du latin en 5e se révèle être un ascenseur social efficace quand on est placé en bas de l’échelle sociale.

Le rapport critique énergiquement la conclusion de la Note d’Information qui refuse de voir le lien entre l’apprentissage du latin et réussite scolaire qui aiderait les élèves défavorisés et qui se contente de répéter des préjugés qui encouragent l’autocensure des élèves défavorisés :

« L’étude montre cependant de façon certaine que toute interprétation hâtive sur les effets du latin dans la réussite des élèves est erronée si elle ne prend pas en compte les profondes différences sociales et scolaires entre les élèves qui choisissent d’étudier le latin et ceux qui font le choix inverse. »

On ne peut pas faire ce reproche à la Note d’Information : ce que manifestent les données ce n’est pas un effet de l’étude du latin puisque ce qui est pris en compte c’est le simple fait d’avoir choisi le latin en 5e même si on l’a abandonné peu après (et très souvent au lycée). Par ailleurs, comme le rappelle la Note d’Information, ce choix du latin en 5e est lui-même lié au niveau scolaire. Deux facteurs entrent en ligne de compte : l’origine sociale et le niveau scolaire en fin de sixième et de ce point de vue la Note d’Information est irréprochable. Ce que repère l’indicateur du choix du latin en 5e, c’est une bonne adaptation au système scolaire, un désir que l’enfant en tire le plus de profit, attitude fréquente dans les milieux favorisés mais présente aussi chez les autres qui souhaitent, quand leur enfant réussit bien, qu’il prolonge le plus longtemps possible sa scolarité dans les filières nobles.

Ce que le rapport conteste avec raison c’est qu’en 2015, au moment où l’on cherchait à faire passer une réforme visant à réduire drastiquement l’offre de latin, le ministère se soit servi de cette note pour appuyer son offensive : les statistiques sont correctement utilisées mais focaliser l’attention sur l’origine sociale revenait à redonner vigueur aux stéréotypes sur le lien entre privilèges et latin. Ce sont eux qu’il faut maintenant critiquer d’un point de vue historique et sociologique.

Origine d’un préjugé

Comme je l’ai souvent expliqué dans ce carnet, avant la Révolution le latin est le véhicule obligatoire de l’enseignement et le souci d’ascension sociale coïncide avec le fait de vouloir faire apprendre le latin à ses enfants. La Révolution crée Polytechnique et manifeste que la science doit jouer son rôle dans l’enseignement : le 19e siècle découvre en la science l’origine du progrès humain et petit à petit grignote sa place au détriment du latin. La troisième république voit amplifier l’opposition entre l’enseignement classique et un enseignement scientifique et tourné vers les langues vivantes. Le latin commence à être relativisé et un enseignement « moderne » sans latin se met en place. La guerre entre les deux types d’enseignement se développe, sous-tendu par des considérations sociales, et un armistice est conclu lors de la réforme de 1902 qui définit une structure d’opposition qui a duré jusqu’en 1969 : à côté d’un enseignement classique avec latin, se développe un enseignement moderne où l’exigence intellectuelle porte sur la littérature comparée.

Après la seconde guerre mondiale, le désir de sortir l’enseignement primaire de son enracinement social inférieur conduit à une unification du système scolaire mais les disparités sociales semblent persévérer. La lutte contre le latin devient un objectif politique que traduit parfaitement l’analyse de Bourdieu dans la Reproduction où il juge le latin comme un instrument qui permet aux privilégiés de ne pas apparaitre comme tels. Cette lutte politique (et portée également par les syndicats) contre le latin comme instrument de privilèges s’est poursuivie ensuite et son dernier avatar en a été la réforme de 2015. Cette lutte symbolique s’appuie sur la différenciation sociale dans le choix du latin, alors que la différenciation sociale s’exprime aussi bien dans le choix des sections scientifiques qui elles ne sont jamais critiquées de ce point de vue.

De plus cette opposition latin/sciences a recoupé longtemps la lutte entre l’Église et la République et il en reste encore des traces que manifeste le fait que dans l’enseignement confessionnel, le latin joue encore un plus grand rôle (même s’il reste modeste).

S’il faut être bien conscient de l’origine de cet acharnement politique contre le latin, il ne sert pas à grand-chose de le dénoncer car on se place alors dans une position surplombante par rapport au débat et c’est irrecevable car a priori dépréciateur. Il faut répondre en restant sur le même plan politique et montrer que pour beaucoup, le latin joue un rôle d’ascenseur social : c’est ce qui a été montré de façon indiscutable plus haut.

Note complémentaire sur la formation des enseignants

Pour comprendre la situation je reprends un graphique déjà donné qui permet de bien comprendre ce que le rapport appelle une « situation critique ».

Je résume le rapport (p.72) : sur 5 années, on à 1304 reçus aux concours (Capes et Agreg) et pour la même période, 1779 enseignants de LCA sont partis à la retraite soit un déficit de 475 poste pour la période. Chaque année il manque donc une centaine d’enseignants pour assurer le simple remplacement des départs à la retraite. On constate sur le graphique que les postes mis au concours correspondent à peu près à la nécessité de remplacement des départs à la retraite.

Ceci entraine une révision du CAPES actuel dont l’option lettres classiques est abandonnée par beaucoup de latinistes au profit de l’option latin du CAPES de lettres modernes. Cette mention pourrait les rendre aptes à un enseignement de LCA au collège où sont les manques les plus criants, à côté d’une certification langues anciennes proposée à des professeurs de lettres modernes à l’issue d’une formation continue.

  1. Note d’Information n° 37 publiée en octobre 2015 par la Depp  http://cache.media.education.gouv.fr/file/2015/10/3/depp-ni-2015-37-latin-aucollege_490103.pdf []

Réflexions sur les statistiques 2017 de la rentrée 2016

Comme tous les ans, les statistiques concernant le latin lors de la rentrée précédente sont publiées dans le très officiel et très épais volume des Repères et Références Statistiques 2017 [1]. Nous nous intéresserons cette année à l’évolution du pourcentage d’élèves faisant du latin, depuis 1996 année où le latin commence en 5e, en examinant l’évolution de cette classe, puis des suivantes  jusqu’en 1ère et terminale où nous étudierons l’influence de la section suivie (L, ES et S). Dans une deuxième partie nous étudierons une statistique donnée depuis quelques années par le Ministère sur l’origine sociale des élèves de latin.

(Source RERS 1997à 2017 : Public + Privé)

Continuer la lecture de Réflexions sur les statistiques 2017 de la rentrée 2016

  1. RERS 2017 publié par la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance en ligne à cette adresse []

Statistiques de la rentrée, mais de l’an dernier

Comme tous les ans, les services statistiques du Ministère de l’Éducation nationale viennent de publier les Repères & Références Statistiques de 2015 [1] qui concernent non pas la rentrée qui vient de se faire, mais celle de l’an dernier. Ce retard, tout à fait légitime du fait de la masse documentaire à rassembler, nous permet d’avoir des statistiques indépendantes de la réforme du Collège en train de se mettre en place. En effet, bien que cette réforme ne doive s’appliquer qu’à la rentrée 2016, elle aura peut-être eu un impact sur les entrées en latin en 5e qui viennent d’avoir lieu. Nous le verrons dans un an au niveau national ou dès maintenant au niveau local par le biais des réactions des enseignants.

 EvolLatin5e2000-2014Comme on peut le voir, la baisse générale des pourcentages d’élèves entrant en première année de latin en 2014 se poursuit, tant dans le public que dans le privé.

Les substituts du latin Continuer la lecture de Statistiques de la rentrée, mais de l’an dernier

  1. disponibles en ligne : tous les chiffres utilisés pour les graphiques de ce billet sont issus des diverses années des Repères & Références Statistiques []

Statistiques de la rentrée 2013 et du Capes 2014

La parution récente des Repères et références statistiques du Ministère pour l’année 2014 (situation à la rentrée 2013) [1] permet de faire le point sur la situation du latin dans l’enseignement secondaire.

5e2000-2014En ce qui concerne la 5e, la situation avait été stable de 2000 à 2008 pour l’ensemble (public + privé) avec un pourcentage de latinistes entre 22 et 23%. Depuis 2008, la baisse est d’environ de 1% en deux ans.

Inversement, si on regarde ce qui se passe au lycée, alors qu’il y avait eu une chute de 1984 à 2004, on constate ces dernières années une stabilisation des pourcentages.

2-Term1984-2013Pour expliquer ces deux évolutions qui semblent contradictoires, il faut examiner la situation intermédiaire de 4e et 3e ainsi que le passage en seconde. En examinant les pourcentages suivants,

PourCent5e-2ndeon peut conclure que :
– le pourcentage en 3e est stabilisé à 15% dans le public, 19% dans le privé.
– comme on l’a vu dans les statistiques de l’an dernier, le maintien du latin de la 3e à la seconde est bien meilleur dans le privé car le passage se fait souvent dans le même lieu et il y a aussi souvent une volonté explicite de la part des responsables de lycée privé de pousser les élèves ayant fait du latin au collège à continuer au lycée. On passe de 15 à 4% entre la 3e et la seconde dans le public, de 19 à 10% dans le privé.

Pour mieux voir ce qui se passe, on prend 100 individus en 5e et on leur affecte un taux de survie annuel lié aux taux d’évolution d’une année sur l’autre [2] :

TxElim2008-2013

On constate dans le public une amélioration du taux de survie de 5e en 4e qui passe de 8,5 sur 10 à 9 sur 10. S’il y a déperdition encore en 3e, la survie passe de 8 sur 10[3] à 9 sur 10. Comme on l’a vu, la déperdition est forte du collège au lycée mais elle est stabilisée. Pour le privé, la situation est stable pour le passage de la 5e à la 4e, elle s’améliore légèrement pour le passage de la 4e à la 3e et de même pour le passage en seconde.

En conclusion on peut dire que soit le recrutement en 5e se fait sur des bases meilleures puisque l’élimination les années suivantes va en diminuant, soit que ce qui est proposé est de plus grande valeur puisqu’il accroche mieux les élèves. Les données ne permettent pas de trancher dans un sens ou dans l’autre mais manifestent un phénomène réel : si on reçoit de moins en moins d’élèves chaque année en 5e, on conserve mieux ceux qui viennent et ce tant pour le public que pour le privé.

On peut souhaiter que l’on abandonne aussi cette croyance qu’un élève qui a pris l’option 5e doit la poursuivre jusqu’en 3e. Cet autoritarisme permet de justifier toutes les insuffisances pédagogiques [4]. Une option est par définition facultative et il suffit au responsable de l’enfant d’écrire une lettre au chef d’établissement pour l’avertir que l’année suivante son enfant ne suivra plus l’option latin.

Une hypothèse pourrait être que le latin cesse d’être pris pour des raisons utilitaristes (recherche d’une bonne classe) mais qu’il est davantage pris pour de bonnes raisons (c’est indispensable pour bien comprendre la culture européenne et la langue française), ce qui est assez rassurant.

Et le grec ?

Si à la rentrée 2013, 500 542 élèves font du latin (toutes classes confondues), ils ne sont que 33 915 à faire du grec : il s’agit donc d’une option très faible en effectifs. L’évolution des pourcentages, en prenant pour point de départ la première année où le grec commence en 3e, est la suivante :

Grec

On peut voir pour le grec un phénomène analogue à celui observé pour le latin mais à une échelle beaucoup plus faible, ce qui est normal du fait de la taille des effectifs : on constate à la fois une baisse du recrutement et une amélioration de la survie terminale (régulière pour le privé, plus chaotique pour le public). Le privé recrute moins mais conserver mieux. Les variations sont faibles mais il ne faut pas oublier qu’un point de pourcentage représente :
– 6 000 élèves en 3e du public
– 1 700 élèves en 3e du privé
– 3 700 élèves en terminale du public
– 1 000 élèves en terminale du privé

C’est la régularité des évolutions sur une longue période qui les rend significatives.

Le recrutement des enseignants de latin

Voici l’évolution depuis 1992 [5] :
– des postes présentés au Capes (externe + interne),
– des candidats qui se sont présentés à la première épreuve,
– des admis au Capes,
– des postes et des admis à l’agrégation (il y a coïncidence).

Concours

On constate sur ce graphique un phénomène qui est connu : quand le nombre de postes augmente à un concours, les candidats augmentent mais si les postes diminuent, il y a un décalage dans la baisse. C’est ce qui s’est passé pour la période de 1992 à 1996 où le nombre de postes a crû puis baissé ensuite. Le nombre de candidats a continué à croitre jusqu’en 2001 avant de décroitre également. La baisse a été telle que le nombre d’admis est devenu inférieur aux postes à partir de 2011.

La remontée des postes à partir de 2010 a certes fait remonter le nombre des candidats mais, selon une note du ministère, il faut attendre trois ou quatre ans pour que le nombre de candidats s’adapte au nombre de postes [6]. On jugera dans quelques années si ces considérations se révèlent exactes : si ce n’est pas le cas, du fait de la baisse de l’enseignement de lettres classiques dans l’enseignement supérieur, il faudra faire appel plus systématiquement à des professeurs de lettres modernes ayant reçu une formation en latin, comme cela se fait déjà actuellement.

Pour conclure

Quoi qu’en pensent certains journalistes, l’enseignement du latin n’est pas en danger : il répond à une demande d’approfondissement culturel et, s’il recrute moins, il conserve mieux aujourd’hui les élèves qui ont choisi cette option. Il recrute moins car les familles qui avaient simplement un souci d’être par le biais du latin dans des « bonnes classes », se tournent plutôt désormais vers les classes « bilangues » ou les sections européennes. On peut cependant encore prédire une baisse en 5e car cette stratégie de classe supérieure n’est pas encore connue de toutes les familles, ce qui ne saurait tarder.

  1. Disponible en ligne []
  2. par exemple pour la rentrée 2008 dans le public, on a un pourcentage de 21,3% en 5e et de 18,0% en 4e. On fait comme si sur 100 en 5e, il en restait 100 x 18,0 / 21,3 = 84,5 et ainsi de suite []
  3. 70/85 []
  4. voir le dossier Okapi []
  5. Il s’agit du Capes de lettres classiques jusqu’en 2013 puis de l’option « lettres classiques » du Capes de lettres en 2014. La session exceptionnelle de 2014 n’a pas été prise en compte : il y avait eu 300 postes où 202 candidats s’étaient présentés et où 93 avaient été admis. []
  6. « L’attractivité des concours de recrutement des enseignants du second degré public : une étude rétrospective » NI 24- Juin 2014 []

Le paradoxe social de l’enseignement du latin

« Le latin, c’est une affaire de classe sociale » : l’affirmation est fréquente mais, comme toute évidence, mérite d’être regardée attentivement. À cette fin il faut reprendre les enquêtes disponibles : comme l’éducation nationale ne fournit pas de statistique croisant au niveau national l’origine sociale et le choix de l’option latin, je vais utiliser une enquête de l’Insee de 2003 qui évoque la question [1]

N’étant pas d’origine scolaire, l’enquête a demandé à des ménages si leurs enfants (de tous âges) avaient pris l’option latin au collège. Si l’on regarde la composition sociale de cette sous-population comparée à la moyenne de la population enquêtée, on a le résultat suivant :

CSP

On repère bien l’attraction entre les catégories supérieures (Cadres, professions intellectuelles supérieures et professions intermédiaires) et le choix de l’option latin puisqu’ils en constituent 55% alors qu’ils ne représentent que 45% de la population de l’enquête.

Comme l’enquête de l’Insee fournit aussi des indications complémentaires sur les langues choisies au collège, sur le choix de l’option latin (motivations, personnes qui conseillent), sur le niveau scolaire au collège ou au lycée, j’utilise pour visualiser en même temps toutes ces indications une méthode de visualisation graphique sur un plan [2]. La population étudiée est ici uniquement composée des élèves qui ont choisi l’option latin au collège.

Dans ce type de visualisation, ce qui est proche du centre ne joue pas un grand rôle : par exemple c’est le cas de l’anglais pris comme première langue. Si une modalité s’écarte du centre, c’est qu’elle est discriminante : comme il y a de nombreuses façons de s’éloigner du centre, les modalités qui sont proches ont été prises en commun et sont donc en attraction.

allcmpl1Fac

Dans la partie droite du graphique  on voit en haut la modalité « intérêt » qui est la réponse à la question portant sur la raison principale du choix de l’option latin : « par intérêt ou gout pour la matière ». « Choix enfant » en dessous correspond à la personne à l’origine du choix : l’enfant principalement.

Viennent en-dessous trois catégories socioprofessionnelles qui sont en attraction avec des choix : Artisans, commerçants, chefs d’entreprise ; ouvriers qualifiés ; employés ; ouvriers non qualifiés.

Si l’on descend encore on trouve que, au collège, les élèves concernés sont considérés comme très bon (au-dessus de la moyenne) et au lycée comme bons (un peu au-dessus de la moyenne) ou dans la moyenne (ou un peu en dessous).

Tout ce côté droit du graphique fait référence à cette population qui n’est pas celle à laquelle on pense spontanément comme liée au latin mais qui y vient parce qu’il s’agit plutôt de bons élèves qui ont été motivés à cette étude.

On découvre à gauche une autre population : en commençant en bas à gauche, on voit que c’est le parent répondant (ou un autre membre de la famille) qui est à l’origine du choix. La motivation est que « c’est utile pour les études  » et c’est le choix typique des cadres et professions intellectuelles supérieures. Ce peut être un choix « parent et enfant ensemble », manière polie d’imposer un choix ? La stratégie utilitariste se confirme avec au-dessus le choix de l’allemand en première langue (et de l’anglais en deuxième langue) et le fait de vouloir être dans une « bonne classe ».

Les autres points doivent s’interpréter selon leurs proximités avec les points précédents : les agriculteurs actuels pouvant avoir des réflexes de classe instruite (les anciens latinistes marqués post-bac dont on n’a pas le niveau scolaire forment une population à part).

On voit donc le paradoxe social de l’enseignement du latin où l’on rencontre une opposition entre deux populations que l’on peut typer de la manière suivante :
– de bons élèves à qui cet enseignement est proposé mais qui appartiennent à un milieu social sans lien culturel acquis avec le latin,
– d’autre part les élèves issus de la population cultivée qui prend le latin plus que la moyenne pour des raisons utilitaires. Ceci n’exclut pas que des motivations non-utilitaires ne puissent pas se rencontrer dans cette population, mais ce sera moins que la moyenne. A titre d’exemple 17% de la catégorie cadres et professions intellectuelles supérieures déclare que l’option latin a été choisie par intérêt ou par gout de la matière alors qu’en moyenne ce choix a été fait par  21%.

Comme on peut le constater, les écarts ne sont pas gigantesques mais l’intérêt de la représentation graphique utilisée est qu’elle permet de voir des différences discrètes de comportement entre catégories sociales afin de déterminer un portrait-robot qui met en relief les différences. On peut ainsi voir ce paradoxe social qui consiste en ce fait que les populations les plus proches culturellement de ce qui fait la valeur de l’enseignement du latin y viennent plutôt pour des raisons utilitaristes tandis que ceux qui y viennent avec les motivations les plus authentiques sont ceux qui en sont le plus distant culturellement.

Quelles conséquences ?

Diverses enquêtes menées par des enseignants de latin : Robert Delord et Virginie Deschamps-Hnaien pour le collège et le lycée de Die ; Véronique Gibaud à Vernoux en Vivarais ; Clémence Coget à Liévin (que je remercie ici de m’avoir communiqué leurs résultats), donnent les résultats suivants en ce qui concerne l’opposition entre les catégories supérieures (cadres, prof. sup. + intermédiaires) et les autres catégories, :

Categ. sup. _ autres __ effectif recensé __ niveau____lieu
__54%_____46%____148________  collège _ __Die (4400 habitants), Drôme
__33%_____67%_____18_________lycée_____Die
__28%_____72%_____32_________collège____Vernoux en Vivarais (1873 hab.), Ardèche
__44%_____56%_____43_________lycée_____Liévin (32000 habitants), Pas-de-Calais

Le cas du collège de Die,  résultat assez fiable du fait de l’effectif supérieur à 100, manifeste bien ce que l’enquête de l’Insee nous avait permis de voir : les catégories supérieures sont légèrement majoritaires : on voit cependant qu’au lycée de cette même ville, ils ont fui l’option latin (en approfondissant peut-être leur point de vue utilitariste).

Les chiffres de Vernoux et Liévin, agglomérations l’une rurale l’autre de tradition minière, manifestent que le latin sait aussi attirer des élèves qui n’en sont pas culturellement proches mais qui ont été motivés.

Cette enquête pourrait être étendue : je transmettrai le protocole de recueil des données aux personnes qui me le demanderont. On peut avoir des résultats qui s’affranchissent des aléas locaux dès que l’on dépasse la centaine d’élèves en un lieu.

Ces statistiques locales vont dans le même sens que l’enquête précédente : le stéréotype du latin comme question de classe sociale (supérieure) masque le fait qu’une autre population existe, importante par ses effectifs et motivée. Est-ce qu’il faut toujours mettre en avant les motivations utilitaristes pour répondre aux demandes des populations de catégorie supérieure qui s’y retrouvent ? La question reste ouverte mais mon sentiment personnel est qu’on ne peut motiver profondément qu’en évoquant la découverte de ce que j’appelle l’encyclopédie de la latinité, qui comprend mais dépasse l’antiquité et qui concerne toute l’histoire de la culture : « de Plaute à Spinoza » selon le slogan qui ornera ce carnet dans sa prochaine présentation à la rentrée prochaine. C’est aussi ce que j’essaie de montrer dans les différents billets du présent carnet de recherche.


Post scriptum du 20/06/14 : Des remarques d’enseignants de terrain qui ont participé au recueil des données mettent l’accent sur le fait que l’enquête Insee date de 2003 et que de nouvelles possibilités de « bonnes classes » sont apparues depuis. En banlieue,  la création de classes utilisant les langues étrangères (classes européennes, internationales ou bilangues) permet à un collège de se différencier, mécanisme qui est fort bien repéré par les classes supérieures (et moins par les autres).

Le prochain billet sera mis en ligne le 6 juillet

  1. Enquête permanente sur les conditions de vie des ménages. Partie variable : éducation et famille. Ces données m’ont été communiquées par le Réseau Quételet dans le cadre d’une recherche en cours dont ce billet donne des résultats partiels []
  2. Technique de l’analyse factorielle des correspondances. Sur cette technique cf. mon ouvrage en ligne : Les méthodes d’analyse d’enquêtes []